Pourquoi je suis en grève…

« Oui, y a grève et on sait même pas pourquoi ! » cette remarque je la lis et l’entends quasiment systématiquement en cas de grève. Avec Internet, plus que jamais, il est facile de prendre la parole et d’expliquer ses choix personnels, voici donc pourquoi je suis en grève dans le cadre du préavis renouvelable déposé pour le 10/06/2014 à partir de 19h.

Avant de rentrer dans le détail des choses, une remarque. J’entends aussi qu’il n’est pas normal que la SNCF ne communique pas elle même sur les raisons de la grève. Il est normal qu’elle ne le fasse pas. L’entreprise s’exprime en son nom. Elle n’a pas a être le porte parole de ses salariés ou des syndicats de cheminots.

Le 11 juin 2013, les rames dorment en gare de Bourg en Bresse.

Le 11 juin 2013, les rames dorment en gare de Bourg en Bresse.

La communication sur les motifs d’une grève relève des organisations syndicales et elles n’ont pas les moyens d’une entreprise en terme de communication. Toutefois, elles communiquent occasionnellement sous forme de tracts ou de rencontres avec les voyageurs ou leurs associations. Par ailleurs, Google est votre ami pour trouver les sites des syndicats et y trouver de l’information. Par contre, vous y trouverez plutôt des tracts destinés aux cheminots et ce ne sera pas forcément très compréhensible pour vous. En résumé, l’information n’est pas aussi accessible que lorsqu’elle est diffusée par le service com d’une entreprise mais elle peut être trouvée.

Cette mise au point faite, voici donc pourquoi je suis en grève.

  • La réforme ferroviaire elle-même…

La réforme ferroviaire présentée par le gouvernement part du constat (tout à fait exact, aucun cheminot n’en doute) que la séparation entre la SNCF et RFF en 1997 est un échec. On nous explique donc que l’on va réunifier le système ferroviaire. Je vous vois déjà me dire « En 97, vous étiez en grève contre la séparation et, 17 ans plus tard, vous êtes en grève contre la réunification ». Vu de loin, je comprends que cela puisse étonner. Les syndicats appellent à la grève, car cette réunification n’en est pas une.

A l’heure actuelle, on a d’un côté RFF qui est propriétaire du réseau et la SNCF qui fait rouler ses trains. On a donc deux entreprises avec deux lignes hiérarchiques différentes et donc les dissensions qui vont avec. Avec la réforme proposée, RFF devient l’entreprise SNCF Infra et la SNCF devient l’entreprise SNCF Mobilité. Ces deux entreprises se trouvent filiales d’une toute nouvelle entreprise nommée SNCF. Cette dernière est dotée d’un directoire et d’un conseil de surveillance.

L'empilement magnifique qui doit tout simplifier.

L’empilement magnifique qui est censé tout simplifier.

On passe donc de deux lignes hiérarchiques à trois en nous expliquant que tout sera plus simple. A part multiplier les postes d’encadrement et les heures de réunions entre tout ce petit monde, quelle utilité ? J’ai travaillé des années dans un grand groupe multinational, je peux vous dire où cela mène de multiplier les lignes hiérarchiques: la main droite ne sait plus ce que fait la main gauche, voire travaille à défaire ce que fait la main gauche pour des raisons d’ego mal placé de certains dirigeants. Si l’on ajoute à cela que, dans ce type d’organisation, chacun a ses objectifs propres (souvent purement comptables), on passe plus de temps à compter les sous dépensés et à débattre pour savoir quel service/branche/filiale doit payer qu’à faire le boulot nécessaire. Cette réunification qui est en fait un redécoupage, je n’en veux pas.

Je veux un cadre clair et des décisions claires pour pouvoir bien faire mon boulot. Ce que je veux, c’est donc une SNCF réellement unifiée qui soit maîtresse chez elle. Multiplier le nombre de décideurs, c’est toujours diviser le nombre de décisions prises et déresponsabiliser tout le monde. Que l’on revienne en arrière, oui, mais vraiment. Assez de trinquer au quotidien pour des choses décidées par une autre boîte et je ne parle pas des conseils régionaux, l’état ou l’union européenne.

  • … et ce que l’on fait passer dans le même temps

En plus de cette organisation que l’on veut me faire passer pour efficace, je suis en grève parce qu’on en profite pour faire passer des choses qui n’ont rien à voir avec le sujet. En vue de l’ouverture à la concurrence, on veut en effet remettre en cause les accords d’entreprise en application à la SNCF. Ben oui, pour que la concurrence puisse être « libre et non faussée », il faudrait négocier une convention collective du secteur ferroviaire. Attardons nous là dessus.

Après tout, si d’autres entreprises doivent faire du ferroviaire, il serait logique et même carrément souhaitable que tout le monde joue avec les mêmes règles sociales. Sur ce point, je suis entièrement d’accord. Gagnons du temps et allons au plus simple: que l’on prenne les règles qui ont cours à la SNCF et que l’on applique ça à toute la profession. On gagne un temps fou en négociation et, surtout, en crispation. Tous les salariés de toutes les entreprises ferroviaires seront sur un pied d’égalité et la concurrence sera donc équitable.

Organisées au sein de l’UTP (Union des Transports Publiques et ferroviaires), les entreprises ferroviaires (dont la SNCF) militent, bizarrement, pour une toute autre solution: la remise à plat totale des règles et la négociation d’une convention collective pour le secteur ferroviaire. Pour les cheminots de la SNCF, on va donc tout oublier et devoir tout renégocier.

L’article 14 du projet de loi annonce effectivement le maintien pendant six mois de l’accord établissant les temps de travail et de repos à la SNCF. Et après ? Et bien après, on verra avec la convention collective qui sera négociée.

Y a t’il des raisons de s’inquiéter ? Pour moi, la réponse est clairement: « oui ». Le seul début d’accord déjà négocié par l’UTP est un accord de branche concernant le fret qui dit déjà que l’on ne travaille pas assez de Dimanche par an, que 52 repos doubles, c’est bien trop, que 9h entre deux journées de service, ce serait bien suffisant, que des journées de 11 ou 12h (qui sont aujourd’hui une exception) pourraient devenir la norme.

Imaginez un peu, samedi dernier, j’ai fini le boulot à 4h30. On pourrait me faire reprendre à 13h30 pour une journée de 12h qui m’emmènerait donc à 1h30. De là, je pourrais être de retour au boulot à 10h30. Quand est ce que l’on dort ? Quand est ce que l’on mange ? Quand est ce que l’on voit notre famille ? Et vous, voyageur, vous êtes d’accord pour avoir, en tête de votre train ou dans le poste d’aiguillage des personnes chargées de votre sécurité qui vivent un tel rythme ?

J’en entends me dire qu’il est peut être un peu tôt pour partir en grève et que ce n’est pas parce que l’on renégocie des accords que les salariés vont y perdre. Dans un monde idéal, cette position est tout à fait raisonnable. Malheureusement, en 15 ans de salariat dont 5 à la SNCF, je n’ai jamais vu une renégociation d’accord d’entreprise qui aboutisse sur un meilleur compris pour tous. Cela se termine toujours par plus de souplesse pour les employeurs et moins de droits pour les employés. On me dit également que, si la convention collective s’avère peu satisfaisante, elle pourra très bien être complétée par un accord d’entreprise interne aux entreprises SNCF, SNCF Infra ou SNCF Mobilité. Nous sommes d’accords… sauf que, dans le projet de loi, rien n’oblige les entreprises à négocier autre chose que la convention collective. En l’état, la seule chose qui est certaine, c’est que notre réglementation ne survivra que 6 mois à la mise en action de la réforme. Tout le reste n’est que conjecture.

On m’objecte également que la concurrence à laquelle nous devons résister n’est pas seulement celle des autres opérateurs ferroviaires mais aussi celle des transporteurs routiers. J’entends bien mais nous ne pourrons jamais être compétitifs avec des entreprises qui emploient des conducteurs de l’est avec les conditions sociales qui vont avec. On peut déjà abandonner nos congés payés et diminuer de moitié nos salaires. La compétition entre travailleurs, c’est à dire la mise en concurrence des pauvres entre eux, est ce cela que nous voulons ?

  • Bref, un gloubi-boulga indigeste.

Martine remplit sa DIIMélange entre une nouvelle organisation au moins aussi inefficace que celle en place et tirage vers le bas des conditions de vie des travailleurs du rail, cette réforme n’est, à mes yeux, qu’un gloubi-boulga indigeste que je refuse d’avaler. Si, en plus, on s’interroge sur les motivations de l’UTP à ne pas s’aligner tout simplement sur les règles en vigueur à la SNCF, on ne peut qu’en conclure que le but est de faire un maximum d’argent en pressurant les salariés. Rentabilité avant tout, comme dans tant de boîtes…

J’aime mon boulot et je veux qu’on me donne les moyens de bien le faire et qu’on ne me demande pas d’y laisser ma santé et ma vie de famille (ce qui est d’ailleurs déjà bien assez le cas).

Ca ne me semble ni compliqué ni déraisonnable… sauf dans cet air du temps libéral ou l’humain doit s’effacer devant l’argent.

 

 

  • Complément d’information suite aux commentaires :

On m’a parlé de continuer à faire circuler les trains mais en ne faisant pas payer les voyageurs pour ne pas les pénaliser. Sur le principe, je suis pour à 100%. Dans la pratique, c’est illégal. On me répond alors qu’il y a un arrêt de la cours européenne des droits de l’Homme qui irait dans ce sens. Je viens de le trouver et de me pencher dessus. A mon avis, ça ne passerait pas en France. Le cas jugé était celui de péagistes qui avaient quitté leur poste et donc laissé les barrières ouvertes. Dans le cas des trains, il faut que le contrôleur soit à bord pour que cela circule. Il faut donc qu’il soit à son poste. En droit français, la grève du zèle est interdite. Un salarié présent à son poste doit donc effectuer son travail normalement. Dans le cas d’un contrôleur, il lui faudrait donc pratiquer son activité normale et, donc, contrôler.

N.B. : J’ai beaucoup de réactions pour me dire « Tu peux dire ce que tu veux mais tu ne me convaincras ». Cet article n’est pas là pour convaincre, juste pour expliquer mes raisons de suivre cette grève. Je les expose pour que l’on ne puisse pas dire que l’on ne sait pas pourquoi on est en grève. Ca ne va pas plus loin que ça.

N.B. 2: Je suis débordé par les commentaires. Je valide donc ou pas après lecture en diagonale et je n’ai pas forcément le temps de répondre. Toute mes excuses. Par ailleurs, oui, je ne publie pas ce qui contient des mots insultant ou péjoratif à mon endroit. Je suis un affreux censeur crypto-gauchiste.

FacebookTwitterGoogle+PinterestEmail

Agent circulation à la SNCF, passionné de chemin de fer, de photo et de nouvelles technologies.

Publié dans Ca déraille !
898 commentaires sur “Pourquoi je suis en grève…
  1. Parrain dit :

    Quid de ces jeunes qui passent un examen important demain et ont besoin de se déplacer sereinement, des personnes souffrantes qui ont rendez vous depuis des mois avec un spécialiste, et j’en passe!
    Ils doivent faire greve eux aussi?
    N’essayez pas de nous vendre que l’intérêt des voyageurs est en jeu, il ne s’agit que de privilèges de gens ignorants des réalités!

    • Sylvain Bouard dit :

      Quel est le seul droit qu’à un salarié pour contester une décision de son employeur ? La grève. Tout le reste est illégal. Ca a des conséquences gênantes mais ce n’est que l’application de la loi.

      Pour ce qui est de privilèges, il y a assez de lecture sur ce blog pour voir la réalité des choses.

      • Mathieu dit :

        Question retraite, tu n’auras pas 75% de ton dernier salaire (sur les 6 derniers mois de carrière), avec un départ à la cinquantaine ? Tu veux nous faire pleurer ?

        • Sylvain Bouard dit :

          Il va falloir que j’attende 61 ans pour avoir 1000€ de pension. Si je ne veux pas subir de décote, il me faudra partir à 67. Sacré privilégié !

          • lptilou dit :

            Ah tu me fais rire, partir à 50 ans avec 75% du salaire comme le privé lui qui part à 62 ans et combien de personne dans ton cas qui fait un autre travail à la retraite à 50 ans. Travaux de pénibilité, peut être à l’époque du charbon mais maintenant, ca me fait rire.

          • Sylvain Bouard dit :

            50 ans avec 75% du salaire ? Mais alors pourquoi faudra t’il que j’aille jusqu’à 61 ans pour atteindre les 1000€ de pension ? Ah oui, la réforme de 2003. Ca a quand même 11 ans, faudrait se mettre à la page: http://blog.sylvainbouard.fr/la-retraite-des-cheminots-du-reve-a-la-realite/

          • DAvid dit :

            Ça te fais rire ? A oui c’est vrai, les trains maintenant ça roule en appuyant sur un bouton.

          • Toto dit :

            Avec des documents authentifiés ce serait plus intéressant…

            Parce que sinon moi je pars en retraite à 98 ans et je dois rendre 500€ par mois à l’Etat…

          • Sylvain Bouard dit :

            On peut faire confiance aux gens, aussi. 🙂 Après tout, dans les journaux, il n’y a que rarement des documents authentifiés.

          • ludovic dit :

            Merci pour cette article explicatif, c’est pas toujours facile d’avoir des informations. Félicitation aussi pour tes commentaires qui reste calme et courtois la plupart du temps, quand on voit les critiques non réfléchie et les discourts de certain abrutis, ca doit pas etre facile de rester zen. Le monde devient fou, ne vous laissez pas faire.

          • Hervé dit :

            Ce qui est écrit dans la loi Décret n°2011-291 du 18 mars 2011 – art. 2 :

            Tout agent affilié en application de l’article 2 du décret du 7 mai 2007 susvisé quittant ou ayant quitté la SNCF a droit à une pension de retraite lorsqu’il a au moins vingt-sept années de services valables pour la retraite et atteint l’âge de 52 ans pour les conducteurs et 57 pour les autres.

            Grâce aux dernières réformes on passe de 50 à 52…

            D’autre part la pension est prise sur 75% des 6 derniers mois de traitement qui sont bien sur les plus élevés.

            Dans le régime général, la retraite c’est 42 ans de service puis bientôt 45 ans avec départ au mieux à 60 ans. Comme personne n’aura 45 ans de services à 60 ans de toute façon le privé pourra partir entre 63 et 67 ans.

            Maintenant il semble que vous ayez eu une autre carrière avant d’être à la sncf ce qui explique peut être que n’atteindrez pas les 27 ans de service avant 61 ans. Mais vous aurez sans doute dans ce cas des prestations venant également de votre précédente carrière.

            Enfin, faire grève parce qu’il est possible que dans un futur proche une éventuellement réforme est un impact hypothétique sur votre avenir… Mais faites grève contre la VIE ou la PLUIE dans ce cas… car rien n’est moins certain que la VIE ou la PLUIE. C’est en traitant les problèmes quand ils sont là qu’on les résous.
            Heureusement que le principe de l’évolution n’avait pas un syndicat sinon nous serions toujours des cellules microscopiques… « Surtout les gars… on change rien, ne nous associons pas avec d’autres cellules pour créer des corps complexes… non c’est trop compliquer à gérer ».

            Sur ce point la CFDT me semble plus en ligne avec notre époque et je suis content de voir qu’il y a quelques syndicats qui empruntent une voie constructive.

          • Sylvain Bouard dit :

            Dommage de systématiquement oublier une donnée: le nombre de trimestres pour le départ à taux plein. Donc les 52 et 57 ans, ça existe, sur le papier.

            Autre oubli, on part avec une pension calculée sur le traitement, pas sur les revenus comme dans le régime général.

            Bref, je ne vais pas réécrire mon article sur les retraites. Il est accessible là et il y a toutes les sources de mes chiffres : http://blog.sylvainbouard.fr/la-retraite-des-cheminots-du-reve-a-la-realite/

          • Emmanuel dit :

            oui les cheminot partent avec une décote si ils partent à 50 ans. pour votre information les cheminots cotisent de 8 à 12 % sur leurs pension de retraite de plus que dans le privé. les cheminots cotisent également pour le chômage ( bien entendu dans le service public ils n’y ont pas le droit en cas de licenciement) donc ont peut certainement parler de privilèges mais aussi de chose négative. seulement les gens ne voient que ce que les médias montrent. avant de critiquer renseignez vous au lieu de regarder des chaînes qui diffusent la propagande. à aussi les cheminots ont signés un contrat pour la sécurité de l’emplois donc il est légitime qu’aujourd’hui ils décident de défendre leurs gagne pain, je pense que vous feriez pareil dans leurs cas. on critique facilement par contre si on s’attaquerais à diminuer les chômages là fraudais rien dire ? ne faut pas oublier d’où viennent tout ce que les gens ont eu . ce sont à l’origine les services public dont la sncf qui sont à l’origine des aides comment la sécurité sociale.

          • denis dit :

            Salut
            choisissez un vrai métier créatif … vous ne penserez pas trop souvent à la sacro-sainte retraite… un vrai métier ( et non un emploi ) on vit et meurt avec … l’existence malgré la fameuse retraite , reste incontournablement en « location » …
            bonne réception

          • Sylvain Bouard dit :

            Pourquoi changer ? J’adore mon boulot. Pour la première fois depuis des années je n’y vais pas à reculons. Ce n’est toutefois pas une raison pour me laisser avoir.

          • Mamie dit :

            Mon Dieu, quelle horreur ! 😀
            Moi, je dois attendre 61 ans et 3 mois pour avoir 690 euros de pension et ce, sans décote.
            Alors oui Vous êtes privilégié…

          • Sylvain Bouard dit :

            La compétition des pauvres où celui qui se fait complètement rouler dit à celui qui se fait presque complètement rouler qu’il est un privilégier. Doivent bien rigoler les privilégiés, les vrais, élus, banquiers, grands patrons qui se partagent tranquillement l’argent issu de notre travail à tous et nous laissent des miettes pour vivoter.

        • Quentin dit :

          C’est là qu’on voit le lavage de cerveau réalisé par la télévision et les médias. Donc aujourd’hui il faudrait casser « les privilèges » qui permettent de vivre après son travail correctement (je ne nie pas que c’est pas le cas de tout le monde), alors que ça devrait être une norme.

          Plutôt que de se battre pour évoluer positivement, crachons plutôt dans l’assiette du voisin, c’est moins fatiguant.

          • Ronron dit :

            Ça me révolte que vous fassiez grève alors que vous avez tant de privilèges. Puis je cible tous les travailleurs sans exception. Car oui, vous avez au moins tous un salaire au SMIC et je trouve ça scandaleux. Vous êtes tous des privilégiés avec votre salaire à 4 chiffres (sans la virgule), vos tickets restau, vos 50% de transport remboursés par l’entreprise, etc.

            Qu’en est-il des stagiaires payés à 436.05€/mois pour 35h de travail ? On devrait vous enlever votre salaire à tous!
            Je ne suis pas contente du tout. Si je n’y ai pas droit, je ne vois pas pourquoi vous y aurez droit!
            Et d’ailleurs, puisque mon travail ne permet pas de cotiser pour la retraite, je pense que le travail de toute personne devrait ne pas compter pour leur retraite.
            (oui, c’était de l’absurde)

            Finalement, ce sont les patrons qui se réjouissent du fait qu’on se crache mutuellement dessus parce qu’on réclame des droits.
            Si vous êtes tant rageux que les cheminots aient de soi-disant tels avantages, militez vous aussi pour avoir les mêmes.

          • xaxa dit :

             » Emmanuel dit :
            16/06/2014 à 15:14

            oui les cheminot partent avec une décote si ils partent à 50 ans. pour votre information les cheminots cotisent de 8 à 12 % sur leurs pension de retraite de plus que dans le privé »

            Bonjour,

            J’ai du mal à comprendre vos chiffres. Je suppose qu’ils reposent sur les 7.85% de cotisation d’un cheminot, que vous comparez à la cotisation retraite de base d’un salarié du privé (soit 7.05%).

            Mais que faites-vous des 3.85% mini supplémentaires pour la complémentaire obligatoire ?

            Ca donne l’impression que vous comparez une demi retraite avec une retraite pleine.

             » les cheminots cotisent également pour le chômage ( bien entendu dans le service public ils n’y ont pas le droit en cas de licenciement) »

            Heu … Pour autant que je sache, l’article L5424-1 s’applique à la SNCF comme à tous les EPIC. D’ailleurs, même si il est probable qu’elle utilise encore l’exception du L.5424-2 lui permettant d’organiser par elle-même pour tout ou partie de ses personnels la gestion de cette couverture.

            Un petit tour vers
            http://www.cprpsncf.com/vous-avez-quitte-sncf/informations-chomage devrait vous renseigner sur ce droit « inexistant ».

          • Dr Dré dit :

            Bon essai, mais ceci ne parle que des cheminots alternants, contractuels (cdd) ou cadre permanent hors statut (CDI)

            Bon en revanche, il est vrai que le salaire au statut est moins chargé que celui dans le privé ou en cdu

          • Dr Dré dit :

            Par ailleurs sur le taux, effectivement, le 1,2 points de plus ne concerne que la base. En revanche la part patronale est de presque 11 points plus élevée que dans le privé

          • Jérémie dit :

            Les pauvres (les commentateurs de bas étages) ils sont atteint du syndrome du larbin: http://youtu.be/gYUMn5ip5G0

            Ne lâchez rien!

            NB: ce qui m’étonne c’est surtout que l’on ne parte pas en grève générale avec tout ce qui nous arrive (retraites, santé, hôpitaux, licenciement chez Bouygues, PSA, Alstom, Thalès, Universités, TVA, austérité, ANI et pacte d »ir »responsabilité, intermittents, …)

        • Manu-France dit :

          Mais quel départ à la cinquantaine? Arrêtez de vous forger un avis uniquement par les médias ou internet que vous suivez comme des moutons. La retraite à 55 ans il y a longtemps que c’est terminé pour notre génération.Vous parlez pour rien dire avec une argumentation infondée et dépassée je ne vous parle meme pas des autres inepties comme prime de charbon qui n’existe plus depuis des décennies etc…

          • Sylvain Bouard dit :

            Les médias ne parlent que de l’âge auquel on a le droit de partir en oubliant la durée de cotisation nécessaire pour avoir sa pension à taux plein. Pour les cheminots nés après le 01/01/1963, il faut avoir cotisé 166 trimestres pour avoir la retraite complète. Ca fait donc 41,5 années de boulot. Un collègue rentré à 20 ans dans la boîte n’aura sa retraite complète qu’à 61,5 ans, soit 6 mois avant l’âge de départ d’un salarié du régime général.

        • Flo dit :

          Règle numero 1…

          Mathieu ..ne jamais parler quand on est pas au courant….

          • J. Rucunus dit :

            Attention flo, si on applique ta règle, plus de télé !
            Merci à toi Sylvain pour l’explication, un étage de chefs en plus , c’est toujours mauvais…

        • Markos dit :

          J’en ai assez de lire des commentaires de gens qui veulent tirer vers le bas les conditions de travail du voisin, parce qu’ils sont incapables de se battre pour améliorer les leurs !! Pointer du doigt les conditions de travail des autres en gloussant et en criant au privilège, et vomir sur ceux qui veulent tirer vers le haut la société, c’est simplement de la médiocrité… pour rester poli…

          • Halfaflu dit :

            Bien dit. Merci.

          • Stéphane dit :

            On aimerait bien nous battre mais on ne peut pas aller au travail.

          • lachaise dit :

            Mais quand allez vous accepter qu’il est IMPOSSIBLE d’améliorer nos conditions de travail, car si je fais grève on va juste rire, je n’ai aucun pouvoir, je ne bloque pas mon pays en faisant grève, alors arrêtez avec vos faîtes comme nous, militez. On ne peut pas!
            Je suis infirmier
            Je laisse les gens mourir pour faire grève?
            Vous êtes ridicule « la grève est un droit désolé pour ceux que ça gène entre autre les lycéens ».
            Et bien on rigolera le jour ou les professionels de santé laisseront les gens mourir pour faire grève et obtenir le millième de ce que vous avez.
            J’aimerai bien que vous expliquiez à des jeunes ayant raté leurs épreuves par vôtre faute.
            « c’est pas grave, tu le passera l’an prochain t’as perdu qu’un an ».

            Irresponsable, égoïste, vous ne pensez qu’a vous à votre nombril et c’est vraiment dommage.

          • fisi dit :

            Nous ne sommes pas dans le monde de oui-oui, se battre oui mais Quid des pressions salariales que vous devriez subir après coup dans le privé,fils de cheminot je connais les ficelles du job, si les nouveaux entrants sont bien moins lotis, une grande majorité des fin de carrière sont des nantis en termes de privilèges salariaux…

        • Etudiant dit :

          Bonjour, je suis étudiant et j’étais en période de partiels (examens) pendant la grève mais je peux vous dire une chose: je n’en veux pas à la sncf.
          Bon sang ! Si les étudiants ont des problèmes ils n’ont qu’à prévoir des alternatives (papa, maman, co-voiturage) et ne pas être totalement dépendant de la SNCF !
          Pour ceux qui passent le BAC, quelle idée d’étudier dans un lycée loin de chez eux et donc de devoir prendre le train ?! (sauf s’ils sont en internat mais là la question se ne pose pas puisqu’ils y vont le dimanche et y dorment tout la semaine donc aucun souci au niveau des examens).

          Personnellement je suis d’accord avec les grévistes ! C’est le seul droit qu’ils ont pour manifester leur mécontentement alors laissez-les en paix !

          Et pour toutes les personnes qui réagissent comme des gamins capricieux et jaloux en disant « oui c’est honteux vous avez des privilèges bla bla bla » j’ai envie de dire: vous n’avez qu’à travailler pour la SNCF !

          Et puis, dernier point, arrêtez de blâmer les bons travailleurs du peuple, et regardez plutôt ceux qui sont en haut à tirer les ficelles et à arnaquer le peuple depuis la nuit des temps !

          Paix à vous tous.

          • lolarastacouère dit :

            Je suis d’accord avec vous : c’est important de s’organiser (mais parfois ça coûte cher et ça implique des ressources qu’il n’est pas toujours aisé de trouver en période de stress), de respecter le droit de grève, de s’informer, de réfléchir, tout ça tout ça…

            Mais de grâce, ne donnez pas de solutions toutes faites. Une grève des transports, c’est compliqué pour ceux qui en dépendent. Les bacheliers internes doivent passer le bac dans un autre lycée, si leur établissement n’est pas centre d’examen (le cas de presque tous les lycées privées, d’un certain nombre de lycées publics en zone rurale et d’autres catégories d’établissements que j’oublie sûrement).

            Même si elle implique un certain nombre d’ajustements compliqués, je soutiens cette grève.

            Une mère de bachelière qui a battu un record kilométrique cette semaine, qui héberge 3 élèves de Terminale stressées, et prends des jours de congés sans solde

          • stephane.D dit :

            @etudiant, entiérement d’accord avec toi,les grèvistes SNCF et intermittents ne lacher rien.
            le français est dans sa bulle,ne veut rien voir, se laisse manipupler par les médias et ce gouvernement.
            petite info en SUEDE il se passe la mème chose, vous en avez entendu parler NON,aucune info médiatique dès fois que cela se propagerai.
            SYLVAIN bon courage et ne lacher rien.

          • Eleve en prépa dit :

            Bonjour,

            Je pense que vous n’avez pas réalisé qu’en ce moment, les élèves de classe préparatoire ayant la chance d’être admissibles sont convoqués à des épreuves orales déterminantes pour leur avenir. Celles ci ont lieu à 95% sur Paris, et ce sur plusieurs semaines.

            C’est mon cas. Je n’ai pas pu me rendre à la visite médicale de l’école polytechnique à cause des grèves. POur pouvoir tout de même me rendre aux épreuves orales, j’ai du prendre l’avion, ce qui coute cher. (je suis boursier). Prévoir mes déplacements me rajoute un stress inutile, et des couts supplémentaires, qui me pénalisent face aux élèves des prépas parisiennes déjà bien favorisés (effet anti ascenseur social à cause de la grève).
            LIttéralement, les élèves de prépa en concours actuellement joue leur futur, c’est un stress et une fatigue importante, et les grèves rendent cela difficile à supporter.
            La grève générale de la semaine prochaine m’empêchera de me rendre à certaines épreuves de l’école normale. Si je ne parviens pas à échanger de dates je serai éliminer.
            Je pense que votre réaction est très égoîste, ici on ne parle pas de partiels qui ont lieu à 10 minutes en bus de chez soi, mais d’épreuves ayant lieu à des centaines de kilomètres, particulièrement difficiles et étendues en durée.

            Au passage: je soutiens les cheminots dans leur combat, il me semble que leurs motivations sont correctes. Cependant, leur lutte aura pour effet de favoriser les taupins parisiens bourgeois (dans une mesure pas forcément majeure, mais quand même) et c’est assez étrange pour une lutte sociale.

            Ah oui, sachez également qu’en concours, une « solution » de transport dont la probabilité de fonctionner est de moins de 95 % n’est pas une vraie solution, l’enjeu est trop grand.

            Les seules fois où j’aurais du prendre le train pendant toutes ces années, et où j’en avais un besoin crucial, cela ne sera pas possible. Cela m’inspire du dégout et un sentiement de profonde injustice, mais aussi de colère devant la nullité de la communication de la SNCF (pas imputable aux grévistes).

            Je pense que même si le but est d’emmerder du monde, les grévistes n’avaient aucune considération pour nous, et même si encore une fois je soutiens les grèves en général et ce mouvement particulier, ses conséquences sont désastreuses pour une certaine catégorie d’étudiants.

          • Annette Merle-Borgniet dit :

            Enfin un commentaire qui aide à respirer après tant de courriers nauséabonds, preuves du fascisme rampant et incontrôlable dont bénéficie notre pays.

          • couillin dit :

            je constate une chose aucune profession ne manifeste le samedi, dimanche ou en vacances…….. La grève est un droit, doit il se pratiquer OBLIGATOIREMENT au détriment des usagés. Il me semble que le résultat pouvant être obtenu est proportionnel au nombre de gréviste mobilisé, l’union fait la force, elle est TRES loin des 100 POUR 100 voir 90%.

        • Baptiste dit :

          J’ignore le métier que tu peux faire, mais je pense que tu aurais sûrement besoin aussi de faire grève.
          A part, si tu fais parti de ces dirigeants sans foi,ni loi ..
          Ont devrait tous se bouger ! un mai 68 sa leurs feraient du bien !

          • lem dit :

            @Eleve en prépa : entre tes fautes d’orthographe et les erreurs de syntaxes, tu ne risques pas d’être reçu à l’Ecole Normale ! Achète un Bled et le Bescherelle…
            …Et cette grève est une fois de plus une prise d’otage de quelques’un sur la majorité. Quoi ? la solidarité ? Les 11% de grévistes ne sont solidaires qu’avec eux-mêmes pour des intérêts qui ne les concernent qu’eux… au dépend de tout le monde…Lamentable

          • Eleve en prépa dit :

            @lem

            Et oui j’ai fait deux fautes d’orthographe en tapant ce message très vite sur un support inadapté. Quelle honte!
            Remarquez que c’est toujours moins que vous, bien que votre message soit beaucoup plus court.
            D’autre part, l’expression que vous employez (« prise d’otage ») ne convient pas du tout à la situation, je vous conseille d’éteindre votre TV afin de ne pas vous limiter au vocabulaire très restreint du monde journalistique télévisuel.
            Bref, la prochaine fois, économisez quelques octets de bande passante et évitez de poster!

          • Philippe dit :

            Quant à moi, je vous conseille de la rallumer et de vous brancher sur des chaines sérieuses, style LCP. ‘Faut pas vous plaindre de ne pas être informé si vous vous contentez de consommer des chaines généralistes. Quand je cherche des infos économique, je n’achète pas « Le Nouveau Détective »…
            A moins que vous ne vouliez participer à la parano ambiante sur l’air du « on nous cache tout, on nous dit rien ». 🙂

        • Willy dit :

          Je ne suis pas cheminot, mais à te lire j’ai l’impression qu’il y a comme de la jalousie dans tes propos mon ami …
          Je pense que tu devrais te reconvertir dans la branche ferroviaire.
          ET n’oublie pas, PEACE, car les problèmes de cette société ne me semblent pas être là. Et s’il te plaît arrête de regarder la télé, ça te fera du bien …

      • adec dit :

        La contestation d’une décision de l’employeur peut se faire par la négociation, la discution, des réunions avec des représentant du personnel. Pourquoi la SNCF est-elle en grève au début des vacances, en période d’examen, juste avant ou juste après une période de pont.
        Les personnes qui sont le plus embetées par cette action ne sont pas vos employeurs, mais vos clients.

        Oui, vous n’êtes pas content de cette réforme qui va remettre à plat vos droits (certain). Et? Regardez ce qui se passe ailleurs. Vous n’êtes pas les plus à plaindre.

        Comparez votre travail à un ouvrier en 3×8 sur une chaine de montage, qui travaille 10 samedi dans l’année, change d’horaire toutes les semaines, et en plus doit partir 2 heures plus tot que d’habitude pour cause de défaillance du service public. Pour rappel, la continuité du service public est un droit constitutionnel, il a la même valeur que le droit de grève, donc doit etre respecté de la même façon.

        • Gom dit :

          Salut,

          Le projet de loi a maintenant 1 an. Une année pendant laquelle il y a eu beaucoup de temps perdu en négociations, avec 2 journées de grèves de 24h sur le sujet et 2 autres de manifestation, la dernière le 22 Mai dernier. Qu’est-ce qui a changé pendant cette année ? Rien. Le secrétaire d’état n’attend que le rapport de force, rien n’a été acté par négociation.
          Quant au calendrier, c’est lui qui l’a choisi et qui nous l’impose. Les discussions à l’assemblée nationale ont lieu à partir de Mardi prochain, et mi Juillet pour le Sénat. Une fois le projet voté (parce qu’il ne faut pas bloquer ceux qui partent en vacances non plus), il sera bien trop tard pour réagir. Et plus tôt, on nous aurait dit que c’était inutile, rien n’étant fait.

          Pour le reste du message, ce blog est suffisamment détaillé pour décrire les conditions de travail des cheminots, il suffit de le lire. Bien sûr qu’il y a pire ailleurs, est-ce pour cette raison qu’il faille se mettre à genou ? N’est-il pas possible de se battre pour que tout le monde ait de meilleurs conditions de vie ?
          Pour l’ouvrier en 3*8, il peut comparer avec des horaires à la SNCF qui changent tous les jours (et pas toutes les semaines), un planning pour certains qui est donné le jour pour le lendemain, il ne peut donc rien prévoir à l’avance pour la vie de famille (les gamins, tout ça).

          • David dit :

            Hey mec, sérieux tu vas me faire pleurer avec ton ouvrier en 3*8 et tes 10 dimanches pas an ! Personnellement je bosse chez STMicroelectronics, je suis en 2*8 et 3*8 des fois, et je me tape 15 week end par an, je suis payés en conséquence ! Et je ne vis pas non plus à 250kms de mon taf, je vais au boulot en voiture, tu crois quoi ? que les employés lambda comme toi, moi, vont au taf en train tous les jours ? tu prends les ouvriers français pour des riches ou quoi ?

          • Zaz91 dit :

            En tant que travailleuse, je ne peux que soutenir la grève des cheminots:

            – En ce qui concerne les « privilèges »:

            l’article dément très bien cette idée (merci à toi Sylvain) et, de toute manière, pourquoi vouloir tirer vers le bas? Mais tous les travailleurs devraient être en grève, pour soutenir celle des cheminots qui est légitime car leurs conditions de travail sont menacées, et pour les travailleurs dans leur ensemble pour qui… les conditions de travail sont constamment menacées aussi avec salaires à la baisse etc. En fait, ne vivons-nous pas tous le même genre de situation de travail, public ou privé?

            – En ce qui concerne la période qui serait « mauvaise »:

            à part le fait qu’il n’y a jamais de « bonne » période, le calendrier est le calendrier (et il est rarement le fruit du hasard; dire « oui mais vous allez pénaliser les élèves qui passent leur bac », ça a sûrement découragé plus d’un gréviste, en plus du salaire qu’ils perdent, rappelons-le); et surtout, la négociation dans un sens avantageux pour les travailleurs ce n’est pas possible! pourquoi? parce que le rapport de force est là; aujourd’hui, la force est largement du côté du gouvernement au service des riches et des entreprises, et pas franchement du côté des travailleurs. Alors, la seule force des travailleurs, c’est la grève. Parce que ça embête, oui. Et si, la grève des cheminots embête la SNCF qui perd du fric. Dans d’autre branche, si les travailleurs s’arrêtent de travailler, plus rien ne tourne. C’est là leur force.

            Pour finir:
            la stratégie qui existe depuis la nuit des temps à savoir diviser pour mieux régner, fonctionne à fond en ce moment: les soi-disant « privilégiés », les « il y a pire que vous », le lynchage médiatique contre les grévistes, etc.: c’est pour éviter que les gens s’en prennent aux vrais responsables: ceux qui veulent toujours plus de profits. Cette réforme va dans le sens de « toujours plus de profits pour les riches (en l’occurrence, les actionnaires de la SNCF par exemple) »… et tout ça, sur le dos des cheminots. Qui pense ne pas être exploité du tout en tant que travailleur aujourd’hui? alors vous êtes d’accord avec les cheminots, et vous savez qu’ils ont raison de se battre parce que vous défendez la même chose.
            Vive la grève des cheminots!!!

        • DAvid dit :

          Oui donc, en fait, on est stupide. On fait grève sans avoir discuter avec l’employeur avant. Non mais franchement. Venez pas pondre des commentaires aussi stupide avant d’avoir fait un minimum l’effort de vous renseigner.
          On fait pas grève parce que c’est le début des vacances et une période d’examen. On fait grève parce que le projet de loi est débattu dans la semaine. Nuance. Si le gouvernement avait fait l’effort de nous écouter avant, on en serait pas la.

          Donc si je suis ton raisonnement, c’est  » ferme ta gueule, marche et crève  » ? On est pas les plus à plaindre, certes, mais c’est aucunement une raison pour se laisser faire par des politiciens qui ne veulent que détruire notre outil de travail pour faire plaisir aux financiers et à l’Europe.

          C’est bien beau de dire qu’on embête les clients, mais depuis 1997, c’est qui qui subit les plaintes des usagers parce que le système ne fonctionne pas, et qui devra encore le subir après cette réforme ?

          On se fait prendre par tous les trous par l’Europe, alors que démocratiquement le peuple refuse de suivre cette même entité. Je rappelle qu’on a voté NON, et qu’au dernière élection, l’euroscepticisme a encore gagné. Mais non, nos dirigeants continuent de nous prendre pour des cons et à instaurer les règles que l’Europe à décidé.

          Et c’est bien de comparer les différents métiers. Mais t’oublies juste que l’ouvrier en 3×8, il a pas 300 personnes dans son train à amener en vie à destination par jours. Pour ce qui est des samedis, et des changements d’horaires, je crois que tu dois complètement zapper que les trains roulent aussi le samedi, de jour comme de nuit, jours fériés ( noel, paques, jour de l’an ect.. ) et que pendant que les nantis partent en vacances, nous on les emmènent à destination.

          • denis dit :

            Salut
            bien confus votre diatribe …
            j’ignorais que j’étais un « client » en utilisant le service dit public offert par la SNCF ( surtout quand on vit en dehors du petit monde de la ouature individuelle ); je crois savoir qu’un client peut choisir entre différentes entités : banques,assurances,épiceries petites et grandes etc … pour le déplacement ferroviaire , que nenni …

          • darkvador dit :

            les nantis!!!! mouarfff. Pourquoi,les pauvres »cheminots grévistes » ne partent jamais en vacances. Réponse ridicule, comme votre greve. Ce que vous ne comprenez pas, c’est que la majorité de la population ne voit que les faits: en grêve soit le jour des examens, soit pour les départs en vacances…. Que les cheminots aient droit à des conditions de travail décentes, oui,un statut décent, oui, mais les arguments mis en avant sur ce blog ne sont pas crédibles. Certes la réforme n’est peut être pas parfaite mais c’est la moins pire. 15% de grévistes,si ce n’est pas prendre en otage vos collègues et les clients, merde!!! Qui se coltine les usagers en colère:vos collègues,les gilets rouges, où êtes vous les grévistes pour expliquer vôtre mouvement,sur les quais!!!! non, bien planqués dans les dépôts à empécher les cheminots consciencieux de travailler (la majorité!!!),après, allez remplacer les ouvriers à la chaîne qui ont eux aussi une famille,qui travaillent eux aussi les week end, en horaires décalés,dans le bruit et qui n’ont pas les moyens de faire grêve. Vous ne faites pas grêve pour la défense du service public, vous en avez rien à battre des usagers, des lycéens…. vous défendez vos petits avantages (heureux pour vous). cessez vôtre hypocrisie, c’est une grêve politico-syndicale avec des enjeux qui dépassent tous le monde et vous les premiers, vous êtes manipulés,bref vous creusez vôtre pauvre tombe et celle de vos collègues non grévistes… ouin ouin, je suis une pleureuse qui traitent les autres de nantis!!! pathétique.

          • saillet dit :

            bien dit david,je suis avec toi moi j’ai milite pendant 25 ans et ne faut pas ce laisser faire par ce gouvernement de merde . ne lache rien foncer

          • Cb dit :

            Merci ! Je lis avec stupéfaction les coms de ce passionnant témoignage de Sylvain Bouard… Le vôtre m’a fait du bien ! 🙂 Je ne travaille pas à la SNCF et je trouve louable toute tentative de résistance en ce moment… Bon courage à tous !

          • Cb dit :

            Zut, dans mon commentaire, je ne vous ai pas cité David. C’est à vous que mes remerciements s’adressaient !

        • Fanfoé 07 dit :

          10 samedi par an??? je sais c’est beaucoup. Mais un conducteur de trains c’est 22 dimanche à la maison seulement. Dont 12 week end. (congés protocolaires compris). Quant à la grève, la loi ayant changée depuis déjà quelques années, en comptant les concertations obligatoires et le préavis de 5 jours, plus le fait de se déclarer gréviste 48 h avant, pourquoi la SNCF ne met elle pas les usagers au courant des mouvements avant? Souvent, se sont les cheminots qui les avertissent, par tracts. Et les dates ne sont pas choisies à l’avance sinon je passerai tous mes Noël en famille…

          • denis dit :

            Salut
            « dimanche(s) à la maison ( en famille …) , noël en famille … » ah ! c’est beau … on est vraiment loin de la poésie et de l’aventure de « la bête humaine » …
            dommage et tristounet …
            bonne réception

          • ben dit :

            Ca me parait normal que les cheminots travaillent quand les gens doivent prendre le train, donc également le week-end. C’est hallucinant de se plaindre de ça. La vendeuse de chez Kiabi elle en a combien, elle, de samedi par an?

        • fab dit :

          10 samedi dans l’année ! ! En 3*8 ça c’est moi oui un cheminot qui est en 3*8 et que 2 weekend par mois arrêtez je vous laisserais ma place vous en voudriez même pas avec nos conditions actuelles ! ! Vous voulez qu’on sois tous des moutons ?? Eh ben non nous on monte aux créneaux

          • Legout dit :

            « je vous laisserais ma place vous en voudriez même pas avec nos conditions actuelles ! ! Vous voulez qu’on sois tous des moutons ?? Eh ben non nous on monte aux créneaux »

            eh bien alors battez-vous pour l’amélioration de vos conditions, mais ça demande du courage … vous êtes visiblement un mouton pour votre patron, et montez au créneau contre d’autres salariés. Comme TANT DE GENS juste capables de jalouser le voisin qui vis un peu moins mal. Nos anciens se sont battus pour vivre mieux, vous êtes prêts à tout abandonner.
            Attention, les ukrainiens à 300 euros par mois arrivent, vous êtes un gros privilégié pour eux : descendez donc à 300 euros/mois et avec le sourire hein !

        • Thomas dit :

          « la continuité du service public est un droit constitutionnel »

          Justement. C’est bien pour çà que la SNCF fait grève. Pour que le service public de qualité puisse continuer :p

          Ou alors, jouons sur les mots

          Ce qui est constitutionnel, c’est la continuité du Service Public (i.e. l’Administration et les fonctionnaires). La SNCF est une entreprise de service public, mais ce n’est pas un Service Public.

        • Moinot dit :

          Les conducteurs de fret font aussi les 3×8, travaillent le samedi, le dimanche, changent d’horaires toutes les semaines.Ils faut arrêter de monter les français les uns contre les autres par des inepties

        • baba dit :

          Ouais, t’as raison. Et pourquoi on comparerait pas aussi tant qu’on y est, avec les ouvriers taïwanais payés à coup de triques ?? Battez vous au lieu de dire des conneries ! Ca fait des années que les « privilèges » des fonctionnaires sautent… et ça fait des années qu’en même temps les salariés du privé voient leurs conditions de travail se dégrader… Bilan : remettre en cause les droits des autres n’a jamais permis d’en gagner pour soi…

          • maxime dit :

            Super ton bilan baba … ca fait chaud au coeur de voir qu au final il n y a pas mal de monde non cheminot qui arrive à nous comprendre grâce a ton blog Sylvain. Après une semaine de mouvement social et 2 séries de grève (hé oui je suis un privilégié gréviste n en déplaise à ceux qui viennent gerber leur haine sur leur clavier après une journée chargée d exploitation par leur tyran de patron qui leur fait croire qu ils doivent etre exploités tout en gardant le sourire…) ca donne toujours autant de motivation voir même de l indignation tant on ne respecte plus ce qui a été gagné au sacrifice de vies a la Libération. Ceux qui écrivent de telles inepties, si seulement vous aviez ne serait-ce qu une once de connaissance de l histoire ouvrière vous ne cracheriez pas sur ce qui reste du soit disant Service Publique. Sans ce Service les jours de grève nous voyons à quel point vous ne pouvez plus vous en passer de prendre vos abonnements financés en moyenne à 70 % par nos Régions… Supprimons les! Puisqu il en sera question sous peu puis ouvrons les vannes de la libéralisation du rail et vous verrez à quel prix vous pourrez vous rendre au travail. Cessez de nous traitez de privilégiés et envoyez nous donc vos enfants travailler dans notre merveilleux monde de privilégiés vous verrez comme ils seront heureux de devoir sans cesse se battre entre le fromage et le dessert avec le côté droitier de la belle famille lors des repas qu ils pourront avoir une fois dans le mois tant nos week end sont rares, de devoir faire des cours de chemin de fer pour les nuls pour expliquer son métier tant il est techniquement casse gueule d expliquer toute la chaine mise en oeuvre pour faire circuler un train en toute sécurité soit disant JAMAIS à l heure. Messieurs dames regardez donc un peu et réfléchissez..supprimons tout service (transport Postes et centres hospitaliers) refiler les tous à des entreprises privées qui veulent les rentabiliser vous verrez si vous voudriez avoir des gosse dans cette société. J ai 24 ans j ai attaqué de bosser des l age de 14 ans je suis rentré à 18 ans dans ce monde de privilégié et je suis même maso car je vais même vous dire que je suis actuellement agent de maitrise et que je suis a 1700 euros de salaire brut en traitement de base. Je vais devoir me coltiner 166 trimestres de cotisations pour esperer etre a la retraite a 59 ans et demi en 2048 … oups pardon a 62 ans vu qu il y a la décote pour jouir de ma retraite a taux plein soit la retraite en 2051 ! Vous imaginez un peu et ca c est le calcul avec notre systeme de privilégié actuel en me farcissant du 2×8 en étant agent de réserve (qui remplace les malades les agents en repos et congés) en ayant 9 horaires différents vu que je couvre pas moins 9 postes avec comme droit,dans la mesure du possible,à un weekend par mois si l exécution du service le permet et le tout avec un planing connu sur une semaine a l avance. Voilà à quoi ressemble mon merveilleux monde de privilégié pour un agent de maitrise SNCF. Maintenant j attends avec impatience que vous me vomirez dessus.

        • le padre dit :

          j’ai envie de dire que l’ouvrier ne travaille que 10 samedi dans l’année. pour votre gouverne,chez nous c’est plutot l’inverse. la seule obligation de l’entreprise est de nous donner 12 week end par an. soit 1 par mois.

        • michel dit :

          Vous savez à la SNCF il n’y a pas que les roulants(conducteurs de loco) mais beaucoup de’autres métiers, en particuliers ceux qui préparent les trains,d’autres qui les réparent,et bien très souvent ils travaillent aussi en 2X8 ou 3X8, le samedi, le dimanche(et ce n’est pas un choix), les jours fériés, pour ma part j’aurai bien aimé ne travailler que 10 samedi par an. En France le sport national est de regarder dans l’assiette de son voisin, et demander que ce voisin laisse ce dont il a droit au seul motif que vous ne l’avez pas(pensez y vous êtes le voisin d’un autre), les politiques l’ont bien compris et utilisent les médias pour nous diviser. Sinon si vous voulez, j’ai une solution égalitaire 7/7 de travail pas de congé et tout le monde au salaire minimum!

        • bruno dit :

          et alors vous trouvez cela bien?
          tout le monde possede certains privileges…..les journalistes,les hommes politiques,les agents des banques,les militaires,la police…….j’en passe…….moi même (conducteur depuis 23 ans et cheminot depuis 35 ans)j’en emmene tous les jours……..les privilegiés ne sont pas toujours là ou on le dit!!

        • Sylvain dit :

          Le calendrier de cette réforme n’est pas le fait des organisations syndicales et encore moins des cheminots. Le gouvernement décide de commencer à discuter de cette réforme à l’assemblée le jour où débutent les épreuves du Bac. Vous pensez que cette date a été choisie au hasard ? Moi, non…..

        • Gilles dit :

          Je travaille 30 week-ends par an, je suis sur un roulement en 3X8 depuis maintenant une dizaine d’années. Avant, j’ai travaillé une vingtaine d’années dehors par tous les temps, en changeant d’horaires toutes les semaines sur un roulement qui comprenait des périodes de nuits et d’autres de jours. Lorsque je travaillais dehors, mes seuls outils étaient une pioche, une pelle, un râteau plus les moteurs thermiques, tronçonneuse, perceuse, etc… Et, ah oui, pour adec, je suis cheminot le long des voies, et contrairement à ce que prétendent certains, nous sommes des dizaines de milliers comme ça…

        • adc bzh dit :

          Je suis conducteur de train, et j’aimerais bien travailler 10 samedi par an comme cet ouvrier….. ça m’en laisserait 42 à la maison, et nom pas 14 comme l’an dernier!!! Et pas de probleme pour les 3×8 avec horaires qui changent chaque semaine, j’ai fais ça avant d’ètre à la sncf et j’étais dix fois moins crevé qu’avec mes horaires de conducteur, qui changent chaque jour.. un coup l’apres-midi/soirée, un coup le matin, un coup tu pars sur deux jours, impossible d’avoir un rythme calé pour dormir. Faut arrèter de croire que tout est idyllique, et le fossé entre le battage médiatique et la réalité de nos métiers est énorme… et j’ai bossé dans l’industrie avant, je sais de quoi je parle!

        • steph dit :

          Alors oui je peux comparer, je suis conducteur de train, j’ai des horaires qui changent tout les jours, je me tape us de samedi, de dimanche et de jours fériés que 10, à dix ce serait du bonheur, je dors au moins deux fois par semaine hors de chez moi, mais mon boulot me plaît.c’est ceux qu’on veut en faire qui me déplaît, et la jalousie des autres.après on pourrait énumérer les avantages des pauvres travailleurs du privé mais bon j’ai autre chose à faire.

        • LBCheminotte dit :

          Juste à titre indicatif, je suis cheminote, les 3/4 des postes sont en 3×8 et nous on bosse les dimanches, les jours fériés, les samedis, et tous les autres jours !
          La différence avec l’ouvrier dans sa chaîne de montage c’est que lui se fait pas insulter à longueur de journée par des clients qui ont envie de passer leurs nerfs sur quelqu’un après une mauvaise journée.

          • Laurent dit :

            Bonjour,
            Pour ma part, j’ai un avis assez neutre sur le « pour » les grévistes ou « contre », personnellement j’ai du prendre le train 5 fois dans ma vie…
            Juste une petite réaction sur le sujet des horaires, je travaille dans le commerce, responsable-adjoint d’un rayon fruits et légumes, je travaille 6 jours sur 7 à longueur d’année [exception lorsque que je travaille le dimanche car repos obligatoire le lundi et si je ne bosse pas le week end qui suit, j’ai le lundi et le dimanche de repos ( youhou… !)], je travaille 48samedis par an (soit 5 samedis où je ne travaille pas,pour mes 5 semaines de vacances), je fais ( au minimum ) 2 dimanches par mois, le magasin est ouvert lors des jours feriés, des periodes de fêtes, certes, le 25 décembre et le 1 janvier nous sommes fermés, mais je suppose que la compensation financière d’un jour férié travaillé n’est pas négligeable ? Je suis basé sur un 38 heures semaine, mais ayant un responsable feignant à souhait, mes semaines tournent plutot au alentour des 41heures, sur un rayon fruits et légumes donc de la manutention à longueur de journée avec des journées pouvant atteindre 10heures de rang à marcher, à supporter les clients impolis, irrespectueux à manger des cerises et cracher les noyaux par terre ou meme dans les rayons,énervés parce que mon responsable n’aura pas commandé assez de marchandises donc etre en rupture du produit de saison à 17heures ( alors qu’on ferme à 20heures), j’attaque à 5heures voir 4heures lors des périodes de fêtes où des week end car forcément, le samedi c’est course vu qu’on bosse toute la semaine mais personne ne pense au fait que oui, moi aussi j’ai bossé toute la semaine et je suis encore là le samedi voir le dimanche alors qu’ils sont en week end !
            Bref, tout ça pour dire que lorsque vous avez signer votre contrat SNCF ou ouvrier à la chaine, vous saviez ce qu’il en était ou on vous a mis un couteau sous la gorge sans savoir ce que vous signez ?

            Tout ça pour dire que mes horaires changent toutes les semaines, que du jour pour… le jour même mes horaires peuvent varier suivant la charge de boulot, que je fais des semaine de plus de 40heures, que je ne sais pas ce que veux dire le mot week end ( samedi+dimanche ) sans avoir à poser de CP, que je suis aux contacts de clients méprisants, hautains, voir pire ( heureusement il y aussi les clients gentils, bien éduqué, correct qui font oublié les autres) et pourtant je ne m’en plains pas, car je savais qu’en faisant ma vie professionnelle dans le commerce, ça serait ainsi. J’ai 28 ans, ça fait 10 ans que je travailles dans ce domaine, je commence déjà à ressentir des douleurs dorsales, et je ne suis pas sûr d’avoir un jour une retraite vu les caisses de l’Etat…
            Donc oui pour le droit de grève, mais comme ont dit certains, les actions doivent être diriger vers le gouvernement et non vers les gens qui vous font gagner votre vie.
            P.S: c’est cool les vacances, ca me laisse le temps de commenter 😀
            Amicalement, chacun est libre de penser ce qu’il veut, c’est bien une des dernières libertés qui nous reste !

        • Marc dit :

          « Comparez votre travail à un ouvrier en 3×8 sur une chaine de montage »

          Si un cheminot a plus d’avantages que cet ouvrier, est-ce que le cheminot qui « abuse ». Où est-ce l’ouvrier qui n’est pas traité convenablement ?

          Les salariés du privé ont plus à gagner en se battant pour améliorer leur situation. Qu’en réclamant que tout le monde soit autant dans la merde qu’eux.

          A moins qu’ils partagent la nouvelle rengaine : la crise c’est la faute des salariés trop payés, des malades trop soignés, des retraités trop pensionnés etc etc.

          • adec dit :

            Je ne dis pas de niveler par le bas, mais que les agents cessent de ce plaindre tous le temps.

            Si le travail est si difficile, si les conditions de travail sont si dur… et bien venez travailler en usine, on s’y amuse tant.

          • Schlomo dit :

            Quelqu’un parlait d’histoire…
            Je vais vous en conter une !
            Il était une fois une fonction publique moribonde au sortir d’une guerre qui fût longue et désastreuse. Pour pouvoir attirer un peu de monde au vu du salaire bien moindre que pour les salariés du public, l’ensemble du pays a accordé quelques privilèges… Quels privilèges ? Une sécurité de l’emploi contre 20 à 25% de salaire en moins ! Au vu du salaire, une retraite qui reste décente.
            Les années ont passées, les riches se sont gavés, la « crise » est arrivée (pétrolière, etc… tout peut s’appeler crise pour manipuler le bon peuple qui lui se gave de journaux people et de programmes T.V abrutissants).
            Les salaires augmentaient régulièrement, ils étaient indexés sur l’inflation. Puis, les riches ont trouvé un nouveau moyen d’être encore plus riches… Lequel ? Désindexer les salaires entre autres. Mais la loi est la loi et les salaires ont continués d’augmenter dans la fonction publique et ont commencé à stagner dans le privé. Petit à petit les salariés du privé, désunis, manipuler se sont vu rattrapés par ceux du public.
            Mais les riches ne veulent pas s’arrêter là !
            Ils veulent tout ! Tout prendre ! Alors comment faire ?
            Et bien liguer les uns contre les autres, cela se trouvait déjà dans le prince de Machiavel (« Diviser pour mieux régner »).

            Vous allez me dire, les français sont cultivés, on ne va pas les y prendre ! Et bien si, cela marche fort bien. Les raisons peuvent être nombreuses: casse de l’éducation nationale, émergence des chaines (et radios) dites d’information, dérégulation européenne ou tout simplement abandon de la collectivité (faire société) à l’individualisme forcené, concurrence (toujours déloyale)… Bref, nous pourrions y passer la journée !

            Moralité, râler n’est pas agir. Faire la grève si ! Et tant qu’à faire, pour que notre pays réponde à sa devise, faisons une petite révolution !
            Les réformes ne changent rien au système, changer le système c’est faire la révolution.

        • Céline dit :

          bonjour, je ne pense pas être privilégiée. L’année 2012 j’ai bossé 37 dimanche sur 52. Le minimum prévue par la convention étant 12 dimanche à l’année… Mon programme du mois suivant étant connu le 20 du mois précédent… Commande de travail peut se faire la veille pour le lendemain… Ah oui et l’organisation de la famille comment elle se fait avec tout ca ? Donc étant à la SNCF je devrais etre celibataire et surtout pas d’enfants… Je suis programmée à bosser 24 sur 24 tant qu’on y est !!!

          • Céline dit :

            petite précision quand je dis commande de travail, je devrait dire déprogrammation d’horaire ou de repos… Ah tu étais en repos jeudi eh bien tu ne l’es plus ! On est mercredi ben c’est pas grave tu t’arranges ! Qui a dit que l’on avait un métier facile…

        • Fanny dit :

          C’est pas parce que y a pire q’il faut ce contenter du médiocre et accepter que ses conditions de travaille régresse pour le profit et le confort de… ba tjrs les mêmes. L’esclavagisme moderne va dans ce sens justement. « Tu reçois 5 coups d’fouet par jour? Te plains pas, dans tel boîte ils en donnent 10. Tu reçois 10 coups d’fouet par jour? Te plains pas, dans tel pays, ils en donnent 20… » etc. C’est pas en regardant les pires conditions de travail que les nôtres qu’on à obtenu des congés payés.

        • cartouche74 dit :

          mon fils travaille à la SNCF, salaire au bout de 10 ans 1000 à 1300 avec les 4×8 plus week-end et jour férié un exemple il a travaillé le 1er mai et pas le choix pas de salaire ni prime en plus, alors c’est normal qu’il se défende!!!! quand vous parlez de priviléges des voyages gratuits c’est une compensation pour des petits salaires

        • fred dit :

          et toi adec tu crois quoi ??? qu’on fait pas les 3×8 a la sncf ??? tu crois quoi qu’on bosse pas la nuit,le week end ?tu crois qu’ils roulent comment les trains la nuit tu crois qu’ils ce font comment les travaux la nuit ??? moi quand je bosse de nuit a la sncf je fais 5 voir six nuits d’affiler pendant des semaines ca te gêne pas ca ??? mais personne en parle des conditions de travail il vaut mieux se cacher derrière des préjugés vieux comme le monde !!! mais quand on ce permet de critiquer un sujet il faut savoir de quoi on parle !!!

          • adec dit :

            mais, si c’est si horrible que ça, laisse ta place, il y a du monde au portillon.

            Je ne dis pas que votre travail est facile, bien au contraire. Cependant, je constate que la SNCF est quand même très très régulièrement en grêve. Et j’aimerai qu’on m’explique pourquoi ? Soit la Direction ne veut rien entendre, soit les syndicats ne font absolument aucune consession… ce qui est d’ailleurs dans leur habitude ! Je le sait, je travaille avec eux (CGT, FO)
            Petite question, quelles sont les amnéagements que les syndicats ont acceptés sans hurler, simplement en se rendant compte que le système actuel n’est pas viable à long terme ?
            Pourquoi avez vous peur de l’ouverture à la concurrence ? Ce qui devrait avoir peur de cette ouverture et d’une hausse des prix possible sont les usagers – clients. Si cette ouverture vous fait perdre vos droits acquis, c’est qu’une entreprise ne peut tourner ainsi.

            a vous lire

        • GLILL dit :

          Pourquoi la réforme tombe par hasard la semaine du BAC Battons nous pour les générations futures… Conducteur SNCF qui travaille un dimanche sur deux qui a des horaires différents tous les jours.

        • kS31 dit :

          Bonjour, pour information, je travaille pour la sncf en 3×8, je change d’horaire toutes les semaines, je travaille entre 24 et 28 dimanches par an sans parler des samedis. Je travaille également les jours fériés lorsqu’ils ne tombent pas sur un jour de repos que l’on m’impose par répartition semestrielle. Lorsque je suis de réserve (1 mois sur 2), ma hiérarchie a le droit de bouger mes repos. Je suis rappelable lorsque je suis d’astreinte même si je viens juste de me mettre au lit à 7h du matin.
          De plus, je passe 1h30 dans les transports pour aller travailler. J’en passe et des meilleures…
          En depit de ça, j’aime mon métier et ne voudrais changer pour rien au monde. Par contre, je ne supporte plus d’entendre les médias dirent des conneries à longueur de journée, faire de la désinformation et pousser nos concitoyens à nous haïr sans parler de notre notoriété alors que l’on devrait tous s’unir contre le gouvernement (peu importe le camp mais il faut avouer que l’actuel est particulièrement pourri) et ses privilèges, de vrais privilèges.
          Quitte à tout connaitre de ma vie, je gagne 1273.49€ en traitement + 27.36€ en indemnité de résidence (834€ de loyer sans apl évidemment car je gagne trop). Je declare 19000 environ par an car les primes que l’on a (participation aux bénéfices, prime de vacances et de fin d’année) sont imposables. Ma compagne déclare egalement environ 19000€ et comme par hasard vu que nous sommes des privilégiés, nous payons 1945€ d’impots. Évidemment, ce sera avec grand plaisir que je communiquerai des documents autenthiques à ceux qui pensent que les cheminots roulent sur l’or et foutent rien de la journée.
          Ce post n’a pas vocation a polémiquer mais bien à ouvrir les yeux de l’opinion publique afin que les français ne soit plus des moutons à la solde d’une presse non libre et dirigée par des marionnettistes.
          Bien cordialement.

      • olivier dit :

        Ce n’est pas la grève qui est discutable mais de prendre en otage les usagers, vous ne pourriez pas aller emmerder l’assemblée !!!! les vrais responsables !

        • alexp dit :

          Exactement. On aimerait vous voir a l’Assemblée. Faites du bruit comme les bonnets rouges

          • Sylvain Bouard dit :

            La manifestement prévue devant l’assemblée dans la semaine a été refusée par la préfecture. Info donnée ce matin en assemblée générale à Bourg en Bresse.

        • MrJacks dit :

          Olivier ca a déjà été fait. Les collègues se sont fait gazé et tabasser. Oui le gouvernement est ouvert au dialogue manuel. Ce qui me choque le plus c’est que personne ne gueule contre le fait que les politiciens aient le trains l’avion gratuit. Que certains bénéficie de pension exorbitantes pour service rendu a l’état même après leur mandat. Par contre que des gens se rebelle contre le système et demande a garder leur acquis et que ce soit la norme pour tous ca ca pose problème. Le gouvernement manipule et choisit des dates clés lors des conflits pour les rendrent impopulaires. Quand la discussion n’aboutit a rien il faut montrer les crocs. Beaucouo de choses changerait dans ce pays si la population montrait les crocs et se faisait entendre.

          • David dit :

            on appelle ça de la dictature.

          • CASIUS77 dit :

            quelles belles images en effet et la directrice qui vient provoquer les grévistes et prend les journalistes à témoin. Quel bel exemple de dialogue social, ah bon!!! c’est la gauche qui est au pouvoir mince j’ai raté quelque chose…..Bien dit Jack qu’attendent nos élus pour supprimer leurs avantages pour les billets de train et d’avion.Ils parlent bien mais ne visent pas les bonnes personnes.Tien la cours des comptes qui trouve que les fonctionnaires gagnent de trop. Etrange collision des infos, tout celà est réglé comme du papier à musique

        • adc bzh dit :

          Les prises d’otages c’est pas en France, mais dans les pays en guerre et/ou victimes du terrorisme, avec sac sur la tronche et kalashnikov sur la tempe…. rien a voir avec le fait d’avoir un nombre de train réduit d fait de grève. Il reste bien des modes de déplacement a disposition en attendant….

      • Nemo dit :

        Non, il n’y a pas que la grève, il y a la démission aussi…

        • Quidam dit :

          ben justement, envoyez tous votre dem’ le même jour, comme ça ils n’auront plus de personnel qualifié pour faire rouler les trains 😀

          • Legout dit :

            quelles remarques imbéciles. Triste. Bien fait de pas faire de gosse, en avoir de ce genre m’affligerait (suis pas tout jeune).
            Allez j’arrête la lecture, c’est trop à vomir.

      • Mabillotte dit :

        Vas bosser ne usine tu verras que oui tu es privilégié. Votre grève c’est du foutage de gueule en barre, on devrait vous brûler tous sur la place de la Bastille. Au vous foutre tous au chômage. Certains rêveraient d’avoir votre place.

        • Sylvain Bouard dit :

          Les recrutements c’est toute l’année et la SNCF recrute de CAP à Bac+5. N’hésite donc pas à postuler. http://www.emploi.sncf.com

        • bruno dit :

          eh bien fallait y rentrer moi quand j’y suis rentré en 1979 tout le monde se foutait de ma gueule en me disant que j’allais crever de faim dans cette entreprise……arretez alors de pleurnicher quand vous vous faites transporter dans des conditions de merde!!!!vous etes des moutons!!

        • DAvid dit :

          Tu bosses surement pas en usine pour dire des conneries pareilles.

        • saillet dit :

          arrete de raconter ses connerie la mabillote ts vs bruler n’importe quoi .tu n’as qu’a faire le mouton attention a ton salaire bientot

        • GLILL dit :

          Fallait bosser à l’école Mabillotte

        • castor dit :

          bonjour
          tu parles de travailler en usine .Je suis cheminot a la retraite , j’ai passé 40ans dans dans les ateliers et je suis parti avec de l’amiante dans les poumons .Par chance ,mon patron ne me l’a pas facturé . Arretez de denigrer les cheminots et Battez vous .
          Le danger est en face, chez les patrons, banquiers et politiques .Pas chez les travailleurs

          • Gilles dit :

            Bonjour, je suis cheminot et j’ai travaillé le long des voies pendant quinze années. Mes outils étaient la pioche et la pelle. Je travaillais sur un régime de dix nuits, dix jours, etc, par tous les temps (à présent je suis en 3×8 en atelier)… Bref, c’est un métier que tout le monde peut faire, vraiment, et je ne comprends pas pourquoi ceux qui rêvent de le faire ne viennent pas postuler pour le faire, ils auraient le plaisir de venir vivre le fait d’être privilégié cher Castor… Pas besoin de brûler quoi que ce soit (votre haine peut-être), agissez, postulez pour un poste de rêve ! Ou… Ou si vous n’êtes pas prêt à sortir de votre enfer pour venir vivre notre paradis, taisez vous…

          • Gilles dit :

            Pardon, mon commentaire précédent s’adresse à Mr Mabillotte, et pas à Mr Castor. Si vous pouvez modifier ceci Mr Bouard, merci.

      • Nicolas Sauvageot dit :

        Allez parler du droit de grève à des salariés travaillant en usine de production et ce qu’il va leur arriver si une grève s’annonce. Et vous vous permettez de prendre une semaine de vacances avant même de savoir ce qu’il va être négocié au final… Votre poste ne vous permet de mesurer les enjeux réel d’une telle réunification il me semble.

        La société évolue, pas toujours dans le bon sens, certes, mais il faut savoir également s’adapter au contexte économique actuel, qui, vu les avantages qui persiste à certains postes à la SNCF, vous reste largement favorable.

        En attendant, les seuls qui sont lésés dans cette histoire sont les voyageurs qui ont des diplômes, des examens ou simplement le droit de prendre des vacances bien méritées après un dur labeur quotidien (et sans grèves). Impacter la population est tout bonnement inacceptable.

        On vient nous parler de garder notre civisme dans les trains, et puis quoi encore, il ne faut surement pas compter sur la compréhension de vos clients, car oui, vous oubliez bien souvent que ce sont vos voyageurs qui vous font en partie vivre. On dit que le client est roi, c’est un précepte qui n’est pas enseigné à la SNCF, et pas appliqué en tout cas.

        Soit dit en passant, vous parlez « d’attendre » 61ans pour atteindre 1000€ de pension, alors que certains vont TRAVAILLER jusqu’à bien plus…

        Tout ça pour dire que vous vous basez sur des suppositions pour justifier vos actions, si toutes les entreprises fonctionnait comme cela, le pays serait totalement au fond du gouffre et battrait des records de lamentabilité.

        à bon entendeur…
        Cordialement.

        • DAvid dit :

          Votre intervention est d’une débilité sans nom. Je vais finir par croire que vous êtes un patron de je ne sais quel secteur, qui cherche qu’a réduire les droits du travail pour son bénéfice net.

          Il n’y a pas, il n’y a pas eu de grève dans d’autres secteurs ces dernières années ? Ha oui, c’est vrai, tout le monde s’en fout, ça ne les impactes pas.

          Bloquer son usine à cause d’un plan économique et d’un licenciement économique, ce n’est pas le quotidien de millions de français maintenant aux chômages depuis plusieurs années.

          On se permet de prendre une semaine de vacance ? Elles sont ou les vacances au juste ? Vous croyez vraiment qu’on est en vacances la ?

          On ne sait pas ce qui sera négocié ? Ça fait 2 ans que la réforme est prévu et qu’il y a des négociations. Ça fait 2 ans que rien ne bouge. Ça fait 2 ans que l’on prévient que cela ne passera pas. Et on s’étonne qu’une semaine avant le débat de cette réforme, on fasse grève ?

          Nos postes ne nous permettent pas de mesurer les enjeux ? Peut être, oui à la base. Mais la réforme elle date pas d’hier soir, ça fait des mois que les représentants du personnel travaille dessus. On est peut être stupide, mais on se renseigne et on travaille pour comprendre.

          Vous pensez réellement que ceux qui ont pondu cette réforme, qui sont d’ailleurs les mêmes qui ont séparé la SNCF en 97, les mêmes qui ont organisé le  » tout TGV  » et endetté la SNCF de 40 milliards, les mêmes qui ont privatisé le Fret pour le détruire par la suite en créant des filiales soient plus compétent ?

          Les avantages qui persistent à certains postes ? Quel postes au juste ? Celui de Pepy et de la direction ?

          Vous pensez réellement que les grévistes, qui sont pour les 4/5 l’outils productifs de l’entreprise ont les moyens de perdre 1/3 de salaire ( pour l’instant ) pour 6 jours de grèves ?

          Les seuls lésés sont les voyageurs ? Certes, mais vu que vous n’avez pas l’air de prendre souvent le train, les voyageurs quotidiens sont lésés TOUS les jours de l’année ! TOUS les jours parce que l’état et la direction suppriment des emplois, suppriment des trains, suppriment des gares, des guichets, des conducteurs parce que ce n’est pas assez rentable ! Tout ça parce qu’on veut privatiser le secteur ferroviaire et rendre rentable quelque chose qui ne pourra jamais l’être ! Celui qui subit cela, c’est l’usager quotidien qui utilise le train pour travailler, et pas le pauvre voyageur qui ne peut pas aller en vacance gagner durement sans grève !

          Le client n’est pas roi, parce qu’il n’est pas client ! Le ferroviaire est financé très largement par l’état et donc par nos impôts ! Le client n’est donc pas client, mais usager ! Il deviendra client quand le ferroviaire sera privatisé, et donc non subventionné par l’état pour le TGV et les régions pour le TER !

          Travailler beaucoup pour que 61 ans ? Ou ça ? Dans quel entreprise ? L’ANPE ? Il y a combien de senior au chômage au dessus de 55 ans ? C’est bien beau de vouloir rallonger l’age de la retraite, mais il y a t’il du boulot pour eux ?
          Bon c’est pas grave, si il y a pas la retraite, y’a l’assurance chômage. Ça coûte moins chère à financer, il parait, et au bout de 2 ans, on les radie.

          C’est en lisant des commentaires comme le votre, qu’on prend conscience vraiment que le pays est déjà dans un gouffre et qu’il bat des records de lamentabilité.

          • Nicolas Sauvageot dit :

            Bizarre, c’est en lisant le votre que je me dis exactement la même chose, ce pays a de gros, très gros problèmes…
            On est pas d’accord et en lisant ces mots, le fait que j’aurais pu être un patron sonnait presque comme une insulte de votre part, ce qui me fait sourire.

            En réponse à vos désaccords très constructifs :

            Les grèves dans d’autres secteurs, il y en a eu oui, mais le plus souvent lorsque l’entreprise est elle-même menacée dans sa survie, pas avant des NÉGOCIATIONS.

            Parce que oui, on parle bien de négociations, de débat comme vous le dites, il y a eu des propositions, qui ne seront certainement pas toutes appliquées, autrement tout aurait été appliqué sans discussions.
            Quoiqu’il arrive de toute façon les « usagers » vont à nouveau devoir subir ces conneries, car une fois la réforme actée, il y aura fort à parier sur le retour d’une grève de protestation.
            La grève après le débat, d’accord, mais avant le débat…

            Les « usagers », parlons-en une nouvelle fois. Ils paient pour un service, indépendamment et en se foutant du fait que l’entreprise soit publique ou non, les voyageurs ont besoin de se rendre d’un point A à un point B, et ils paient pour ça. Ils sont clients que vous le vouliez ou non.

            N’allons pas sur le sujet de l’endettement, qui avec le coût de la grève qui a été communiqué, est une aberration totale… La reconduction quotidienne de cette stupidité ne fait que dégrader l’ensemble de la situation, coût, réputation, opinion des français, etc…

            Les avantages, tout le monde sait où ils se trouvent toujours, là où à l’époque il avait été négocié, très justement d’ailleurs, des accords de pénibilité, du à la souffrance que représentait la conduite d’un train pour citer l’exemple le plus facile. Des accords qui ont persisté alors que la conduite d’un train aujourd’hui n’a plus rien à voir. Des conducteurs partent à la retraite vers la cinquantaine, touchent des pensions que nous finançons, et vont retravailler pour plus de salaire encore dans le privé. Nous ne sommes pas allé prendre les gens plusieurs semaines en otages pour protester contre cette injustice et ces surcoûts que personne n’a demandé !

            Il est clair que la SNCF ne pourra jamais être rentable au rythme où elle évolue, en partie à cause de sa direction, tout comme en grande partie à cause de certains de ses employés !

            Pour les âges de départ à la retraite, faut arrêter de regarder trop la télévision, les seniors au chômage, c’est une réalité oui. Mais si c’était si dramatique est compliqué, pourquoi un tel combat des salariés de la SNCF pour préserver ces droits de départ à la retraite, si c’est apparemment pour recevoir une telle misère après…

            Si toutes les entreprises raisonnaient comme la SNCF, le gouffre ne serait pas assez profond pour contenir tout le monde.

          • Jane dit :

            Tout d’abord, un grand merci à Sylvain Bouard pour l’explication. En effet, comme la plupart des français j’ignorais pourquoi la SNCF était en grève. J’ignorais d’ailleurs tout de cette réforme car comme devrait le faire bien plus de français, je ne m’intéresse plus du tout aux médias (TV, Radio ou Journaux).

            Ce que j’entends souvent quand il y a une grève c’est: « ils sont encore en vacances », « ils veulent un RTT en plus », « ils ont toujours un pet de travers » et j’en passe… De plus en plus, les gens sont dans la passivité et ne cherche même plus à savoir pourquoi il y a une grève parce que personne ne le dit vraiment. Un point sur la situation tel qu’il est présenté ici permet de mieux comprendre les choses et c’est important de le faire.

            Je ne suis par contre pas tout à fait d’accord avec DAvid sur un point qui me parait quand même essentiel. Nous sommes des « usagers » de la SNCF, certes mais aussi des « clients » car les billets de transports ne sont pas seulement financés par l’état mais aussi par le porte-monnaie de ces mêmes « usagers ».
            D’ailleurs si on applique votre raisonnement, les « usagers » paient deux fois le droit au transport : la première en achetant le billet et la seconde en payant les impôts.
            Mais ne jouons pas sur les mots.

            Je comprends tout à fait le point de vue des salariés de la SNCF, et je trouve normal que vous défendiez vos droits, mais à vous aussi de comprendre les conséquences qu’ont les grèves à répétition sur la vie de vos « usagers ».

            Imaginez que vous êtes la personne dont on a supprimé le train, forcé de prendre le train d’avant, qui est bondé, pour ne pas être en retard. (Je passe sur les conditions désagréables de ce trajet, que vous passez debout au milieu de gens tout aussi énervés les uns que les autres). Que vous essuyez des remontrances sur ces retards pas toujours acceptés par des patrons pas toujours compréhensifs. Que vous soyez obligé de jongler entre les horaires de train et ceux de la nourrice qui garde vos enfants et vous facture les heures supplémentaires (j’en suis à presque 300 euros depuis deux ans entre les grèves, les retards et les suppressions de trains). Ce n’est pas toujours très simple à vivre pour les « usagers » et vous pouvez comprendre aussi leur énervement et leur incompréhension.

            Je ne suis pas une employée de la SNCF mais n’ayant pas le permis je voyage beaucoup en trains et en métros (et je ne répondrais même pas au crétin qui parle de moyens alternatifs de transport, dans mon cas c’est le taxi : hors de prix et quasiment impossible à obtenir car trop loin de Paris. Donc pas de moyen alternatif. Excepté le bus avec au moins 15 changements et 3 heures de transports en plus. Autant resté chez soi). Je vois depuis des années les grèves s’enchaîner mais aucune réelle explication, jusqu’à aujourd’hui.

            Merci encore à Sylvain Bouard pour ces explications mais je déplore qu’il nous faille les chercher nous même pour les trouver. Ce n’est pas à la direction de la SNCF, ou vos collègues non-grévistes ou encore aux médias de nous dire ce qui se passe mais à vous. Vous êtes les mieux placés pour nous faire comprendre et accepter vos revendications.

            Le dialogue est important et il va dans les deux sens. Alors n’hésitez pas à aller vers vos usagers pour leur expliquer vos motivations, la communication c’est essentiel. A vous de prévenir les usagers qu’il y a un mouvement qui se prépare pour ne pas les mettre devant le fait accompli. A vous de vous montrer prévenant en leur assurant que oui il va encore y avoir une grève, que vous comprenez les difficultés que cela engendre sur leur vie mais que vous devez faire face vous aussi à des difficultés et que si vous vous battez ce n’est pas seulement pour vos conditions de travail mais aussi pour leurs conditions de transport.

            C’est à cause de ce manque de communication entre nous que les politiques et les médias arrivent à nous dresser les uns contre les autres. Si vous voulez être soutenu et compris par vos usagers, vous devez d’abord les comprendre et leur expliquer pourquoi vous voulez faire grève.

            A présent que je connais la raison de cette grève, je vous soutiens car je comprends vos revendications. Pour les horaires, je m’arrange comme tout le monde et je vous souhaite beaucoup de courage dans votre action.

        • Gemini dit :

          Beau commentaire. Résumons ce que vous dites : 

          * dans les usines, les ouvriers ne peuvent pas vraiment faire grève => vous ne devriez donc pas vous le permettre non plus;
          * une semaine de grève = une semaine de vacances;
          * vous avez plus d’avantages que d’autres => nivelons par le bas, et rabotons tout ce qui dépasse chez vous;
          * impacter la population est inacceptable => ne faites grève que si celle-ci n’a aucun impact
          * certains vont travailler plus que 61 ans => ne venez pas pleurer que vous ayez à travailler jusqu’à 61 ans, d’autre auront à travailler plus

          On dirait que vous ne réalisez même pas les énormités que vous écrivez.

          Trouvez-vous cela normal que les ouvriers travaillant en usine de production ne puissent faire grève ?

          Pensez-vous réellement que grève = vacances ?

          Souhaitez-vous réellement de continuer à appauvrir la population au seul profit des actionnaires et de leurs laquais du patronat ?

          Même question sur la retraite. Désirez-vous une société comme en Angleterre, où les anciens sont obligés de travailler jusqu’à leur mort pour avoir un minimum de revenus, tant les retraites sont faméliques. J’ai pu voir de petits papy approchant les 80 ans devoir se plier à des emplois de manutentions. La douleur se lisait sur leurs visages et se devinait au vu de l’état de leur corps physique. Comment peut-on tolérer cela dans un pays riche comme le Royaume-Uni ? C’est pourtant vers cela que l’on va en France également. Votre remarque sur les retraites démontre que ces régressions ne sont pas pour vous déplaire. Puisque d’autres le font, pourquoi pas tous hein ?

          Si vous pensez qu’impacter la population est inacceptable, pourquoi tolérer les attaques du néolibéralisme sur la répartition des richesses qui fait que bien que notre pays soit chaque année plus riche, le peuple français, lui, mais à part la minorité de nantis, s’appauvrit ? Cette idéologie impacte pourtant toute la population. Vraiment toute. Pas seulement les usagers du train pourtant…

          Soit vous êtes maso, soit vous avez la chance de déjà bénéficier d’une situation privilégiée, soit vous êtes idiot et vous vous imaginez que la crise actuelle sera résorbée en nous sacrifiant à la gloire de la finance.

      • denis dit :

        Salut
        j’ai de mes p’tits yeux vu et revu des caissières de supermarket
        ( et d’autres …) essayer d’appliquer la LOI ( sur le droit de grève ) , mais voilà … cela a tourné court (très court …)
        la grève est belle quand elle est possible … je pense que vous n’avez pas besoin de plus de détails … si ? alors je vous promets d’y réfléchir …
        bonne réception

        • Sylvain Bouard dit :

          J’ai fait grève dans le privé… dans l’intérim. Il fallait régulièrement aller au tribunal pour faire appliquer le droit du travail le plus élémentaire mais on le faisait et on gagnait plus que régulièrement. On peut faire appliquer le code du travail partout. Il ne faut pas hésiter à contacter l’inspection du travail ou les unions locales des syndicats pour se faire aider.

        • Jean-Michel dit :

          Si, si, donnez des détails. Certains bafouent le droit de grève, se comportent comme des esclavagistes, et c’est sur ça qu’il faut s’aligner??? La grève, en France, ne serait pas possible ( et c’est hélas une réalité), et cela semble vous faire marrer, pas réfléchir.

      • Germain dit :

        Merci pour cet article qui a le mérite d’éclairer et d’élever le débat (mais pas toujours les commentaires), si ce n’est que…

        1/ Quel est le seul droit qu’a un salarié du privé pour contester une décision de son employeur ? Les prudhommes. Cela a aussi des conséquences gênantes, mais pour une seule personne ! Pas de victimes collatérales innocentes…

        2/ Quel est le seul endroit réellement démocratique pour contester les décisions de l’Etat ? Les urnes. La rue n’est qu’un pis-aller digne des mauvaises démocraties. Celles où l’on ne sait pas ce que sont la négociation ni le compromis.

        3/ Quel est le seul endroit où l’Etat est légitime pour débattre et légiférer sur ce qui le concerne, et en particulier sur le service public ? Le Parlement. Qu’on laisse donc aux députés élus par les Français le soin de débattre et de régler cette question qui est d’intérêt général avant d’être d’intérêt individuel.

        Ou alors, travaillez dans une entreprise dans laquelle votre intérêt personnel sera toujours pris en compte en priorité : la vôtre.

        Avec mes salutations et mon respect pour votre démarche courageuse.

      • pcrt dit :

        Bonjour. Je ne comprends pas très bien votre argumentation sur les amplitudes horaires. Vous risqueriez de passer à 9h de repos journalier alors que le code du travail c’est 11h ? Puis vous repartiriez pour une journée de travail de 12h, sans compensation ? Ce serait une convention collective qui ferait moins que le code du travail ? Je travaille dans l’hôtellerie qui n’est pas réputée être socialement à la pointe mais notre CCN est bien meilleur (mais pas toujours appliquée, faute de syndicats en interne).
        Sinon votre grève est non seulement très mal comprise par mes collègues mais en plus elle touche les salariés les plus précaires (femmes de chambre par exemple) qui utilisent le TER alors que la hiérarchie possède leurs propres moyens de locomotion.

      • sylvain dit :

        Faux! Vous avez le droit de quitter votre emploi pour trouver mieux ailleurs. La grève oui, la prise d’otage non.

        • David dit :

          Vraiment plein le dos d’entendre parler de prise d’otages. Vraiment, vraiment. Quand il y a une poubelle qui crame dans la rue, c’est la guerre mondiale? Faut arrêter de ressortir toujours les mêmes âneries et utiliser un peu votre cerveau, le truc en haut qui est lourd. Si on s’en sert, il ne fait plus floc floc quand on bouge la tête.

        • manu dit :

          le futur code du travail qui va s appliquer a l’ensemble des compagnies férroviéres , celles d u privié on beaucoup a y gagner ,plus les cheminots sncf arriverons a négocier un bon code du travvail plus les cheminot du privée y gagnerons , ne vous tromper pas de combats

          • Sylvain Bouard dit :

            C’était justement le notre: que l’on étendre notre réglementation à tout le secteur.

      • Augustine dit :

        Non, il a une autre possibilité : celle de démissionner et de chercher un autre travail auprès d’un meilleur employeur.
        Mais au lieu de demander des efforts à plein d’autres gens ça lui en demande à lui, alors il préfère faire grève comme un enfant mal élevé fera un caprice au lieu de prendre sur lui.

        • Sylvain Bouard dit :

          Que le monde serait magnifique si les salariés mécontents quittaient leur boulot. Comme les patrons seraient tranquilles et pourraient tout casser tranquillement.

      • Fabrice dit :

        je crois qu’à part la grève pour contester son employeur, il y a aussi la démission non ?

      • Atalin dit :

        C’est en effet votre droit de faire la grève, mais il est nullement dit que greve etait égal a arret de travail. Si XIX siecle la greve et la cessation concertée du travail allé de pair, de Nos jour vos revendications n’égal meme pas d’un dixieme les leurs qui avez une raison de faire grève et surtout de stoper le travail, alors soyont un minimum intelligents et en période d’exam , prenez exemple des japonais qui pour faire greve ne mette qu’un brassard et continue le trvail, pour le bien collectifs, merci

      • Valentin dit :

        très intéressant ces multiple explication, mais pour l’explication des gréviste contrôleur qui sont obliger de contrôler, ce n’est pas une réalité on ne ma jamais contrôler pendant les grèves, et je comprend…
        Donc obligation de contrôler comme tu le dis n’est ores et déjà pas appliquer, si tous les gréviste serais dans les trains a ne pas faire payer les voyageur, l’opinions publique pourrais alors mieux comprendre vos revendication de grève. Car je pense que cela est possible, et faire grève le jours du bac c’est ce mettre tous le monde a dos.

        Il ne faut pas oublier que ce sont les voyageur qui permette a la SNCF de fonctionner, et si on étais dans une socièté moins individualiste je suis sur que la grève des voyageur serais plus efficace en rapport de force.

        PS je n’est jamais vus un grèviste de la sncf s’expliquer sur un quai et sa fait 10 ans que je prend le train régulièrement, alors je comprend que les syndicat ne puisse pas pouvoir parler a la tv, mais aller voir directement les usagés, sa serait pour moi une nécessité….

        cordialement et merci sylvain pour ces explication

        • Dr Dré dit :

          Le contrôleur qui ne vous contrôle pas en cas de grève est non gréviste et l’entreprise lui demande de ne pas contrôler.

          Un gréviste qui ferait _de son propre chef_ une grève des contrôles mais pas de ses autres fonctions ( fonctions essentielles de sécurité à bord) serait illégal ( ou du moins en faute grave donc licenciable)

          Bon après la SNCF a mis en place des programmes, moins médiatisés que les gilets rouge pour assurer ces fonctions par des agents dont les fonctions normales sont en bureau. Ces programmes ne peuvent pas être transposables facilement pour d’autres fonctions que contrôleur (comme aiguilleur, ou conducteur), du fait de la lourdeur des habilitations sécuritaires à maintenir (habilitations qu’il ne faut surtout pas remettre en cause, sinon ce serait la porte ouverte à des catastrophes ferroviaire des des conditions en plus difficiles pour les secours)

      • Théop dit :

        Bonjour je suis en terminale et je passe mon bac cette année.
        J’ai du certes trouver des solutions pour mes transports mais le fait est que j’approuve cette grève même si elle est contraignante pour moi.
        En effet quoi de mieux qu’une grève générale qui gêne autant de monde pour une période aussi importante que la fin de l’année ?! Il n’y a que comme cela que des solutions apparaitront. Car si cela ne marche pas, plus rien d’autre ne fonctionnera.

        Malgré tout j’espère que les deux parties seront conciliantes les unes envers les autres car si une procédure d’arbitrage prend effet j’ai peur des conséquences…

    • Eflat dit :

      Sylvain a pris soin (et le temps) d’expliquer en quoi motive cette grève le 11/06. Cela a la modestie d’être clair et objectif à son point de vue. Car ce n’est pas en regardant les courtes annonces TV que l’on expliquera le but de cette réforme

      Maintenant il y aura toujours de râleurs et quelques fois j’en fais partie. Mais je suis bien d’accord avec toi. Il y a quelque chose de « biscornu » dans ce projet que je ne comprends pas.

      • Sylvain Bouard dit :

        Tout à fait, je donne mon point de vue (qui correspond à tous les collègues grévistes avec qui j’ai pu échanger) et rien d’autre. Je ne demande pas que l’on adhère ni au fond, ni à la méthode de l’arrêt de travail.

        Je veux juste qu’on ne puisse pas dire que l’on ne sait pas pourquoi il y a une grève.

        • rh dit :

          J’espere que tu va mourir du sida gorsse raclure

          • Déesse Gaia dit :

            Oui, c est très constructif de souhaiter une mort longue et difficile a quelqu un qui a pris la peine d expliquer ce qui se passe et pourquoi. je vois que tu as un QI et une repartie digne d une moule.
            Je te souhaite une bonne journée et une bonne continuation (et assure toi que le gouvernement porte une capote quand elle te sodomisera, comme ça, tu vivras longtemps, en bonne santé, en te mordant les doigts de n avoir rien fait de ton côté)

          • vidaller dit :

            Mr rh, vous auriez dû faire grève et manifester vous aussi lorsque les gouvernements de droite et de gauche ont démantelé les secteurs de la psychiatrie dans notre système de santé. Aujourd’hui vous seriez soigné et à l’abri dans un service de psychiatrie efficace. Vous semblez en grande souffrance pour écrire des énormités aussi ignobles qu’inutiles. Sachez que je vous plains; vous êtes très atteint.

        • Catherine dit :

          J’ai lu votre blog et j’ai compris l’objet de la grève, que je soutenais déjà avant. Je suis d’accord avec la personne qui parle des médias, qui jouent le jeu de l’état en ne pensant qu’à monter les gens contre les autres, sans donner d’objectivité à leurs infos, c’est pitoyable. On essaie toujours de nous faire passer des réformes pour notre bien à tous, alors qu’on détruit petit à petit tout ce qui a été gagné par nos grands parents il y a des années. Le monde de l’argent est sans pitié, quand ceux qui ralent verront revenir le règne de l’esclavage, il sera trop tard, pour se dire que ceux qui faisaient grève avaient raison.
          Soyons solidaires, et arrêtons de jouer leur jeu. Réflechissez et renseignez vous avant de descendre systématique les grévistes.

          • Maxime dit :

            Sans vouloir descendre les grévistes, qui descendent ensuite les médias. Les quelques fois où j’ai eu la chance d’entendre en direct des responsables de la CGT pour exprimer leurs revendications, la seule qu’ils avaient à la bouche était que la réunification n’allait pas assez loin, qu’ils désiraient une entité unique. Or, la création d’une telle entité unique est interdite (par l’europe) afin de garantir l’ouverture à la concurrence. Quel est alors la vrai revendication? Sortir de l’europe.

            Pour rebondir sur le monde de l’argent sans pitié, la SNCF telle qu’elle fonctionne avec son monopole et ses prix opaques ne me plait pas (surtout avec son endettement). Une ouverture à la concurrence serait bénéfique aux consommateurs (clients, usagers, choisissez le terme 😉 ).
            Je ne critique pas le droit de grève. Il est nécessaire et indispensable, néanmoins il doit être utilisé à bon escient… après on sait tous que nous privilégions en France le rapport de force à la négociation et que la grève reste bien souvent le seul moyen de se faire entendre.

            Donc si vous pouviez m’éclairer sur le rapprochement RFF-SNCF que les grévistes proposent (qui reste en accord avec les conventions européennes bien sûr), j’apprécierais. Et puis si on pouvait éviter de tomber dans les caricatures du monde de l’argent sans pitié et méchant…

          • Dr Dré dit :

            Pour ma part, je trouve cette grève prématurée, mais je comprend parfaitement les inquiétudes des grévistes.

            En dehors de l’obligation européenne de séparation infra/opérateur, il faut garder à l’esprit que le _système_ ferroviaire est un système justement. Pour faire très simplifié, on a trois acteurs dans ce système : le matériel roulant, les conducteurs (la traction) et l’infrastructure (qui va des rails, des quais à la signalisation et l’énergie)

            En séparant ces entités, chacune d’elles va être tentée de ne chercher que son optimum propre, pas celui du système. Sauf que chaque chose que laisse tomber l’une d’elle pèse sur les deux autres (et/ou sur la sécurité et la fiabilité du système)

            C’est pourquoi la séparation de ces entités est une absurdité. Du coup, il est nécessaire qu’il existe au moins une entreprise (à peu près intégrée)

            Depuis la réforme de 97, même au sein de la SNCF ça dialogue moins bien, car chaque direction cherche à faire des économies de bout de chandelle, au détriment des autres, mais ça fait toujours bien de dire qu’on a fait tant de M€ d’économie telle année… tant qu’on ne voit pas encore de dans 5 ans ça coutera 10 x plus à la direction voisine.

            De ce point de vue la réforme va vers un peu de mieux que la situation actuelle (rapprochement SCNF Infra, DCF et RFF), permet peut-être une situation fluide entre SNCF Réseau et Mobilité, mais ne la garantie pas.

            Cependant, il est certain qu’il faut aussi accepter de changer le mode de pilotage (éviter de ne viser que les économies à court terme qui finissent par coûter bien cher, mais accepter d’investir, donc oui, de creuser la dette, pour être gagnant dans 5, 10 ou 15 ans)

            Pour ma part, ce sont pour ces changements qu’il faut se battre et aujourd’hui ça me (avis tout personnel) semble prématuré

          • DAvid dit :

            Difficile de pas tomber dans cette caricature quand tu connais un peu le sujet.

    • Manu-France dit :

      Et qui a choisit la date du bac pour imposer une reforme qui allait forcement faire du bruit? Le gouvernement lui même et en connaissance de cause.
      Qui plus le bac est aussi un contrôle continu. Perso quand j ai passé mon bac du fait de mon travail assidu tout au long de l’année cela m’a permis de passer celui ci sereinement. De plus cette année pendant le travail continue qu’accomplissent les futurs bacheliers tout aussi important que l’examen final, ces mêmes futurs bacheliers n’étaient pas si stressé pour leur examen final lorsque ceux ci ont bloqué des lycées pendant des jours dans la France entière lors de manifestations ou encore lorsque certains d’entre eux ont séché les cours. Pour finir des fils et filles de cheminots passent également le bac et sont donc aussi concernés que les autres.

      • Liliane dit :

        Il n’y a pas que le BAC qui soit en jeu!! Il y a les examens universitaires également… si tant est que vous soyez au courant de qui sont vraiment vos clients…
        Que ce soit le Bac ou les examens d’université ils ont toujours eu lieu à la même période! Et vous la sncf a toujours eu un pet de travers curieusement à cette période, alors ne venez pas dire que la date du bac a été choisie pour coïncider avec cette réforme! ce n’est pas une nouveauté!
        De plus vous oubliez toujours qui sont les otages de vos grèves : des gens qui veulent juste se rendre sur leur lieu de travail et dans ce lot, je doute qu’il y ait vos employeurs ou les membres du gouvernement qui décident de ces réformes qui vous déplaisent. Des gens qui craignent de perdre leur travail ou des personnes en recherche d’emploi qui ne parviennent pas à se rendre à leur rdv… Mais bien sûr dans votre situation autant parler des avantages que vous craignez de perdre quand d’autres veulent juste avoir l’avantage de pouvoir décrocher un job! et avec ça on parle de l’intérêt de l’usager… Juillet arrive, et l’augmentation des tarifs avec, pour quel genre de service!!

        • RC dit :

          Voila le mot  » otage « !!! Avez vous déjà été  » otage  » pour oser une telle comparaison!!

          Si je comprend bien la gène occasionné par ce mouvement de grève, je ne comprend pas les termes employés par certains ( qui ne font que répéter ce qui se dit dans les médias) imbéciles!!

          Au fait, le terme  » otage » n’est plus à la mode, maintenant c’est  » taliban du rail  » ( dixit éric woerth )! ca tombe bien, j’ai juste l’envie de reprendre les armes pour foutre cette chianlie libérale dehors!!!

          • Jacqueline dit :

            Comme je vous comprends! Courage, battez-vous! Je n’en peux plus des inepties services par les médias aux ordres.

          • Denon dit :

            Otage oui !!! Otage de prendre un TGV pour Saint-Jean de luz et d’avoir un terminus à Bordeaux. De devoir prendre une voiture de location pour arrivée à destination.(Prix du supplément 223€)
            Otage d’avoir son train de supprimé au retour, d’avoir pris un billet en première et de finir debout.
            Otage de payer son abonnement de train pour un service rendu « minable ».
            Vous faites perdre de l’argent aux usagers chaque jour et vous voudriez que nous soyons solidaires de votre mouvement.
            Mais arrêtez, vous n’êtes pas des gens sérieux.

            Il y a 6 millions de chômeurs en France ;-), vous devriez échanger votre place avec des gens qui désirent travailler.

            Je rêve d’une seule chose : un référendum pour décider de votre sort. Quoi de plus démocratique ?

            PS : Ne qualifiez pas les gens d’imbéciles, ces mêmes personnes qui payent vos salaires, car au regard de la situation vous n’êtes que des ingrats.

            Si vous vous permettez d’avoir des jugements de valeur, permettez que les usagers en fassent autant. Ainsi, il serait facile de dire que pour travailler à la SNCF un BAC-2 est suffisant.
            ET d’ajouter que vous gaspillez l’argent des usagers, il paraît juste que vous en gagnez peu (=> à la hauteur du service rendu).

          • bruno dit :

            je suis sur que le dernier otage en afrique serait ravi que sa situation soit comparée a celles des usagers du rail…….!!

          • DAvid dit :

            Qui le paye ton salaire à toi ?

        • ALAIN dit :

          Je lis les échanges. Je lis que « certains » vous accusent d’oublier vos clients….
          Un service public a des citoyens à servir, pour que ceux-ci soient des clients il faut admettre que la relation soit commerciale;. Alors adressez vous aux responsables commerciaux …
          Quant à la notion de service public, elle n’est plus vraiment dans l’air du temps, la jalousie envers ses agents l’ayant emporté depuis longtemps grâce à certains politiques et certains médias qui font leurs gros titres de situations particulières sans expliquer qu’elles ne sont que le fait d’un petit nombre.

        • Jacquy L. dit :

          On devrait enfermer les gens qui utilisent le mot « otage » face à un mouvement social.

          Ou au moins leur rétorquer qu’ils sont « esclaves » des médias qui les gavent de ce genre de vocabulaire.

          • Nicolas Sauvageot dit :

            Avant de vouloir enfermer les gens, merci de vous référer à la définition officielle du mot « otage » que voici (http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/otage/56803) :

            Personne prise ou livrée comme garantie de l’exécution de certaines conventions militaires ou politiques : Laisser des otages à l’ennemi.

            Mais surtout également
            Personne dont on s’empare et qu’on utilise comme moyen de pression contre quelqu’un, un État, pour l’amener à céder à des exigences. (La loi punit la prise d’otage de la réclusion criminelle à temps ou à perpétuité.)

            Donc arrêtez de vous offusquer pour un usage de mots alors qu’il s’agit là de bien d’autres choses.

        • LaCamille dit :

          Otage. Terme qui m’horripile. Je sais les médias le répètent à l’envi.

          Et je remercie Sylvain des informations qui nous manquaient pour comprendre le sens de cette grève où nous sommes des usagers seulement frustrés. Et pas otages. Un peu de mesure ne ferait pas de mal…

        • boillon dit :

          Franchement, le niveau des réactions ( C’est de là que vient « réactionnaire » ?) est consternant. Ces saletés de cheminots qui voyagent gratis. Ah bon ? C’est ça qui met la SNCF en faillite ? Mais les employés des grandes ( et petites ?) entreprises ont toujours eu ( verbe au passé décomposé! ) ce genre d’avantages ( Ex: Peugeot et ses ouvriers ) et qui n’ont jamais mis qui que ce soit en faillite.

          Quant à faire pleurer dans les chaumières avec le petit futur (?) bachelier ( qui n’en a peut être pas foutu la rame (!!!) de l’année ) et le handicapé qui va louper son RDV chez le dentiste ( le non-handicapé aussi, mais ça fait moins pleurer ), mais c’est jouer petit: Et le prof en retard en cours, le toubib dans ses consultations, la crémière et l’ouverture du magasin, le garagiste sous MA bagnole ? etc. etc…. Finalement, on aimerait bien une grève qui n’emm…. ni les usagers, ni le patronat, mais qui emm…. Seulement les grévistes. Ça les calmerait vite fait…

          Oh ! Tous les pleurnichards, quand d ‘ici peu d’années, on sera dans le néo-libéralisme triomphant, il sera trop tard pour râler. Et on a tous à y perdre. Moi, je m’en fous, j’ai 70 ans…

          • bruno dit :

            bien dit

          • DAvid dit :

            Oui une grève de travailleurs d’entreprises en plan économiques qui licencie comme on en voit quasiment tous les jours depuis 3 ans. Ceux la ne dérange personne. Tout le monde s’en fout d’ailleurs.

        • Déesse Gaia dit :

          Soyons clair. Oui, le Bac et tous les examens scolaires de tous niveaux sont tous les ans à la même période. Les cheminots le savent.
          Mais quid du gouvernement qui choisit toujours ces dates pour poser les votes et discussions de lois à cette période?
          A votre avis qui se moque de vous?
          Au lieu de foncer tête baissé dans le filet tricoté par les médias et le gouvernement, commencez par réfléchir par vous même.

        • Manu-France dit :

          Voila c’est exactement cela sauf que vous inverser la situation exactement ce que souhaite les hauts représentants. Bac, étudiant, autres examens ou tout autre fait ce ne sont pas les cheminots qui choisissent de faire passer une lois, réforme etc… au moment de toutes ces périodes. C’est bien le gouvernement ou parfois les directions qui ciblent parfaitement ces périodes pour faire passer ce qu’ils veulent. Ainsi ils s’assurent une opinion publique favorable. Car chamboulé dans leurs habitudes, dans une vie quotidienne, dans une vie dépendante du système par des choix de vie qui sont propres mais surtout qui appartiennent à chacun les nombrilistes ne verront pas plus loin que le bout de leur nez et s’acharneront dans la facilité. Au lieu de prendre son destin en main et s’en prendre au véritable responsable d’une vie pas facile pour tous. Evidemment il est plus facile de critiquer se qui se passe chez son voisin plutôt que de se bouger face aux véritables responsables. Donc si vous vous avez décidé par obligation ou non de subir arrêtez de parler a tors et a travers et laissez en paix se qui ont décidé de ne pas se laisser faire. bien cordialement.

    • Patrice dit :

      Seuls 8% des lycéens prennent le train (et encore pas tous les jours). Alors s’ils sont gênés lors des épreuves du bac, avec les aménagements d’horaires prévus, et avec leurs camarades lycéens et l’ingéniosité de leurs parents ou tuteurs, ils trouveront une solution.

      Par ailleurs je tiens à féliciter tous les agents, femmes et hommes, qui s’engagent courageusement dans la grève pour la défense des usagers de la SNCF.

      En revanche quelle honte l’attitude du gouvernement, digne de la droite rétrograde, antisociale et dépourvue d’imagination pour imaginer les services publics de demain dans une France moderne et solidaire!

      • Brice dit :

        8% des lycéens. 664 709 candidats l’année dernière, ça fait quand même quelques 50 000 lycéens hein…

        • Olivier Jousselin dit :

          Et comme quelqu’un le fait remarquer plus haut sur ce site, c’est aussi la période de tous les examens de l’enseignement supérieur : facs, concours de grandes écoles, agrégation … qui se passent très souvent bien loin du domicile des candidats.
          Et comme d’habitude, pour les riches qui habitent dans Paris intra-muros, ou qui ont une voiture avec un chauffeur, le problème n’existe pas.
          Pour les autres, qui habitent loin (grande couronne ou province), et qui ne peuvent que prendre le train, pas de chance ! Malheur aux pauvres, encore une fois.
          Je ne me classe pas vraiment parmi les pauvres, mais pour l’instant, cette grève m’a coûté ~ 150€ de logement supplémentaire et de changements de billets — pour des plus chers, ben tiens, les autres sont partis depuis longtemps ! — pour ma fille qui passe des oraux à Paris. Et comme la grève continue, je vais pouvoir continuer à raquer, merci à tous !
          De toute façon, comme beaucoup de gens l’ont remarqué, les grèves ont quand même préférentiellement lieu lors de ces périodes de fin d’année scolaire, ou des ponts, ou des vacances. Et je ne pense pas que les gouvernements successifs — puisque, indépendamment de leur couleur, ils n’ont *jamais* pu éviter les grèves à la SNCF — usent toujours des même ficelles, le prétexte est un peu gros.
          Mais évidemment, se mettre en grève au milieu du mois d’octobre aurait un impact autrement moins important, non ?

          • isabelle.garcia-enrique dit :

            Sans même parler du sujet, j’hésite entre conne ou ignorante. Feriez mieux de repasser le bac :

            https://fr.wikipedia.org/wiki/Gr%C3%A8ves_de_1995_en_France

            Ah bah ? Ah ouaiiiis, mais vous aviez oublié… Faut dire que c’est dur de chercher sur… Wikipédia ? Ah noooon, ah mais vous avez pas … internet ?

            Isa (gérante d’entreprise pourtant)

      • My dit :

        Je sais pas si tu es au courant mais les lycéens ne passent pas le bac forcément dans leur lycée, ils peuvent avoir les épreuves loin de chez eux… Et puis y’a pas que les lycéens, y’a les étudiants qui passent des examens, y’a les gens qui partent en vacances, les gens qui vont bosser, etc… C’est très bien que les billets soient remboursés mais c’est pas ça qu’on demande, on demande de pouvoir prendre le train comme prévu plutôt que de galérer comme des tocards à chaque fois qu’on a affaire à la sncf !

    • G. Royer dit :

      Et bien les jeunes ont réussi à s’organiser semble-t-il; prévenus qu’ils étaient. Les gens qui ont un rv spécialiste y vont rarement par le train, mais plutôt par le bus ou un VSL si leur état le nécessite. Bien sûr qu’ils défendent leurs avantages, un peu comme tout le monde non?
      Warren Buffet vient de déclarer « bien sûr que la lutte des classes existe, et c’est la mienne qui a gagné! »
      A force de renforcer la rivalité entre travailleurs pauvres, pauvres non travailleurs, pauvres travailleurs… Pas besoi que les classes dirigeantes fassent grève, leur niveau de vie augmente sans qu’elles aient à la faire. Plus 25% de revenus l’année dernière lorsqu’on est déjà milliardaires, ça laisse pas un peu r^veur…!

      • Toto dit :

        Encore faut il avoir des avantages…

        Et il n’y a rien de légitime dans le fait de les défendre alors que beaucoup d’autres n’en ont pas !

        Et puis on est tellement habitué aux grèves des cheminots que, franchement…on pourrait leur enlever leurs avantages et diviser leur salaire par 2, que ça ne paierait pas encore toutes ces journées de grève depuis des années et tous les avantages…

        J’ai eu l’occasion d’aller à des entretiens pour bosser à la SNCF et c’est minimum 1h pour t’énoncer les avantages d’y entrer…logement, billets de trains et blabla…

        • Déesse Gaia dit :

          Les avantages… A votre avis, pourquoi une entreprise donnerait tellement d’avantages à des employés si ça n en n avait pour elle.
          Avez vous pensé aux moments où vous êtes dans votre lit, avec votre femme, aux moments que vous passez avec votre famille, vos amis, alors que le cheminot est en poste, un samedi à 1h du matin, un dimanche ou un jour férié?
          Rappelez moi qui permet aux gens de partir en vacances en train si ce n’est un cheminot qui lui travaille? Combien de nuit par semaine passez vous au travail?
          Vous avez un abonnement de train pour aller travailler, n’êtes vous pas remboursé en partie par celui ci? ou alors, il décompte les jours ou vous ne travaillez pas pour les déduire du remboursement?
          Juste sous prétexte que d’autres salariés d’autres entreprise n’ont pas tous ces avantages (pour les logement, il y a le 1% patronal dans la majeur partie des grosses boites, et je ne parle pas des membres du gouvernement qui en plus de leur salaire, plus que confortable, ont des logements de fonction) on devra s’écraser et se contenter de subir?
          Ne serait-il pas plus normal de tirer la société et les avantages des employés vers le haut, que de tous nous rabaisser au niveau des pâquerettes? En ce cas, avec l’Europe, comme les salariés de l’est sont moins payés que nous (et je ne parle pas que des cheminots, mais bien de tous), on devrait tous diminuer nos salaires, non?
          Très peu pour moi. Mais, si cela vous plait, donnez donc ce que vous touchez de plus que le plus bas salaire aux associations, elles seront heureuses de votre don.

        • Puceron dit :

          Et alors, tu n’as pas été pris? C’est pour ça que l’as mauvaise?

    • LELIEU dit :

      Un qui a tout compris !

    • patvos dit :

      D’abord ne parlons pas de l’intérêt des voyageurs: il y a quelque temps que la politique tarifaire de la SNCF s’en moque. Ensuite le droit de grève existe et l’égoïsme est une bien médiocre contestation devant un droit constitutionnel.
      De plus il est intéressant de voir que nos gouvernants successifs plaident la fusion d’organismes pour plus d’efficacité mais sont incapables de le défendre à Bruxelles. Or il est constant que deux structures différentes s’autonomisent autour de leurs intérêts et que même un gouvernement et ses administrations sont incapables de coordonner les établissements qui en dépendent ou dont l’Etat est actionnaire: SNCF, RFF par exemple.

    • le tasseur dit :

      Et si, à la place de prendre les usagers en ôtage, vous trouviez une idée pour faire chier les patrons, du genre abonnement ou billet gratuits … ça serait une bonne idée pour qu’on adhère à vos revendications …

      • Sylvain Bouard dit :

        La réponse est dans le code du travail. Si un salarié est à son poste, il doit faire son travail en suivant les ordres de son employeur sinon c’est sanctions ou licenciement.

    • Christophe Arpaillange dit :

      Merci pour votre billet, plus clair que la communication des organisations gouvernementale, patronale et syndicales. Il y a beaucoup à comprendre sur le motivation des grévistes face à la vague de communication caricaturales présentant le gouvernement et Pepy comme raisonnables et les grévistes comme « grognons », « manipulés », mal informés et « jusqu’au boutiste ». Vous avez des raisons objectives d’exercer votre droit de grève. On voit bien quels moyens seraient utilisables pour que le service d’un coté et les conditions de travail de l’autre (par élargissement de la convention collective SNCF à tout salarié du transport), ne soient pas ébranlés par une ouverture à la concurrence débridée qui irait sur le plus rentable au détriment du reste qu’il faudrait subventionner ou qui n’existerait qu’avec de grosses concessions salariales et de vie des cheminots et vraisemblablement des deux. Pour autant ce sont des choix politiques (le tout TGV) et financiers (les partenariats public-privé et autres concessions) qui ont été globalement soutenus et par les décideurs politiques et par les syndicats (et personnels) au détriment de la maintenance, des autres trains et des relations province-province (terme péjoratif en lui-même), qui ne sont pas remis en cause. Et c’est cette absence de prise en compte du service public que l’on ne trouve ni dans les revendications ni à fortiori dans les projets de loi, qui est une vraie gêne. Aussi je suis interrogatif sur 3 points :

      1) La réforme avec une holding coiffant la SNCF-infrastructure et la SNCF-circulation est un progrès par rapport au régime actuel et d’expérience, dans une entreprise ou organisation en apparence unifiée ce serait quand même deux unités différentes qui traiteraient ces deux domaines, comme cela se passait à la SNCF. La communication et la réduction de conflits que vous attendez d’une fusion totale tiennent de l’hypothèse très optimiste.

      2) La régionalisation paraît, vue de la place d’usager/client avoir un double effet. Depuis que les régions sont devenues organisatrices de transport, on a vu les matériels et équipements se transformer et les matériels roulants (et les infrastructures genre gare) sont plus confortables et sûrs pour les passagers (et peut être pour les contrôleurs et conducteurs aussi) que ce que proposait la SNCF avant et que ce qu’elle propose actuellement sur les intercités (voire les TGV encore dans leur jus). On a même quelques régions, comme le languedoc-roussillon qui ont des initiatives tarifaires (train à 1 Euros, liens TER-transports urbains-transports départementaux, etc) qui sont un progrès.

      3) Sur le tout-TGV vous êtes silencieux hors c’est certainement la cause de la dette, une charge excessive pour l’entreprise (qu’elle soit unique ou en plusieurs morceaux), de la négligence par la SNCF des trains ordinaires, du réseau conçu toujours en référence à Paris (pourtant Bordeaux-Toulouse en TGV ça change favorablement la géographie et l’économie de tout le Sud Ouest bien plus que Tours Bordeaux). Aucun de ces inconvénients ne me semble être résolu par une entreprise unique.

      Enfin, l’Europe est vu (pas à tort) comme produisant des contraintes et déréglementations mais il peut y avoir une offensive pour en faire un espace sans frontière et avec des règles sociales communes et un service repensé. Dans ce cadre, sauf à avoir une euro-sncf à la française, il faut articuler les diverses compagnies nationales ou privées. Les liaisons internationales peuvent concerner autre chose que le TGV (entre Montpellier et Barcelone ou Lille-Anvers ont peut avoir des liaisons inter-régionales transfrontalières avec de nombreux arrêts sans que le voyageur ait à changer de train). Bref être contre l’Europe et la mobilité interne pour un pré-carré hexagonal ça fait un peu Maginot ou aux normes différenciées d’écartement des voies.

      Oublié sur la régionalisation, celle de la SNCF (uniquement roulant) qui fait que les règles de régulation du trafic (notamment la gestion des retards et attentes de correspondance) peuvent varier d’une région à l’autre. Ce qui fait que la région de la ville de départ peut retarder un train sans s’être assuré qu’en aval, ce retard serait pris en compte et que les correspondances attendraient. Comme quoi, les défauts de communication qui peuvent rendre le service calamiteux, ça existe dans une seule et même entité.

      • Sylvain Bouard dit :

        Super intéressant ton message. Ca fait plaisir de voir des gens qui mettent le cerveau en route.

        1/ Mon point de vue est exprimé et est forgé sur ce que j’ai pu voir dans les grands groupes où j’ai bossé. On est dans l’expérience personnelle. J’entends bien que tu puisses en avoir une différente et donc ne pas tirer les mêmes conclusions que moi.

        2/ Pour moi, elle est un succès sur le financement du renouvellement du matériel. Une fois de plus, l’état a bien réussi à refiler la facture aux territoires. Pour le reste, la délocalisation fini par créer une rupture dans l’égalité de traitement entre les citoyens. D’une région à l’autre on n’a pas les mêmes tarifs, pas les mêmes moyens. Ca me parait grave. D’un point de vu purement pratique, ça crée en plus des trucs absolument incompréhensibles.

        Cas pratique. Au départ de Pont de Veyle (Rhône Alpes), j’ai un voyageur qui veut aller à Besançon (Franche Comté). Il me sort sa carte de réduction Illico, une création du conseil régional Rhône Alpes. Impossible d’appliquer la réduction car la gare de destination n’est pas sur le périmètre de cette carte. Première déconvenue. Ayant une heure d’attente en gare de Bourg, il me demande de lui faire le billet de Pont de Veyle à Bourg en réduction Illico puis au tarif normal de Bourg à Besançon. C’est pas franchement prévu mais, devant son insistance, je lui fais et annonce un prix. Deuxième déconvenue: c’est plus cher que sur le site. Je tente donc le trajet complet sans réduction: gagné, c’est moi cher que la combinaison réduction puis tarif normal.

        Donc la régionalisation, voilà quoi… Evidemment, j’ai eu droit à mon couplet sur le fait que, la SNCF, c’est le bordel.

        Concernant les règles de correspondance, il me semble bien que la règle c’est: »plus de correspondance sauf dernier départ du jour ». A vérifier car je n’en ai pas dans ma gare. Je ne parle donc que de ce que j’ai entendu de loin.

        3/ Le TGV est la cause de la dette. L’état a obligé la SNCF à construire les lignes à grande vitesse sans lui en donner les moyens et en limitant fortement le prix des billets TGV. La SNCF n’a donc pas eu d’autre choix que de s’endetter à chaque construction de LGV. La dette SNCF, devenue RFF et qui redeviendra SNCF est donc une dette d’état. Il est clair que, dans un cadre où les économies priment, ces dépenses ont causé du tord au reste du réseau.

        Le statut de l’entreprise n’y changerait rien. Tout est une question de volonté politique et d’investissement. A titre d’exemple la Suisse dépense 222€ par an et par habitant dans le ferroviaire quand la France en dépense 70. Ce n’est pas un groupuscule gauchiste qui le dit mais la récente étude du Boston Consulting Group qui est évoquée ici : http://www.transports-en-commun.info/sncf-etude-performances-systeme-ferroviaire-francais/

        L’Europe est un autre vaste débat. Pour faire court, le problème c’est qu’aujourd’hui elle est plus une Europe du business que des peuples. Dans ce contexte, on sait ce que donnerait une uniformisation des règles sociales.

        • Jean-Guy Milon dit :

          Il faut quand même rappeler que la Suisse est un pays montagneux qu’il faut y construire de nombreux tunnels et des trains à crémaillère. Ca coute plus cher qu’un train en Beauce.

          • Sylvain Bouard dit :

            Le réseau Suisse est tout de même construit depuis longtemps. Il suffit d’aller faire un tour en gare de Genève pour voir où passe l’argent: des rames longues à double étages quelle que soit l’heure de la journée, du matériel roulant très récent et pas mal de matériel qui dort et peut donc être sorti rapidement pour remplacement une rame défaillante.

          • Jean-Guy Milon dit :

            Ils ont certainement choisi d’investir dans le matériel plutôt que de payer une armada de fonctionnaires.

          • Przydatek Marc dit :

            Je suis professeur des écoles, depuis des lustres les gilets jaunes se battent pour l’abrogation du décret Peillon/Hamon …
            Se battent à coup de pique-niques, de dépôt de gerbes de fleurs jaunes …. Bref 1000 et 1 actions sporadiques dont ce gouvernement se moque éperdument !
            Les cheminots ont trouvé une forme d’action qui marque et qui risque de faire ployer ce gouvernement qui réforme stupidement et à tout va !
            Je soutiens votre grève et je n’attends qu’une seule que les syndicats de l’Éducation Nationale ne soient plus à la botte de ce gouvernement de sourds et appelle à la gréve et à une union sacrée dans la fonction publique qui se meurt !

          • Przydatek Marc dit :

            J’ai laissé passé des fautes, désolé !

          • rizzoli dit :

            Super billet.
            Merci et bon courage.
            Je vous insulte intérieurement quand je suis bloqué gare du Nord
            mais je sais que vous avez raison.
            C’est cela être citoyen ; dépasser ses intérêts particuliers.

            Marc : on dit pas « faute » pour orthographe mais « erreur »… la faute c’est quand on tue ses parents:)

          • David dit :

            Oui et les lignes de TGV que les suisses n’ont pas, c’est gratuit à construire.

        • xaxa dit :

          « A titre d’exemple la Suisse dépense 222€ par an et par habitant dans le ferroviaire quand la France en dépense 70 »

          Je ne sais pas si vous comparez les mêmes choses.

          CFF Infra dépense 2.85 milliards de CHF par an, dont 600M en entretien et 1.1 Md en renouvellement. 1.1 Md sont financés par le trafic (dont SBB Cargo et CFF Voyageurs), et 1.6 milliards est pris en charge via le budget fédéral, pour un réseau de 3000 km environ.

          Après, le financement est majoritairement fédéral, mais il faut rappeler que l’imposition directe, en Suisse, représente 55 Mds de francs (et oui, le paradis fiscal impose plus qu’en France, je sais, ca surprend). Rapporté au PIB, ca correspond à peu près à IR + CSG en France (mais la « sécu » est privée). Des arbitrages fort différents.

          Dans les comparaisons à tenir aussi, le salaire de base d’un agent circulant est de 60kCHF (50kEUR) à 65kCHF brut, pour 2500h de travail par an. Dans le rapport 222euros par habitant, il faut bien penser que la Suisse n’est pas la France, ni en terme de salaires, ni en terme de coût de la vie. Si on appliquait les salaires suisses en France, on dépasserait largement les 222 euros par habitants, et ce sans qu’un seul euro de plus ne soit dépensé en matériels, réparations, etc …

          Pas si simple de comparer deux pays.

          • Stéphane dit :

            Merci pour cette démonstration limpide. Et on peut appliquer votre conclusion aux autres pays d’Europe et d’ailleurs.

          • Gilles dit :

            « Une grève des transports ne fait que compliquer un peu le trajet, pas l’empêcher. »
            On est un peu stupéfait et déconcerté de lire ces lignes qui marquent la distance abyssale qui sépare les grévistes des usagers (dont certains sont âgés). Les usagers qui prennent le train ont, chacun, des raisons personnelles de le prendre: entretien d’embauche, trajet domicile-travail, visite à un proche ou à un malade, décès ou enterrement, vacances, ou simplement retour chez soi etc… De ces raisons les grévistes n’ont pas à juger, mais parce que ces raisons sont « individuelles », elles n’ont aucune légitimité aux yeux des grévistes pour lesquels la lutte « collective », seule légitime, « leur » lutte collective l’emporte sur toute autre raison. Le terme d' »otage » est récusé au titre que les usagers ne sont pas dans la situation des otages du Sahel. Dont acte. Il n’empêche qu’on peut s’interroger sur la légitimité de faire galérer des dizaines de milliers de passagers chaque jour, obligés de trouver sur le champ des solutions alternatives pour leur voyage quelles que puissent être par ailleurs les revendications des grévistes. Il y a en quelque sorte démesure dans le pouvoir dont disposent les grévistes (l’arme absolue du train qui ne part pas) et la totale impuissance des usagers. Comme toujours, c’est « l’autre » qui a tort (Etat, direction de la SNCF, collectivités territoriales, etc). Ce qui effraie dans votre blog, c’est cette certitude tranquille d’avoir raison contre tous: moi d’abord, les autres après. Le doute ne vous effleure-t-il jamais? Nos sociétés contemporaines sont extrêmement complexes, et le raisonnement binaire (j’ai raison/ l’autre a tort) un peu court . Le fait de devoir transporter un aussi grand nombre de voyageurs quotidiennement n’engendre-t-il pas des responsabilités accrues? Il est déraisonnable de ne pas tenir compte de l’exaspération que vous provoquez par les difficultés quotidiennes que vous créez. La prolongation ne peut qu’entraîner des incidents qui ne seront plus contrôlables.Est-ce réellement ce que vous appelez de vos voeux?

          • MJ dit :

            Bonjour, moi ce qui m’exaspère c’est que pour quelques boulons manquants, une rame de train ait déraillé à Brétigny. La prolongation d’une maintenance défectueuse est la principale cause de cet incident incontrôlable. Est ce réellement ce que nous appelons de nos voeux : une maintenance du réseau de plus en plus à la petite semaine car devenu une prestation marchande entre deux filiales, (clairement identifiées dans le projet de loi) et qui vont se tirer la bourre, pour au final une sécurité inversement proportionnelle au coût de la prestation.Je trouve donc dans ces circonstances, qu’il est au contraire très responsable et de salut public de faire grève pour empêcher cette mascarade de loi ferroviaire.

          • MARTINEZ Gérard dit :

            Gilles dit :
            17/06/2014 à 08:57
            « On est un peu stupéfait et déconcerté de lire ces lignes qui marquent la distance abyssale qui sépare les grévistes des usagers »…
            Sûr, les grévistes sont dans l’action, les usagers de votre genre ne peuvent que se considérer usagés; Sinon ils prendraient le parti de défendre eux aussi des droits acquis de longues luttes. L’énergie mise par le patronat, le capitalisme, dans tous les secteurs de la société, pour gratter quelques pesetas dans les poches du peuple nécessite que tout le monde s’y mette pour résister! à moins que vous ne soyez vous même capitaliste,spéculateur ou trader, il n’y a pas de raison valables pour attaquer un type qui dit « j’aime mon boulot…mais on veut le casser pour m’exploiter un peu plus ».
            Quand quelqu’un fait grève, il faut se cotiser pour qu’il puisse bouffer à la fin du mois. Tous ceux qui ne comprennent pas ça, n’ont pas conscience de l’effort que cela suppose de prendre cette décision, aujourd’hui, dans notre société! Ont-ils jamais subit une injustice dans leur vie?
            De tout cœur avec les cheminots et merci à Sylvain pour son engagement.

          • Brice dit :

            En effet, ce qui ressort principalement de cet article (toutefois assez bien écrit et dont l’auteur a le mérite pour l’instant de laisser libre court à la discussion, ce qui est suffisamment rare pour être souligné, merci à lui), c’est un comportement d’enfant trop gâté, tellement habitué à ses privilèges qu’il préfère casser le jouet des autres (travail, examen, etc.) quand le sien ne marche plus aussi bien qu’auparavant plutôt que de se remettre correctement au boulot pour le rendre à nouveau compétitif.

          • Tyrion dit :

            2500h/an? vous êtes sur? il me semble que la durée hebdomadaire est de 39h en suisse.

          • xaxa dit :

            La notion de durée légale n’existe pas dans la Confédération. La loi prévoit, selon les secteurs, un temps maximal hebdomadaire de 45 à 50h, déclenchant au delà une surrémunération (heures supp).

            Dans la plupart des secteurs, la durée de convention est de 42h, mais ce n’est que contractuel, et non légal.

            Les données que j’ai fournie proviennent d’une source peu fiable : les postes ouverts en ce moment par les CFF. A vous de juger.

        • Christophe Arpaillange dit :

          Merci Sylvain de ces réponses et pour aller plus loin dans le débat.

          Sur le 1 : si les expériences et les conclusions divergent suivant les grandes organisations, sans qu’on puisse trouver un modèle idéal et généralisable, c’est qu’au-delà des organigrammes formels, c’est l’existence ou pas d’un réseau de relations entre des personnes qui explique l’efficacité ou l’inefficacité d’un système. Il y a assez longtemps est sorti un travail d’un américain, Donald Chisholm qui traite, sur le système de transport de San Francisco, multimodal, avec des limites administratives, des compagnies privées et quelques publiques, pourquoi et comment, on ne perd pas de voyageurs en route dans un système complexe. C’est en anglais, pas traduit je pense et je n’ai que la version papier mais j’ai retrouvé la critique : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/pomap_0758-1726_1989_num_7_3_2912_t1_0194_0000_1

          Sur le 2, c’est bien le principe de la décentralisation que tu décris. Il ne peut être uniforme et il faut savoir quand on vote pour des conseillers régionaux (et généraux qui seront peut être absorbés) qu’il y aura plus ou moins d’argent sur les routes ou le rail, plus pour les lycées et moins sur l’agriculture ou l’inverse. D’une part c’est un peu justifié par la démocratie, encore plus par la fiscalité (les TER coûtent globalement quelques (4 ou 5?) milliards par an aux régions (donc à leur contribuable) et encore plus par l’adaptation aux situations locales parce qu’à une époque, le ministère de l’équipement ou des sports avait défini des modèles uniques de piscines ou de bâtiments, les mêmes pour tous que l’on soit à Dunkerque ou à Perpignan. Quant à l’usager/client dont tu parles, outre lui suggérer de se renseigner avant de dire des âneries, on pourrait suggérer aux régions de s’entendre pour une carte de réduction sur une surface/un réseau plus étendu … mais ce serait à un prix plus élevé. Pour avoir une carte fréquence1, je sais que le tarif n’est pas le même selon que je prenne France entière ou une ligne particulière. Et tant qu’à harmoniser les règles, j’ai été assez choqué l’autre jour d’entendre un contrôleur demander un règlement supplémentaire à un type avec son vélo dans un Corail quand les régions assurent ça gratis. Quant à l’inégalité territoriale dans le système actuel, elle est énorme suivant que l’on soit ou pas sur une ligne dotée de matériel et de TGV ou sur une transversale (façon Bordeaux-Marseille). Aux unes le bon service, la ponctualité et aux autres des retards, des matériels hors d’âge … le tout pour un prix quasi-identique.

          3 Quant aux éléments financiers, je suis entièrement d’accord, ils manquent de transparence et l’endettement devrait être sécurisé. En même temps, pour l’endettement, une convention entre Etat et SNCF groupe/holding peut suffire à sécuriser la chose (on comprend que l’Etat, dans ses jeux avec Bruxelles, ne veuille pas rajouter la dette du rail, à son compte global). Le vrai problème, tu l’as dit, c’est quels investissements pour le rail par rapport à la route et quelles ressources pour les financer. C’est aussi un des points qui n’apparait pas dans les revendications actuelles, et qui me gêne un peu, c’est que la SNCF est déjà un groupe actionnaire dans les transports urbains et routiers (Kéolis), les camions et même le covoiturage. Je ne suis pas sûr que tous ces salariés qui dépendent de la SNCF aient des statuts protecteurs et des rémunérations correctes.

          Sur l’Europe, c’est une lutte politique, ce qui fait que l’on sort du champ strict du rail pour le coup, mais le gouvernement et le président, auraient la possibilité de jouer franc-jeu avec l’Europe et avec nous, en disant que même élus en France, ils étaient politiquement dans l’opposition à l’Europe (en jargon, préférer le politique à l’intergouvernemental) et donc faire de l’obstruction et de la résistance, mais on attends aussi des luttes sociales européennes et dans le cas de la réforme actuelle, la confrontation avec le gouvernement français qui a tiré le peu qu’il pouvait dans la limite de ses compétences ne peut pas mener à grand chose. Soit il faut une réaction nationale et anti-européenne, ce que je n’approuverai pas, soit il faut une réaction politique et sociale à l’échelle européenne et là l’intersyndicale c’est les abonnés absents.

      • eric dit :

        Bonjour,
        j’approuve totalement ce commentaire qui reprend le ressenti de nombreux usagers
        Les cheminots voient un découpage en 3 entités.
        Actuellement il y en bien plus :
        SNCF infra existe depuis 1997
        Les établissements de traction
        Les établissement de ligne
        RFF

        Dans ce contexte SNCF infra est le prestataire technique des travaux commandités par RFF. Cette prestation a un cout, que RFF assume via le droit de péage facturé aux différents services commerciaux de SNCF (trasilien, TER, TGV…)

        Du point de vue usagers, la fusion entre RFF et SNCF infra permet de passer de 3 à 2 intervenants, la holding SNCF n’étant pas une entité opérationnelle, elle ne servira qu’à décider de l’avenir, les branches mobilité et infra oeuvrant dans le même objectif.
        Donc dire que cela éclate la configuration me semble erroné.

        Je ne m’exprime pas sur les autres sujets n’ayant pas d’informations.
        Pourquoi attendre le dernier moment pour faire cette action de grève ?
        Pourquoi ne pas avoir communiqué aux associations d’usagers votre point de vue ?

        • Sylvain Bouard dit :

          Et pourtant, le code du travail s’applique à tous. Evidemment, il ne s’use que si l’on ne s’en sert pas. Un syndicat, c’est avant tout des salariés qui décident d’en monter un dans leur boite et pas une entité extérieure à l’entreprise qui décide de venir s’y implanter.

          D’ailleurs, si on n’aime pas CGT, FO, CFDT, CFE-CGC et autres, on peut tout à fait créer un syndicat de toutes pièces. Le code du travail est en accès libre. A vous de jouer !

          • Dominique dit :

            Sylvain, rappelle-toi des tirs de barrages plus que musclés des syndicats en place lorsque SUD a voulu s’implanter dans la SNCF…
            Par ailleurs, il est quasi impossible d’élire un délégué du personnel s’il n’est pas syndicaliste. Est-ce bien normal ?

          • marie dit :

            J’entends bien toute la colère de certaines personnes par rapport à leur travail,à leurs examens qui sont déjà une grande source de stress. Mais je pense qu’il y a des solutions à mettre en place, faisons du covoiturage réinventons la solidarité. Arrêtons de jouer le jeu de l’état ou des actionnaires qui sont de diviser pour mieux régner.

            Les cheminots sont comme nous ils défendent leurs droits et la grève est un droit. Bien sûr que nous dans le privé c’est plus coton pour exercer ce droit, on se trouve sur un siège éjectable beaucoup plus facilement. Mais bon ce n’est pas une raison pour ne pas être solidaire de l’autre. Et en plus quand je vois cette réforme au niveau horaires je n’ai pas envie de prendre le train pour rentrer chez moi avec un cheminot qui a peu de repos et serait capable de faire 12 heures d’affilées. On voit déjà les résultats au niveau des hôpitaux avec ces horaires complètement décalés.

            Je pense aussi que les cheminots devraient plus être à l’écoute de cette colère, car le fait est que certaines personnes se sentent pris en otage. Plus de diffusion comme la votre, Sylvain, aiderait les gens à mieux comprendre votre mouvementent, n’arrêter pas de diffuser sur les réseaux sociaux. Je vous souhaite bon courage, car c’est vrai que certains commentaires sont costauds mais c’est leur seul moyen d’exprimer cette colère.

          • Segolene dit :

            Attention à pas trop pousser les gens à créer des syndicats, ils seraient capables de se battre pour abolir le code du travail et tous les acquis sociaux! Le problème c’est que les gens ne réalisent pas que du statut d’usagers ils glissent lentement mais surement vers celui de clients, on tue le service public à petit feu et de moins en moins de gens réagissent, même les salariés eux-mêmes.

          • MARTINEZ Gérard dit :

            A prendre en faisant un pas de côté, et avec humour,si possible:
            « Usager ou client ?
            Lorsqu’il s’agit de la prostitution on dit « Client », parce que de l’argent est en jeu.
            Certains considère pourtant que la prostitué assure un service; Elle joue un peu le rôle de confidente, d’infirmière, voir de psychothérapeute. Comme cela démarre souvent sur la voie publique, on peut considérer (Con-sidéré) qu’il s’agit d’un service publique.
            Sommes-nous loin de nommer le client de la prostitué :
            « Usagé » ?! Pour concrétiser cela il suffit de considérer (encore !), à quel moment nous nous situons. Il y a bien un moment ou il est client et un autre où il est usagé, ou usé.
            Nous sommes dans le même cas de figure avec le chemin de fer. J’en suis convaincu, les voyages en train opèrent (en tout cas autrefois c’était une affaire bien connue), comme lieu de rencontre. Combien ont connu ces transports amoureux, emportés dans un monde en mouvement, dans un esprit d’aventure, avec le rythme lancinant des roues sur le rail, qui invite aux rêveries et aux plaisirs les plus intimes.
            La SNCF serait-elle la putain de l’état au service de tout un peuple en mal d’exotisme ? Et dans ce cas comment considérer (Et oui, encore !) tous ses responsables…c’est bien sûr, le mot qui convient. Mr le secrétaire d’Etat en charge des transports l’a bien répété une vingtaine de fois lundi matin, 16 juin, durant le 7h/9h de France inter. Dans le cas de la prostitué, la personne qui la soutient, qui en est donc responsable, c’est le maquereau, ou barbeau en rivière (de diamants).Ici il est impensable de nommer ainsi un ministre de la république, il n’est en réalité que du menu fretin! »

    • Roland13 dit :

      les Cheminots ont entamé une grève qui a du sens, car le service public efficace que l’on a connu ne l’est plus.Que le gouvernement prenne le prétexte du bac pour faire pleurer dans les chaumières et faire plier les grévistes est indigne. Si j’étais prétendant au baccalauréat aujourd’hui j’éviterai les trains régionaux compte tenu de leur « régularité » et autre suppression sauvage. Alors oui la grève a du sens et en qualité de citoyen nous devrions la soutenir. Il faudrait aussi que l’on cesse de dire « qu’ils prennent les gens en otage »…. La vie d’otage est autrement difficile.

    • Alice dit :

      Parrain,

      Je vois un paradoxe dans votre commentaire.
      Vous mettez très justement le doigt sur ce qu’il faut préserver du service public : un service qui doit être accessible à tous (les jeunes, les personnes souffrantes, les travailleurs…), de qualité, et surtout sans condition de rentabilité.
      Ce service, nous pouvons en bénéficier tous les jours – sans nous en rendre compte. Et plutôt que d’être reconnaissant pour cette chance, on prend cela pour un dû, pire, on s’insurge quand on nous l’enlève, pour cause de grève par exemple…

      Mais on s’insurge contre les mauvaises personnes!

      Les grévistes sont justement ceux qui prennent le courage de défendre (moyennant des jours de salaire en moins) ce service public. S’ils ne le font pas, ce n’est pas pendant quelques jours de grève que ce service public sera défaillant, mais pour toujours!

      Il me semble important d’arrêter de se poser en victime et de penser à ses petits tracas à court terme. Il est plutôt temps de faire preuve de solidarité pour cette lutte qui a son importance à long terme.
      C’est aussi pour ça qu’il est important pour les grévistes de communiquer sur les raisons de la grève, donc merci Sylvain pour ce billet!

      • Puceron dit :

        Merci Alice!

      • ouvreboite dit :

        De qualité ?

        Je prend le RER tous les jours. Je ne le considère pas comme un service de qualité.

        Des trains en retard, bondés au point de ne pas pouvoir monter dedans, avec des arrêts supplémentaires, sans quasiment aucune info de la part du conducteur ou en gare, ca on en voit bien trop souvent pour que je puisse qualifier ce service de qualité.

        Alors, non, je ne m’insurge pas parce qu’on me retire un « service qualité », je m’insurge parce qu’on me retire ma seule possibilité décente d’aller sur mon lieu de travail, alors que je dois déjà en supporter les désagréments en temps normal.

        Et je sais très bien que les employés SNCF (grévistes ou non) ne sont pour rien dans ces conditions, mais qu’on ne me serve pas le couplet « soyez heureux que ca marche déjà si bien » quand on voit la situation.

    • wanker dit :

      Il n’y a pas pire sourd que celui qui ne veut pas entendre…

    • Ailleret-Régné dit :

      Pour Parrain,

      Ne voyez vous pas la réalité ? Avoir un service du SAMU est bien plus long qu’il y a 5 ans encore, les Postes ferment avec l’accès Bancaire qu’elles proposent, etc…. Ce sont les objectifs du Conseil National de la Résistance, créé par Jean Moulin, qui partent complètement de notre nation ! Des démarches afin d’empêcher le retour de la jalousie, la pauvreté, la violence et la haine ! Chaque Français voit et vie cette situation ! C’est à nous, citoyens, quelle que soit nos opinions politiques, de nous souder afin de créer le monde que nous souhaitons, ici et maintenant ! Comme le disait de Gaulle un certain 16 juin 44 à Bayeux « tel que nous sommes et dans notre siècle ! » à un moment où l’Europe était détruite et ruinée !
      Enfants gâtés de la Patrie, réveillez-vous !!!!!

    • DURGET dit :

      Votre position est révoltante parce que vous êtes avantages sur de multiples points et vous en demandez encore plus c est juste ecorurant

    • A dit :

      je ne suis pas sncf mais celle ci a mis en place des trains expres pour les personnes qui passe le bac avec sur son site des badges a imprimés pour que les personnes requises(agent sncf mandaté expres) puisse les faire passé en priorité dans les trains…renseigné vous avant de raler

    • Puceron dit :

      Pardonnez mon manque de culture en matière d’articles sur les départs en retraite et les avantages qu’ont les uns à l’encontre des autres.
      Et bien moi, je suis dans le privé, dans un domaine où faire grève serait plus que ridicule vu que je serai seule…Et bien je me dis que tant mieux si d’autres continuent et peuvent se battre pour leurs droits et sont encore un peu unis pour se faire entendre.
      Je n’envie pas les gens, je fais partie d’une tranche modeste, mais si les agents de la SNCF ou d’autres fonctionnaires ont des avantages et bien tant mieux pour eux. Si cela vous dégoûte ou rend jaloux ou aigri, postulez dans ces postes!
      Les droits d’un uns qu’on piétine pour sans cesse niveler par le bas, sont NOS droits à tous.
      Dommage que nous n’ayons comme état d’esprit que de cracher sur les autres…les fonctionnaires, les assistés, les chômeurs, les étrangers, le voisin. Apprenez à ne pas toujours désirer ce qu’a le voisin que vous n’avez pas.
      En tout cas, ceux du haut se délectent de tout ça! Et eux, en revanche ne se posent pas la question de leurs retraites!

    • lepole dit :

      @parrain Vous êtes un extrémiste du raccourci droitier. Votre clapet refoule la langue de bois des plus insupportable. Vous n’en avez pas marre de ces discours ultralibéraux qui ne font qu’opprimer les plus modestes… Avec de fallacieux arguments… La réalité c’est que non, le sieur Bouard n’est pas un privilégié. Il est empathique, là où vous sucer un bonbon patronal bien amer…

    • Epikoi encore ? dit :

      J’ai raté un exam très important pour moi, à l’époque, parce que des cheminots avaient décidé une grève surprise en ne pensant qu’à leur g…. Pour des raisons infimes dont ils ne se rappellent plus depuis longtemps. Mais moi, je m’en souviens, plus de vingt ans après, car les conséquences ont sur le coup été désastreuses. Je ne défends pas du tout la privatisation et la libéralisation du service public. Je connais (très) bien la SNCF et faut pas trop me la faire sur les conditions de travail de 98,8% de ses employés. Les conservateurs, sur ce coup, ne sont pas les patrons, mais les syndicats. Tant mieux pour eux. Qu’ils les défendent, ok, mais pas en emm…… Un maximum de monde en période d’exams et de départs en vacances. Les petites « gens » que nous sommes en ont besoin, surtout en ce moment.

    • mila dit :

      Merci pour ces infos précises sur les projets et les raisons de la grève. Je suis consternée de certains commentaires agressifs et amers.
      Il est toujours difficile de juger de l’extérieur des conditions de travail des autres, il faut l’expérimenter pour le comprendre, mais si les salariés de la SNCF ont de bonnes, voire meilleures conditions de travail, de départ en retraite etc que d’autres tant mieux. Il faudrait souhaiter que ce soir la même chose pour tous plutôt que d’exprimer tant de rancoeur et de jalousie.
      Soyons solidaires et partons tous en grève contre ces gouvernements et leurs politiques libérales.

    • nico0030 dit :

      Il est que tous les futurs bacheliers prennent le train…. Ils sont moins de 5% à l utiliser. Dc excusez moi, mais chacun doit prendre ses responsabilités.
      Concernant les malades, il me semble que la sécu remboursent les taxis et trajets en ambulance.

    • PEROINE Stéphane dit :

      Bravo Sylvain pour cet article clair et limpide.
      Un petit message pour tous ces gens du privé :
      Si vous n’êtes pas satisfaits de vos conditions de travail, syndiquer vous, lutter mais ne vous en prenez à ceux et à celles qui luttent pour leurs droits. Prenez vous en à nos gouvernants de « gauche » qui appliquent des politiques économiquement néfaste à l’assemble de notre société. Public, privé unissons-nous pour obtenir des droits meilleurs pour tous et toutes et arrêtons de vouloir tout niveler par le bas.
      Allez, bonne journée quand même…

    • Denis dit :

      Puisque la grève paralyse le réseau, il va falloir, cher Parrain, te mettre au covoiturage. Quel conducteur vas-tu choisir? Celui fatigué par des horaires irréguliers, qui se préoccupe plus de la manière dont il va faire vivre sa famille que de la route, ou celui en parfaite forme, bien reposé, sans gros soucis d’argent?

      Un chef d’entreprise (privée!), conscient que son entreprise n’aurait pu fonctionner sans une infrastructure aussi performante que celle mise en place depuis plus d’un siècle grâce aux SERVICES PUBLICS !!!!

    • Now dit :

      Un examen important… important pour rentrer dans le moule et faire de futur chef d’entreprise qui imposeront leur dictat aussi insensé que ceux des générations actuelles ? Ou des employés-esclaves de ces dits employeurs ?

      Laissez moi rire, cette éducation national que vous pensez indispensable n’est qu’un traquenard pour citoyen soumis sous couvert de pseudo connaissance minimum général et diplomant assurant un travail honorable et rémunérateur. Ouvrez les yeux aux lieux de répéter ce que les médiats et le système vous on fait gober…
      Des effectifs en baisses, des profs et des élèves a bout, un système de notation élitiste… Tout pour entretenir ce beau petit monde en bordel…
      Créer des dissensions entres les composantes du systeme pour éviter une communications réelle qui aboutirait a une remise en cause des choses qui ne vont pas… c’est leur spécialité, et les 3/4 des gens sautent souvent a pied joint dedans, je ne vous insulte pas , je ne vous critique pas, j’espere juste que par ces paroles vous entre voyez une autre facon de voir les choses.
      Des système éducatif alternatif existe vous devriez plutot envoyez vos enfants la ba pour leur biens et le votre.
      Sinon vous pourriez l’emmener vous meme au lycée ? Ah bah non c’est vrai on s’est fait avoir avec ces « travail rémunéré » Vous n’avez ni le temps de les emmener ni de les éduquer ou de leur donner assez d’Amour pour ne pas les laisser devenir les bêtes que nous sommes déja…
      Je vous aime, je ne suis pas contre vous, on est dans la meme galère meme si vous ne vous en rendez pas forcément compte.
      Ces cheminot ne sont qu’un composant comme les profs, comme les intermitent du spectacle , comme tout ces grêviste qui en ce moment se sentent bloqué.
      Votre tour viendra ou des gens se plaidront de votre inaction, vous leur répondrez quoi a ce moment la ?
      Au lieu de critiquer la grêve des uns et des autres, remettez en cause la cause des cause. C’est pas les grêves le problèmes, c’est le paradigme sur lequel notre société est basé… La consommation, la répression, la lobotomisation… tout cela appris dès le plus jeune age a l’école que vous défendez… Bon allez je m’arrete la je sais pas si ce post va passer et si vous le lirez ou si ca va outré des gens, je me doute que le système a bien joué son coup et vous feront voir mon message comme une agression alors qu’il n’en n’est rien.

      Bisous 🙂

      • Baloo dit :

        Mais bien sur, M. je sais tout sans rien proposer de concret. C’est facile de rabaisser les autres en leurs disant je vous aime !!!! Je te verrais bien faire de la politique toi. Pourtant je suis plutôt d’accord avec ce que tu dis mais ce n’ai pas avec de beaux discours que l’on éduque nos enfant (et ce n’est pas l’école qui doit le faire avec des diplômes à la clé ou non, mais nous parent !!!) On a pas tous la possibilité de faire des choix alternatifs, l’amour que l’on porte à nos enfants n’a rien à voir là dedans, il y en a qui essaye juste de se démerder comme ils peuvent avec ce qu’ils ont !!! Mais tu n’as pas l’air d’avoir dû faire beaucoup de sacrifices dans ta vie toi !!! Ce n’ai pas contre toi hein 😉 Allez, bisous

    • Val dit :

      J’ai passé des épreuves du BAC cette semaine et je prend le train sauf que l’éducation nationale à prévu qu’il y aurait des retards du coup aucun justificatifs n’ont était demander et cela ne m’a en aucun cas empêcher de plus ou moins bien réussir les épreuve …

    • freedom dit :

      Tellement vrai tout ça! Sylvain merci pour cet article vraiment! Pour reprendre la citation ci dessous il est effectivement plus compliqué de se battre que cracher dans l assiette du voisin!!
      Je remercie (de manière ironique cette fois) les médias qui contribuent largement a nourrir une haine sans nom des cheminots!non la prime de charbon n existe plus désolé de vous décevoir messieurs dame!!
      Alors oui nous avons des privilèges, mais battez vous pour les vôtres plutôt que de vouloir nous descendre!!!! Merci au gouvernement d avoir diviser pour mieux régner et qui peut aujourd’hui contempler de loin son troupeau de mouton persuadé qu’il n’a d’autre choix que de se faire tondre….

    • Mayot dit :

      Monsieur le parrain,

      ces gens se battent aussi pour l’avenir des jeunes qui passent leur bac actuellement… Après, on peut aussi se laisser piétiner par des décideurs ripoux et s’insulter les uns les autres en fonction de nos intérêts personnels… Cette société est en déclin! On nous fait bouffer de la merde au propre comme au figuré! Eteignons les télés, informons nous, échangeons!!
      Bonne soirée

    • marco dit :

      Le gouvernement savait que les salariés n’accepteraient pas cette reforme sans faire grève et que cela entrainerait des perturbations pour les voyageurs et les épreuves du bac. C’est donc le gouvernement le responsable pas les cheminots. Il faut réfléchir au lieu de débiter des âneries.
      Il y a encore des salariés qui se défendent aujourd’hui, bravo!

    • Loila dit :

      Cher Parrain,
      Tes cing lignes me donnent la nausée. J’ai toujours aimé la question des « privilèges ». D’une part, les bosseurs de la SNCF n’ont pas des « privilèges » mais des conditions de travail MOINS lamentables qu’un certain nombre de fonctionnaires (ou en tout cas, en ont eu un temps). Ce genre d’argument moisi ma rappelle douloureusement les « aaah mais les manifs pour les retraites c’est n’importe quoi, dans tous les autres pays européens les gens travaillent jusqu’à 65 ans » Et si l’Allemagne rétablit la peine de mort, on fait pareil?

      Des vieux malades, des enfants qui passent le bac… Le recours à l’émotion est un tour de passe passe qui marche. En attendant, il existe pour les vieux malades des ambulances (eh oui, monsieur) pour se rendre à l’hôpital. Et un rendez-vous loin, ça se change. Je suis terre à terre, hein? Vos arguments ne valent pas mieux. D’ailleurs, je ne répondrai pas à la question (pardon, le « quid ») des élèves qui passent le bac. Sans déconner…. Face au grignotement, peut-être léger, mais incessant des droits sociaux,ils me font une belle jambe, ceux-là!

      Bien à vous, cher Parrain
      LW

    • CARION dit :

      Pourquoi tant de haine ? J’avoue ne pas parvenir à comprendre. Est-ce que ça sera bénéfique pour vous que certains salariés vont perdre en qualité de vie ou de travail ?
      Il me semble qu’il y a d’autres privilégiés et ceux-là n’ont pas à faire grève pour conserver leurs vrais privilèges !

    • Marjolaine dit :

      Quid de ces jeunes qui ont passé leur bac Pro, CAP, BEP la semaine avant le bac, avec la grève aussi, et dont PERSONNE n’a parlé??
      Bizarre comme hiérarchisation des priorités, non?

    • manu dit :

      le gouvernement a choisi lui méme les dates de cette réforme, c’est un choix de sa part pour les période d’éxamunS afin de culpabiliser les cheminots et de les faire passer pour des salopS aux yeux de la population , un chois stratégique dans lequel vous vous faites embarquer comme des moutons . c’est juste de la manipulation a grande échelle.

    • big dit :

      Si la seule condition pour passer le bac ou avoir un rendez vous médical est d’avoir un train à l’heure, comment fait t-on lorsqu’on habite en Lozère, dans la Creuse, dans les Pyrénées là où il n’y a plus de trains pour défaut de rentabilité ?

      La privatisation visée par cette réforme ne laissera que les lignes AUX SEULS horaires rentables ça en fera un paquet qui ne pourrons pas passer leur bac car de toutes façons ils ne pourront de toutes façons plus aller au lycée

    • muger dit :

      on ne parle pas des avantages aux salarie mes du fait qu il y a plus de cadres dirigeant que d’ouvriers, imaginons sur une galere romaines 40 cadres dirigeant 10 barreur et 3 mec qui rament je doutent que cette galere traverse la mediterannee… or toutes les multinationnale fonctionne comme cela!!!!

  2. Lori dit :

    Ok. Mais cette convention collective, si on cherche à la renégocier, n’est-ce pas parce qu’elle vous accorde des avantages exorbitants au regard des capacités de l’entreprise ? Un ami cheminot, ex-conducteur de TGV a pris sa retraite à un âge qui fait rêver, avec une pension qui fait tout autant rêver. Ces avantages ne sont-ils pas prélevés sur d’autres secteurs économiques, avec comme contrepartie à tous ces régimes particuliers un taux de chômage élevé ? Dites nous à quel âge vous allez prendre votre retraite et avec quel pourcentage de vos derniers revenus. Bref cette grève n’est-elle pas a nouveau la défense des petits intérêts particuliers?

    • Sylvain Bouard dit :

      La retraite n’est pas touchée mais puisqu’on en parle, elle est devenue moins intéressante que le régime général: http://blog.sylvainbouard.fr/la-retraite-des-cheminots-du-reve-a-la-realite/

      Pour revenir au sujet, l’accord qui est abrogé est celui portant sur les temps et l’organisation du travail. Le seul morceau d’accord qui a commencé à être négocié prévoyait de passer à 12h d’amplitude horaire, un repos quotidien de 9h, de 52 à 25 repos doubles et d’augmenter les Dimanche travaillés. Comme qui dirait qu’on a une vie et qu’on a aussi des besoins élémentaires comme dormir ou manger et puis on a un peu envie de voir notre famille. Sans compter que le manque de repos, c’est la porte ouverte à des erreurs et que nous ne sommes pas de préparateurs de commande.

      • Frédéric berger dit :

        pour connaître plusieurs cheminots je sais que vos conditions de travail sont difficiles. en revanche les avantages retraites ont été accordées initialement car le travail était difficile, donc la question est bien liée.
        en revanche pour une fois on a bien été informé.

        la mis en place d’un directoire est une tentative pour aller dans la même direction ce n’est pas forcément mauvais même si ça ne me plaît pas de rassembler les sociétés.

        mais comme les hôpitaux et l’énergie les agents devraient pouvoir être réquisitionnés pour assurer le minimum (qui est souvent le cas nominal) car le droit au travail est un droit fondamental tout comme le droit de grève

        • Sylvain Bouard dit :

          La retraite des cheminots c’est un débat du passé. La réforme a été faite et on se retrouve avec des conditions moins favorables que le régime général. J’ai tout expliqué là : http://blog.sylvainbouard.fr/la-retraite-des-cheminots-du-reve-a-la-realite/

          Le service minimum, il existe déjà et je ne vois pas le rapport avec le droit au travail. On n’a pas le droit d’empêcher quelqu’un d’aller bosser. Une grève des transports ne fait que compliquer un peu le trajet, pas l’empêcher.

          • Corentin dit :

            Ceci est faux. Je suis étudiant. Ce matin j’avais un examen. Ligne D du rer. Au sud de Corbeil-Essonnes, 0 train de la journée. Service minimum ? Niet(abrogé en 2010 dans le domaine du transport)
            J’ai raté mon examen. A cause de personnes qui font la grève. Si j’avais été travailleur, c’était la même chose. Voyez vous, « votre » grève n’a pas juste gêner mon temps de trajet. Elle l’a nullifié. Que vous fassiez grève est d’ailleurs totalement contre-productif et ce pour plusieurs raisons. Tout d’abord cela rend l’entreprise très impopulaire auprès des usagers, amplifiant les problèmes de communications entre les-dits usagers et les agents SNCF à bord. Et cela influe directement sur vos conditions de travail. De plus les raisons de la grève reste obscure si on lit votre billet. Car n’importe quelle personne dans le privé qui fait grève pour « lutter » contre une réforme de la hiérarchie de son entreprise finirait viré/harcelée par la direction. Certes, être « cheminot » (je met des guillemets car là encore, si seuls les vrais cheminots faisait grève, les trains circuleraient) n’est pas rémunérateur et n’apporte pas autant de bénéfices que dans l’imagerie populaire, mais de grâce, pensez un minimum aux personnes qui vous font vivre, non pas vos patrons mais vos clients. Concertez vous avec vos collègues contrôleurs pour laisser passer tout les fraudeurs pendant une journée, ou alors venez travailler déguisés, que sais-je ? Bref, cette grève porte l’opprobre sur votre profession.

          • DAvid dit :

            Contre-productif ? cela rend l’entreprise impopulaire ? Mais ça l’est déjà ! On est déjà impopulaire, et franchement, au niveau où l’on est, on risque plus rien.
            Personnellement, je m’en fous un peu de l’opinion publique, ça fait belle lurette qu’on subit ça, à cause en grande partie, aux décisions stupides de nos dirigeants, relayer par les médias.
            La, on essaye de défendre notre outils de travail avant qu’il ne soit trop tard. Et ça, c’est pas les usagers qui vont s’en occuper pour nous.

      • Manu-France dit :

        Je rajouterais concernant les week end que beaucoup d’entre nous en travail deja plusieurs par mois déjà. Sans compter les horaires décalés, d’extrême soirée que j’effectue depuis 10 ans. Alors si nous sommes des privilégiez moi aussi je vais faire des stéréotypes infondés et stigmatiser les gens du privé qui se plaignent a longueur de temps mais ne bouge pas leur cul.Nous aussi partant de ce cliché je veux être un privilégié et bénéficier de ticket resto, finir à 18h le vendredi et ne reprendre que le lundi matin. Nous aussi on veut gagner le smic hors prime, heures de nuit etc… Nous aussi on veut que toutes les primes comptent pour notre retraite (ce qui n’est pas le cas pour beaucoup d’entre nous). Bref moi aussi je voudrais avoir une vie normal. Car la seule raison qui fait que je suis cheminot et l’assurance hormis pour faute grave de ma part de ne pas être viré du jour au lendemain pour une raison farfelue ou une délocalisation de ma boite. Enfin pour l’instant…

        • Infruset dit :

          « la seule raison qui fait que je suis cheminot et l’assurance hormis pour faute grave de ma part de ne pas être viré du jour au lendemain pour une raison farfelue ou une délocalisation de ma boite » => changez de boulot.

          • Alain dit :

            +1

          • Gemini dit :

            Pourquoi changer de boulot ? J’ai rarement lu un commentaire aussi stupide.

            Personnellement, ça ne me fait pas rêver d’être contraint par mon employeur de changer mon lieu de vie, ça ne me fait pas rêver de me faire licencier pour un oui ou pour un non, ça ne me fait pas rêver de passer tout mon temps au chômage. Je peux tout à fait comprendre le choix de cette personne.

            Je travaille dans le privé, et le privé, c’est de la merde. En seulement 10 ans de « carrière », j’en suis déjà à ma 4ème boîte. La reconnaissance, on ne connait pas. Seul compte l’enrichissement du patron et des actionnaires. La seule raison qui fait que je reste dans le privé, c’est que le salaire sont malgré tout moins moisis que dans le public. Et oui !

            Et non, je ne changerai pas de boulot. Gagner moins dans le public, pour rendre service à des débiles comme l’auteur du commentaire précédent, non merci.

            En conséquence, j’ai beaucoup de respect pour ceux qui acceptent encore de rendre service à une population totalement ingrate et égoïste en échange d’un salaire toujours plus faible.

        • Baloo dit :

          Moi je suis dans le privé et j’ai pas mal de potes à la SNCF. On ne parle pas souvent boulot parce qu’on à tous envie de plutôt se changer les idées quand on se voit mais si c’est pour voir qu’un coté du miroir, moi aussi je veux commencer à 11h ou 13,14h certains jours comme ça je peux sortir tranquille la veille, mais aussi je veux arriver à 21h, 21h30 chez un pote alors que je suis sensé finir ma journée à 23h !!! moi aussi je veux des WE de 3 ou 4 jours avec transports gratuit pour allez décompresser où je veux !!! Je sais bien que leurs conditions ne se résume pas à ça, sinon tout le monde y serait à la SNCF, mais quand même !!!

    • Lsvjl dit :

      Lori, Vous devriez demander a votre ami tous ces details que vous demandez, au moins vous en serez sur sans risque de manipulation et revenez nous en indiquez le detail, cela m intéresse en tant que client, d avoir les différents points de vues pour et contre au sein des cheminots.

      Et donnez nous aussi le detail de votre cas, Lori, afin que l on puisse comparer.

      Autre point d une vue globale, en tant que client SNCF, quand je vois l usine a gaz, hiérarchique, qu ils veulent faire, je comprend qu ils souhaitent enlever les avantages des échelons «ouvriers/conducteurs/maintenance…» Cela permettra de payer les chefs et la perte de temps occasionnée par cette nouvelle organisation.

      A ma connaissance, pour la surface et l utilisation, nous avons, je trouve, un service de qualité pour un prix abordable.

      Il me semble que certains pays avec pourtant moins d avantages pour les employés et moins de surface ferroviaire, ne peuvent pas en dire autant que ce soit en qualité ou en prix.

    • JohnGwendal dit :

      Vous savez, pour un actionnaire, le simple fait de devoir vous payer un salaire, si bas soit-il, est un « avantage exorbitant »

      • Catherine dit :

        Exactement ! On devrait tous bosser gratuitement pour que les actionnaires puissent nager avec les dauphins ! Ces gens n’ont rien d’humain et 90 % de la population française se laisser berner, quelle tristesse.

    • DAvid dit :

      Il est intéressant de lire que nos « avantages » déclenchent un taux de chômage élevé.
      Mais dis moi juste ce qu’il se passe, si avec 4 employés à 9h d’amplitude actuellement, tu as le droit de les faire travailler 12h ? Tu ne vois pas ? Allez je t’aide : Je supprime un employé qui ne me sert plus. Chômage ?

      • José dit :

        Vous « avantages » peut-être pas mais ce qui est sûr c’est que 6 jours de grève bloquent un peu l’économie donc qui dit baisse de la productivité… Tu ne vois pas? Allez je t’aide… Chômage?
        Ce matin j’ai rencontré un type qui avait essayer de se rendre à un entretien qu’il avait dû repousser pendant une semaine pour cause de…grève et qui n’a encore une fois pas pu s’y rendre. Il allait donc encore devoir galérer avant d’avoir une autre possibilité d’entretien (tout ça bien sûr en ayant payé son abonnement). Ah et tu veux savoir la meilleure? Il m’a dit que le mec l’avait appelé pour lui dire qu’il avait pris quelqu’un d’autre…Alors? tu vois pas? Chômage peut-être?

        • Dr Dré dit :

          Bah, l’entreprise a pris quelqu’un d’autre, donc au global, pas de chomage…

          Ensuite, j’ai du mal à croire qu’en une semaine on ne parvienne pas à trouver un moyen de se rendre à un entretien malgré la grève. Ça me rappelle l’article bidon de réactions d’usagers avec « Sabrina L. : j’ai raté deux fois le même entretien qu’on avait pourtant accepter de décaler après la première fois. »

          Autant qu’on puisse se faire surprendre une fois, ça peut arriver, mais bon abcdtrain ça existe, les bus ça existe, etc… En cas de grève, ben on s’organise, surtout si on a un entretien, des examens, etc…

          Après, oui, s’organiser, c’est plus chiant que qu’en tout va bien

    • Johann dit :

      Ne confondez pas tout, Il y a certes, des avantages non négligeables.
      Votre ami, qui est notre collègue, maintenant retraité, n’est pas un cas à généraliser :
      Nous sommes environ 160 000 cheminots dans le groupe SNCF, Groupe investit dans plus de 120 pays, avec 260 000 salariés.
      Sur ces 160 000 cheminots français, tous ne sont pas conducteurs, et encore moins conducteurs de TGV !
      Ces messieurs qui travaillent sur les quais, sur la voie, ou même dans les ateliers sont loin d’avoir les mêmes avantages, et pour avoir une pension décente, sont bien souvent contraints de poursuivre leur travail ce qui, à peu de choses près, revient à partir à l’âge conventionnel « privé »

    • doray nico dit :

      Oh oui nivelons tout vers le bas, retournons au 19e siecle, battons nous pour le travail des enfants! Le grand intérêt particulier des actionnaires nous le commande! Oui au suicide social!!

    • le padre dit :

      pour mon cas personnel.pour partir en retraite avec 75% de mon salaire. je dois travailler jusque 61 ans.

  3. Aurel dit :

    @Lori : il faut tout de même comparer ce qui est comparable. Je ne suis pas certain que tous les agents SNCF roulent sur l’or. Quelle est la part de conducteurs de TGV par rapport au nombre total de salariés de la SNCF ?

    • Sylvain Bouard dit :

      En arrondissant, les cheminots sont 160 000, les conducteurs 16 000 et les conducteurs de TGV 1600. En gros, ne parler que d’eux, ce serait ne parler que des conditions des cadres supérieur pour parler du privé.

      D’ailleurs, ils sont bien loin des conditions des cadres du privé. Dans mon ancienne boite, un chef d’équipe d’une dizaine de personne se faisait un salaire de TGViste en bossant du Lundi au Vendredi et sans avoir la vie des autres dans ces mains…

  4. Olivier__B dit :

    Sylvain, belle explication, dont j’ai la même idée .

    Lori, parlons retraite, ton collègue a eu cette chance que nous n’avons plus.

    Pour mon cas, j’ai 41 ans, je suis rentré à la SNCF en 96, et avec la décote de la réforme, je vais partir au mieux 60 ans et avec le changement prévu en 2017 à 62 ans.
    Avec pour retraite je donne une fourchette car cela va dépendre de mon avancement entre 1300 et 1500 euros.

    Ouah je suis un privilégie

    Parrain je te rassure, tu vas bientôt pouvoir bénéficier du privé et on en reparlera après car les problèmes seront les même sauf peut être la grève

    • Parrain dit :

      J’attends de voir… Je travaille aussi dans le public, mais pas avec la même mentalité. Chez nous ça ne dérangerait personne qu’on fasse grève, on sert le public au lieu de l’asservir, c’est toute la différence!

      • Sylvain Bouard dit :

        C’est vrai, tous ces cheminots qui se tapent du 3×8 ou, pire, du décalé, 365 jours par an, ce n’est pas pour servir le public…

        • Parrain dit :

          365 jours moins les jours de grève, les retards…
          Un grand merci à ceux qui sont en première ligne, les contrôleurs qui s’en prennent plein la figure alors que souvent ils se mettent en quatre pour le public, et certains employés à l’accueil, ou au community management sur l’appli.Mais ceux qu’on ne voit jamais, les empêcheurs de tourner en rond qui crient avant même de savoir à quelle sauce ils vont être mangés, ras le bol!

          • Sylvain Bouard dit :

            Justement, si tu ne les vois jamais, comment peux tu en savoir autant sur leur implication ?

          • Parrain dit :

            Il est vrai que si la Sncf communiquait autrement qu’en laissant les employés de l’accueil aller au front on n’en serait peut être pas là!:)
            Sur ce, messieurs dames, je vais dormir, car demain je donne 8 heures de cours! Bon vent à tous et longue vie au service public, le vrai, celui dont on finit par oublier le sens à force d’en être détournés.

      • Olivier__B dit :

        Et tu bosses dans quoi ?

        • Parrain dit :

          Assistant territorial spécialisé d’enseignement artistique.

          • DAvid dit :

            Oui donc d’utilité publique, clairement.

          • Déesse Gaia dit :

            Effectivement, du vrai service publique.
            Dois-je vous informer que le cheminot, si il travaillait comme les gens du privé, c est a dire, grosso modo en faisant du 6h/14h ou 14/22h et de repos le dimanche et jours fériés, aurait un confort de vie, bien plus agréable? verrait ses enfants grandir? Ah, mais oui, en même temps, cela voudrait dire, plus un seul train entre 21h30 et 6h30/6h40 (temps de préparation et de vérification sur les machines avant de pouvoir les certifier aptes au service), sans compter zéro train les dimanches et jours fériés. quels privilégiés sont-ils, quand on y réfléchit bien…

      • Nico dit :

        Vive le privé! Europorte, ECR, VFLI, Colas, OSR…

  5. Sandrine dit :

    Je veux bien que les conditions soient pas évidentes.
    Mais moi, j’habite à Boigneville (RER D) et demain AUCUN train et AUCUNE substitution… donc si je n’étais pas en arrêt maladie, je serais dans la m****.

    Qu’il y ait minimum 12h entre deux « shifts », OK. Qu’il y ait obligatoirement 2 jours de repos consécutifs, OK. Qu’on ne force pas à faire plus de 10h/j, OK.

    Mais punaise qu’on se moque pas des voyageurs non plus. Vous avez l’air d’une personne raisonnable, mais le voyageur moyen ne comprendra jamais vos arguments car, quand on regarde bien, à l’heure actuelle peu de gens ont l’impression que la SNCF fait son travail comme elle le devrait.

    Je pense aussi aux étudiants en examen, aux demandeurs d’emploi en entretien, aux nouveaux embauchés en période d’essai… et eux, on s’en fiche, alors ?

    • Sylvain Bouard dit :

      Le seul droit des salariés mécontents, c’est de cesser le travail. Ca a des conséquences regrettables mais que fait on alors ? On ne dit rien et on laisse tout passer ?

      Sinon, sur la qualité, qui est responsable ? Le cheminot de base qui fait le boulot dans les conditions fixées par son employeur ou l’employeur ?

      • Sandrine dit :

        Bonjour!

        Avant toute chose, je tiens à préciser que je vois les choses de manière assez globale. Mon cas tout de même: frigo vide, pas de voiture, doit aller à la pharmacie, mais bon j’ai encore des pâtes donc je meurs pas de faim. Ca, c’est pas « grave » , c’est juste chiant.

        Pour le reste… les voyageurs, eux, ne vont pas voir les gens raisonnables comme vous. Ils verront juste « Et merde, une grève de plus ». Ceux qui sont emmerdés, là, ce ne sont pas vos employeurs, qui ont l’air de s’en fiche royalement au vu des grèves à répétition ces dernières années. Non, celui qui en pâtit, c’est le voyageur moyen, qui ne comprend pas pourquoi il paie un titre de transport « si cher » si c’est pour avoir grèves, pannes, retard tout le temps.

        Evidemment qu’un salarié doit se défendre. Je ne dis pas le contraire. Heureusement qu’il peut! Seulement là, la perception publique est tout à fait différente.

        C’est pour cela que je rejoins un peu Quentin sur ce qu’il dit. Ce n’est pas contre vous, Sylvain: vous m’avez l’air d’une personne posée, mais finalement, ce n’est pas les Sylvain que les gens verront… l’article est trop long pour le Français moyen. Il faudrait un article style « Avant j’avais ça, ça et ça, maintenant j’ai ça, ça et ça et on veut m’imposer ça, ça et ça. » Et il faudrait aussi que les grévistes pensent au fameux « voyageur lambda » …

        • Pata dit :

          Tu prends le train pour faire tes courses ? Seriously ?

        • DAvid dit :

          Sandrine, il faut bien comprendre qu’on a pas la possibilité de transmettre le message, puisqu’on ne laisse la parole qu’aux politiciens et qu’aux dirigeants de l’entreprise. Ha oui, j’oubliais, on laisse la parole aussi aux usagers.
          Dis moi combien de fois, tu as vu, lu, entendu un salarié en grêve, si ce n’est que 15 secondes sur BFM ?
          Tu comprends le rapport de force qu’on subit avec les médias ?

          Vous les usagers, vous n’avez pas les messages des employés, mais la faute à qui ? Tu as Cuvillier et Pepy en boucle sur les chaines infos, suivi par les politiciens et les pseudos spécialistes.

          Il n’y a qu’a regarder l’invraisemblable mise au pilori subit lors de l’histoire des quais, alors que c’était complètement bidon et manipulé.

          Si vous, les usagers et français, vous vous faites avoir par les médias en général, c’est votre problème. Nous, on sait comment ça fonctionne maintenant, et il y en a clairement marre.

        • Johann dit :

          Bonjour Sandrine.

          C’est agréable de vous lire, avec une expression toute aussi calme de Sylvain.

          Je souhaitais juste « rebondir » sur un point, comme vous le savez, la grève est menée pour le service public et pour les conditions de travail qui forcément, ne s’amélioreront pas à l’issue de cette réforme.

          vous avez parlé de billet trop cher :

          Je conçoit cela à plus de 100%… J’en souffre tous les mois, autant que vous 😉

          Cependant, n’avez-vous pas remarqué une nette augmentation des tarifs depuis 1997, date de création de RFF ?

          Et ce qui est assez remarquable c’est ça :

          France Télécom > Privatisation > Augmentation des tarifs
          EDF > Privatisation > Augmentation des tarifs
          GDF > Privatisation > Augmentation des tarifs
          Les autoroutes > Privatisation > Augmentation des tarifs

          Bien entendu, j’en passe, et puis je n’ai pas assez de recul, de par mon âge, pour vous citer plus d’exemples.

          Alors quand j’entends à la télé ou bien même lorsque je lis des articles, qui vantent les bienfaits de la privatisation de la SNCF pour l’usager : « une baisse (souvent qualifiée de « remarquable ») des tarifs sont attendus » ça me fait vraiment beaucoup rire…

          Je pense que cela ira en s’empirant, et que d’une certaine manière, cette grève qui est contre cette réforme « Européenne », qui vise à scinder l’entreprise en trois, et à accélérer la privatisation du transport ferroviaire en France, est menée par des Cheminots, pour la France, et non pas par des Cheminots pour des Cheminots, comme certaines grèves auparavant.

          Après je ne sais pas ce que vous en pensez, mais c’est toujours bon à savoir 🙂

          • David dit :

            Je n’ai pas le souvenir d’aucune privatisation s’étant accompagnée d’une baisse des tarifs. Ma mémoire peut être déjà défaillante (à presque 45 ans), voire partiale, cela dit 🙂
            Mais s’il y avait en corollaire une amélioration du service, encore, ça pourrait se comprendre; dans les faits, ça se constate rarement (ou pas, ou pire). Evidemment, d’aucun invoqueront les hausses des matières premières, dans le cas de GDF par exemple. Mais je ne suis pas sûr que ça résiste à l’analyse. D’ailleurs, je n’ai jamais compris la privatisation de GDF…

          • Violaine dit :

            Mais pourtant en ce moment la SCNF n’a pas besoin n’ont plus de privatiser pour augmenter régulièrement et de façon importante ses tarifs…

          • Vincent dit :

            Bonjour,
            En réalité l’ouverture à la concurrence de la téléphonie (que je connais mieux que les autres secteurs cités) a bien été accompagné une baisse des tarifs. Je ne suis pas en mesure de vous dire s’il y a un lien entre l’un et l’autre, par contre affirmer que la privatisation a entrainé une hausse tarifaire est une grossière erreur d’analyse.
            L’inflation existante dans notre pays depuis les années 70 a généré une hausse de l’ensemble des tarifs en euros courants (ne tenant pas compte de l’inflation). Si on raisonne en euros constants (prenant en compte l’inflation) les tarifs des télécommunications ont diminué. Sur le même raisonnement, le litre d’essence en 73 valait plus cher qu’aujourd’hui rapporté à une heure de travail rémunérée au SMIC.
            Si vous élargissez votre analyse auprès de nos pays voisins, vous pourrez constater que les prix de la téléphonie (rapportés aux prestations fournies) sont vraiment compétitifs et permettent d’augmenter le niveau de vie de la majorité des français.

          • Brice dit :

            Forcément, difficile pour une entreprise privatisée de ne serait-ce que maintenir ses tarifs, alors les baisser…

            Je m’explique: j’ai été consultant pour plusieurs entreprises historiquement « publiques » (EDF, FT, etc.). J’y ai côtoyé des équipes entières d’agents aux contrats fonctionnaires ou assimilés qui en 6 mois n’ont jamais rendu le moindre projet. À tel point que chaque semaine, nous organisions un bingo-réunion et celui qui avait trouvé leur excuse de la semaine à l’avance gagnait son apéro du soir.

            Les entreprises historiquement publiques sont complètement parasité par cette surcharge pondérale dont elles ne peuvent se séparer (sinon elle se prend… des grèves) et sont contraintes d’embaucher de nouveaux salariés, souvent intérimaires, contractuels ou consultant comme je l’étais parce qu’il faut bien que quelqu’un fasse le boulot.

            Dans ces conditions en effet, difficile de baisser les tarifs.

          • Sylvain Bouard dit :

            C’est peut être vrai mais ceux que l’on veut virer quand on parle de dégraisser, ce sont toujours les gens qui sont sur le terrain et font le boulot. On me dit (je n’ai pas pu vérifier), en interne, qu’on est arrivé à 50% de cadres à la SNCF. Si c’est exact c’est grave mais la réforme proposée ne va faire qu’en créer d’autres.

            Il ne faut pas s’y tromper, ceux qui sont en grève en ce moment, ce ne sont quasiment que des éxécutants.

      • Brice dit :

        Les salariés mécontents ont un autre droit aussi: démissionner et aller voir ailleurs si l’herbe est plus verte (indice: elle ne l’est pas toujours)

        • Sylvain Bouard dit :

          Il faudrait arrêter de croire que l’on nait cheminot. J’ai bossé 12 ans dans le privé. Je sais que ce n’est pas mieux… mais pas pire non plus.

          • Brice dit :

            Je connais personnellement deux « cheminots » : un ancien responsable de la sécurité du Fret et un mécanicien. Les deux passent leur temps à se plaindre de leur job, de leur entreprise, à faire la grève. Depuis que je les connais, au lieu de me plaindre j’ai changé quatre fois d’entreprise et ai essayé d’en monter deux. Quand on est pas content de ses conditions de travail, il y a d’autres solutions que de pourrir la vie de gens qui n’y sont pour rien. Parce que oui, vos grèves n’embêtent que vos usagers, vos patrons eux n’en ont rien à cirer (les billets sont généralement déjà payés, les abonnements aussi sur les lignes de RER).

          • Sylvain Bouard dit :

            Je suis très content de mon boulot. Je ne veux juste pas que l’on change les conditions dans lesquelles je l’exerce.

          • Brice dit :

            Je réponds ici car je ne peux pas répondre à ton commentaire plus bas.

            Le problème c’est que le monde change, les choses évoluent. Les conditions dans lesquelles *tout le monde* fait son boulot évoluent. Ce n’est pas spécifique à la SNCF. La seule différence c’est que quand un cabinet de conseil en pharmaco-économie fait grève, ça ne nuit à personne d’autre que les patrons dudit cabinet. Quand vous faites grève (et c’est très fréquent si l’on considère l’ensemble des corps de métier), vous pénalisez tout le monde.

            Je terminerais par cette citation d’un grand philosophe « With great powers come great responsabilities ».

          • Sylvain Bouard dit :

            Les salariés doivent ils tout accepter ? Est ce que, si ceux qui ont le plus le pouvoir de peser arrivent à freiner, cela ne limite pas non plus la chute globale des droits des salariés ? On peut donc utiliser a pensée de ton grand philosophe dans les deux sens 😉

          • Brice dit :

            Sauf que les grèves de cheminots n’apporte rien à l’ensemble des autres salariés. Elles nous font juste perdre notre boulot pour retards (je pense notamment aux usagers des RER) / rater des entretiens d’embauche / etc.

            Vous êtes présents pour défendre vos usagers quand ils subissent les conséquences de vos grèves ? Je ne crois pas.

            D’autre part, quand le monde change et l’économie évolue, ce n’est pas une question d’accepter ou pas. Vous me faites penser à ces journalistes qui font grève parce que leur boite leur demande de publier sur le web (je schématise). Ils ont d’ailleurs le même type d’arguments que vous. Mais ils n’ont pas le choix. C’est ça ou leur boite met la clé sous la porte. Pour vous, c’est pareil. Soit la SN se mordernise, se restructure et se réinvente. Soit un jour elle disparaitra (et vu le niveau de service de cette dernière décennie personne ne la pleurera).

    • doray nico dit :

      Les cheminots, arrêtez de vous battre! Nous autres, on comprend pas. Se battre, ça nous passe au dessus… Pourquoi vous vous battez? On est pas bien là, en france? Tranquille, peinards, ya pas de soucis ici, tout va bien… Sauf quans vous vous battez, alors là… Non, vous asservissez, vous prenez meme des otages on m’a dit, des lycéens on m’a dit! jusqu’à des malades qui vont voir des spécialistes et des gens en periode d’essai!!
      Moi je vous dis, faites comme moi, nous baissez bien la tête, rentrez bien les épaules, vous faites vos heures sup sans rien réclamer, et ça va bien se passer. Moi, en bonus comme je rentre bien tard, je vois pas mes gosses; et les gosses c’est fatigant, einh… Alors du coup ça me repose, si on y pense bien, c’est pas si pire. Allez mollo les cheminots! Resignez vous un peu comme nous.

  6. Quentin dit :

    Salut Sylvain

    C’est en tant que jeune cheminot attaché plus que quiconque au service public d’Etat que je pousse un amical mais néanmoins ferme coup de gueule.
    La grève telle qu’elle est pratiquée à la SNCF est inadmissible, honteuse. Elle paralyse tout le pays, empêche les gens d’aller bosser ou de passer leur examen, de se rendre à un entretien d’embauche ou plus simplement de se déplacer pour aller visiter des proches. Sur certaines branches du RER D, aucun train ne circulera toute a journée de demain. Et si les agents EDF faisaient pareil, que se passerait-il ? Plus d’électricité pour 2 foyers sur 3 ?
    En matière de transport public, la France dépend entièrement du ferroviaire, et donc de la SNCF. En se mettant à la place d’un client qui paie pour un service, que se dire ?
    La justification de la grève telle que tu la pratiques dans cet article est intenable. Tu prétends qu’il faut sauver le service public en faisant grève contre cette réforme… et tu penses que bloquer les gens et les mettre dans une situation très incofortable voire difficile les convaincra qu’il faut en rester à un monopole d’Etat ?
    On ne peut être plus opposé à la concurrence dans le domaine du ferroviaire que je ne le suis. Mais franchement, quand on voit le comportement des cheminots qui pratiquent une grève égoiste qui bloque tout le pays pour préserver « notre statut » (dixit CGT)… Je me dis que ça ne peut pas être pire.

    Bonne soirée

    Quentin

    • Sylvain Bouard dit :

      Le seul droit d’un salarié pas content c’est d’arrêter le travail. C’est la même chose que l’on soit à la SNCF ou ailleurs. D’une boîte à l’autre ça n’a pas le même impact. Qu’elle est ta solution pour qu’on puisse se faire entendre ?

      • Laurent dit :

        Quelle solution pour se faire entendre?

        Avec un peu d’imagination on y arrive sans problème. Tiens, la grève des contrôles de billets :
        – ça peut vite coûter cher à la SNCF si les syndicats « appellent » les voyageurs à ne pas payer leurs billets…
        – ça ne porte pas préjudice aux voyageurs
        – ça restaure un peu l’image des cheminots : chaque grève donne le sentiment qu’ils se soucient peu des personnes qu’ils transportent.

        • Sylvain Bouard dit :

          Ouvrez un code du travail. Si un salarié est à son poste, il doit faire son travail en suivant les ordres de son employeur sinon c’est sanctions ou licenciement.

          • Laurent dit :

            Et donc, si les contrôleurs sont en grève, pas de contrôle, ça marche…
            Après, si seuls les conducteurs de train font grève et qu’il n’y a pas de solidarité entre les différentes professions au sein du groupe, cela laisse à penser que
            – soit certains ont des statuts plus avantageux que d’autres.
            – soit certains ne se sentent pas concernés par les soucis de leurs collègues.
            Dans tous les cas ce n’est pas bon signe et porte préjudice aux revendications de chacun…

          • Sylvain Bouard dit :

            Sauf que les contrôleurs sont nécessaires au départ du train sur la grosse majorité du matériel roulant.

          • Laurent dit :

            Par ailleurs, si vous avez un lien vers la décision du tribunal qui a condamné cette grève des contrôleurs je suis preneur, je suis curieux de voir les modalités de cette grève et les arguments juridiques pour l’interdire.
            Je ne comprends pas pourquoi les contrôleurs ne pourrait pas se mettre en grève (en cherchant sur Google je vois qu’ils exercent leur droit de retrait quand un de leurs collègues se fait agresser par exemple).

          • Sylvain Bouard dit :

            Il y a des préavis qui ne concernent que les contrôleurs, ce n’est pas un problème. Le problème c’est que, hors réseau parisien, s’ils ne sont pas dans le train, le train ne roule pas.

          • popogramme dit :

            Il me semble que le rôle du contrôleur est avant tout d’assurer la sécurité des passagers. Pour certains trajets, les controleurs ne passent pas faire les controles. C’est loin d’être systématique (même en TGV). Pouvez vous vraiment prouvez que c’est donc illégal, tant qu’ils sont là pour assurer la sécurité des passagers?

        • bruno dit :

          sauf que cette greve serait illegale!!

      • électron dit :

        « le seul droit d’un salarié qui n’est pas content c’est d’arrêter le travail » dites vous bigre!!!…quand on en a la possibilité de le faire sans se faire virer, sans la peur du lendemain et du chômage…facile de dire ça…il y a une autre possibilité c’est de donner sa démission et d’aller bosser ailleurs…non?…Vous parlez de cette grève mais vous oubliez toutes les autres à répétition…vous oubliez que notre économie est branlante et donc peu importe que les autres finissent par se retrouver au chômage..que l’économie « grâce à vous » aille un peu plus mal…c’est bien ça??..par vos explications vous essayer de faire en sorte qu’on vous soutienne dans vos revendications mais est ce que vous soutenez les entreprises françaises en achetant français…ou est ce que vous achetez chinois??….parce que si vous demandez la solidarité des français il faudrait que cela se fasse aussi en sens inverse et pas uniquement à sens unique…

        • Sylvain Bouard dit :

          J’ai fais grève dans le privé et on ne m’a pas viré pour autant. Un licenciement, c’est pas, comme dans les films, un coup de fil ou 2 secondes dans le bureau du chef.

          • électron dit :

            Sylvain..

            Vous n’avez pas tout à fait répondu à ma question…est ce que vous soutenez les entreprises françaises par vos achats???

            Ensuite en ce qui concerne vos avantages il suffit de lire le livre des cheminots sur le site de la SNCF pour savoir que ça ne se résume pas à certains « petits avantages »

            Et en ce qui concerne les retraites pourquoi les contribuables y compris du privé seraient justement mis à contribution en les comblant???….dans le privé personne ne nous les comble quand il y a des suppressions de postes et l’Agric et l’Arrco ne se gêne pas pour nous diminuer la valeur du point donc diminution des retraites quand il y a moins de cotisants….vous trouvez ça juste???

          • Sylvain Bouard dit :

            Je fais plus attention à la qualité qu’à la provenance, enfin quand j’ai les moyens de me payer la qualité…

            Pour les avantages, ce site fait il la liste des inconvénients ? Ben non. Donc, voir ma réalité ici: http://blog.sylvainbouard.fr/une-vie-de-cheminot-partie-13/

    • DAvid dit :

      Il existe un proverbe célèbre, qui dit ceci :  » On ne combat le mal, que par le mal  »

      On l’a déjà dit et redit. Le problème, c’est pas les grévistes. LE problème, c’est ceux qui nous obligent à faire grève ! Et oui, parce que la grève, c’est peut être pas marrant pour les usagers, mais ça l’est aussi beaucoup moins pour nous ( oui, un cheminot en grève perd son salaire )

      On laisse depuis plus de 20 ans, des politiciens décider de notre avenir et de comment travailler, on a vu ce que ça a donné avec la réforme de 97, le  » tout TGV « , la libéralisation du Fret. Que des échecs !!!

      On ne doit plus laisser faire ces incompétents et laisser les vrais cheminots décider de comment doit fonctionner le service public ferroviaire !

      • Sceptique dit :

        Bonjour,

        Juste quelques questions :

        1-pensez vous qu’il serait possible de faire grève, à la manière de certains, en vous contentant de faire passer un message durant le trajet aux passagers expliquant vos raisons, en arborant un brassards « en grève » et en permettant aux usagers de vivre et voyager calmement sans passer pour des énervés (et les syndicats SUD et CGT en tête) ?

        2-pensez-vous que, malgré ce que vous présentez dans le billet sur la retraite des cheminots, il serait opportun de supprimer toute possibilité de cumul d’emploi/retraite pour les gens qui partent avant le régime de droit commun, à l’exception de la formation pourquoi pas.

        3- où passe l’argent du comité d’entreprise ? Que font les syndicats de cet argent ?

        4- j’ai lu « avantages minables comme à EDF » : prix des billets pour vous et vos familles très inferieurs (très coûteux d’ailleurs), comité d’entreprise très efficace et substantiellement pourvu, logements sociaux, centres médicaux gratuits ?

        5- pourquoi n’auriez-vous pas tous des contrats de droit privé ? De nombreux organismes de droit privé gèrent des services publics et embauchent leur personnel sur contrat de droit privé.

        6- dans votre billet sur les retraites vous dites qu’un cheminot quel qu’il soit obtiendra sa retraite pleine après 166 trimestres (41,5 ans). Pourquoi les conducteurs partent-ils dont avant et pourqui les retraites sont elles aussi élevées ? Les conducteurs devraient avoir des décotes d’au moins 20% !
        Sauf que ces 166 trimestres n’arriveront qu’en 2018 il me semble…

        7- vous avez choisi, et je vous en suis honnêtement très reconnaissant, de travailler avec vos collègues dans un secteur difficile mais stratégique. Votre pouvoir de nuisance, comme vous le voyez, est extrêmement important et je ne vois pas pourquoi il ne serait pas possible de le réduire à son minimum (conciliation des principes à valeur constitutionnelle oblige). Je pense qu’il serait salutaire pour tout le monde que votre droit de grève soit encore plus strictement encadré mais que vous puissiez faire passer des messages parmi les passagers par le biais des annonces. Quelques avantages me semblent un peu désuet et difficilement admissibles (idem pour EDF et les factures à 5% et le comité d’entreprise qui coûte la peau du cul) mais ce droit de grève est une plaie pour la majorité des français. Que diriez-vous si les policiers, gendarmes, préfets, magistrats, personnel pénitentiaire, personnel de santé pouvait faire grève ?
        Je vous rappelle de + de circulation = plus de risques d’accident, embouteillages, temps perdu, personnes pouvant être en danger, etc.

        • Sylvain Bouard dit :

          1- si on veux que la grève soit inutile, on peut.
          2- il devrait être supprimé totalement quel que soit le régime de retraite.
          3- comme dans tous les CE, dans l’ASC pour le budget social, dans le fonctionnement pour le budget de fonctionnement.
          4- Ce ne sont pas les billets qui me permettent de remplir mon frigo. Le CE, pas utilisé en 5 ans de boite. Même avec des réductions, ciné, spectacles ou vacances, je n’en ai pas les moyens. Logements sociaux : où ça ? Centres médicaux, comme les cliniques mutualistes quoi…
          5- Personnellement, je n’ai rien contre si, et seulement si, on ne fait pas que me retirer mes avantages tout en me laissant mes inconvénients. Problème, c’est ce qui se fait à chaque fois qu’on « réforme »: on nous enlève des + et on nous laisse bien les -.
          6- Voir mon article sur les retraites.
          7- Tu as une voiture et un vélo. Si je t’enlève ta voiture, tu es toujours libre de te déplacer même si c’est nettement moins pratique. On n’est pas dans le cadre d’un service public à 100% indispensable au pays. Très utile, certes mais pas indispensable.

          • Sceptique dit :

            1- je croyais qu’il fallait qu’elle soit pédagogique ? Avec ce type de réponses vous passez pour des égoïstes, voire même des égocentriques. Il s’agit d’une prise d’otage pure et simple. L’intérêt général, pour lequel vous dites vous battre, passe avant. Si vous souhaitez défendre l’intérêt général des usagers, roulez, cela peut être concilier avec la défense d’autres intérêts en faisant une grève du contrôle et en faisant passer des messages pédagogiques aux usagers. La grève du contrôle, notamment, sera sans doute extrêmement mal perçue par la direction j’imagine.

            2- on est d’accord sur ce point, je trouve ça inadmissible. Formation mise à part peut-être

            3- oui mais quel montant et quelle utilisation par les différents syndicats… La cour des comptes a déjà critique les CE des entreprises publiques, celui d’EDF en tête. Je pense qu’un peu plus de transparence de ce côté là ne serait pas mal. Idem pour les syndicats en général.

            4- non ça évite de le vider encore plus. Pour le reste si vous ne savez pas de quoi il s’agit, la cour des comptes semble le savoir…

            5- ce que je peux comprendre, mais tous les avantages ne pourront sans doute pas être conservés. Sauf bien sûr si une fois de plus une grève incroyable pète pendant 6 mois car on touche un cheveu de ces avantages… Les syndicats tels que SUD et CGT ne sont tellement plus raisonnables, tellement arcboutés sur leurs acquis qu’ils en deviennent idiots, conservateurs et détestés, et à juste titre.

            6- je me fous de l’âge auquel les gens partent, tant que les finances publiques n’en sont pas affectées. Or, pour l’instant, c’est le cas, mais c’est aussi le cas pour d’autres professions que l’on ne rappelle pas assez comme la police, l’armée, etc.

            7- les transports font justement partie des services publics 100% indispensables, qu’il s’agisse du plan écologique, pratique, ou même de la sécurité et de la sûreté. D’autant plus lorsqu’il s’agit d’un monopole de fait…
            S’ils ne sont pas indispensables mais juste utiles rien ne justifie vos avantages et votre statut spécifique…

          • Sylvain Bouard dit :

            1- Une grève c’est fait pour mettre la pression sur une direction. Qu’on fasse de la pédagogie à côté et nécessaire mais ce n’est pas le but de la grève. Pour la gratuité, on en rêve mais c’est illégal. La loi est claire : tu es au boulot, tu fais le boulot selon les directives de ta direction. Ca a déjà été tenté, ça a fini par des condamnations. Il y a eu des tentatives de légaliser la pratique, échouées aussi.

            3- Un CE, c’est une assemblé d’élus, syndiqués ou non, d’un même syndicat ou pas qui gèrent le budget du CE. Tout se fait en séances, présidées par l’employeur et qui font l’objet d’un procès verbal. Il n’y a donc pas d’argent utilisé par un syndicat ou un autre. Il y a l’argent utilisé par le CE.

            4- Ca évite de le vider ? Faire des économies c’est quand on évite une dépense obligatoire. Avec nos horaires, impossible d’aller bosser en train et pour nos conjoints et enfants, les abonnements au tarif public sont moins chers que l’utilisation des facilités de circulation. Ca n’évite donc rien.

            6- Sauf que ce que l’état verse à notre régime vient compenser les suppressions de postes faites pour réaliser des économies de salaires. Il faut juste laisser passer quelques années pour l’économie qui est déjà réalisée deviennent totale. Je ne vois pas pourquoi nous subirions une double peine entre suppressions de postes et diminutions de nos retraites.

            7- Il y a différents degrés d’utilité, c’était le sens de mon propos.

          • Pierre Alain dit :

            L’arreté de la cour européenne du 17 Juillet 2007 montre qu’il est LEGAL de pratiquer une greve de la gratuité.

          • Sylvain Bouard dit :

            On m’en a déjà parlé et il semble que les quelques tentatives de l’appliquer on finit en procédures de justice.

          • ROM dit :

            Sceptique t’es séreux avec tes messages pédagogiques? Jte fais les yeux doux dans le train,je t’explique les choses et après ? Tu vas aller pleurer pr moi? T es incapable de comprendre nos revendications et tu racontes autant de bêtises ?

          • Martinc dit :

            @Sceptique !
            Pas d’accord,
            Si l’on veut rendre service aux usagers, il faut arrêter de rouler, définitivement tant qu’on n’a pas mis en place ou au moins décidé de mettre en place la mécanique fiscale et sociale d’Inoppression Active qui mettrait fin aux maux des citoyens.

            Penchez-vous sur la question pour comprendre comment fonctionnent les finances publiques : Actuellement on applique le principe des vases communicants propres à de l’économie d’entreprise, et l’on déshabille les pauvres pour enrichir les riches. Or l’Économie Politique consiste à faire tourner de l’argent plus ou moins vite en fonction de la réalité de l’Offre et de la réalité de la Demande (tous les citoyens)

            Si les écoles et même les grandes écoles zappent sur le sujet et enseignent toujours les mêmes fadaises, comprenez que c’est pour enrichir les banquiers, les trusteurs et les spéculateurs.

            N’espérons aucune amélioration et attendons nous à pire si nous ne nous instruisons pas en la matière. L’égocentrisme dont vous parlez commence là où nous ne prenons pas en compte la pauvreté et l’exclusion des plus pauvres de nos concitoyens.

          • Ronron dit :

            1. Les sages femmes ont fait 6 mois de grève en permettant toujours aux femmes d’accoucher. Résultat, tout le monde s’en cogne le saucisson…
            Je plussoie donc avec l’inutilité d’une grève qui n’ennuie pas les gens

          • Sylvain Bouard dit :

            Et, il y a deux ou trois ans, ce ne sont pas les pompiers qui ont aussi bossé des mois avec brassards et camions couverts de slogans ?

        • lali dit :

          Puisqu’on parle des CE SNCF…je travaille au sein de l’un d’entre eux. Pas de statut cheminot pour les salariés, mais au première loge pour avoir un avis de l’intérieur.

          Le CE est détenu par un bureau d’élus syndiqués qui se retrouvent à devoir gérer en « bon père de famille » les dotations des cheminots prélevées sur leurs salaires. En retour, le CE leur propose des activités, de la billeterie, restauration, centre de loisirs…

          Dans l’idée, on va dire que ça me convient. Seulement, et c’est là que le bât blesse, on se rend vite compte que le syndicalisme dans ce cas là, fonctionne surtout comme une entité politique et que les choix du CE sont surtout des choix fait pour plaire aux cheminots, non pas en tant que cheminots mais en tant qu’électeur potentiel en vue des élections du bureau. Les choix sont d’autant plus difficiles que les bureaux sont constitués de représentants d’organisations syndicales opposés et que les décisions prises le sont souvent en opposition à la majorité détenant le bureau. Bref, on tourne en rond.

          Je remarque aussi au quotidien combien les attitudes diffèrent suivant que les élus portent la casquette salariés d’une entreprise ou…employeur du personnel technique du CE. Ce qu’ils réclament à la SNCF ils ne le mettent pas forcément en place pour leurs propres salariés. Par exemple, mes collègues n’ont pas eu, en 5 ans, un seul entretien professionnel et donc, pas de plan de formation, peu d’évolution…ce qui dénote un grave problème de compétence. Je n’ai rien contre les contrôleurs ou les conducteurs mais dès lors qu’ils sont au manette d’un CE et d’un portefeuille, on peut craindre pour la gestion, d’où les dérives dont tout le monde a entendu parler.

          Plus généralement, j’entends différentes choses au quotidien….à vous de juger ce qu’il faut en penser.

          « On n’a pas d’avantages ». Ah bon? Gratuité du train? Ah non, pardon, ils payent les réservations. Valables pour eux, les enfants, leurs parents et même leurs beaux parents. Je vous passe les cantines avec repas complets à moins de 6 euros, les centres de loisirs à moins de 6 euros la journée, les vacances dans les structures du CCE à des prix plus qu’abordables au vu des tarifs pratiqués pour le citoyen lambda qui souhaite réserver une semaine en centre de vacances, le ciné, la piscine, les sorties, les médecins.

          Je ne dis pas qu’il faille supprimer cela, je dis simplement qu’il faut tenir compte du contexte économique actuel et avoir un peu de recul, voir de décence. Personnellement j’arrive du privé, je ne suis là que depuis 3 ans, mais je reste régulièrement sur le cul quant au fonctionnement et du CE et de la SNCF. C’est un monde à part, avec des codes à part, essentiellement tourné sur lui même, dont le mot d’ordre est « acquis sociaux », c’est gravé dans le marbre, immuable. Partant de là…

          Ah oui, autre chose….que je n’ai jamais pu comprendre….les cheminots appellent les gens qui prennent le train des usagers et non pas des clients….c’est peu de chose, mais cela me semble assez parlant.

          Dernier détail, en tant qu’usager…quand j’achète mon billet de train, je sais que 17% du prix paye uniquement le fait que le cheminot soit « au statut ».

          Voilà…pas de jugement grave, juste une vue de l’intérieur.

          Bonne journée

          • Sylvain Bouard dit :

            Clairement, les directions syndicales ont aussi des comportements électoralistes et ne valent parfois pas mieux que les pires des politiciens.

            Oui, on ne paye (presque) pas le train. La belle affaire. Les banquiers ont des prêts à taux réduit. Sur 20 ans de crédit, ça en fait de la thune. Les salariés des constructeurs auto ont des tarifs réduits. Dans le bâtiment, tu as du matériel gratuit ou pas cher. Dans les télécoms tu as ton téléphone/ADSL offert. Presque partout les salariés ont des cadeaux ou des conditions particulières pour accéder aux produits ou service auxquels ils contribuent.

            17% du billet pour le statut ? D’où sort ce chiffre ?

            Voilà le détail des coûts dans un billet de train : http://www.kelbillet.com/blog/tarifs-sncf/prix-billet-train-pourquoi-paye-autant/

          • Ronron dit :

            Euh, on a le droit à 16 voyages par an où on ne paie que les réservations effectivement.
            Sinon, les parents et beaux-parents ne bénéficient d’aucune réduction. Seuls le conjoint et les enfants y ont droit.

            Les cantines avec repas complet à moins de 6€, chez Orange, il y a la même chose…
            Enfin bref, hormis le prix du billet de train, beaucoup d’entreprises proposent les mêmes choses.
            Crachons sur les compagnies aériennes aussi qui proposent à leurs employés et enfants un billet à 10% du tarif…
            Crachons aussi sur les cordonniers qui peuvent réparer leurs chaussures gratuitement ! (hors coût du matériel)

          • lali dit :

            le chiffre de 17%…de Pepy à un séminaire cadre à Montpellier en 2012…

            les banquiers, le bâtiment, EDF, les telecom…oui oui, je sais, je l’entends tous les jours le discours du boulanger qui ne paye pas son pain et du boucher qui mange du steack à chaque repas…Etonnement je n’entends jamais parler de la vendeuse qui paye ses vêtements comme les autres où le serveur à qui on déduit les repas du salaire…mais pardon, je nivelle par le bas…

          • Dr Dré dit :

            Euh, la vendeuse qui paye comme tout le monde, ce n’est vrai que dans les petites structures.

            Donc en fait, oui, les cheminots ont des avantages, dont :
            – certains sont des contreparties de contraintes/désagréments (bas salaires, mobilité, …)
            – les autres sont du même acabit que n’importe quel avantage dans un grand groupe, voire moindre.

            Au passage, les mythes sur les super CE SNCF, ben c’est des mythes, déjà il y a 36 CE différents, ensuite ils ne proposent rien qu’on ne trouve pas dans n’importe quelle CE de boîte de taille conséquente, et bien moins que certains CE (SNECMA, …)

        • Jacquy L. dit :

          « ce droit de grève est une plaie pour la majorité des français »

          En lisant ce qu’écrit « sceptique » je ne peut m’empêcher de penser à la description que Sartre faisait des collaborateurs : un être insatisfait et inaccompli dévoré de frustrations et de revanches dont le fond de personnalité est de plier au fait accompli quel qu’il fût.

          Aujourd’hui ils qualifient les grévistes de preneurs d’otages il y a 75 ans ils dénonçaient leurs voisins.

      • LOLOLOL dit :

        > On laisse depuis plus de 20 ans, des politiciens décider de notre avenir […]

        Il y a une solution a ce problème, c’est la privatisation intégrale de la SNCF.

        Mais si vous voulez être un service public, ne venez pas vous plaindre que le public mette son nez dans vos affaires ; c’est la moindre des choses.

      • darkvador dit :

        les vrais cheminots!!!!! AH!AH!AH! Hypocrite et démago…..

    • doray nico dit :

      Chef oui chef! Oui chef! tout fait chef!
      C’est pas tenable… A la télé ils l’ont dit d’ailleurs: Les cheminots en grève, c’est vraiment des s**!
      Non mais là c’est sur, c’est pas tenab’ c’t’affaire… Non mais ils s’en prennent aux chomeurs en recherche de rendez vous d’embauche! quand meme! Ils prennent des otages! c’est ce qu’on m’a dit, c’est pire que lalcalida.

  7. Olivier__B dit :

    Quentin c’est grâce à des attachés comme toi qu’on perd tout à la SNCF, vous léchez le cul au chef pour votre avancement et ne comprenez rien à la famille cheminote.

    Comment exprimer sa colère sans déranger le client ?

    Et le privé ne fera pas mieux, les soucis de suicide, de panne ou autres ils les auront aussi.

    Le problème c’est l’investissement sur le réseau

    • Sylvain Bouard dit :

      Olivier, tu ne connais pas le comportement de Quentin. Halte aux préjugés sur telle ou telle catégorie de cheminots.

      • Olivier__B dit :

        Pourtant on est aussi la cible de préjugés

        • Sylvain Bouard dit :

          Peut être mais les batailles de préjugés, ça ne mène nulle part car ça ne vaut justement pas plus que les préjugés. 😉

          • Olivier__B dit :

            Oui je sais, mais j’en ai marre d’en prendre plein la gueule parce qu’on fait grève

            J’aime mon entreprise et mon job, celui de faire rouler des trains, mais les gens ne comprennent pas cette entreprise

    • Quentin dit :

      Olivier, je me moque pas mal au' »on » perde tout à la SNCF, ce qu’il faut pour conserver un monopole public d’État c’est plus de justice sociale et la recherche de l’intérêt général, même si on dirait bien que c’est un concept étranger à pas mal de cheminots.

      Quand à tes jugements sur mon avancement ou que sais-je encore… Ne parle pas de ce que tu ne connais pas.

      Bonne journée et essayez de comprendre l’exaspération des clients.

      • Olivier__B dit :

        Donc tu te fout de perdre l’entreprise qui te nourrit ?

        C’est bien ce que je dis, la nouvelle génération, ne comprend pas cette belle entreprise

        Certes je te connaîs pas et comprends que je t’ai choqué, mais ce que j’ai dit c’est l’expérience, les attachés disent jamais rien, obéissent même s’il savent que c’est pas le bon chemin, car au final, pour leur avancement de carrière il faut obéir à la hiérarchie, pour pas être sanctionné, sachant qu’un attaché et privilégié niveau avancement, car il avance plus vite moi il m’aura fallu 20 ans pour être C2-13 alors qu’un attaché y arrive en 5 ans et en plus dénigré son entreprise

        • Tyrion dit :

          Bravo Olivier_B, tu réagis exactement comme les personnes qui critiquent les cheminots, en pointant du doigt les semblants de « privilèges » des attachés.
          Ne mets pas tous les attachés dans le même panier. Sachant qu’un attaché recruté avec le bac fini au mieux B2-8 à la fin de son cycle d’attaché (c’est à dire au bout de 3 ans), alors de là à être C2-13 au bout de 5 ans, je ne vois pas comment c’est possible, sauf un ATTS qui échoue durant le cycle de formation ce qui est un cas à part.

      • Olivier__B dit :

        Et je comprends l’exaspération des clients mais comment faire pour se faire entendre ?

      • doray nico dit :

        JE suis pas un client, bougre d’ane! Je suis un usager du service public, un maudit citoyen!

      • Dr Dré dit :

        Quentin, Olivier,

        Je pense que mis à part votre divergence profonde sur la nécessité de continuité du service, vous n’êtes pas tant en désaccord sur le côté « perdre tout ». Je pense que vous ne parlez pas des mêmes choses.

        Il me semble qu’Olivier entend par là :
        – perdre ce qui permet d’assurer la sécurité

  8. Gemini dit :

    Simple usager, je déplore bien entendu cette grève, comme toute les autres, mais en même temps, je ne vois pas ce que les cheminots pourraient faire d’autre pour défendre leurs droits.

    À tous ceux qui râlent, en pleurnichant que les pauvres petits étudiants ne pourront pas aller aux examens, les pauvres petits salariés ne pourront pas aller au travail, etc. Que suggérez-vous ? Que feriez-vous à leur place ?

    Pour ma part, je n’ai pas de réponse. Il ne me semble pas acceptable de venir pleurer sur mon cas et de leur demander de se laisser entuber pour mon petit confort à court terme.
    Ainsi, plutôt que de penser à ma seule petite personne, je me dit que c’est une bonne chose que certains puissent encore défendre leurs droits tandis que nous, les salariés du privés, sommes de plus en plus les dindons de la farce du néolibéralisme.

    Les seules résistances à celui-ci restent dans la fonction publique à ce jour. Le jour où cette dernière digue cèdera, l’exploitation capitaliste pourra nous extorquer encore plus de valeur ajoutée qu’elle ne le fait déjà. Au vu des terribles inégalités qui gangrènent notre pays, celle-ci est pourtant déjà allée bien trop loin.

    Bref, les râleurs, que feriez-vous à leur place ? Que suggérez-vous ?

    • Baptiste dit :

      Et bien faites grève, c’est votre droit après tout. Mais bordel arrêtez de paralalyser les transports dans les periodes les plus fréquentées !! Faites grève quand il y a une fréquentation normale voire plus faible tout en compensant les pertes de train en annulation. Voilà la solution. Perfso ce que je voit en tant que simple usager c’est que les périodes de départ en vacances/ examens/pont s’accompagne toujours de leur lot de galère à cause des greves sncf. Voila mon point de vue vous allez sûrement trouver plein de vos arguments pour le demonter maiq je pense que la plupart des voyageurs ont même que moi

      • smopastel dit :

        En gros, il faudrait faire grève quand ça ne gêne personne, y compris la direction. Là, on est tranquille pour un moment. La grève peut s’éterniser et on n’aura aucune avancée sociale.
        A force de dire qu’il faut céder, qu’il faut s’aligner sur le privé, on tire tout le monde vers le bas, vers le moins disant social, vers la paupérisation. C’est un argument qu’on entend de plus en plus dans la bouche de nos gouvernants : alignons nous sur l’Allemagne (qui est devenue la Chine de l’Europe). Avec 10 millions de personnes sous le seuil de pauvreté, nous sommes bien partis.
        Je suis usager du RER, gêné par la grève. J’ai triplé mon temps de parcours ces jours ci, mais je soutiens cette grève. Si les cheminots cèdent, la porte sera définitivement ouverte et le gouvernement continuera sa politique libérale et fera passer des lois « Schroeder » en France.
        Plutôt que de râler contre les pseudos privilégiés, ne nous trompons pas de cible. Les privilégiés se sont les actionnaires, les spéculateurs et les banquiers, pas un travailleur qui essaie d’avoir une vie de famille, un salaire correct et une retraite décente.
        Nous, employés du privé, nous ferions mieux de nous battre pour améliorer notre condition.
        Alors, j’anticipe. Pour les examens de mes enfants je cherche auprès de collègues qui peut les héberger quelques jours. Je pars plus tôt le matin et je mange des pâtes le soir.

  9. Hugues G. dit :

    Bonsoir,

    Je ne comprends pas le premier point de ton argumentaire : grâce a la réforme, il n’y a bien qu’une seule ligne hiérarchique. Pour Réseau et Mobilités, c’est le président du CA, éventuellement après s’être mis d’accord entre eux ou s’être fait mettre d’accord par le conseil de surveillance. Dans tous les cas, il n’y a qu’une seule direction, et c’est bien le but de la réforme !

    Pour le reste, je ne suis pas spécialiste en droit social, mais il me semble que la négociation peut (doit) aussi aboutir à des gains pour les deux parties. Et pour la SNCF n’oublions pas que si elle y gagne, c’est nous tous comme citoyens contribuables qui y gagnons aussi vu que c’est une entreprise publique. C’est donc gagnant gagnant.

    Après, on peut aussi ne rien changer jamais et finir par se faire rouler dessus par BlaBlaCar et les camions, mais ça ne me fait pas vraiment envie…

    • Sylvain Bouard dit :

      Dans un groupe d’entreprises, la direction du groupe nomme une partie de la direction de chaque boite du groupe et leur fixe un cap général. Au quotidien, chaque entreprise du groupe se gère toute seule sans tenir compte des autres. Avec cette réforme on est dans la même situation qu’actuellement mais avec une couche en plus créée entre l’état et SNCF/RFF.

      Sur le volet social, je répète ce que j’ai écris dans l’article: je n’ai jamais vu une renégociation d’accord aboutir sur une amélioration pour les salariés.

      Sinon, résister à la concurrence, ce n’est pas qu’aligner les prix et donc tirer sur le social. On peut aussi choisir de faire de la qualité.

      • Hugues G. dit :

        Sauf que la couche implique les mêmes acteurs, qui n’ont pour seul but que de se coordonner ! Si on retire cette couche oui, il n’y a plus de cohérence, et chacun vit sa vie indépendamment, mais ce n’est pas le cas.

        Pour les négociations, il faut aussi inscrire le paramètre survie de l’entreprise à long terme dans la balance, et ça peut largement compenser d’éventuelles concessions de court terme… (je ne parle pas ici de l’accord fret, entendons nous, il y a concessions et concessions…)

        Oui on peut faire de la qualité et garder un dialogue social de qualité, mais pas en ancrant dans le marbre des règles qui rendraient justement tout dialogue impossible !

        • Gom dit :

          Le gros risque de la réforme :
          http://archives-lepost.huffingtonpost.fr/article/2010/02/16/1943410_collision-de-2-trains-en-belgique-cet-accident-aurait-pu-totalement-etre-evite.html

          En 2010, ce n’est pas si loin. On pointait à l’époque du doigt le fait qu’un système de sécurité n’était toujours pas en place. Ce système de sécurité devait être mis en place par la partie infrastructure, pour les besoins de la partie « transport ». Un article que je ne retrouve plus expliquait très bien les problèmes qui se sont posés à l’époque, à savoir principalement « qui paye ». Résultat : des morts.

          Rien ne dit évidemment que ça se produira en France. Mais quand on a un exemple si proche de nous, il est normal d’avoir des craintes et de tout faire pour empêcher ça.

          • Hugues G. dit :

            C’est exactement contre ça qu’il y a un EPIC de tête !

          • DAvid dit :

            Non, l’EPIC de tête ne rajoutera qu’une couche entre les 2 sociétés. Pour te faire un dessin sans dessin, en ce moment c’est RFF et SNCF, après la réforme, ça sera SNCF + RFF + EPIC de tête. Tu m’expliques en quoi ça simplifie l’histoire ?

          • Steph dit :

            Ah oui… Argument massue! J’en parlerai aux familles des « usagers » de bretigny sur orges… Sur qu’on se sent vachement plus en sécurité avec la SNCF et ses syndicats, estimant qu’un boulon sur trois c’est pas grave assez pour arrêter de prendre l’apéro dans les locaux de la gare…

          • Dr Dré dit :

            Petite précision : la réforme est bien une réunification pour le GI, qui devient un GIU et devrait mieux marcher… Pour tout ce qui ne concerne que l’infra.

            Malheureusement, le système ferroviaire est un système, et la sécurité dépend (comme l’optimum économique global) de la bonne entente entre le GI et opérateur(s).

  10. Olivier__B dit :

    Beau commentaire Gemini, effectivement le jour ou il y aura plus de lutte, on nous fera avaler tout et n’importe quoi, mais beaucoup l’oubli

  11. Eoshyn dit :

    (Aucune animosité dans ce post, d’autant moins que je ne suis pas touché et que je ne nourris aucun ressentiment envers les cheminots et/ou les employés de la fonction publique.)

    Ce qui m’embête avec cette grève (et les autres aussi), c’est que :

    – Ça devrait être le dernier recours, et ça devrait être un évènement extrêmement rare pour qu’il ait un impact. J’écris depuis la Suisse, où il n’y a presque jamais de grève (= je n’en ai jamais connu sur le service voyageur dans mes 24 ans de vie). La dernière fut sur le service fret, elle a duré un mois, a eu le soutien de la population, et les cheminots ont obtenu gain de cause. En France, le nombre de grèves dilue totalement leur portée, ce qui est parfaitement contre-productif puisque c’est l’outil le plus puissant de l’employé (combien de revendications syndicales ont été satisfaites ces dernières décennies ? vous devrez me confirmer mais il me semble que c’est quasiment rien).

    – Les personnes qui sont pénalisées forment un groupe quasiment exclusif des personnes qui ont la moindre influence sur le cours de la réforme en cours. Vous n’avez aucun moyen d’obtenir le soutien de la population de cette façon, et pourtant, il me semble qu’il serait déterminant.

    – Je suis tout à fait favorable à une entreprise publique, totalement unie et possédant le monopole (parce que c’est ce qui existe en Suisse et qu’on a un des meilleurs services ferroviaires du monde), mais je crois qu’il faut être pragmatique : jamais l’UE n’en voudra, en tout cas pas tant qu’elle souhaitera la concurrence dans le secteur ferroviaire. Donc les revendications syndicales ne seront PAS satisfaites, et cette grève est quasiment certainement vouée à l’échec. Sachant cela, on peut bien évidemment douter de la sincérité et de la bonne volonté des instigateurs de cette réforme, mais il semble tout de même, à priori, qu’ils aient tenté de faire le maximum possible dans les contraintes imposées par l’UE, et cette réforme mérite qu’on lui donne une chance.

    – Je rejoins Quentin sur l’image désastreuse envoyée aux usagers : je suis très fortement convaincu que la privatisation et la concurrence sur le ferroviaire amènera principalement une dégradation des services, mais l’usager typique ne verra pas comment la situation pourrait être pire avec des privés concurrents. L’impact concret d’une grève (ou plutôt de leur nombre bien trop important), c’est de convaincre à chaque fois plus d’usagers qu’il faut au contraire absolument ouvrir le ferroviaire à la concurrence. À nouveau, l’effet est totalement contre-productif et s’apparente de mon point de vue à une grosse balle dans un pied déjà en charpie.

    Je n’ai rien à répondre en particulier sur la renégociation des accords d’entreprise, et je suis sensible à l’argument que la grève est le seul moyen d’action légal de l’employé (c’est problématique d’ailleurs, peut-être un gouvernement réfléchira-t-il un jour à donner d’autres outils de contestation moins brutaux aux employés ? peut-être faudrait-il en faire une revendication ?), n’y aurait-il pas quand même d’autres moyens, une grève de nettoyage des trains, une grève de zèle des contrôleurs, une grève d’affichage d’informations ou d’annonces sonores, que sais-je ? Je ne suis pas cheminot, et je n’ai qu’une très vague idée de la réalité quotidienne d’un cheminot et de ma réaction concrète dans le cas où je le serais, mais je pense que je ne ferais pas cette grève, car pour toutes les raisons énoncées plus haut, je pense sincèrement que c’est le pire moyen d’action possible, quand bien même ce serait le seul.

    • Eoshyn dit :

      J’aimerais faire un complément à mon post, sur un point sur lequel je crois ne pas avoir assez insisté : le soutien de la population.

      Qu’est-ce qui différencie un pays où le service public fonctionne bien, où les trains circulent à l’heure, où les cheminots travaillent dans des conditions agréables et où il n’y a quasiment pas de grèves (Suisse en tout cas, Allemagne ? Suède ?), d’un pays où les retards sont fréquents, où les cheminots sont mécontents de leurs conditions de travail et où ils font de nombreuses grèves qui n’aboutissent jamais (France en première ligne, mais aussi Belgique semble-t-il) ? Les nombreuses décisions politiques, et qu’est-ce qui différencie un pays où les politiciens prennent sans cesse des décisions qui aboutissent à une dégradation du service et des conditions de travail, d’un pays où les politiciens de tous bords votent sans discuter les crédits et les budgets nécessaires à un fonctionnement de qualité ?

      Lorsque la démocratie fonctionne (et je refuse d’entrer dans le débat de savoir si la démocratie en France fonctionne, ça n’est pas l’objet), les personnes qui ont le pouvoir de décision sur ces questions-là reçoivent ce pouvoir du peuple souverain. Or, il ne faut pas se leurrer, le peuple souverain ne vote pas rationnellement, il vote émotionnellement, selon qu’il aime ou n’aime pas une personne, un service, un corps de métier.

      La conséquence, c’est que quand un peuple n’aime pas ses trains et qu’il développe (irrationnellement) un ressentiment contre ceux qui les font fonctionner, il vote pour des personnes qui n’aiment pas les trains et qui s’attaqueront sans vergogne à ceux qui les font fonctionner : c’est un cercle vicieux. À l’inverse, quand le peuple aime ses trains, jamais il ne donnera son vote à celui qui voudra les dégrader, et il soutiendra indistinctement toutes les politiques qui les amélioreront et tous les budgets qui les feront fonctionner : c’est un cercle vertueux.

      Une application concrète ? Les Suisses ont voté il y a quelques mois un budget gigantesque pour leur compagnie ferroviaire, alimenté entre autres par des fonds provenant de la route, une sorte d’écotaxe comme celle que les Bretons ont fait couler en France. En bref, ils ont avalisé le principe du financement du rail par la route, contre lequel luttait, entre autres, le principal parti populiste du pays, qui sur d’autres objets obtient pourtant des scores à faire pâlir d’envie le FN et ses 25%. Parce qu’ils sont attachés à leurs trains et qu’ils l’expriment de manière systématique dans les urnes.

      Alors que faire, lorsqu’on se trouve dans le cercle vicieux ? Je ne prétends absolument pas avoir la réponse, encore moins une solution qui aurait fait ses preuves ailleurs, juste mon opinion : lutter au quotidien pour offrir à l’usager un service impeccable (ne vous méprenez pas, je lis suffisamment ce blog pour savoir que c’est déjà le cas), mais surtout, ne jamais lui donner une raison de ne pas aimer son service public et les gens qui le font fonctionner. Et lorsque le sentiment est qu’une action aux répercussions négatives pour l’usager est une extrémité inévitable pour obtenir un meilleur service pour ce même usager (ce qui doit toujours rester le but poursuivi), il est VITAL de chercher à obtenir son assentiment. Les stratégies syndicales actuelles, même partant d’un bon sentiment, échouent à mon sens totalement dans cette entreprise : pour cette grève-ci très suivie, la couverture des raisons de la grève est relativement bonne, mais pour d’autres grèves moins suivies, les revendications ne sont souvent pas connues/comprises de l’usager et les conséquences dans son opinion sont absolument catastrophiques. Sylvain explique que les syndicats n’ont pas les moyens d’une entreprise en ce qui concerne la communication : j’en suis bien conscient, mais j’insiste, pour des actions qui touchent l’usager, récolter son soutien devrait être le principal souci, l’objet central de leur attention.

      Casser ce cercle vicieux relève d’un travail acharné, de longue haleine, forcément collectif, désespérant et aux chances de réussite très faibles. Mais la société a déjà, à plusieurs reprises, gagné des combats désespérés aux chances de réussite très faibles. Ça peut prendre une génération, même deux, même plus. Mais je ne vois que ça qui peut marcher, et c’est la raison pour laquelle je pense que je n’aurais pas suivi cette grève, ni aucune autre, si j’avais été cheminot.

      Parce que, et ça sera ma conclusion de ce long complément et ma réponse à la question initiale, ce qui différencie un pays démocratique où les trains fonctionnent, d’un pays démocratique où les trains fonctionnent mal, c’est, à la base du processus, l’attachement de la population à ses trains, et ce qui conditionne la réussite d’une grève ponctuelle, c’est, antérieurement et postérieurement, sur le long terme, le soutien (supposé par le politique) de la population.

  12. lionel dit :

    Mercredi 11 et jeudi 12, j’aurai la chance d’être de repos, et donc d’épargner ma paie. Je serai donc en grève à partir de vendredi. Je suis conducteur de RER.

    Prenons une fourchette large. Les jours de grève, allez, 3 jours tous les mois sur une année. Donc 36 jours sur un an. Et les 329 jours de l’année, agents et usagers, sont confrontés à quoi ? Pannes materiels, incidents sur l’infrastucture, sous effectif (la semaone derniere 70 personnes devant moi dans la file d’attente des departs du jour à Gare de Lyon, que des feignasses en arret maladie ??) c’est une paille sur une année de problèmes quotidiens.

    Personnels et usagers paient chaque jour la politique d’une entreprise qui a choisi de tout cloisonner, de tout soumettre à la rentabilité. Réparer les voies, ça doit être un business rentable ou une nécessité ? Il est normal que le ferroviaire ne soit pas un gouffre financier, mais il n’a pas à être une pompe à fric.
    Le fret ouvert à la concurrence a lâché + de camions sur les routes Fret SNCF a perdu sa mission de service public en se concentrant sur les lignes rentables pour faire face au fret privé qui en fait de même. Qui en a fait les frais ? Les cheminots Fret et les petites PME qui ne sont plus desservies par le wagon Fret SNCF hebdomadaire qu’elles avaient.
    Le maillage de proximité au service de la nation n’est pas compatible avec l’appétit financier d’un marché ouvert à la concurrence.
    Usagers du ferroviaire, dites vous bien que même inconsciemment, vous êtes, avec nous, contre la politique de la SNCF. Pepy réclame la réforme bientôt présentée au parlement. Dites vous donc bien qu’elle ne vous sera pas plus bénéfique à vous qu’à nous.
    Combien de collègues j’ai entendu dire depuis mes débuts « je fais de la merde au quotidien » que ce soit à cause de l’organisation ou des moyens.

    Et pensez aussi que la SNCF est passée maître en effets d’annonce ou de com’ (tjs pas en info voyageurs…). Il n’y a qu’à voir le coup des trains trop larges qui n’a servi qu’à mieux vendre la fausse réunification de la réforme.
    Je suis parti dans tous les sens mais j’ai écrit les choses comme elles sont venues.
    En espérant que les collègue du Fret privé soient aussi en grève (ne comptons pas sur BFM WC pour en parler), ils sont concernés par l’harmonisation des règles, et ont tout à y gagner.

    • cassiopee dit :

      C’est quand meme hallucinant de penser que parce que certains ont des acquits (obtenus lors de la signature de leur contrat de travail )il faut qu’ils n’aient plus rien au lieu de revendiquer la meme chose! Quand plus personne n’aura rien et que tout le monde crèvera la bouche ouverte parce qu’il aura lorgné sur son voisin on sera bien avancé!!!
      Si vous voulez la même chose que les cheminots battez vous pour ça ou au moins allez dans la rue vous faire entendre! Perso je n’y vais pas que pour ma pomme et on est pas si nombreux….
      Pour rappel vos anciens ce sont battus pour que CHACUN puisse avoir accès à l’enseignement,l’energie,le transport ,la santé …(conseil national de la résistance) et vous etes prets à faire voler tout ça!Ce ne sont pas les grévistes qui tuent l’économie actuelle ce sont les léthargiques qui acceptent tout en pensant à leur petit confort et qui craignent de perdre un jour de salaire pour se défendre!(ah oui les cheminots au fait NE SONT PAS PAYES LES JOURS DE GREVE)
      Ca me fait bien marrer quand on prend pour l’exemple le chemin de fer étranger (allez voir le film de Ken loach sur la privatisation en Angleterre)…
      Où sont les privilégiés quand on sait que le transport soi disant gratuit des cheminots est historiquement prélevé sur une partie de leur salaire?
      A une époque personne ne voulait rentrer à la SNCF car on y était moins payé que dans le privé …D’ailleurs un bon nombre d’agent est EN DESSOUS DU SMIG !!!
      Alors si vous ne pouvez ou ne voulez soutenir les grévistes qui tentent de se défendre comme ils peuvent (l’état a annulé le 4 juin la rencontre avec les partenaires sociaux pour sortir de cette impasse)ayez au moins la décence de les respecter car au fond ce qui vous gênent ç’est qu’ils sont capables de faire ce que vous n’osez pas!
      Dormez tranquille surtout et continuez à vous tromper de cible nos décideurs s’en gargarisent et vous ferons encore plus morfler!
      Bien cordialement!

      • Un Cheminot dit :

        Salut !

        Je rebondis sur une phrase de ton post, « D’ailleurs un bon nombre d’agent est EN DESSOUS DU SMIG !!! », je suis tout à fait d’acord avec toi ! Pour donner un ordre d’idée à ceux qui passeront par ici, pour leur information, je suis à la SNCF depuis 8 ans maintenant ! Je suis actuellement au grade B.2.7 et je touche comme traitement de base (salaire mensuel brut)1320 euros…
        On est encore loin du SMIC !
        Encore mieux, un jeune agent embauché il y a deux ans, au grade B.1.5 (plus bas que moi), touche lui, 1245 euros !!!! On est encore plus loin du SMIC…mais il est vrai, on est des nantis….

        A bon entendeur, salut !

    • Haaron dit :

      Vous êtes sérieux?…vous êtes vraiment en grève 10% de votre temps?

    • Brice dit :

      Nan mais tu te lis sérieusement ? 36 jours par an, une paille ? C’est 10% du temps!

    • LOLOLOL dit :

      Rassurez vous, vous avez de la marge.

      Il va falloir des dizaines de milliards d’euro avec que l’entreprise ne soit rentable…

  13. David dit :

    C’est vrai que la privatisation anglaise a été une franche réussite, autant du point de vue de la qualité de service, que de celui des tarifs, que de celui de la sécurité… Un exemple à suivre pour certains;-)
    Franchement, prenant ke train régulièrement aux Pays-Bas, je trouve que la SNCF, c’est vachement bien. A oui, ils ont essayé l’ouverture au privé là-bas; résultat lamentable.

  14. Chris dit :

    Bonjour.

    N’y a-t-il VRAIMENT pas d’autres moyens lorsque vous faites grève que de pénaliser en premier lieu les usagers ?

    Faire le pied de grue massivement devant le Ministère des Transporcs par exemple ? Ou bien investir les locaux des têtes pensantes de la SNCF et les empêcher d’entrer/sortir ?

    Investir le boulevard périphérique massivement via une opération escargot ?

    Tributaire de la ligne D, cette grève fait peur quand je vois les travaux à Brunoy, Yerres, Combs La Ville/Quincy : les quais sont divisés par deux sur le sens de la longueur car en travaux. Je trouve ça hyper dangereux pour les usagers attendant le train. Déjà qu’en temps normal, les quais sont bondés mais là, c’est bien pire.

    Avec les risques de cohue, je trouve ça vraiment dangereux.

    • Sylvain Bouard dit :

      Ca a déjà été fait, pas plus tard que le 2 22 Mai. Résultat: néant. C’est triste mais tant qu’on ne stoppe pas le travail, gouvernement et direction se marrent.

      • Chris dit :

        Que s’est-il passé le 22 mai exactement ? Et pourquoi ça n’a duré qu’une seule journée ?

        Là, la grève semble partie pour durer minimum jusqu’à dimanche, donc plusieurs jours consécutifs de grève. Pourquoi n’y a-t-il pas eu plusieurs jours de manifestations comme celle de la journée du 22 que vous mentionnez ?

        Je précise en cas de mésentente sur mes propos : je ne suis pas énervé ni agressif. Je souhaite juste comprendre 😉

        • Sylvain Bouard dit :

          Le 22 Mai, manifestation des cheminots devant le siège de la SNCF qui a même été envahit. 20 000 personnes ont répondu à l’appel. A ma connaissance, ils n’ont même pas été reçus. Cette journée était une parmi tant d’autres qui ont eu lieu.

        • DAvid dit :

          Non, on ne fait pas grève qu’en premier recours. C’est la dernière des solutions. Pour vous et pour nous.

    • Odee dit :

      Si tous les « usagers » se retrouvaient devant l’Élysée ou la chambre des députés pour dire leur soutien au cheminots… Du genre quand des millions se rassemblent pour fêter une victoire au foot?
      Le jour ou il y aura autant de gens dans la rue pour défendre les droits des gens (sécu, retraite, transports, etc) que de « supporters », les choses se passeront différemment dans ce pays.
      Quand les conseils généraux et les municipalités suppriment les transports scolaires au moindre flocon de neige, ils le placent où l' »intérêt » des élèves. Mais quand les profs font grève, là c’est grave, ils sont sacrifiés ces pauvres petits. Et quand ce matin, j’entends sur France info que pour rejoindre son centre d’examen une jeune a mis « 30 minutes au lieu de 10! » vraiment je suis horrifiée. Elle aura toutes les excuses du monde si elle rate.

  15. Chris dit :

    A priori, ça n’a duré qu’une seule journée.

    Dommage que ceci n’ait pas été tenté plusieurs jours durant en empêchant la Direction de faire mouvement hors locaux.

    Merci pour vos réponses 🙂

    • DAvid dit :

      Pendant qu’on est à Paris, on est pas à faire rouler des trains. Il y a eu plusieurs journées d’actions, sans résultat. On est malheureusement passé aux choses sérieuses et douloureuses, pour tout le monde.

    • Thomas E dit :

      Moi, je suis pour! mais c’est pas légal, il semble que ça soit une prise en otage…

  16. Gaetan dit :

    J’ai lu dix commentaires et ca m’a suffit.
    Je traivaille aussi dans le transport ferroviaire mais à moindre échelle, je suis dans les trams.
    En 2010, mon entreprise a supprimé tous les accords et depuis, on arrive pas à renégocier. De ce fait, je peux me retrouver avec des journées de 13h d’amplitude payée 7h quand j’ai de la chance ou des services qui me font rouler 6h d’affilée parce que la loi l’autorise. Pour exemple, faites un Lyon-Marseille, arrêtez-vois le temps d’un café (20min) et faites le chemin inverse. Maintenant, considérez que j’ai les piéton, la circulation de la ville et les vélos en plus. Et j’en passe. Seule la grêve peut faire bouger les choses.

    Vous ne trouvez pas qu’il y a des choses qui ne vont pas dans tous les domaines. Le lundi, les infirmières sont en grêve, le mardi, c’est la sncf, le mercredi, un autre corps de métier. Il ne se passe pas un mois sans que ça gueule à un endroit. Par contre, si cette contestation ne touche pas votre domaine, ça ne vous plait pas. Quel égoïsme! Un peu de solidarité bon sang! Elle est où la France unie? Celle qui s’est un jour levée contre le système en place et a décapité ses rois pour un avenir meilleur. Je ne veux décapiter personne mais je pense que pour que les choses avancent pour tout le monde, il faudrait montrer un peu plus de solidarité avec ceux qui défendent leur bifteak, leur vie de famille et leurs conditions de travail.

    Et puis, oh mon dieu, arrêtez de gober ce que vous raconte le journal de 13h ou autre. Ils ne veulent que vendre leur programme ou leurs torchons. Allez chercher l’info.

    • Denon dit :

      Ne parlez pas d’égoïsme, vous en êtes la définition incarnée !!
      Vous ne pensez qu’à votre statut et à défendre vos avantages acquis.

      Avez-vous une pensée pour les futurs bacheliers, pour les universitaires qui passent leurs examens, pour les gens qui se rendent à leur travail. Des gens qui peuvent travailler davantage que vous et être moins bien payés que vous.
      Nous vivons constamment avec l’inquiétude de ne pas être à l’heure à notre travail !!! Travail que ne tenons garder, car dans le privé pas de sécurité de l’emploi et pas de droit de grève.

      J’ai vu une remarque dans un des commentaires de cheminots pour qualifier votre situation : « marche ou crève ». Je pense plutôt que ça s’applique davantage au privé qu’au public.. Et encore c’est un euphémisme que de dire penser.

      Quelles solutions vous apportez aux usagers ?
      Vous avez une idée de combien coûte une journée de grève sur votre bulletin de paye, mais avez vous une idée de combien ça nous coûte à nous ? ?
      Bien sur que non !!! Car dans votre cas, la solidarité ne va que dans un sens.
      Alors, pourquoi avez vous l’audace de penser que nous pourrions être solidaire de votre mouvement ? ( Pensez-vous pouvoir répondre à cette question ???)
      Si vous voulez toucher la SNCF, vous pouvez vous en prendre à son porte monnaie et pas à celui des usagers (sauf si le but recherché est de se faire haïr par la population, et alors là je dis chapeau : contrat rempli !!).

      • Tyrion dit :

        Puisqu’on oppose les vilains cheminots aux gentils usagers, parlons-en des pauvres usagers pris en otages.
        Les usagers qui détournent le regard lors d’une agression, qui fuient les personnes handicapés pour ne pas avoir à les aider, qui insultent les agents sur leurs lieux de travail (mais de loin on ne sait jamais), qui agressent gratuitement, qui laissent les trains et les gares dans un état de saleté lamentable (ce ne sont pas que les sdf qui urinent ou défèquent un peu partout dans les gares), des usagers ivres qui mettent en jeu la sécurité et la responsabilité des agents sur place, des usagers qui sortent du train une personne qui fait un malaise « parce sinon ça va les retarder pour rentrer à la maison (c’est vrai que vaut la santé d’un pauvre usager face à l’égoïsme du français moyen), des usagers qui râlent parce qu’on arrête les circulations à cause d’un accident de personne « bah quoi il est mort on peut continuer à rouler ça risque plus rien maintenant » , des usagers qui filment des voyageurs agonisant dans un train accidenté plutôt que de leur porter secours…
        On peut parler d’égoïsme, mais il va falloir balayer devant sa porte, parce qu’aujourd’hui la société française a un très gros problème de moral et de valeur, ou l’individualisme et devenu roi et ou il fait toujours meilleur chez le voisin.

    • chatgris dit :

      Quelle joie de lire votre commentaire! Il est si triste de constater une fois de plus que si notre société ne nous promet qu’individualisme et précarisation grandissante ce n’est pas seulement du fait des financiers/politiques mais bien également du fait des individus eux-mêmes. A croire que voir le voisin s’effondrer semble aujourd’hui être leur seule manière d’accepter leur propre triste sort. Toute cette énergie consacrée à tirer sur « le mieux loti » « le plus chanceux » « le faignant » « le chomeur » « l’intermittent » « le fonctionnaire » et bien évidement « l’étranger »…Quelle tristesse. Les financiers/politique auraient vraiment bien tort de ne pas profiter de cette aubaine pour mettre les populations à genoux un peu plus encore…

  17. Julie dit :

    Je suis étonnée de voir si peu de soutiens dans les commentaires.
    Je souhaite, en tant qu’usager, avoir un vrai service public, dont on s’éloigne de plus en plus. Je souhaite qu’on continue à desservir des gares qui ne sont plus rentables, mais dont des personnes ont besoin pour se déplacer. Je souhaite un minimum de sécurité quand je prends le train, et tout cela ne se fera pas avec une course à la rentabilité.
    Merci de vous battre puisqu’au final vous le faites aussi pour nous.
    Moi aussi je devais me déplacer et je ne peux pas en raison de la grève. Eh bien tant pis, je préfère ça plutôt qu’une réforme qui va à l’encontre de l’usager et des cheminots.
    J’aime beaucoup la proposition d’aller sur le périph parisien, j’imagine que ça gênerait plus d’un travailleur (à commencer par tous ceux qui ont besoin de conduire des utilitaires, ou ceux qui sont mal desservis par les transports publics), mais c’est pas grave, c’est le voisin qui est touché, on s’en fout.
    Je suis sidérée par tant d’égoïsme.
    Et je suis d’accord avec vous, ajouter une couche, même censée piloter tout cela, c’est avoir des postes en double et des réunions à n’en plus finir qui ne débouchent sur aucune prise de décision, ce n’est pas rentable et ça assure un bel immobilisme.
    Courage pour votre grève, j’espère que ça aboutira.

  18. Laurent dit :

    Salut Sylvain,
    Je suis un conducteur du privé, qui d’ailleurs passe régulièrement dans ton gare. Même si je comprends vos motivations pour ce mouvement, je tenais a réagir à ça:
    « qui dit déjà que l’on ne travaille pas assez de Dimanche par an, que 52 repos doubles, c’est bien trop, que 9h entre deux journées de service, ce serait bien suffisant, que des journées de 11 ou 12h (qui sont aujourd’hui une exception) pourraient devenir la norme. »
    9h entre deux journées c’est en RHR (repos hors résidence) comme les roulants à la sncf… C’est 12h à résidence (comme vous)
    Nous sommes aux 35h, nos journées de travail effectif ne dépassent jamais 8h programmées. Elles peuvent être plus longues, mais uniquement en cas d’aléas, incidents principalement, et c’est vrai qu’ils sont nombreux tant les causes peuvent être nombreuses aussi. L’effet papillon n’a jamais autant fonctionné que dans notre secteur d’activité. Il n’est absolument pas question que ces journées soient la norme, surtout quand on connait les compensations que doivent verser l’employeur au salarié lorsque cela arrive. Pour discuter souvent avec des agents sncf, on constate qu’il y a beaucoup de fantasmes a propos de cet accord de branche et de nos conditions de travail(mais fantasmes il y a aussi dans l’autre sens a propos des agents sncf de la part des opérateurs privés).
    Certes l’accord de branche régissant le transport de fret ferroviaire autre que sncf (je n’utilise volontairement pas le terme privé car la seule chose de privé chez la plupart d’entre nous est le droit qui nous régit) est loin d’être parfait mais lorsque l’on compare le RH077 (celui qui régit le personnel roulant SNCF), celui-ci utilisé a ses limites peut aussi piquer et pas qu’un peu!
    Sinon bravo pour ton travail de vulgarisation et peut être a un de ces quatre du côté de Pont de Veyle!

    • Sylvain Bouard dit :

      Ce que je cite c’est le projet d’accord de branche fret qui a été bloqué en attendant la réforme. A mon avis, il n’est pas enterré définitivement. J’ai assez vu des accords pourris réapparaître quand j’étais délégué syndical chez mon ancien employeur. Chat échaudé…

      Sinon, n’hésite pas à me dire quand tu passes. Si je peux, je te tirerai le portrait. 🙂

  19. Kevin dit :

    Puisque c’est si bien d’être cheminot, qu’on est grassement payé à rien foutre (même en étant gréviste), qu’on a droit à 100% de notre retraite dès 50 ans, et autres conneries que l’on peut lire partout sur le net (et même ici), soyez donc acteurs de votre destin, quittez votre job et venez vous la couler douce : https://www.emploi.sncf.com/fr/emploi/ On va bien rigoler, et vous allez tomber de haut, je vous le dis 🙂

    • Brice dit :

      Tout le monde n’a pas pour objectif dans la vie de « se la couler douce », mais c’est peut-être justement le fond du problème.

  20. Gibbs dit :

    Forcément avec 7 gros salaires de + au dessus des 2 sociétés actuelle cava arranger les chose mdr ! de plus quand le « président » de la raiepublique dit qu’il y a trop de fonctionnaire ! l’exception qui confirme la règle donc ^^ .

    je pense que les 2 (rpf+sncf) devrait faire qu’une et non trois comme proposé ………(pour de ce qui est de la concurrence ont propose toujours de « niveler » par le bas et rarement pas le haut curieusement !!! ).

    En France rare ceux qui ceux « battent » contre les injustices salariales ou autres ,les agents de la SNCF ont le mérite de se défendre au moins même s’il est vrai que ça fait chier pas-mal de monde mais les gens devraient plutôt se plaindre contre le « haut » qui veut imposer ses(mauvais)choix au lieu de discuter avant . bonne chance a vous !!
    (Merci Sylvain pour ton blog très informatif )

  21. Frederic dit :

    Bien entendu, c’est agréable de lire le sentiment d’un « insider » (c’est à dessin que j’emploie ce terme) La SN est une telle boite noire. Ce qui me semble acquis c’est que les nouvelles entités comme les anciennes seront des refuges à polytechniciens tellement infatués d’eux-mêmes qu’ils ne se donnent le mal d’écouter ni leurs agents, ni leurs clients, ni les corps intermédiaires ou locaux ou nationaux. La seule discussion c’est avec leurs homologues de la tutelle (c’est comme çà que je nomme leurs ex-condisciples qui eux sont dans les cabinets et les administrations.
    Il ‘apparaît que leur pouvoir exorbitant ne peut être éclaté, réparti autrement que par une atomisation en un ensemble de sociétés de droit commun (c’est-à-dire privées). Les miettes octroyés aux salariés sous le nom de « statut » ou « avantages » et à leurs représentants sous la forme de « mamours » dans des organes dits d’échange ou de représentation sont me semble-t-il appelés à disparaitre. Que l’on reparte sur des bases saines!!!

  22. Paul Denton dit :

    Salut,

    D’habitude je ne suis pas trop commentaire, mais je vois tellement passer de propos stupides (même en-dessous de ce texte) contre les cheminots qui se battent pour leurs droits que je vous écrit pour vous dire que je vous soutient dans vos revendications.

    Bon courage!

    Solidairement,

    Paul D.

  23. Jean-Christophe dit :

    Ne lâchez rien !
    un usager solidaire.

  24. Olivier dit :

    Je suis un usager quotidien sur la ligne Bourg-Lyon, et plutôt un habituel défenseur de la sncf… mais je n’en peux plus de ce mode d’action. Un CGTiste me disait dernièrement que pour être entendu « il fallait faire chier le monde ». Je crois au contraire que c’est tout à fait contre productif. Les premiers pénalisés sont les usagers, en particulier ceux qui prennent le train au quotidien, et qui viennent de passer une semaine vraiment éprouvante (se lever à 5h30 pour choper le seul train entre Bourg et Lyon, retour en soirée quand on a la chance d’avoir une place dans un bus… oui je sais c’est rien, il y a la guerre et la famine dans certains pays). Pourquoi on ne voit jamais de gréviste dans les gares pour expliquer leur mouvement ? Pourquoi laisser courageusement les non grévistes en première ligne ? Pourquoi est ce que c’est un bordel sans nom (hier les informations d’Infolignes sur les bus ne correspondaient pas au tableau en gare de Lyon PD, sans parler du champ de bataille de la zone d’embarquement des bus, du personnel sncf au courant de rien, etc…).
    Alors oui j’essaie encore de comprendre ce qui vous mobilise, d’autres ont renoncé depuis longtemps et je sens que ma patience s’effiloche les jours passant. Je vois bien que vous êtes dans un rapport de force, y compris avec la direction de la CGT qui était prête à arrêter la grève, mais en continuant ainsi, par ce mode d’action, vous vous mettez tout le monde à dos ! On n’est pas en 1995, vous êtes seuls, et de plus en plus seuls.

    • DAvid dit :

      Quand vous comprendrez que vous, ça vous dérange 5 jours, mais que nous, on joue notre carrière et nos conditions de travail à vie, peut être que vous aurez un petit moment de lucidité.

      • Marie dit :

        Je lis tous les commentaires depuis tout à l’heure et là, désolé mais je suis obligée de bondir..Cela fait 12 ans que j’utilise les transports en commun (RER B et maintenant ligne K) et j’en ai bouffé des grèves, et plus que de raison..et il m’arrive parfois de me faire une raison mais pas en ce moment et encore moins quand je lis : »Quand vous comprendrez que vous, ça vous dérange 5 jours, mais que nous, on joue notre carrière et nos conditions de travail à vie, peut être que vous aurez un petit moment de lucidité »..ca me rend dingue.. Vous croyez vraiment que tout le monde râle parce que ça nous gène 5 jours??? Mais David, ayez aussi un petit moment de lucidité!! Nos employeurs ne sont pas toujours conciliants et lorsque le mien, une TPE pour qui je bosse SEULE donc 0 personne au bureau quand je n’y arrive pas à l’heure me dit « les retards deviennent problématiques pour l’entreprise, si tu ne trouves pas une solution, nous devrons te trouver un remplaçant » MOI AUSSI JE JOUE MA CARRIÈRE!!!! et en ce moment je jongle à jouer ma carrière à cause de VOUS! Pour être sure à 100% d’arriver au travail à l’heure en ce moment, je dois me lever à 5h du matin pour y être à 9h car je n’ai aucun train sur ma ligne donc je jongle avec une autre ligne (ce qui n’est pas suffisant car ce matin, acte de malveillance donc 2h20 de retard sur le Laon-Paris) et je ne suis jamais sure de l’heure à laquelle je vais rentrer…Alors oui, me direz-vous, tout n’est pas de votre faute mais regardez un peu la réalité en face, défendre ses convictions, je comprends, mais au point de mettre tous vos usagers dans une galère qui peut leurs coûter leurs propres boulots..là, je n’adhère pas du tout..Je m’exprimer de façon un peu brusque et je m’en excuse mais en ce moment, j’atteins mes limites..

        • Brice dit :

          Marie,

          Tu ne peux pas faire comprendre ce genre de choses à des travailleurs du secteur public. Pour eux la notion de « perdre son emploi » équivaut à être mis en disposition et se plaindre qu’on perd ses primes alors qu’on est payé à rester à la maison. Et ensuite se plaindre à nouveau parce que les offres qu’on reçoit ne correspondent pas à ce que l’on souhaiterait.

          Se plaindre, se plaindre, toujours se plaindre. Une ancienne connaissance à moi était cheminot. Pendant qu’il se plaignait de ses conditions de travail déplorables (bichette était des fois d’astreinte chez lui, et ne pouvait pas partir en week-end parce qu’il devait rester à moins d’1h de sa gare d’affectation), j’ai changé trois fois d’entreprise après avoir constaté des pratiques réellement déplorables (différents harcèlements notamment).

          Le fait est que n’importe quel autre employé dans n’importe quelle autre société démissionne quand il est insatisfait. À la SNCF… on se plaint et on fait grève.

          • Roussel dit :

            N’importe quoi! Voilà une réponse grandiose comme beaucoup ici d’ailleurs… Mais il y a de l’idée Je vais donc de ce pas dire à mon mari de se mettre au chômage et de trouver un autre job. C’est vrai, faire des 3×8 c’est chiant, travailler le week end, les jours fériés, les nuits il y a de quoi se plaindre, enfin surtout moi parce que lui il ne se plaint pas, il aime bien son métier. Enfin en ce moment plus trop parce qu’on ne lui donne pas les moyens de bien le faire. Avec la réforme qui arrive à grand pas, on a supprimé une dizaine de postes. Donc encore plus de travail mais pas payé plus. Faudrait pas exagérer et se moquer du contribuable… ah oui mais non, j’ai oublié de dire, les cheminots ne sont pas fonctionnaires…

            Merci Sylvin pour cet article et bon courage.

          • Tyrion dit :

            En effet la Fuite est la meilleur solution.
            Démissionner à cause d’un harcèlement, c’est la garantie qu’un autre vous remplacera, et subira aussi cet harcèlement. Finalement vous donnez raison aux gens qui ont ce genre de pratique.
            Continuez à faire l’autruche mais ça ne vous rendra pas meilleur que votre ancienne connaissance cheminote.

          • Brice dit :

            Qui a dit que j’étais moi même cible de harcèlement ? J’ai démissionné parce que je ne cautionnais pas les pratiques de la direction et qu’en partant je causais de sérieux embêtements à mon employeur (en plus de me rendre parfaitement disponible et impartial en cas de procès).

            Roussel: oui, ou alors réfléchir un peu et chercher et trouver un boulot *avant* de démissionner, de sorte à ne pas se retrouver avec une période d’inactivité. Quant au « les cheminots ne sont pas fonctionnaires »… une grande partie ont des contrats assimilés-fonctionnaires, ce qui fait relativement peu de différence.

          • Gemini dit :

            Et qui a raison à votre avis ?

            Celui qui démissionne, laisse ainsi une situation pourrie avec l’ordure qui pratique le harcèlement, et qui recommencera donc, à son successeur ?

            Ou bien celui qui ne tolère pas que les choses aillent mal, et qui fait grève pour essayer de les changer ?

            Quelle solution peut-elle contribuer à améliorer l’intérêt général ?

            Vous n’avez pas à être fier de votre attitude. Vous n’êtes qu’un lâche égoïste qui ne pense qu’à sa petite personne. Mais vous êtes hélas un parfait symptôme de notre société malade de son individualisme.

            Vous auriez pu vous syndiquer, monter un dossier contre le harceleur, défendre votre/vos collègues victimes de ce triste sire, faire appliquer la loi sur le harcèlement, et ainsi débarrasser la société et l’entreprise de cette brebis galeuse. Vous avez choisi la fuite. Pourquoi s’en vanter ?

            Ah, oui, petit détail : je travaille dans le privé. Cela vous permettra peut-être de m’épargner vos couplets inutiles sur le fonctionnaire qui ne sait pas ce que c’est que de perdre son emploi.

          • Brice dit :

            Se syndiquer dans une boite de 15 personnes, le truc le plus inutile qui existe, et un vrai danger pour sa carrière.

            La grève dans une petite structure comme celle-là, c’est non seulement complètement stupide pour soi-même (ni la direction ni les collègues n’oublient qui les a mis dans la merde) mais un vrai danger pour l’entreprise (et donc directement ses collègues).

            Non vraiment ce droit de grève est une connerie sans nom. Quand on n’est pas content de quelque chose, soit on pense pouvoir faire changer les choses et on agit, mais pour cela pas besoin de grève. Soit on pense que ce n’est pas possible et on se barre. Point.

            Quant à débarrasser la société de la brebis galeuse, dans ce cas ça aurait été lui couper la tête, autant dire que ce n’était pas possible.

            Maintenant merci de rester un minimum courtois et de garder pour vous vos adjectifs désobligeants.

    • Gemini dit :

      Je suis un usager comme vous, mais d’une autre ligne. Je suis donc également impacté.

      Je souhaite tout de même répondre au commentaire d’Olivier. Je ne comprends pas ce qui vous gêne au final. Vous semblez avoir compris les motifs, et les approuver. Vous déplorez que le seul moyen de se faire entendre soit de « faire chier le monde ». Vous avez conscience qu’ils sont dans un rapport de force.

      Vous touchez là du doigt la réalité. Elle est moche, mais c’est hélas comme ça.

      Cette réalité là n’est pas du fait des syndicalistes ou des grévistes.

      En conséquences, je ne comprends pas ce que vous leur reprochez. Qu’espérez-vous d’eux ? Comment feriez-vous à leur place ?

      Je subis comme vous, mais, au vu de la qualité du dialogue social dans notre pays, avec notre gouvernement et avec la direction de la SNCF, je ne vois juste pas comment ils pourraient faire autrement.

      En conséquence, et c’est là où je me détache de vous, je ne perds pas patience. Je suis bien sur contrarié, gêné, mais pour moi, les coupables sont ailleurs. Ils sont à l’Europe, qui nous impose ces règles débiles, dans nos ministères qui les avalent sans rien faire, et à la direction de la SNCF qui a un lourd passif dans le déficit de qualité du dialogue social.

      Au final, peut-être peut-on dire que je perds patience aussi, mais pas envers les grévistes, mais envers les crânes d’œufs et autres pourritures qui nous gouvernent, soit disant en notre nous, mais manigancent toujours en douce pour au final ne servir que les intérêts du capital.

      La fin de votre commentaire est intéressant : « […] vous êtes seuls, et de plus en plus seuls ». Vous avez raison. Je vous invite à lire un de mes commentaires précédents ici. Ils sont de plus en plus seuls, et c’est inquiétant pour nous tous, car cela signifie que les autres se sont couchés devant le capital. Cela explique pourquoi, de plus en plus, nous avons le chômage, la misère, la dégradation de la qualité de nos emplois, etc.

      C’est justement parce qu’ils sont de plus en plus seul qu’il nous faut les soutenir. Ce sont un des derniers bastion de résistance aujourd’hui face aux intérêts du capital.

      • David dit :

        Et les brassards, la sensibilisation, c’est très bien, très beau. Mais ceux qui décident, à savoir le gouvernement via sa majorité parlementaire aux ordres et qui le restera, et la direction de la SNCF, les brassards, ils n’en ont rien à cirer. Sans doute faut-il communiquer encore et encore, pour rendre la grève supportable, mais à moins de peser là où ça fait mal, à savoir la caisse, je ne vois pas comment ils peuvent se faire entendre de ceux qui décident de leur sort. Ou alors par l’insurrection, et l’action directe, mais qui souhaite en arriver là ?

      • Fanfoé 07 dit :

        Je passais régulièrement sur la ligne bourg/ Lyon (jusqu’à Morez) Il y a quelques années. Quand il y avait grève, on distribuait souvent des tracts aux usagers pour leur expliquer. Cela ne se fait plus??

        • Gemini dit :

          Fanfoé 07, pour information, sur la ligne que j’emprunte quotidiennement, il y avait des tracts sur chaque place du train pour expliquer les raisons du mouvement, la veille de son début.

          Je ne sais ce qu’il en est pour les autres lignes.

        • Olivier dit :

          Non, pas l’ombre d’un bout de papier, encore moins une personne pour expliquer.

  25. Olivier dit :

    Je persiste, je pense qu’il existe bien d’autres formes de mobilisation, et qu’en agissant ainsi, c’est à dire laisser les usagers en plan, les emmerder, sans dialogue, sans explication, c’est tout à faire contre productif. Je ne demande qu’à croiser les grévistes, mais vous êtes où bon sang ? Vous ne faites rien pour vous attirer le soutien de la population, je ne sais pas si vous en êtes conscients ! Quand je lis les commentaires ici, j’ai l’impression de voir le fan club des cheminots, mais dans la vraie vie, le discours des gens est très très dur…

    • Sylvain Bouard dit :

      Pourtant, hier midi, devant la mairie de Bourg, on a eu pas mal de témoignages de soutien.

    • Gemini dit :

      Vous persistez et signer à penser qu’il existe d’autres formes de mobilisation. Merveilleux. Mais pouvez-vous nous en faire part ? Les grévistes seraient heureux de les connaître. Et moi-même par la même occasion.

      Pour ma part, je ne vois pas. Mis à part le coup des brassards et de se contenter d’informer. Il est clair que moi, en tant qu’usager, ça me conviendrait parfaitement. Par contre, je serais prêt à parier sur une utilité totale.

      Dans le même temps, vous avez au moins raison sur le problème de la communication. Le nombre d’usagers exaspérés est élevé et il serait sûrement moins s’ils comprenaient réellement les enjeux. Quant à savoir comment communiquer sur ce sujet sans avoir la force de communication du gouvernement ou de la direction de la SNCF, cela me semble compliqué. Là encore, si vous pensez avoir des solutions, partagez-les 😉

      • Olivier dit :

        Vous n’allez pas me faire croire que vous ne connaissez pas d’autres moyens d’action que la grève ! Ne faites pas payer les billets, bloquez les routes aux passages à niveau, occupez les locaux de votre direction, des services de l’état, mettez des corails à la place des tgv, etc… ça ne me parait pas sorcier d’imaginer autre chose. Pour la faisabilité je vous laisse voir, vous connaissez mieux votre métier et ses possibilités.
        Quant à la communication, si déjà il y avait quelques grévistes dans chaque gare pour expliquer leur mouvement, ce serait déjà essayer. Parce que pour le moment, nada. Forcément, quand on essaie pas, on y arrive pas.

        • Sylvain Bouard dit :

          La loi est claire: si tu es à ton travail, tu le fais normalement. Si ce n’est pas le cas, tu es juste un salarié qui commet une faute, donc, sanction voir licenciement. Donc, ne pas faire payer, mettre du corail au lieu du TGV, ce serait illégal.

          Bloquer les routes ou des locaux, pour le coup, ce serait vraiment une atteinte à la liberté de circulation ou de travailler. C’est donc illégal.

          Je le répète, le code du travail donne un droit aux salariés, la cessation concertée du travail.

          Pour ce qui est de la communication à destination des voyageurs, les syndicats ne font peut être pas assez. En tout cas, moi, j’essaye de faire à mon petit niveau.

          • Sylvain Bouard dit :

            Un oubli concernant les occupations de locaux. Il est rapporté régulièrement, et ça a encore été le cas depuis le début de cette grève, que des huissiers sont envoyés pour constater toute irrégularité de la part des grévistes. Il semble également que l’entreprise ait fait appel à des vigiles pour contrôler les entrées de la direction régionale de Lyon. On en est là. La direction ne se contemple plus de râler quand le droit n’est pas respecté. C’est constat d’huissier et dépôt de plainte.

          • Alain dit :

            Bonjour,

            Pour ce qui est de « ne pas faire payer », est-ce qu’un ciblage plus précis des catégories de personnel ne pourrait pas avoir cet effet ?
            A savoir, j’imagine, les contrôleurs, les guichetiers/vendeurs… en gros, celles et ceux qui permettraient aux usagers de profiter du service sans payer ?

          • Sylvain Bouard dit :

            Ce serait effectivement jouable de n’appeler que ceux là à la grève et d’insister lourdement pour que le message passe bien mais, beaucoup de trains ne peuvent pas rouler en l’absence de contrôleur et que se passerait il pour un voyageur tombant sur un contrôleur non gréviste ?

        • Eve-Lyne dit :

          « Ne faites pas payer les billets » : illégale (ça a déjà été dis et répété. Ceux qui s’y risque sont condamnés) Idem pour l’idée de remplacer les TGV par des corails (et c’est infaisable techniquement).

          « bloquez les routes aux passages à niveau, occupez les locaux de votre direction, des services de l’état,  » :
          1/ Et pendant que les salariés de la SNCF font leurs actions de blocage, QUI FAIT ROULER LES TRAINS ? QUI « ASSURE LE SERVICE PUBLIC » ??? Résultat : ralentissement du trafic (voire arrêt) et autant d’emm*** pour l’usager.

          2/ bloquer les routes…hum ! je vois ça d’ici : non seulement les trains rouleront pas (ou peu) mais en plus les cheminots emm*** les usagers des autres services publics et des routes. Vous êtes sûrs qu’ils vont gagner en sympathie grâce à vos idées d’action ?

          Bref : la critique est facile mais l’art est difficile.

          Félicitations à l’auteur de ce blog que je trouve fort instructif ! Bonne continuation et bon courage.

        • Tyrion dit :

          Tout paraît tellement simple quand on ne sais pas comment circule un train, mais il y a des règles de sécurité à respecter tout de même, on ne peut pas faire n’importe quoi.
          Quant à occuper les locaux, ou des services de l’état, désolé mais je ne tiens pas à ma faire taper dessus par les forces de l’ordre ,je ne suis pas partisan de la violence.

  26. Chris Tophe dit :

    J’aurais une autre question en ce samedi soir.

    Vu qu’apparemment, les changements sont imposés par l’Europe, que la France en fait partie et qu’elle est censée se plier aux règles de l’Europe, est-ce que cette grève peut changer quelque chose ?

    A un moment ou à un autre, on devra bien se plier aux exigences européennes ou bien je me trompe ?

    Désolé, finalement c’étaient 2 questions 🙂

    Et pour répondre à Olivier qui a l’impression de lire les commentaires d’un fan club des cheminots, en ce qui me concerne je ne suis pas membre d’un quelconque fan club. Et surtout pas des cheminots !

    Mais voilà quelqu’un (Sylvain) qui parle ouvertement sur un blog de la grève côté gréviste. Il faudrait vraiment être bas du front pour venir ici et cracher une quelconque haine.

    Ca ne veut pas dire que j’approuve cette grève. Elle me fait braire, elle nous fait TOUS braire mais venir ici cracher sa haine, à part pour servir de défouloir, quel est l’intérêt ?

    • Sylvain Bouard dit :

      Ce qu’impose l’UE, c’est une séparation comptable entre le réseau et l’exploitation des trains. Ca peut donc très bien se faire avec une bonne gestion comptable au sein d’une même entreprise.

      L’UE ne demande donc pas 2 entreprises et encore moins 3. L’UE ne fixe pas non plus de cadre social au ferroviaire. On pourrait très bien prendre le cadre des cheminots SNCF et l’appliquer à l’ensemble de la profession. Ca serait d’ailleurs plus simple puisque les cheminots privés sont 4000 et nous 155 000.

    • Olivier dit :

      Pas de haine de ma part, juste de l’incompréhension face à des méthodes qui me paraissent pas du tout adaptées au contexte actuel. Et mis à part le commentaire d’un cheminot suisse plus haut, personne ici pour discuter de la grève, there is no alternative comme disait Miss Thatcher.

  27. Bravo pour vos explications si claires ! Je m’efforce depuis plusieurs jours de publier sur ma page articles et vidéos précisant les raisons exactes du mouvement de grève si suivi des cheminots en lutte pour prévenir le démantèlement du rail et le mouvement des cheminots suédois … Je suis en contact avec cheminots cégétistes et cheminots de Sud Rail .Je les soutiens pour des raisons multiples: professionnelles,familiales et personnelles … Je serais ravie que vous veniez consulter cette page .Je me permets de vous poser deux questions après avoir lu les commentaires à votre article: qu’en est-il réellement de cette « gaffe à 50000 euros  » constituée par la commande de 2000 nouvelles rames trop larges pour 1300 gares???J’ai cru comprendre lors d’un commentaire qu’il y avait manipulation médiatique …Et par ailleurs j’ai lu un commentaire évoquant la réussite de la privatisation des chemins de fer anglais .Ayant vu dès 2002 le film de Ken LOACH « The navigators », je suis étonnée de cette appréciaition .
    Très bon courage en tout cas, ma conviction est que vous avez raison de lutter et que tôt ou tard la population française comprendra votre mouvement …

  28. Dominique dit :

    Effectivement, la directive européenne 91/440 demandait, à minima, une séparation comptable, afin d’avoir une idée précise des coûts des sillons, sans interférences des coûts de traction. C’est ce que l’Allemagne a fait avec DB Netz.

    Le problème actuel est que les relations entre RFF et SNCF-GID (entretien Infra) et SNCF-EIC (gestion et attribution des sillons) est proprement exécrable.

    L’autre problème vient aussi de l’abus de position dominante envers les EF privées : la SNCF a été condamnée à plus de 60 millions d’Euros récemment par l’ARAF, le « gendarme » du ferroviaire, pour abus de position dominante, délit d’entrave et transmissions d’informations sensibles entre service (en clair : une EF privée avait demandé des sillons à SNCF-EIC pour un nouveau trafic, et ces informations commerciales « sensibles » se sont retrouvées « par hasard » sur le bureau du responsable de Fret SNCF)

    Je ne suis pas du tout certain que la réunification du réseau ferré sous la mainmise totale de la SNCF soit une bonne chose, étant donné l’amour immodéré que la SNCF affiche pour Sa Majesté TGV… et pour la route : ID-Bus, SNCF-Géodis-Camions, etc.

    J’aurais préféré une fusion de SNCF-GID et SNCF-EIC dans RFF, simplifiant grandement les chaines de décision et offrant un cloisonnement étanche pour les infos « sensibles », telles que les demandes de sillons. La SNCF aurait alors toute latitude pour se concentrer sur sa fonction de transporteur.

    Sans compter que Bruxelles regarde d’un très mauvais œil cette réforme du rail français, qui veut consacrer la mainmise de la SNCF sur tout le réseau ferré français…

  29. BravoAlpha dit :

    Le point commun actuellement entre les taxis, les intermittents du spectacle et les agents SNCF c’est qu’ils bénéficient de statuts, choses inconnus dans le reste du monde, d’où la crise et les blocages de la société française. Numérus clausus pour la licence taxi qui empêche la concurrence, régime de chômage très favorable payé par le privé pour les intermittents, garantie de l’emploi pour la majorité des agents SNCF quelque soit la productivité. Et en fin de compte qui paye? le salarié du privé soumis à la concurrence qui doit produire toujours plus sinon la boutique ferme et lui au chômage. D’où les incompréhensions de ces mouvements sociaux.

    • DAvid dit :

      Non, c’est pas le privé qui paye, c’est l’état, et donc nos impôts. Tout le monde paye donc. Quid du statut des parlementaires, des députés et des salaires faramineux des footballeurs, et des revenus du capital et du secteur boursier toujours plus importants, des riches toujours plus riches ?
      C’est bien beau de taper sur des statuts, mais évitez de taper sur le statut des plus faibles d’entre nous qui essaye de survivre.

  30. Deborah dit :

    Même en lisant cet article pour essayer de comprendre, difficile de compatir quand, une nouvelle fois, ce sont les usagers qui subissent les inconvénients de ces grèves…

    « Quand est ce que l’on dort ? Quand est ce que l’on mange ? Quand est ce que l’on voit notre famille ? » Vous me faites rire aussi… j’ai un créneau horaire entre 9h et 22h30, donc finir à 22h30, mettre 1h à 1h30 pour rentrer, le temps de se poser, manger, profiter de sa famille, dormir, et se lever à 6h (donc une heure en avance parce qu’on doit anticiper les retards pour ne pas être pénalisé au travail), espérer que les rares trains prévus ne soient pas trop blindés pour rentrer dedans où ne subissent pas de retards d’au moins 20min (cas arrivés 2 fois depuis le 11 >_<)
    Oui, nous, usagers, quand est-ce qu'on vit ? Est-ce que la sncf paye pour les heures supplémentaires des baby-sitters ? Répare les conséquences quand on arrive une nouvelle fois en retard à une formation, une réunion ou, pour le cas actuel, à un examen capital ?
    Je compatis pour les bacheliers et autres étudiants qui n'ont pas besoin de ce stress supplémentaire, pour les professeurs et certaines catégories de médecins qui eux ont davantage de raisons de faire grève(j'aimerais bien voir des agent sncf/ratp gérer une classe de 30 adolescents ou soigner des gens après 12h de garde en horaires décalés, on reparlera ensuite de qui mérite certains privilèges).
    Mais pour vous, non, la compassion est usée par les multiples grèves/travaux/retards en tous genre, surtout vu le prix mensuel de mon pass navigo.
    Je revendique le droit de pouvoir aller travailler en paix, de pouvoir rentrer chez moi sans encombres après une longue journée, de profiter d'un peu de repos ou de vie sociale plutôt que de perdre du temps dans les transports. Mais rien que cette demande, c'est réclamer un luxueux privilège pour vous.

    • Sylvain Bouard dit :

      « Moi je bosse plus dur que toi et je me plains pas ». La vertu de l’esclave est toujours émouvante.

      • Seb dit :

        Arrêtez de faire vos caliméro. On a déjà entendu toutes vos complaintes tellement de fois, que plus personne n’en a rien à faire.
        Le droit de grève est un droit important et très puissant. Il faut par conséquent l’utiliser avec parcimonie. Vous avez visiblement oublié ceci.
        Je passerai sur tous vos raisonnements complètement bancals. C’est le deuxième article que je lis de vous sur un sujet « sensible », et toujours la même déception des partis pris plus que discutables et des raisonnements économiques totalement faux.
        Vous autres cheminots êtes la risée de tous les autres salariés français, et vous vous demandez pourquoi ? Paralyser tant d’usagers pour votre petit bonheur personnel ? Vous croyez que c’est ça la vie ? Bosser moins, gagner plus, avoir plus de congés et partir plus tôt à la retraite ?
        Je pense que nous ne pouvons plus rien pour vous, et vous pouvez vous sentir concerné par la période de crise que subit la France actuellement.

        • Sylvain Bouard dit :

          Je résume donc l’argumentation : vous êtes nuls parce que tout le monde le sait.

          Sinon, le progrès, ça a toujours été produire plus de richesse et vivre mieux en travaillant moins. C’est le sens de l’histoire.

          • Seb dit :

            Le progrès c’est de produire plus de richesse, et de vivre mieux en travaillant moins ? C’est vraiment ce que vous pensez ? C’est ironique j’espère…

          • Sylvain Bouard dit :

            Pas une seule seconde. C’était quoi l’intérêt d’arrêter la chasse pour passer à l’élevage ? C’était quoi l’intérêt de l’imprimerie ? C’était quoi l’intérêt de la mécanisation agricole ? C’était quoi l’intérêt de la robotisation des usines ? Pour rester dans le chemin de fer, c’était quoi l’intérêt d’abandonner la machine à vapeur ? C’est quoi l’intérêt d’automatiser l’aiguillage ?

            Toutes les évolutions technologiques permettent de faire plus de boulot, donc plus de richesse, avec moins de bras.

        • Gemini dit :

          Visiblement, vous n’avez pas compris grand chose aux véritables enjeux de la réforme.

          La raison principal de cette grève est de s’assurer que la transport ferroviaire reste un service public.

          Dit autrement, c’est pour nous permettre d’avoir encore du un transport ferroviaire digne de ce nom à l’avenir. Ce n’est pas un domaine qui peut être privatisé efficacement. La privatisation, c’est en réalité uniquement la privatisation des lignes rentables, et de laisser au public les lignes non rentables. L’habituel privatisation des profits, mutualisation des pertes en somme.

          S’ensuivra alors, comme toujours, que l’on râlera que le service ferroviaire public perdra de l’argent, donc qu’il faut diminuer les coûts, donc, fermer les lignes les moins rentables, etc. Au final, nous n’aurons un maillage de transport ferroviaire pathétique où seules resteront les lignes rentables du genre Lyon-Paris. Pour les autres, ce sera la fin de l’histoire. Bref, en résumé, si l’on veut conserver un réseau ferroviaire dense, tout doit être géré publiquement, et les lignes rentables doivent servir à financer les lignes moins rentables.

          C’est pour cela qu’ils se battent, pas uniquement pour des raisons de statut.

          Si l’on revient sur la dernière partie de votre commentaire, elle est tout simplement sidérante. Vous semblez étonné que la vie, cela puisse être travailler moins et gagner plus. En quoi cela est-il étonnant ?

          C’est l’évidence même pourtant, le sens de l’histoire. Notre productivité a explosé. Il est donc tout à fait possible de réaliser cela. C’est d’ailleurs le cas, partiellement : le temps de travail diminue, fortement. Cela porte un nom : le chômage. Travailler moins, pourquoi pas produire moins (et oui, nous avons une crisé écologique majeure sur le dos je vous rappelle, et nous produisons déjà bien trop) également. C’est juste du bon sens.

          Vous parlez de crise enfin. Quelle crise ? Les dividendes ont explosés. Les plus hauts revenus ne cessent d’augmenter. La richesse créée également. Bref, tout va bien. La seule crise réelle qu’il y a, c’est que les capitalistes se goinfrent tellement, qu’à force de ne laisser que les miettes aux autres, et toujours moins de miettes, il ne reste presque plus rien et ça commence à se voir un peu trop.

          Ah tiens, une précision. Je suis un salarié du privé. Et je prend le train pour aller travailler. Et bien entendu, cette grève me gêne fortement. Seulement, contrairement à vous, je ne suis ni idiot, ni égoïste, et je sais où se trouve mon intérêt à long terme. Le combat des grévistes y contribuent, puisque les vues qu’ils défendent de ce que doit être notre service ferroviaire en France correspond au mien.

          Je le rappelle : j’ai vécu la privatisation en Angleterre. Plus jamais ça. J’ai également eu quelques retours de celle ayant eu lieu aux Pays-Bas. Si vous saviez… vous trouveriez la SNCF fantastique, malgré les sabotages récurrents dont elle fait déjà l’objet depuis quelques décennies.

          • Waren dit :

            Bonjour,

            Vous avez vécu avec horreur la privatisation du chemin de fer en Angleterre; j’aimerai avoir votre avis sur celles que l’on n’évoque jamais: au Japon, au Brésil, en Australie, au Canada, etc.

        • DAvid dit :

          J’adore le  » petit bonheur personnel « . C’est vrai qu’on est grave heureux. Y’a pas à dire.
          C’est d’ailleurs pas ces mêmes usagers qui se plaignent jours et nuits que la SNCF ne fonctionne pas correctement ? Alors maintenant qu’on veut améliorer les choses et combattre le fait que ça empire, on nous le reproche ?
          On ne demande pas à bosser moins, gagner plus, avoir plus de congés et partir plus tôt, on demande à ce que nos conditions de travail reste les mêmes, et qu’on n’empire pas ce qui est déjà difficile.
          Je pense sincèrement que nous ne pouvons plus rien pour vous, pauvres usagers, qui ne savent faire qu’une seule chose, suivre ce qu’on leur raconte bêtement les médias et autres politiques complètement corrompus.
          Oui, je me sens concerné par la période de crise, oui, je sais qui sont les responsables. Certainement pas nous, pauvres employés d’une entreprise qui sombre pour faire plaisir aux capitalistes et autres financiers prêt à faire de l’argent sur le dos et la vie de passagers du ferroviaire.

      • Jul dit :

        Bonjour Sylvain,
        Je vous reconnais d’essayer d’être pédagogue en expliquant vos soucis d’amplitude horaire… Je suis cependant d’accord avec Deborah, il existe de nombreux métiers avec ce type d’horaires et vous oubliez de préciser combien vous êtes payé lorsque vous effectuez ces horaires « décalés »… Bref, n’essayez pas de nous faire pleurer sur votre sort… Etant utilisatrice du tristement célèbre RER D en Ile de France, je subis QUOTIDIENNEMENT (et j’insiste sur le quotidiennement qui n’est malheureusement pas exagéré)des annulations/retards…etc. J’ai donc une dernière suggestion pour vous, si un jour vous en avez l’occasion (lorsque vous serez à la retraite à 61,5 ans), essayez de prendre le RER D 2 fois/jour pendant une semaine, vous comprendrez peut être mieux pourquoi une partie des usagers, qui paye son abonnement et pour le coup n’a pas le choix pour se déplacer, est contre vous et ne vous soutiendra pas dans votre mouvement social.

        • Sylvain Bouard dit :

          J’ai été voyageurs quotidien sur l’étoile de Lyon pendant 5 ans. C’est là que j’ai eu envie de savoir ce qui se passait dans les coulisses. C’est un peu ce qui m’a donné envie de rentrer à la SNCF. C’était pas facile tous les jours mais loin d’être un calvaire.

          Sinon, j’ai déclaré 22211€ pour 2013.

  31. Christophe dit :

    Ne nous trompons pas de cibles. Les cheminots ont des avantages? oui! Mais comme beaucoup de salariés ou d’artisans.
    Le problème, c’est que nous ne voyons pas ce que nous possédons mais n’avons qu’une idée, observer l’autre.
    Nous pouvons supprimer tous les « avantages » des cheminots. Et après?
    Est-ce que cela va changer le monde?
    L’argent existe, mais le temps passant, il est moins bien distribué.
    Les médias incitent à casser du cheminot, cela permet de cacher la réalité. Les retraites de certains politiques beaucoup plus intéressantes dans les conditions d’obtention que celle des cheminots. Nous pouvons discuter mais à quoi bon. Chacun est persuadé d’avoir la vérité.

  32. Greg dit :

    Juste un petit message a l attention de Sylvain Bouard pour te remercier d expliquer avec calme et pédagogie les tenants et les aboutissants…
    J ai essayé, plein de fois, mais au bout du compte je dois avouer avoir laché l affaire.
    Un cheminot reconnaissant

    • abre los ojos dit :

      il faut aussi remercier Rue 89 de nous avoir permis de découvrir ce blog .

      Sans être pro ou anti SNC, on sent bien l’acharnement et le travail de sap effectué par les principales chaines et radios d’informations pour orienter l’opinion contre les salariés de la SNCF .

      C’est une information exclusivement à charge qui ne laisse malheureusement pas la possibilité aux gens de se faire une véritable opinion fondée sur des points de vues concrets .

      Le cheminot revendicateur est systématiquement présenté comme un type agressif n’ayant appris qu’un mot de vocabulaire ; grève .

      je ne suis qu’un usager épisodique de la sncf . Ces derniers temps, j’ai cependant eu le sentiment que la réputation de ponctualité qui collait à la sncf se déteriorait . La faute à qui ? certainement pas aux conducteurs de trains qui pour le plaisir s’amuseraient à ralentir leur machine ?

      je remercie en tous les cas Monsieur Bouard pour son blog qui donne l’opportunité de se faire sa propre opinion sur le travail à la SNCF .
      Libre après à chacun d’être pour ou contre cette grève .

      ce site a le mérite de donner une autre version des faits .

  33. Seb dit :

    « Toutes les évolutions technologiques permettent de faire plus de boulot, donc plus de richesse, avec moins de bras. »

    La nous sommes d’accord. L’innovation technologique permet de faire plus de boulot avec moins de bras. L’objectif n’est pas de diminuer le travail, mais de l’orienter vers d’autres secteurs laissés de côté. Et pas de produire plus de richesse en travaillant moins.
    Si tout le monde voulait être mieux payé en travaillant moins, je sais pas où on en serait, c’est un état d’esprit qui m’horripile !

    • Sylvain Bouard dit :

      Moi, ce qui m’horripile c’est qu’on puisse considérer le travail soit l’alpha et l’omega de certaines. Dieu sait que j’adore mon boulot mais si j’ai moyen de réduire ses contraintes voir son temps, je prends.

    • Gemini dit :

      Pourquoi tenir absolument à faire du travail l’alpha et l’oméga. Une fois que l’on a assez pour vivre, pourquoi ne pas justement en profiter pour vivre réellement et pleinement sa vie ?

      En quoi est-ce que produire toujours plus nous rendra plus heureux. Au delà des besoins de base, rien ne nous rend plus heureux qu’une vie socialement riche, pleine de sens.

      Votre vie est-elle si triste et plate pour que vous n’ayez que le travail pour remplir celle-ci ?

      Attention, je ne parle pas forcément d’être payé plus pour travailler moins (et encore, pourquoi pas. Si je produis deux fois plus dans le même temps, pourquoi ne serais-je pas payé deux fois plus ; nous pourrions donc dire que je travaille moins, disons suffisamment pour produire 1,5 fois plus et serais bien entendu payé 1,5 fois plus également. En quoi cela serait-il choquant ?), mais bien, finalement, du sens à donner à nos existences.

      Pour résumer, finalement, pourquoi cela vous horripile-t-il ? En quoi est-ce que le fait de juger que nos besoins sont satisfaits, que nous sommes déjà heureux comme cela, qu’il n’est donc pas nécessaire de travailler plus, que, hausse de la productivité aidant, nous pouvons même travailler moins pour le même résultat, serait-il mauvais ?

      Cela me semble au contraire très positif. Le travail n’est qu’un moyen pour répondre à nos besoins. Pas une fin en soi.

      • Nunue dit :

        Je n’aurais pas pu mieux le dire que vous, le travail est un moyen pour vivre, s’il n’y en a pas assez il doit être partagé, on va pas se plaindre non plus.

        C’est incroyable ces personnes qui pensent encore qu’on doit « créer de l’emploi ». Est-ce qu’on se crée de la vaisselle à laver, ou de la poussière à essuyer quand y’en a plus chez nous ? Bah non on fait des trucs cool à la place.

        Sinon merci pour ces explications, je soutiens moralement votre mouvement. Si tous avaient votre courage, on ferait un peu plus bouger les choses certainement.

        Bonne continuation et je l’espère réussite.

    • DAvid dit :

      Bah, c’est que c’est un patron, qui ne pense qu’a son profit et celui de son entreprise. Gagner plus pour investir plus et se développer plus pour gagner encore plus.
      C’est les gens comme lui, qui détruise nos emplois et s’attaquent à notre réglementation du travail qui nous permet tout juste de vivre.

      • DAvid dit :

        J’aime bien le  » pas de diminuer le travail, mais de l’envoyer vers d’autres secteurs  » Quels secteurs au juste ? ANPE ?

  34. alex dit :

    pour ma part, sylvain, je suis tout à fait de ton coté… Même si je suis un utilisateur de la SNCF (en fait, je dois même aller sur marseille samedi prochain avec mon gamin de 3 ans pour l’amener à mes beaux parents… donc j’espère qu’il y aura une sortie de crise d’ici là…
    mais j’ai donc la « chance de ne pas être utilisataur quotidien de la SNCF.
    Clairement, la SNCF joue le jeu coté communication envers le grand public pour être la « pauvre victime » de ses employés grévistes… car effectivement, elle sait depuis une semaine avant qu’il y aura grève mais ne communique pas dessus, bien souvent ce sont les syndicats qui communiquent aux médias les grèves à venir…
    clairement, les médias ne rapportent pas le pourquoi de cette grève, ils préfèrent s’attarder sur les perturbations engendrées, les râleries des utilisateurs et tous les désagréments engendrés par la grève, car c’est bien plus vendeur et le commun des français a tellement tendance à râler sans savoir qu’ils adhèrent bien plus facilement au discours des médias comme cela…

    ton blog est réellement intéressant et rien que cet article explique bien des choses. Encore une fois, nos dirigeants, qu’ils soient de droite ou de gauche se fondent sur des théories et non sur du réel et de l’expérience pour nous pondre des réformes bien pourries… qui ne vont pas dans le bon sens…

  35. Olivier dit :

    Même si je râle je reconnais à Sylvain le mérite de faire le travail pédagogique qu ni la SNCF ni les syndicats ne paraissent savoir faire… ou vouloir faire ?
    Bon allez un dernier grognement pour la route: il est 22h et on ne connait toujours pas la grille horaire pour demain. Mais bon c’est pas grave, on est usagers, déjà qu’on a droit à rester debout un lundi normal entre Bourg et Lyon (pour cause de suppression d’une rame – allez savoir pourquoi), demain ça va être le far west à la gare. Allez, bonne nuit !

    • Sylvain Bouard dit :

      Il est vrai que ça commence à être tendu pour les précisions de trafic. Ma femme a abandonné le train. Heureusement, elle ne fait que Vonnas-Polliat.

  36. Maryvonne dit :

    Merci Sylvain pour vos explications et félicitations pour votre patience et votre courtoisie dans les réponses que vous faites à ceux qui vous commentent .

  37. jennyfer manas dit :

    Fasciné, par ce qu’on appelle: « les informations » médiatiques ou l’on a des gens qui ont le sentiment d’être à la page voir au dessus d’ignares cheminots ou autre sous prétexte qu’ils s’informent..qu’ils s’informent ??non que lon informe..car s’informer c’est déjà aller chercher l’info et pas prendre argent comptant celle que l’on veut bien nous donner.ce qui est incroyable c’est qu’en somme on se retrouve avec des convaincus peu convaincants qui ne sorte des phrasés du chapeau hors contexte dénué de sens et…comme dirait coluche « ils se croient honnêtes ces cons la!! » aller pas de haîne,je sais que vous travaillez beaucoup… mais svp donnez vous de la peine à reflechir..

  38. Patricia dit :

    Merci pour cet article, Sylvain.

    En tant qu’usagère du train et des transports en commun terrestres en général (je n’ai pas de « bagnole »), je soutiens les cheminotes et les cheminots en grève.

  39. c clabaut dit :

    j’ai lu avec attention ce post
    je n’ai rien à voir avec la sncf, hormis d’être un voyageur régulier (pour le travail ou les loisirs).

    Au delà de toute expérience (les français aiment râler après la sncf, air france etc), il y a surtout un truc que je retiens de ce post c’est la conclusion :
    « La compétition entre travailleurs, c’est à dire la mise en concurrence des pauvres entre eux, est ce cela que nous voulons ? »

  40. J’ai trouvé le lien vers votre site sur « Arrêt sur images », avec le conseil suivant:
    « Alors lisez simplement ce post de blog d’un cheminot (eh oui, mauvaise nouvelle, il y a des cheminots qui bloguent) et si vous le pouvez, faites-le passer à Aphatie. Même lui ne pourra pas faire semblant de ne pas comprendre. »

    En effet, si la presse (tous médias confondus) faisait son boulot, c’est par elle qu’on aurait appris tout ça. Heureusement qu’il y a des blogueurs pour mettre en évidence cette énorme carence en vrais journalistes, et pour y remédier.

    Votre texte est particulièrement limpide et convaincant. Merci!

  41. Memphis Harrison dit :

    Merci Sylvain Bouard de prendre votre temps pour répondre et argumenter car à la vue de certains commentaires, garder son calme ne doit pas être évident.

    (Je tiens à préciser que si je ne porte pas la SNCF dans mon cœur, c’est le cas du service public).

    Quant à ceux pour qui le travail est une fin en soi, je leur laisse cette conception de l’existence, elle fera sans doute des ravis.

  42. DonJuan_dvro dit :

    Merci de remettre les pendules à l’heure, je ne suis ni cheminot, ni proche de cheminots.
    Il me semblait que la règle entre 2 postes dans le privé était au minimum 11h, on vous propose pire oO ?!

  43. Juste une petite remarque: vous dites que si les cheminots font grève au lieu d’utiliser d’autres moyens, c’est parce que la grève est le seul moyen légal. Or, la grève était un moyen illégal. Et elle le serait restée si des ouvriers n’avaient pas pris le risque de l’illégalité. Voire de la mort (ce que je ne vous conseille pas) car la troupe tirait sur les grévistes, sur ordre du gouvernement.

  44. Deunsatgnes dit :

    Triste pays où on s’en prend à des gens qui ne gagnent pas tant que ça et où les puissants détournent des millions sans que cela ne fasse réagir plus que ça. Le jour ou la grève sera considérée comme anormale dans notre pays (un grève n’est pas faîte pour donner du plaisir mais pour faire pression), ne venez pas pleurer parce que vos gosses iront bosser pour un smic (si toutefois celui-ci est maintenu) avec juste le droit de la fermer. Ne venez pas pleurer lorsque vous serez dans un train et qu’au détour d’un aiguillage, vous irez vous fracasser contre une gare pour des boulons mal serrés.
    Je ne suis pas fonctionnaire, je travaille dans le privé, je gagne pas trop mal ma vie, et je ne suis pas jaloux du gars ou de la femme qui gagne plus que moi ou a plus d’avantages que moi: TANT MIEUX POUR LUI! Par contre quand je vois des Balkany, Tapis, Cahuzac qui se servent dans les caisses, et qu’il y a des années (des décennies)que cela dure sans vous émouvoir plus qu’un cheminot qui va revendiquer, là, je me dis qu’en son époque les Montesquieu, Montaigne avaient bien raison: nous sommes indécrotables.
    Bonne chance à vous Sylvain Bouard pour votre combat. Vous êtes les derniers qui puissent encore défendre les services publics tels que nos parents les avaient imaginés. Cela sera dure car les Français ne regarde plus la justesse de vos revendication, mais ce que vous pouvez avoir de plus qu’eux.

  45. docteurmathieu dit :

    C’est une tentative courageuse d’expliquer pourquoi vous faites grève, mais ça ne tiendra jamais face à la plupart des français qui subissent les conséquences : vous avez vu les embouteillages générés par votre décision ? Quid de la femme en train d’accoucher, des camions de pompiers bloqués etc. ? Des conséquences VITALES : pas de simples « désagréments » !

    Comment justifier cela face aux autres salariés du public, par exemple les infirmier(e)s qui ont également subi des « restructurations » pourries mais qui n’ont JAMAIS cessé de bosser ?

    Désolé mais votre rapport de force contre le gouvernement va se retourner contre vous, vous allez perdre.

    Bon courage face aux hordes qui vont déferler sur ce blog, je doute que mon message soit lu dans la masse.

  46. Un usager dit :

    Merci de prendre la peine d’expliquer cette grève… Mais pourquoi l’usager doit-il encore aller à la pêche aux informations pour en savoir plus alors qu’il doit déjà faire de même pour prendre les transports ?

    Vous allez me répondre :
    Car nous n’avons pas les moyens de communiquer efficacement.

    Et bien j’ai déjà un début de réponse :
    Je connais des agents SNCF, qui sont des amis mais qui connaissent aussi le fond de ma pensée sur le sujet.
    Quand il y a une grève, ils sont chez eux, ils vont faire des courses ou partent se balader.
    Au lieu de faire tout ça, ils pourraient être présents pour expliquer aux gens les raisons de cette grève, ne pensez-vous pas ?
    J’ai voulu prendre le RER ce matin : aucune info, aucun agent, personne de la SNCF. J’ai pris ma voiture, j’ai « juste » eu un peu de retard.
    Ce retard, je vais le compenser sur mon temps de famille, sur mon temps libre (vous savez, cette chose que vous dîtes défendre).

    Comme je le dis à mes amis, la SNCF est quand même composée d’un paquet d’enfants gâtés accrochés à leurs sacro-saints privilèges. Je ne dis pas qu’il faut niveler les acquis sociaux par le bas mais s’il y a des sacrifices à faire, autant que ce soit partagé (et je place les politiques en tête !).
    Là, étant quand même bien renseigné sur le sujet, je ne connais aucune autre profession du secteur publique qui a autant d’avantage.

    Savez-vous qu’un de mes amis conduit des trains quand il y a des travaux ?
    Sa mission consiste à se déplacer sur les lieux de travaux puis de dormir, lire, faire des mots croisés,… (il doit être en état de repartir)… Et c’est tout. Il est parfaitement conscient qu’il a une planque et qu’il profite des avantages en sachant très bien que ça prendra fin un jour ou l’autre. En attendant, il prépare déjà sa reconversion car il a énormément de temps libre pour mener en parallèle une activité annexe.
    Il fait grève uniquement pour pas se mettre ses collègues à dos (il y a une pression assez forte sur le sujet) mais c’est tout.

    Vous voulez des actions plus efficaces que la grève ?
    1- Aucun contrôle dans les transports, donc gratuité. Il suffit pour cela que les contrôleurs uniquement fassent grève et que le reste de la masse salariale s’acquitte de ses missions.
    2- Au lieu de prendre en otage des gens qui passent des examens ou des travailleurs (qui n’ont pas la sécurité de l’emploi), attaquez-vous réellement aux responsables. Allez bloquer devant Matignon, l’Elysée ou l’Assemblée Nationale, voire même Bruxelles (le transport ne vous coûte rien en plus).
    3- Informez réellement les gens

    Bref, mettez-vous la population dans la poche plutôt que de l’avoir contre vous.

  47. Nanaud dit :

    Salut,

    J’ai lu attentivement cet article et même si à la base j’étais évidemment un peu agacé, subissant les conséquences de cette grève, il m’aide à mieux comprendre la situation et à voir que vous n’avez pas d’autres moyens pour vous y opposer (ce qui part ailleurs est dommage car dommageable envers ceux qui ne sont pas responsables).

    Donc même si cela porte préjudice à des personnes comme moi ou à ceux qui passent leurs examens, je souhaite à tous les cheminots d’être entendus car en plus c’est aussi en partie nos intérêts que vous défendez.

  48. Gaëtan dit :

    Voilà le monde dans lequel on vit, un monde dirigé par l’argent, la puissance des fortunes et des grands patrons.

    Et vous humbles cheminots qui tentez de vous ériger contre eux, vous voilà pris à parti par vos collègues concitoyens.

    Voilà où l’individualisme franco-français nous mène, à une victoire certaine des grands patrons. Nous nous faisons broyer quotidiennement par ces re-négociations qui ont toujours pour but de faire gagner plus d’argent… aux entreprises et je trouve bien dommage que les citoyens non concernés n’y voit que leur petite personne, leur train manqué, leur désagrément quotidien.

    C’est cette individualisme qui rendra le travail de pire en pire dans notre pays et qui permet aux entreprises de passer tout et n’importe quoi.

    En tous les cas, bon courage dans votre combat, SNCF et RFF n’est qu’une fumisterie depuis le début, et on continue dans la débilité avec cette nouvelle « fusion »…

  49. domlan dit :

    Ce que je comprends en lisant ces discussions qui suivent l’article très explicatif, c’est que la vraie chose à regretter c’est qu’il n’y ait pas du travail en usine aux 3/8 sans retraite ni avantage pour tout lem onde.
    Quel dommage, vraiment, qu’il n’y ait pas suffisamment de ces places convoitées et enviables, celles de la pénibilité maximale du travail…
    Si c’était le cas, on n’aurait plus à subir cette culpabilité handicapante qu’on a dès qu’on travaille autrement et ailleurs, dès qu’on touche plus de la moitié du SMIC… (ah non, c’est vrai, les 439 euros d’un RSAste c’est 439 euros qu’il coute en trop, en vivant aux crochets du contribuable… Vous voulez qu’on parle des intérimaires aussi, ces nantis ? Ou pire, les intermittents du spectacle, ces salauds profiteurs qui détournent tout l’argent qui pourrait aller pour la promotion des emplois de l’usine… ceux qui travaillent 10 jours et vont se dorer la pilule au soleil pendant que les gens normaux vont sans broncher à l’usine faire les 3/8… Ce sont ces travailleurs d’usine les vrais privilégiés en fait !
    Ils prennent en otage les emplois à l’usine, c’est intolérable. Je dis qu’on devrait les virer de leur job pour le donner à d’autres.
    Et les autres métiers, des robots, ça irait bien.
    Quoi, on en fait déjà des robots ?
    Bah… tant mieux non ?

  50. Zoe Kemben dit :

    Merci Sylvain Bouard d’expliciter les enjeux sans agressivité.
    On souhaiterait que les commentaires partagent votre calme et votre précision.
    Merci à Arrêt Sur Images d’avoir cité votre blog.
    Faire plier la loi du profit au profit de l’Homme, c’est notre responsabilité à tous ! Courage et ténacité !

  51. emma dit :

    Merci pour ce post, bien expliqué. Bon courage à vous, vous avez tout mon soutien!!!

  52. Sophie dit :

    Bonjour Sylvain,

    Je vous remercie pour votre post. Depuis la semaine dernière, comme beaucoup d’usagers des transports en commun, je subis la grève de la SNCF et je suis passée de 3 heures de trajet par jour à 5 heures. Dans ces conditions, et sans comprendre le contexte de ce mouvement social, j’avais l’impression que vous vous torpilliez et j’étais en colère. Vous lire a apaisé ma vision, je comprends mieux votre mouvement et je le soutiens. Et j’ai enfin l’impression que la perte de confort que je vis actuellement a un but, ce qui est réconfortant.
    Bref, merci.

  53. barat dit :

    Bon courage

  54. GSD dit :

    Bravo pour votre article. J’ai appris bien des choses sur vos conditions de travail, qu’effectivement, les médias friands des « usagers pris en otage » s’étaient bien gardé de me confier. J’ai pris le train quotidiennement, de Toulouse à Carcassonne durant des années, et dieu sait si j’ai pu pester contre vous (retards, grèves, arrêts pour cause de suicides inopinés ou de vol de métaux sur les caténaires etc). Maintenant, je comprends mieux. Vous devriez davantage communiquer auprès de vos clients. Je veux dire : à grande échelle. En ce qui concerne les commentaires qui attaquent votre point de vue, je constate, comme disait ma grand-mère, que « lorsqu’il n’y a plus de foin dans l’écurie, les chevaux se battent ». C’est ainsi que les vrais privilégiés parviennent à faire en sorte que des pauvres se battent contre d’autres pauvres… Cordialement.

    • Yann dit :

      Je suis complètement d’accord avec le commentaire de GSD, il serait essentiel que les syndicats représentant les salariés SNCF progressent en communication externe.
      Vous avez une grosse marge de progression, ça peut passer par des actions toutes simples. Il y a bien un ou deux Community Managers de la SNCF qui sont en grève également et qui pourraient vous aider à monter un plan com’ pour expliquer les motivations de votre grève, à la fois sur les médias nationaux, les réseaux sociaux, … ?

      De la part de la SNCF, il serait également fair-play d’utiliser leurs comptes Facebook/Twitter pour mettre au courant leurs utilisateurs des revendications que vous portez (même si c’est dans leur intérêt que lesdits utilisateurs n’en sachent rien et vous dénigrent injustement).

      Enfin comme d’hab, la communication c’est le nerf de la guerre…

  55. Stef dit :

    Moi je travaille dans la fonction publique comme contractuel dans un établissement scolaire et je peux vous assurer que la misère n’épargne plus aucun secteur. Que ce soit dans la mise en œuvre des programmes, les temps partiels subis, les déplacements dans plusieurs établissements, des classes surchargées, etc. rien n’arrête l’employeur ( les Rectorats )pour essorer à moindre frais des salariés précaires. Car évidement ce qui compte pour un « simple » gestionnaire c’est avant tout de boucler son budget et rentrer dans sa dotation horaire.
    Il ne faut pas s’étonner pour voir la qualité de l’éducation dégringoler ( classement PISA ) ou en plus le recrutement par concours chute de façon vertigineuse.

  56. Al dit :

    Merci pour ces précisions. Tout ce qui va dans le sens de l’information est le bienvenu.
    Je suis moi-même usager et touché par ces grèves, et je suis content d’enfin savoir ce qui est en jeu.
    Pour info, je suis arrivé ici grâce à @rrêt sur images : http://www.arretsurimages.net/breves/2014-06-16/SNCF-la-greve-expliquee-a-Aphatie-id17573

  57. Camille dit :

    Eh bien ! J’ai appris grâce à cet article beaucoup plus qu’avec les journaux ces derniers jours ! C’est dingue comment les médias désinforment de manière quasi-systématique !
    Étudiante, je n’ai pas à passer le bac cette année et je plains ceux qui sont dans ce cas, malgré les mesures mises en place par la SNCF. Mais après tout, vous avez tout à fait le droit de faire valoir le droit de grève, je ne comprends même pas pourquoi ça vous est reproché. Ce terme de « prise en otage » me révolte, c’est à croire que vous devez tout encaisser pour que d’autres puissent aller à leur travail. La solidarité ne va que dans un sens j’ai l’impression 😉
    En tout cas, je diffuserai votre article autant que possible car il est temps que l’on soit réellement informé de vos motifs de grève. Bonne journée à vous, bon courage !

  58. Patrice dit :

    Bonjour. Un paragraphe me gêne. Celui sur le temps de travail. Il laisse supposer que 11 ou 12 heures de travail consécutives deviendraient la « norme ». Vous oubliez de rappeler que dans ce cas, vous ne travailleriez que 3 jours dans la semaine, le reste étant des repos. Ce type de rythme existe dans d’autres professions depuis longtemps, je pense à l’aérien. En quoi exactement est-ce un problème?

    • Sylvain Bouard dit :

      Le problème c’est d’avoir « les yeux en face des trous » pour assurer un bon niveau de sécurité. En plus, c’est sans compter que, l’on est déjà dans un nombre d’heure lissé sur 6 mois. On pourrait donc nous faire faire des semaines énormes à certaines périodes.

    • michel dit :

      Non car durée du travail annualisee
      et dans la réglementation SNCF on a droit à 116 repos et 10 rm (repos 35 heures que l autonomie ntrreprise nous net ou elle veut…) par an pas un de plus
      les seuls repos supplémentaires peuvent être déclenchés siu travail effectif entre 00h30 et 4h30 a partir d un certain seuil…

  59. Vince dit :

    ==> Vivement que le transport ferroviaire soit ouvert à la concurrence. C’est la seule issue pour que des nantis bénéficiant d’avantages que les pauvres travailleurs du privé ne connaissent pas ne soient plus en position de bloquer un pays déjà exsangue. Je n’en suis pas certain à 100% (on perd un peu la trace des grèves à la SNCF _qui devraient d’ailleurs être inscrites dans l’objet social tellement cela ressemble à l’activité principale!) mais il me semble bien que lors de la scission SNCF/RSF, il y avait déjà eu des grèves. Des grèves pour, des grèves contre, tant que l’on peut faire grève impunément, pourquoi s’en priver ?

    • Sylvain Bouard dit :

      Le privé, j’y ai passé 12 ans. Ce n’est pas pire que la SNCF en terme de conditions de travail et mieux en terme de rémunération.

  60. Shamraev dit :

    Pour 1€ cotisé par un fonctionnaire de la SNCF il lui sera redistribué en moyenne 3,5€ à la retraite. Pour un cadre moyen du privé, pour 1€ cotisé il touchera 1,1€ à la retraite. Pour un ministre on monte jusqu’à du x8. Les retraites du publique sont financés par les retraités du privé. Les droits des travailleurs du privé chutent de manière exponentiel pour maintenir les acquis des fonctionnaires. Sauf que quand un ouvrier dans une entreprise agroalimentaire (par exemple) fait grève cela ne change rien à la vie des autres et il est très facilement remplaçable. Regardez combien est ponctionné aux salariés du privé pour faire vivre cet ogre de l’administration publique. Sur 100€ du budget de l’état 40€ partent dans les poche direct des fonctionnaires et de leurs caisses de retraites ou autres. Arrêtez de vous plaindre ! Lorsque l’on va libéralisé un peu tout ça on verra ce que les consommateurs préfèrent : une sncf en grève avec des retards constant (qui s’accumulent à 600 jours par an) et où le service est déplorable ou une société privé qui sait que si elle ne satisfait pas son client ils iront voir ailleurs ? Stop au monopole de la SNCF (regardez ce qui s’est passé avec le corsica ferry, tout le monde préfère voyager avec la compagnie italienne maintenant).

    Si on me dit que le privé ne saura pas faire mieux que la SNCF, regardez le modèle japonnais où cela a été totalement libéralisé il y a 30 ou 40 ans !

    • Sylvain Bouard dit :

      Comparer un non-cadre avec un cadre c’est comparer deux modes de calcul de retraite qui n’ont rien à voir. Pour le privé, si on dit que ça ne marche pas mieux, c’est parce qu’on voit déjà circuler le fret privé depuis une dizaine d’années. Ils nous piquent des marchés, que l’on récupère généralement quelques mois après. Leur part dans le fret ferroviaire plafonne déjà.

    • Lolo dit :

      Eh bien si ce que vous dites est la vérité je suis 100% d’accord avec vous.

  61. vevegely dit :

    Pourquoi ne faites vous pas la gréve du « ZEL » en mettant la gratuité sur tous les tronçons au lieu de bloquer les trains?.
    Cela aurait au moins l’avantage d’être apprécié des usagers,au lieu de ce les mettre à dos !!

    • Sylvain Bouard dit :

      Lire le droit du travail. Si un salarié est au travail, il doit le faire selon les prescriptions de son employeur sinon c’est une faute qui peut mener à sanction ou licenciement.

    • Shamraev dit :

      Ah bah non faudrait bosser ! Les contrôleurs qui ne faisait rien c’était il y a 10 ans.

  62. Max usager dit :

    Bonjour sylvain,

    Bravo pour ce blog, cette volonté de vulgarisation bienvenue, et ton calme dans tes réponses.

    Il me semble que si l’alignement de tous sur les conditions de travail les pires n’a pas de raison d’être en soit, je me pose quand même la question de la viabilité du fonctionnement de la SNCF et de RFF aujourd’hui. Si c’est un service public il faut accepter que la rentabilité du système ne soit pas recherchée en tant que telle. Toutefois, comme dans le privé, il y a un moment ou l’intérêt général, vu le contexte, c’est quand même de chercher à baisser les coûts, s’ils ne sont pas absolument nécessaires (pour éventuellement que l’État agisse ailleurs?). Après, les solutions proposées ne sont peut être pas les bonnes, mais il me semble que l’argument de la préservation des acquis sociaux pèse peu face à la faillite de l’économie française…

    Autre question : la rumeur dit que, comme dans les hôpitaux, la première condition de la sortie de gréve c’est le paiement des jours de grève, ou leur imputation sur des réserves de jours (?) quasi illimités? Qu’en est il exactement? les gréves ont elles un impact sur votre salaire en fin de mois?

    Merci !

    PS : il me semble que globalement la SNCF fonctionne bien, et malgré quelques retards ou difficultés coordonner un réseau comme celui ci sur un territoire comme le notre est une vrai gageure. je suis sur que le niveau de service d’entreprises privées serait très en dessous…

    • Sylvain Bouard dit :

      Après, on peut discuter de la réalité et de la légitimité de la dette mais c’est un autre sujet et on n’en finirait plus.

      Je n’ai que 5 ans de boîte et on m’a toujours retiré mes jours de grève jusqu’au dernier centime sans aucune étalement. Pire, on me compte mes repos pourtant déjà prévu dans les jours de grève si je ne reprends pas le boulot avant. Exemple, je suis en grève depuis Mercredi et j’étais prévu de repos Samedi et Dimanche. Ces repos sont ceux prévus dans mon roulement de l’année, que j’ai reçu en Septembre dernier. Eh bien par un jeu réglementaire que je n’ai pas compris, vu que je ne suis pas retourné au boulot Vendredi, la SNCF me compte Samedi et Dimanche comme des jours de grève et me retire donc deux trentièmes supplémentaires alors que, de toute façon, je n’aurais pas bossé ces deux jours.

      Voilà la réalité sur les jours de grève.

      • Stephane dit :

        Parcequ’en plus il faudrait que vos CP vous soient payés alors que vous êtes en grève ?! Faut vraiment avoir les bollochs bien accrochées pour la sortir sans perdre une dent celle-là !

        • Sylvain Bouard dit :

          Non, je ne parle pas de mes congés payés. Je parle de mes repos. Ca correspond à ton weekend. Je ne vois pas pourquoi ce serait compté en jour de grève dans la mesure où ce sont des jours qui ne seraient de toute façon pas travaillés.

  63. Citoyen dit :

    La pension moyenne servie aux 168 132 cheminots retraités (droits directs) est de 1 620 € par mois. Dans le secteur privé, la retraite moyenne d’une personne ayant eu une carrière complète est de 1465 €. Ces deux nombres relativement proches ne suffisent pas pour évaluer l’équité du système de façon objective. Le Sénat a donc cherché à savoir quel est le taux de rendement des différents régimes de retraite, ou combien rapportent par an les sommes que les salariés et leurs employeurs auront placées en vue de la retraite.

    Taux de rendement annuel des cotisations retraites
    Privé de 2,0 à 2,1% selon les cas
    SNCF de 2,6 à 3,0% (départs à 60 ans)
    SNCF de 3,8 à 4,8% (départs entre 50 et 55 ans)

    Sur des durées de 30 à 40 ans, cela mène à des écarts considérables. Ceci est confirmé par dans son étude du cas d’un cheminot :
    – qui aurait travaillé et cotisé 32,5 ans
    – avec un salaire de 4997,22 € par trimestre
    – la pension calculée est de 4997,2€ * 32,5*2% = 3248,19 € soit 1082,73 € par mois Si cette personne avait travaillé et cotisé sur la même période dans le privé le montant de sa retraite aurait été 550 € soit 2 fois moins.

    Une fois à la retraite, le mode d’indexation SNCF est aussi très favorable. Sur les 15 dernières années, les retraités du privé ont à peine compensé l’inflation alors que le pensionné SNCF a lui vu son allocation augmenter de 45 % soit 20 % de plus que l’inflation.

  64. John dit :

    Ce que je ne comprend pas surtout c’est pourquoi pénalisé les usagers , vos clients faut il le rappeler.

    Il y aurait des moyens qui vous permettrez d’avoir du soutien comme arrêtez les contrôles, laisser grand ouvert les portes d’accès peut être que la ce bougerait plus au vu de l’argent que cela ferait perdre.Mais non vous préférez faire pâtir tout le monde et vous attirez la grogne des usagers.

    • Sylvain Bouard dit :

      Ouvrez un code du travail. Si un salarié est à son poste, il doit faire son travail en suivant les ordres de son employeur sinon c’est sanctions ou licenciement.

      • john dit :

        En gros vous préférez déranger tout le monde depuis des jours pour vos petites personnes parce que on le connait le  » c’est pour assurer un service pour tout le mode  » mais la vous assurez rien du tout mais sans risquez votre peau bonne mentalité.

        Je pense que le jour ou le privé arrivera dans vos secteurs vous vous mordrez les doigts

  65. l aigle de la route dit :

    Juste pour signaler que En 1997 j ai fait 3 semaine de greve pour ne pas scinder la sncf en deux!!!!!!!
    ils l ont fait les soi disant matière grise et j avais raison moi ouvrier de base qui ne pense pas
    aujourd hui on me dit qu il faut refaire une entreprise intégré ????

    on me prends pour un con la ou quoi

    une entreprise intégré avec 3 drh???

    je veux une vrai entreprise intégré !!!!!

    deux gros soucis a notre époque -on ecoute plus les gens de la base car on est persuadé que le management des écoles marchent
    -les cons qui ne pensent plus qu a regarder la tele

  66. Big Billou dit :

    Merci pour l’effort pédagogique. Dommage que beaucoup ne comprennent pas que cet article n’a pas vocation à alimenter la polémique ambiante… Car le fond est bien là, comme toujours monter une catégorie de la population contre une autre, diviser pour mieux régner. Ce n’est pas en enlevant les privilèges de certains que d’autres se sentiront mieux et ce n’est pas en nivelant par le bas qu’on s’élève. Les cheminots ont un problème à régler avec leur direction et leur avenir, je dirais que c’est leur affaire. Mais leur grève pose problème aux autres qui doivent s’organiser dans le meilleur des cas,… ou subir dans le pire des cas. Comme beaucoup l’ont dit avant, une autre forme de protestation aurait pu avoir un impact positif sur la population (grève de la pince par exemple…), à réfléchir pour l’avenir !

  67. Citoyen dit :

    En ce qui concerne l’infra, pour bien connaitre le sujet, les réseaux sortis du RFN comme le réseau portuaire, fortement circulé et par des trains lourds, arrivent à entretenir leurs voies pour 2 à 3 fois moins cher que la SNCF en sous-traitant cela à Colas, ETF…

    Sans parler de la fuite en avant des coûts du TER où l’indexation de la subvention d’équilibre est bien supérieure à l’inflation générale. Les régions de droite ou de gauche représentées par l’ARF n’arrivent plus à comprendre pourquoi ce service coûte si cher et parlent de fuite en avant inexpliquée. C’est bien la raison des projets « transparence » (transparence des coûts par poste) et « décentralisation » (l’activité TER est aux manettes des établissements et a les leviers).

    Je crois que certains cheminots ne s’en rendent pas compte mais les régions, les services de l’Etat, les clients… se désolidarisent de plus en plus de leur situation. Il est clair que les cheminots ne sont pas des nantis pour la plupart, mais c’est bien malheureusement le cas de beaucoup d’autres personnes. Or, l’argent étant une ressource malheureusement limitée, le coût d’équilibre de ce service est fortement porté par le contribuable. C’est autant d’argent qui n’est pas utilisé à d’autres fins.

    • DAvid dit :

      Et c’est surement pas le petit cheminot de base, qui est actuellement en grève et qui est à peine au dessus du SMIC qui doit coûter aussi chère aux régions et aux usagers.

  68. Stéphane dit :

    Merci pour cet article qui éclaire le point de vue que les médias s’obstinent à laisser dans la nuit, tout en faisant des « sondages » sur la compréhension que les usagers ont de la grève…
    De tout coeur avec vous.
    Un usager de la SNCF.

  69. mireille dit :

    Sylvain, je découvre ton blog grâce au site d’Arrêt sur image. Excellent site d’information qui permet aux ignorants plein d’idées reçues de voir l’info autrement et de se sentir moins bêtes ! Merci pour tes explications, pour moi c’est clair et je soutiens complètement ton point de vue. Ma sœur travaille à la SNCF, j’ai un peu d’expérience avec ce mode de transport, et je sens bien que tout ce qui se passe de mauvais dans ce secteur n’est pas dû aux agents, qui font ce qu’ils peuvent, mais bien à une organisation foireuse qui se généralise malheureusement dans tous les services publics !

  70. Jean dit :

    Bonjour,

    Je vois beaucoup de gens se plaindre de leur retraite, de leur salaire, de leurs heures de travail, des privilèges des uns et des autres mais pourquoi ne changez vous pas de métier tout simplement…
    Vous vous ventez de transporter en vie (ce qui est vrai) des gens mais à fortiori, mais vous l’avez choisi. Vous défendez vos privilèges ce qui peut être normal, mais ce que vous n’avez pas l’air de vraiment comprendre c’est ce c’est au détriment de l’intérêt général. Il semble que vous ayez oubliez depuis longtemps le terme de service public. Ca ne veut pas dire que vous devez être exploités non plus mais réfléchissez bien à ces termes.

    Ensuite, vous nous parlez de votre contestation sur la plan de réforme qui selon vous est inefficace (ce qui reste à prouver). Mais quelle est votre faculté/compétence/expérience sur le sujet ? J’entends aussi toujours cette défiance « prolo ». Mais pourquoi n’êtes vous pas à la tête du groupe/à votre compte/dans une autre société ? Il est toujours facile de critiquer et de faire grève et regardez ce qu’il se passe autours de vous (les gens). Il y a tout simplement un décalage que vous feignez d’ignorer en ressortant toujours les mêmes arguments.

    • DAvid dit :

      Vous avez l’air tellement sérieux. Faudrait peut etre vous rappeler que justement, les personnes qui décident et qui ont décidé de cette réforme, ce sont les mêmes qui ont décidé de celle de 97, du  » tout TGV « , de la privatisation du Fret. C’est exactement les mêmes qui disent amen à l’Europe libérale et qui ont filé 100 milliards d’euros pour sauver les banques sur le dos du peuple. C’est exactement les mêmes, qui depuis 2 ans, disent vouloir baisser le chômage et rééquilibrer la pays par la Justice.

    • DAvid dit :

      On ne se plains pas de notre retraire, de notre salaire ect ect. On donne la vérité sur des propos imaginaires dans la tête d’une grande majorité des gens.
      Oui, il y a surement des gros salaires et des gros privilèges pour certains employés de la SNCF, mais ça n’est surement pas le cas des personnes qui sont actuellement en grèves mais plus des hauts fonctionnaires de l’état et des cadres ( comme dans toutes entreprises privées ou pas )

      On ne défend pas nos privilèges, on défend nos acquis ! En quoi bosser 11h maximum par jours est un privilèges ? En quoi garder 52 repos doubles / par an est un privilège ? en quoi avoir un certain nombre de dimanche dans l’année est un privilège ?

  71. BebNet dit :

    Il y a quand même un truc qui m’échappe un peu, avec cette grève.
    Moi, si je fait grève pendant 6 jours, soit le quart du mois, mon salaire se trouvera amputé de 25%…
    Clairement, je n’ai pas les moyens ; Rien qu’à 3 jours, cela me ferait déjà mal au fondement.
    Il faut qu’on m’explique, là, ou alors vos jours de grève sont payés.
    Expliquez-moi, SVP

    • Sylvain Bouard dit :

      Non, ils ne sont pas payés. On se débrouille. On mange des patates. On serre la ceinture. On prends dans les quelques économies qu’ont peut avoir fait.

      • Fred dit :

        Je me souviens des 3 semaines de grève de 95 que mon père avait fait.
        Si je ne dis pas de bêtise il y avait eu un lissage sur plusieurs mois des jours non-travaillés pour éviter un salaire à 25% …

        Le pouvoir d’une grande entreprise et de ses syndicats quand ils sont bien utilisés.

        Je comprends les raisons de votre mouvement maintenant, mais ne comprends et n’admets pas du tout le comportement de certains de vos collègues (voir mon post -étalant un peu ma vie certes – plus bas.)

    • DAvid dit :

      6ème jours de grèves, C’est approximativement 500 euros de perdu par cheminot gréviste.

    • DAvid dit :

      Et non 6 jours de grèves, c’est pas 1/4 de salaire en moins puisque tu ne travailles pas 30 jours dans le mois mais 22 ( en moyenne ), mais bien 1/3 de salaire en moins.

  72. Soy dit :

    Bonjour Sylvain, merci pour cet article explicatif, ça fait du bien d’entendre un autre son de cloche ! Je suis une usagère ponctuelle de la SNCF et je soutiens à 100% votre mouvement.
    Cependant, à l’image de nombreux commentaires sous ce post et suite à de nombreuses discussions avec les collègues ou les amis, je constate qu’effectivement les raisons de cette grève sont toujours méconnues ce qui alimente le ressentiment de ceux qui en pâtissent.
    Vous expliquez que vous n’avez pas l’oreille des grands médias, mais Internet n’offre-t-il pas également de grands moyens pour toucher le public ? Événements ou pages Facebook (je n’en ai vu qu’une pour l’instant, sans avoir fait de recherche), twitter, vidéos YouTube… Une information à la fois claire, concise et « ludique » peut facilement être relayée pour passer le message. Après, il y a peut-être eu des initiatives de ce genre, mais dans ce cas, n’hésitez pas à en faire la pub !
    Je suis persuadée que nous sommes très nombreux à rejeter la logique financière et la destruction du service public, et que de nombreux usagers mieux informés vous soutiendraient volontiers.

    Quoi qu’il en soit, bravo et bon courage à vous !

  73. Eclispe dit :

    Bonjour,

    Merci infiniement pour cet article qui permet de mieux comprendre le problème. Personellement cette grève me pose légèrement problème mais tant pis on s’adapte.
    Ils sont là à toujours nous parler de plus de compétitivité mais pourquoi Valls et consort ne vont pas directement au bout du raisonnement : adoptons le même code du travail qu’au Bangladesh au moins on sera définitivement hyper compétitifs, à nous le retour de la croissance !
    Ne lachez rien ! Bon courage !

  74. Manuel dit :

    Merci pour ces explications, et chapeau de rester pédagogue, calme et posé dans chacune de vos réponses (enfin celles que j’ai pris le temps de lire)!

    Bon courage !

  75. Fred dit :

    Aujourd’hui, dans la conjoncture actuelle, il faut que tout le monde fasse des efforts pour économiser… Vos anciens à la SNCF ont profité de tout et ne vous laisse rien…

    Mais faire une grève qui ajoute aux difficultés des usagers, je trouve ça égoïste. Oui, vous ne pensez qu’à vous alors que tous les autres ont fait des sacrifices et en font encore.

    Je suis enseignant et je me tais sur mes conditions de travail car au milieu de tout ça, je suis encore mieux loti.

    Faites en de même, arrêter de vous faire manipuler par des syndicats qui ne réfléchissent que pour eux et leurs têtes.

    Cheminots, si vous voulez survivre, réformez votre outil ou vous le perdrez… Vous perdez déjà la confiance des usagers…

    • Sylvain Bouard dit :

      Le pays n’a jamais été aussi riche et les salariés aussi pauvres. Partant de là, hors de question de perdre quoique ce soit.

      • nmartin dit :

        « Le pays n’a jamais été aussi riche »
        ah bon ? depuis quand ?

      • José dit :

        Sur le fait que ce sont les plus petits qui subissent je suis d’accord avec vous et cela me désole autant que vous? Mais comment pouvez-vous affirmer que le pays n’a jamais été aussi riche? Quelles sont vos sources, êtes-vous spécialiste en économie mondiale? Vous qui affirmez que nous pauvres moutons que nous sommes nous nous faisons manipuler par les méchants médias n’êtes-vous pas dans le même cas? Les médias nous manipulent ça c’est clair et je suis le 1er à prôner une information claire et vérifiée. Vous ne voulez pas perdre vos « avantages » merci bien nous sommes d’accord. Travaillant également pour la fonction publique j’ai également vu mes conditions de travail se dégrader (amplitude horaire, heures supp (nombreuses) non rémunérées et non récupérables…) cependant comme l’indiquait Fred et contrairement à ce que vous avancez, la situation n’est pas catastrophique certe mais est loin d’être rose. On doit tous faire des concéssions pour léguer un pays en équilibre aux futures générations et ne pas répéter les erreurs commises dans le passé sans quoi nous assisterons à une répétition de ce que nous vivons aujourd’hui. Même si mes conditions de travail personnelles se sont dégradées, je suis comme vous, j’aime mon métier et je continu à tous faire pour fournir un service publique de qualité. Je sais donc que l’intérêt du plus grand nombre passe avant l’intérêt personnel. Sans quoi nous finirons par basculer totalement dans une société où prône l’individualisme. C’est pour quoi je ne peux pas soutenir votre mouvement qui en lisant ces lignes montrent bien que c’est votre intérêt avant tous que vous cherchez à protéger. Les temps ont changé et il faut savoir s’adapter. Vous parlez de la déshumanisation des gares.. mais ce que je vois c’est votre déshumanisation. vous critiquez le fait que vos « patrons » cherchent avant tout le profit au détriment de l’humain mais que faîtes-vous et que cherchez-vous à obtenir par ce conflit?

    • DAvid dit :

      Nous sommes pour réformer notre outil. Mais pas de cette manière.

  76. Lorène dit :

    Bonjour, Très intéressant votre point de vue. Cette grève -dure- est impopulaire. Pour avoir les voyageurs dans votre camp, pourquoi ne mettez-vous pas en place la gratuité des transports ?

    • Sylvain Bouard dit :

      La réponse est dans le code du travail. Si un salarié est à son poste, il doit faire son travail en suivant les ordres de son employeur sinon c’est sanctions ou licenciement.

  77. Charles dit :

    Je suis pour l’abolition des privilèges aussi et l’idée d’une convention collective de type « normal » me paraît non seulement juste mais indispensable.
    Les syndicats de la SNCF on réussi par tuer le fret avec leur attitude. Même un fabricant de roues de train a du jeter l’éponge et transporter ses roues par la route. Les trains de fret mettaient une éternité à faire parvenir le fret et en plus si on essaie de savoir où en est du transport, on nous explique qu’il faut pas s’inquiéter et que ça finira par arriver (si si…).
    Avec de la concurrence, la SNCF est cuite avec l’attitude

    • DAvid dit :

      Les syndicats n’ont rien à voir dans la destruction du Fret. La direction de la SNCF s’en est occupé elle-même.

  78. Bonjour Sylvain, cheminot,
    Moi c’est Jean-Christophe, père de famille.

    Je devais aller voir la représentation théâtrale de mon petit dernier à Paris (Cours Florent/deuxième année), j’habite à Niort, bon : je viens d’annuler.

    Mon épouse est au bord des larmes et moi-même, je ne me sens pas très bien.

    Merci et bravo pour la clarté et le courage de ta démarche de blog.

    Je suis d’accord avec toi et comprends tes motivations syndicales.

    Mais bon, vous me faites bien chier quand même.
    ++

  79. ELLES DOMINIQUE dit :

    J’habite dans un DOM.Il y a quelques années, lorsque je passais quelques semaines en France, je ne voyageais qu’en train entre les différentes régions où vivent les membres de ma famille. Depuis deux ans, je loue une voiture, et je ne prends plus le train : trop cher. Mes enfants, qui habitent Lyon et Mulhouse, ne prennent plus le train non plus. Pour se rendre d’une région à l’autre, ils cherchent un co-voiturage sur internet.
    Je soutiens à 100% votre mouvement car je suis 100% opposé à la privatisation programmée du service public de la SNCF,qui, selon moi, va mal du fait d’être déjà plus ou moins gérée comme une entreprise et non comme un service public. En somme, je veux pouvoir reprendre le train ! Tenez bon !

  80. Sven dit :

    Bonjour

    Etant un utilisateur régulier de la SNCF, je commence pour ma part à trouver le temps long (d’ailleurs, je poserai également la question, quand puis je voir ma famille, en partant plus tôt et en rentrant – nettement – plus tard ?)
    Merci toutefois pour ce travail d’explications qui remet les choses en perspective mais pourquoi les grévistes ne viennent ils pas parler, expliquer aux usagers ?
    Votre mouvement serait peut être mieux accepté

    • DAvid dit :

      Parce que l’usager lambda ne pense qu’a son petit voyage à l’instant T. Ils n’en a rien a branler de notre sort, nous, nantis et fainéants qui utilisons notre pouvoir immense de grève pour faire chier le monde afin de garder nos privilèges, nos voyages gratuits et notre retraire doré.
      Il suffit juste de lire les commentaires ci dessus pour comprendre pourquoi nous n’allons pas souvent sur le terrain. Le peu de fois où ça a été fait, c’est parti en pugilat.

      • Sven dit :

        Bonjour

        je ne suis pas sûr que le ton de la réponse soit de nature à susciter le débat.
        Le problème étant que la seule fois où j’ai vu des grévistes SUD à la gare, c’était pour empêcher de partir les trains qui circulaient, et la seule réponse qu’on obtenait c’était « la grève est un droit » Le résultat : les CRS ont dû s’interposer entre eux et les usagers.
        Je suis désolé mais avec ce type d’attitude, les cheminots étaient sûr de ne rien y gagner.
        Et j’entends bien que vous vous défendez mais il faudrait peut être aussi vous mettre à la place de l’usager : il se prend de plein fouet les désagréments de la grève et au final il n’y gagnera rien. çà n’aide pas à la zénitude.
        Donc un peu d’explications, sur un ton posé, comme sur ce blog, aurait certainement débouché sur quelque de plus positif.
        Dommage

  81. 59000 dit :

    c’est marrant, vos discussions me rappellent celles d’une entreprise il y a quinze ans, c’était La Redoute.

  82. jacques dit :

    Votre argument sur les 3 entités avec 3 lignes hiérarchiques (et donc une certaine pagaille) est un peu vicié. En effet, la SNCF réseau serait pleinement responsable du réseau et de son entretien avec son personnel(gardant le statut de cheminot bien sur) contrairement a la situation actuelle où RFF paye la SNCF et son personnel pour entretenir le réseau: c’est donc maintenant ou il y a une ligne hiérarchique de trop. Quant à la holding c’est en fait un super conseil d’administration qui donne les orientations stratégiques de l’ensemble au lieu d’avoir 2 conseils d’administration pas nécessairement coordonnés. Ce serait donc un système plus cohérent que le système actuel. En fin vous ne parlez pas du tout du probleme de la dette de 44 milliards qui est en fait le coeur du probleme et que les syndicats souhaitent voir repris par l’etat c’est a dire par le contribuable….qui lui n’est pas forcément enthousiasmé par cette perspective, l’ignoreriez vous ?

    • Sylvain Bouard dit :

      La dette est pourtant celle de l’état qui a imposé à la SNCF la construction des lignes à grande vitesse sans les financer. La SNCF a été obligée de s’endetter sur ordre de l’état pour faire de l’aménagement du territoire.

    • DAvid dit :

      Et oui, au contraire de ce qui peut être lu par ci par la, les 44 milliards de dettes, c’est pas à cause du statut des cheminots, mais bien dû à l’état et à sa stratégie depuis plus de 20 ans.

  83. Julien dit :

    « La compétition entre travailleurs, c’est à dire la mise en concurrence des pauvres entre eux, est ce cela que nous voulons ? »

    Cette phrase là est magnifique. (le reste de l’article est très bien aussi !)

    Il serait beau que tout ceux, ici et ailleurs, travailleurs, salariés, employés, agents, argumentant sur leur propres difficultés dans la vie pour s’en prendre aux cheminots, se rendent compte qu’ainsi, ils sont en plein dans cette guerre des pauvres.

    Il serait bien qu’ils se rendent compte que cette guerre est un instrument magnifique d’asservissement. Car tandis qu’ils se battent entre eux, se sont d’autres qui en profitent. Car tandis qu’ils se battent entre eux, d’autres s’enrichissent, d’autres en profitent.

    Si cette grève est une gène, pourquoi accuser les cheminots, et non pas aussi les pouvoirs qui sont autant responsable de la grève ? La grève est l’ultime reclus en cas d’échec du dialogue. Pour dialoguer il faut être deux au minimum, non ?

  84. Léo dit :

    Bravo Sylvain, courage et merci !

    Un usager.

  85. jimmy dit :

    REGLES DE LA VIE :

    – TRAITEZ LES GENS AVEC LA MEME VALEUR ET LA MEME IMPORTANCE AVEC LA QUELLE ILS VOUS TRAITENT.

    – NE PARLEZ PAS SI VOUS NE SAVEZ PAS .

    – N’ATTENDEZ PAS DE MIRACLE, LEVEZ VOUS ET AGISSEZ .

    – LA MECHANCETE EST GRATUITE. SI ELLE ETAIT PAYANTE. CA RUINERAIT LES CONS .

    Pour informations 5 années d’ancienneté a la sncf salaire de base 1275 Euros (Pas une augmentation en 5 ans)

    Dédicace a tous nos collègues

    Cela est désolant de voire tous sais ignorants qui ne connaisse rien a notre rythme de vie.

    Un agent SNCF qui devine un avenir sombre…..

  86. Salia dit :

    Bonjour tout le monde 🙂

    Je vous écris déjà pour vous remercier, car j’habite dans un trou paumée certes, mais je n’ai surtout pas pu assister à l’enterrement de ma meilleur amie ce samedi à cause de vos grèves. Ne me trouvez pas de mauvais arguments comme un vélo, voitures, covoiturages etc etc etc, ne soyez pas comme ça, croyez moi sur paroles j’ai tout fait pour pouvoir être à l’enterrement. Sachant que je suis handicapée cela n’est pas chose facile pour moi.
    De plus ma fille 19 ans, deux ans de prépa, ses oraux ont débuté lundi à paris.
    Comme vous n’avez pas de respect pour vos clients, et que vous avez la naïveté de croire que de prévenir au dernier moment que vous serez en grève tout le week end et lundi vont ennuyer vos patrons… ET bien ma fille n’a pas pu être présente pour ses oraux de ce lundi. Et en école on ne rigole pas sur les horaires, greve ou non. Alors elle a raté son oral, peut être son rêve, car elle devra cartonner aux autres oraux, pour pouvoir passer.. Sinon elle devra repasser l’année prochaine.. Merci..
    Si j’avais les moyens et les connaissances j’irai au procès pour préjudices morales, car pour moi c’est de l’Abu de ne pas assurer un service minimum, droit de grève oui, pour faire perdre des sous à votre patron certes, allons y, mais ne pas exercer le service minimum quand on est un service public, INDISPENSABLE AUX CLIENTS, je suis perdue..

    De plus, je comprend vos revendications etc etc, dans un pays comme le notre on a peur de perdre notre travail, on a peur de perdre nos petits avantages etc. Mais ne venez pas nous dire que votre vie de travail est difficile.. pourquoi ne faites vous pas la grève tout le temps alors pour changer vos conditions si c’était si abominables que ça? Non..
    On est bien d’accord que même si ce n’est pas un boulot facile, vous avez un travail, vous avez des avantages etc. Bon c’est déjà ca..
    Vous ne voulez juste pas vous retrouvez sans aucun avantages et perdre des droits acquits je le comprend.
    Comme quand on a ouvert les réseaux aériens à la concurrence, tout les salariés de Air france, avaient fait une grève impressionnante, pour en finir à… la privatisation, à la libre concurrence, à forcément pour air france beaucoup de salariés mis à la porte, mais de la concurrence qui a fait naitre les low cost, et les billets à couts moindre..
    BREF, je vous comprend, malgré que j’attend la libre concurrence pour voir si tout les billets vont augmenter, ou si enfin on aura des billets raisonnables. Mais bon là dessus vous n’y etes pour rien.

    Je vous comprend je ne conteste pas vos revendications ou la grève.
    J’ai lu tout ce qui est écris, et je suis juste totalement déboussolée quand vous dite qu’il n’y a pas d’autre moyen, et que vous n’êtes pas un service public indispensable au gens. Non mais vous vous rendez compte un peu de ce que vous dites? Savez vous au moins ce que veut dire service public?
    Depuis quand les trains ne sont pas indispensables? Venez aussi me dire que du jour au lendemain on supprime voiture/vélo/bus/taxi/métro tout ce qui est nécessaire pour nos déplacements? et je dit bien NECESSAIRE, de nos jours ou trouver un travail n’est pas chose facile croyez moi que l’on ne vie pas là où l’on travaille, et que beaucoup beaucoup de personnes prennent le train chaque jour, c’est être très mauvaise fois de dire le contraire.. Bon après tout on a nos pieds un 😉

    DE plus, la greve pour  » faire pression  » mais à qui? Vous croyez vraiment que les gros patrons le gouvernement en a quelque chose à faire? Non mais sincèrement?
    Le seul moyen pour réussir dans vos actions c’est de vous aider du peuple, de l’opinion public. Ne venez pas nous faire croire que vous ne pouvez pas vous exprimer.. On les voit tous les jours à la tv les représentants syndicaux, et aucun ne nous explique ce que vous réussissez à expliquer clairement dans votre article.. pourtant ce n’est pas eux qui vous représente?

    Pourquoi ne pas faire la grève, mais aller quand même dans les gares? pourquoi ne pas manifester? prendre les clients sous vos ailes et leur expliquer vos problèmes, votre travail, vos peurs? vous pensez vraiment que c’est en nous interdisant d’aller travailler, d’aller passer nos examens, et de trouver un travail, qu’on vous aidera? Non..
    Tous ce que l’on rêve c’est de la privatisation, pour qu’il y est baisse des prix.. on en a rien à faire de vos problèmes parce que vous ne venez pas vers nous, vous ne nous expliquer rien. Ca nous emmerde clairement c’est tout..
    Le droit de grève c’est un droit de lutte, un droit d’expressions, de revendications, ne venez pas me dire que vous aller près des gens et leur expliquer ce qui ce passe.. Même si votre blog est superbe c’est en loin suffisant, et vous êtes en plus le seul..

    Alors oui à votre droit de grève, et toutes vos revendications, mais le moyen n’est pas le bon, arrêter d’y croire.. vous ne gagnerez rien en vous mettant le peuple à dos, changer la tendance.. et ne soyez pas de mauvaises fois, vous allez devoir vous rendre compte que la sncf, est indispensable aujourd’hui pour tout français.

  87. Marie dit :

    Bonjour,

    DnaPouvez-vous m’expliquer les différences de points de vue entre les syndicats ? Pourquoi la CFDT trouve cette grève injustifiée ?

    • Tofletof dit :

      Cher Sylvain je voudrais vous féliciter pour votre action même si elle ne facilite pas la vie des gens ce derniers jours, mais aussi pour votre courage face à tous ces anonyme haineux, aigris et lâches, comme d’habitude ce sont les plus virulents dans les commentaires qui sont les plus veules dans leurs petites vies professionnelles. Ceux qui n’ont jamais rien revendiqués, ceux qui ne se sont jamais mis en grève ne serait-ce que par solidarité et je ne parle même pas de l’amnésie générale de certaines personnes. Si les syndicats n’avaient pas été là pour soutenir la classe ouvrière, les petits employés dès la fin du XIXème siècle, tout au long du XX ème et maintenant de nos jours (plus que jamais nécessaire), nos, vos enfants travailleraient dès l’age de 10 ans, il n’y aurait pas de retraite, pas de congés, pas de droit du travail, pas de sécu… Bref si des ouvriers, employés ne s’étaient pas battus pour eux-même mais aussi pour tous les autres, nous en serions encore au même niveau social que le sri-lanka,le pakistan, l’inde ou d’autres pays, vous savez, ces pays dans lesquels ce sont les petites mains (femmes, enfants) qui fabriquent nos ballons de foot, nos vêtements, cousent nos chemises, chaussures…
      Bref, je remercie tous ceux qui, malgré les difficultés qu’entraîne cette grève, vous soutiennent. Lors de mes déplacements en train beaucoup de choses ont changé ces derniers mois et dans le mauvais sens, depuis un peu plus d’une année il n’y a plus de trains pour ma destination régulière, les horaires ont été cantonnées le matin et à la fin de la journée uniquement (encore) pour les personnes qui partent travailler à plus de 20km de chez eux, en dehors de ces horaires plus aucun train. Résultat, plus de voiture pour rejoindre ma famille, guichets de ces petites gares fermés… Cher Sylvain je vous souhaite beaucoup de courage, tenez bon et s’il existe une caisse de grève n’hésitez pas à me communiquer les modalités pour y participer, malgré mes modestes moyens je veux vous aider.

  88. fontaine dit :

    personnellement j’ai 24 ans bac+5, je prends le TER tous les jours pour aller travailler, soit 2 heures par jour. je suis obligé car j’habite dans un patelin perdu. Je me rend donc à Lille pour avoir du travail. Tout ca pour un peu plus de 1200€ par mois. de plus mon entreprise me fait poser mes congés quand je ne peux pas me déplacer ( grève sncf, ou perturbation climatique). Cette année j’ai déjà déposé 4 jours de congés. je suis vraiment fatigué de la SNCF et ca fait 2 ans que ca dure. j’espère pouvoir bientôt changer d’entreprise. voila pour mon témoignage. je suis le dindon de la farce.

  89. lr407 dit :

    Le débat parlementaire c’est de la comédie ! Tout est acté par notre classe politique, droite et gauche vont majoritairement cette réforme ferroviaire imposé par Bruxelles !

  90. fontaine dit :

    quand je vous dis patelin perdu , juste une ville de 20000 habitants mais pas de travail pour les jeunes…

  91. Yann dit :

    Merci Sylvain pour cet article assez complet et clair. Je trouve à titre personnel que les motivations concernant les conditions de travail devraient être plus mises en avant par le mouvement de grève.
    Ce sont à mon sens des arguments d’autorité, qui peuvent être partagés par les clients de la SNCF. Aucun usager n’a envie de monter dans un TGV conduit par un conducteur fatigué…

    Je fais partie des usagers qui soutiennent cette grève. Ces journées de grève devraient rappeler à tous ceux qui sont dépendants des trains que vous avez un rôle capital dans le fonctionnement du pays, et qu’à ce titre, vous devriez être plus écoutés et ménagés…
    Alors certes ça nécessite de s’arranger autrement, de trouver d’autres solutions pour se déplacer, mais je ne vois pas comment faire autrement sans vous retirer le droit de grève, auquel il est normal que vous puissiez prétendre. Parce que mettre en place 100% des trains un jour de grève, ça serait saboter le droit de grève des salariés de l’entreprise.
    Bonne continuation dans votre grève, et j’espère qu’elle sera fructueuse 🙂

  92. Christian Faure dit :

    je ne comprends pas comment 20% d’improductifs (dixit la plèbe, les médias, les politiques) en grève, peuvent faire que si peu de trains roulent.

    un gugus qui fout rien de la journée; qu’il aille au turbin, ou pas, ne devrait rien changer …..et même s’il n’en fout qu’un peu, ça ne devrait pas se voir comme ça.
    d’autant plus que dans ces 20%, tous, ne conduisent, ou ne sont pas aiguilleurs, loin de là.

    vraiment, je ne m’explique pas ces chiffres.

  93. Marc D. dit :

    Merci pour ces explications claires. Je suis d’accord que ce n’est pas à l’entreprise de communiquer sur la grève de ses salariés. Par contre, c’est aux médias de le faire et ceux-ci sont et semblent vouloir demeurer nuls, incultes et souvent manipulateurs. Grace à votre blog, je comprends mieux. Un ajout des passages concernés de la loi aurait été un plus (citation des points critiques) mais vous avez le mérite d’etre clair sur vos motivations.
    Je ne peux que souscrire à vos demandes car, contrairement à ce qu’écrivent bcp des intervenants dans ce blog, ceci en copiant les discours des médias subjectifs, le principe de chaque employé est au minimum de batailler pour garder ses droits, quelque soit les droits perdus dans les autres entreprises. Au contraire, un droit gagné dans une entreprise doit servir d’exemple à une autre: tout l’inverse de ce que la majorité des personnes essaie de faire: niveler par le bas et trouver cela normal, ce qui est simplement autodestructeur. Mais qui a dit que le salarié ne l’est pas? Bon courage! Les employés de la SNCF est un des tout derniers bastions qui defend les droits de tous.

  94. MARTINE dit :

    J’ai été contente de trouver un site explicatif avec des réactions dans l’ensemble mesurées et des des avis contradictoires mais intéressants. J’en sais plus sur les grèves…les « pour » et les « contre »….J’espère un meilleur service des trains au final car il me semble bien dégradé en ce moment.

  95. mike dit :

    Bonjour,

    Bravo et soutient indéfectible aux cheminots qui se battent contre le moins disant social.
    Ne lâchez rien et tant pis pour les mécontents qui ne voient pas plus loin que le bout de leur nez.

  96. Harvey dit :

    Les usagers qui n’ont rien demandé se retrouvent soudain pris dans des histoires de cheminots qu’ils ne comprennent pas.
    Je me suis retrouvé avec deux trains annulés et j’ai dû attendre après deux heures de sommeil assis sur ma valise plus de deux heures avant de pouvoir prendre mon train assis dans le wagon-bar avec une équipe de rugby pendant quatre heures.

    Hé bien je vous soutiens. Je trouve ça très bien que les « otages » se rendent soudain compte qu’il y a des gens qui bossent derrière leur confort quotidien. Il est plus facile d’hurler à la mort pour un train en retard que de remercier pour les trains à l’heure.

    J’ai un employé SNCF dans ma famille et je le vois faire des nuits entières loin de sa femme et de ses enfants pour que nos trains roulent. Et il gagne moins que moi qui ai un boulot bien moins fatigant.

    Je hais le genre de commentaire « regardez comment c’est ailleurs et arrêtez de vous plaindre ». Le nivellement par le bas, l’accusation de privilèges… Un cheminot, privilégié? Mais enfin si tout va si mal partout, il est au contraire plus que temps de s’indigner! de soutenir le cheminot, et si le sort de l’ouvrier est pire, de le soutenir aussi!

    Bon courage à vous!

  97. Gripsoux 1er dit :

    Mais du coup, les entreprises européennes peuvent enfin faire venir leur trains ou on doit rouler Français obligatoirement ?

    Parce que bon le chemin de Fer outre Rhin est vachement intéressant financièrement, donc je me disais que peut être la Scnf pourrait organiser un « si vous trouvez mieux ailleurs, on rembourse 2 fois la différence . . . nan ? »

    Idée complément de revenu : Exportez le savoir faire Français en matière de grève ! Elles sont si performantes qu’elles méritent d’être exportées. Sous couvert de rémunérations, cela peut être une entreprise de pointe.

    (Pour ce qui est des usagers ayant un travail ou un exam nécessitant le transport ferroviaire, c’est pas bien malin. La scnf c’est comme un Os windows, le mode sans echec est une commande spéciale.)

  98. Stephane dit :

    Lu sur le site de 20 minutes : «pour la première fois, au 6ème jour de grève la fédération CGT des cheminots et SUDRail ont demandé à être reçues par la direction de la SNCF», précise un communiqué de la direction. Plusieurs revendications ont été mises sur la table, «augmentations salariales, temps de travail, embauches, …etc», sans «relation avec le projet de loi» décrié. La direction «s’étonne que ces questions qui relèvent de la vie courante de l’entreprise, et non du projet de loi, soient aujourd’hui mises en exergue pour prolonger le mouvement de grève. Ces sujets relèvent du cadre normal de la négociation d’entreprise et ne justifient en rien le conflit social en cours», précise le texte.
    Alors le discours comme quoi c’est par rapport à la réforme et que c’est pour défendre les « usagers » (les gens normaux disent « clients »), c’est du foutage de gueule pur et simple.

    • Sylvain Bouard dit :

      La demande de rencontre par les syndicats est très ancienne. Le secrétaire d’état aux transports devait les rencontrer le 4 juin, rencontre qu’il a annulé. La rencontre a été replanifiée au 12 juin. Avec le déclenchement de la grève le 10 au soir, le secrétaire d’état a avancé la réunion au 11 au soir. L’info de 20min me semble donc bien inexacte.

      • Stephane dit :

        L’info a depuis été reprise par de nombreux médias, elle doit donc comporter au moins une once de vérité. Et c’est un communiqué de la SNCF qui est cité. Quoi qu’il en soit l’info importante n’était pas la réunion en elle-même mais les revendications hors réforme dont elle vraisemblablement fait l’objet. Donc je me répète, mais l’argument comme quoi la grève est contre la réforme, et pour les clients, c’est un mensonge.
        Les gens normaux qui ne sont pas heureux de leurs conditions de travail cherchent du boulot ailleurs et démissionnent, tout simplement. Ce n’est pas parce que je suis mécontent que je vais faire chier le monde. Qui serais-je pour décider que les gens peuvent aller au travail ou pas ?

        • Sylvain Bouard dit :

          On peut choisir de ne jamais rien dire et de démissionner mais ça fera avancer quoi ?

        • DAvid dit :

          La SNCF, donc la direction, est pour cette réforme. Il est donc de son intérêt de pourrir les syndicats et la grève en cours. Pour info, dans la réforme, il est question de la convention collective harmonisé et de la fin du RH077 ( le règlement horaire actuel ) Les négociations portent aussi sur ce projet qui appartient à la réforme en elle mêmes.

          Les gens normaux démissionnent ? Demandez à un intermittent, à un médecin, à un professeur, à un chauffeur de taxi, un pilote d’Air France de démissionner pour voir.

          Qui vous êtes pour demander à quelqu’un de subir sans broncher les diktats du gouvernement exemplaire actuellement en place ?

  99. Ni patrie, dit :

    Courage les cheminots et salutation à tous les travailleurs en lutte !

    Il ne faut pas écouter les anti-grévistes idiots et lâches ou les nazis qui passent leur temps à vomir contre toutes les libertés sur internet.

    Ceux qui sont contre la grève ont des noms : les « jaunes », les « briseurs de grève » ou les « flics du capital »…

    La grève est un droit et c’est l’arme des travailleurs contre le patron !


    PS : je ne cherche pas la discussion avec ceux qui sont contre la grève, pas la peine de répondre à mon poste ou de m’insulter de fainéant. Dans la réalité, c’est mon poing direct !

  100. Ni patrie ni frontières dit :

    Courage les cheminots et salutation à tous les travailleurs en lutte !

    Il ne faut pas écouter les anti-grévistes idiots et lâches ou les nazis qui passent leur temps à vomir contre toutes les libertés sur internet.

    Ceux qui sont contre la grève ont des noms : les « jaunes », les « briseurs de grève » ou les « flics du capital »…

    La grève est un droit et c’est l’arme des travailleurs contre le patron !


    PS : je ne cherche pas la discussion avec ceux qui sont contre la grève, pas la peine de répondre à mon poste ou de m’insulter de fainéant. Dans la réalité, c’est mon poing direct !

  101. Florence dit :

    Merci pour vos explication car nos journaux télévisés peuvent nous parler 10 minutes de la grève SNCF sans jamais nous donner les raisons réelles de cette grève.

    Et bravo pour votre mouvement de grève : si tous les salariés (quelque soit leur profession et leur secteur public/privé) étaient aussi mobilisés que vous, on continuerait tous à travailler dans de bonnes conditions…et qu’on ne vienne pas me dire qu’il y a la crise, parce que les riches n’ont jamais été aussi riches , l’écart se creuse en France et dans le monde …. et la bourse ne cesse d’augmenter !!!
    J’ai commencé à travailler il y a 27 ans, dans le privé en petite entreprise puis dans le public et les conditions de travail n’ont cessés de se dégrader depuis le début des années 90 (flexibilité, flicage, mépris, objectifs en hausse avec des moyens en baisse, recul de l’age de la retraite, grignotage des rémunérations…).

    Au fait, est-ce que cette réunification RFF et SNCF a aussi à voir avec le gros fiasco de la largeur des trains ?

    • DAvid dit :

      Ce gros fiasco n’en est pas un. Pour faire simple, l’Europe à établi des règles concernant les quais, et donc les trains dans le but d’harmoniser le ferroviaire européen. Les nouveaux trains construit récemment sont donc aux normes. Mais pas les quais vieux de plus de 6 ans. Il faut donc les refaire. Et ça, tout le monde le sait dans l’entreprise depuis plus de 2 ans. Mais pas les usagers, et avant un conflit social annoncé, c’est toujours bon de prendre une raison quelconque pour justifier une réforme.

  102. Goderniaux dit :

    Je suis de tout cœur avec vous.
    Usager, mais pas en colère. Vous avez raison, et je vous trouve courageux.
    Je suis désolée pour ceux qui ont le cerveau « ramolli » par les infos qu’apparemment ils ne savent pas « lire ».
    Bon courage. Et merci, parce que votre lutte nous concerne tous.

  103. michel dit :

    Bonjour je suis chez moi je trouve ta tentative d’explication de très loin les réponses qui sont faites ici sont dans la majorité correctes
    contrairement à tout ce que l’on peut lire sur d’autres postes sur les forums d’autres médias toutefois à part en tête-à-tête j’ai arrête de donner des explications
    il est inutile de tenter de faire changer d’avis les personnes hzaineuses qui sont sures de detenir la vertite, ça ne sert à rien, ça use de l’énergie et elles continueront de jalouser certains …soit disant privilèges..
    Je suis contrôleur SNCF depuis 1997 d’abord à Paris Nord puis toulouse
    En comptant les 14 trimestres cotisés dans le privée et l armée ma retraite à taux plein sera possible à 63100

  104. Benoit dit :

    Bonjour Sylvain,

    C’est interessant de lire votre article.
    La bataille de communication qui fait rage ne nous permet pas de faire la part des choses entre la position du gouvernement et la votre.
    Ce que l’on comprend au regard de ce que vous ecrivez est que vous defendez via cette grève un position plus large que la seule fusion de RFF et SNCF. Pourquoi ne pas le mettre plus en avant ? Essayer de faire croire aux gens qu’en reorganisant une entreprise on va être plus competitif que ses concurrents qui emploient des gens des pays de l’est payés 1/3 de SMIC est une vaste supercherie. Au dela du cas de la SNCF, votre grève devrait servir a dénoncer celà et pas seulement vos intérêts. Quand on voit la pagaille que vous êtes capable de générer, et l’impact que ça a sur les gens au quotidien, au moins que ça serve a l’interet général. Je vous laisse expliquez ça aux intégristes qui vous représentent.
    Cordialement.

  105. michel dit :

    Bonjour je suis chez moi je trouve ta tentative d’explication de très loin les réponses qui sont faites ici sont dans la majorité correctes
    contrairement à tout ce que l’on peut lire sur d’autres postes sur les forums d’autres médias toutefois à part en tête-à-tête j’ai arrête de donner des explications
    il est inutile de tenter de faire changer d’avis les personnes hzaineuses qui sont sures de detenir la vertite, ça ne sert à rien, ça use de l’énergie et elles continueront de jalouser certains …soit disant privilèges..
    Je suis contrôleur SNCF depuis 1997 d’abord à Paris Nord puis toulouse
    En comptant les 14 trimestres cotisés dans le privée et l armée ma retraite à taux plein sera possible à 63 ans…donc rien de scandale quant à ma pension retraite future..selon avancement elle sera entre 1400 et 1800 euros (si avancement a d19….loin d être sur…) sachant que ma femme n’a pas d’emploi et s’occupe de mes deux filles je vous laisse juge de ce qu’il me restera à la fin du mois au moment de la retraite d’autant avec mon revenus actuel est pour 4 il est hors de question de pouvoir acheter quoi que ce soit je suis locataire
    mes conditions de travail on est évoquées plus avant à savoir les horaires décalés le travail les week-end les jours feries les conges refuses la vie social qui en patit ..travailler la nuit… et cetera et cetera cela fait parti du travail je l’assume et l’accepte de toute façon je n’ai pas le choix .. D autant que j’aime mon travail j’aime le contact avec la clientèle j’aime l autonomie et la responsabilité des circulations le fait de pouvoir regler les litiges gerer les relations confglictuelles… Repondre aus attentes desvoyageurs..bref tout faire dans les trains pour que cela soit agreable pour nos usagers ar pour qu’on puisse vivre en société il faut de la Bresse j’aime toutes les facettes de mon travail meme parfois cela peut s’avérer schizophrène en effet nous sommes sur la foi commerciaux et répressifs…
    je sais que dans d’autres domaines pour avoir fait d’autre métiers avant les conditionssont parfois terribles mais, est ce a faute des cheminotsm
    Dans notre pays avant de regarder ce qui se passe chez notre voisin de palier je conseillerais à chacun de regarder ce qui se passe bien au-dessus ou jalouse toujours son voisin jamais le vrai nanti.

    • Stephane dit :

      Donc 17 ans dans la même entreprise, sans peur de perdre son emploi. A titre de comparaison, pour une carrière entamée en 2001 : 3 licenciements économiques, 4 ans de chômage cumulés, une auto-entreprise créée puis arrêtée (6500€ de CA en 2 ans). En plus de ça, 2 démissions qui ont été les seuls facteurs d’augmentation de salaire. J’étais mécontent de mes conditions de travail, j’ai cherché du boulot ailleurs, j’ai postulé et j’ai démissionné. Et je n’ai fait chier personne.

      • DAvid dit :

        J’espère que ça s’est arrangé pour toi. Comme quoi, fermer sa gueule et subir, ça n’a pas que du bon. Excuse nous de défendre notre travail d’utilité publique.

      • michel dit :

        bonjour
        la « securite de l’emploi  » devrait selon moi etre la regle pour tous…. car qd les partons et l’etat comprendront que des travailleurs ca consomme.. ca cotise…. on aura fait un grand pas….
        et puis qd tu es licencie.. tu coutes de l’argent a la societe.. (donc avec ma « securte de l’emploi jhe cotise pour toi…)cet cela je ne te le reproche pas bien sur… ca s’appelle la solidarite.. mais c’est un fait….
        pour travailler a la sncf j’ai postule.. j’ai passe entretiens et tests… rien n’empeche les autres personnes de faire de meme puisque c’est si bien…
        (precision en 1997 a mon premier entretien / presentation des metiers rue d’alsace sncf paris est .. sur 87 personnes presentes … 32 se sont levees et sont parties qd le representant de la sncf a precise qu’elle postulaient mais devraient travailler le dimanche .. les jour s feries.. noel jour de l’an.. les nuits… ca m’a choque mais c’est un fait exact… de plus les raleurs d’aujourd’hui st peut etre ces faignants qui sce jour la n’ont meme pas envisage un metier avec des contraintes…)

    • Stephane dit :

      Donc 17 ans dans la même entreprise, sans peur de perdre son emploi. A titre de comparaison, pour une carrière entamée en 2001 : 3 licenciements économiques, 4 ans de chômage cumulés, une auto-entreprise créée puis arrêtée (6500€ de CA en 2 ans). En plus de ça, 2 démissions qui ont été les seuls facteurs d’augmentation de salaire. J’étais mécontent de mes conditions de travail, j’ai cherché du boulot ailleurs, j’ai postulé et j’ai démissionné. Et je n’ai fait chier personne, moi…

      • DAvid dit :

        Tu radotes. On a compris que ta carrière professionnelle est un désastre. Mais ça, faut t’en prendre qu’a toi même, et arrêter de jalouser celle des autres. Si tu es une vraie girouette pas capable de t’investir un minimum dans UNE entreprise et te casser aux moindres problèmes, c’est ton droit le plus profond. Évite quand même de lyncher ceux qui prennent à cœur leur travail !

        • Stephane dit :

          Toi, tu n’as rien compris. Il est difficile de s’investir quand les boites ferment à tour de rôle. Et pour ta gouverne je ne trouve pas qu’émerger à 3K€ nets soit un désastre. Je ne jalouse personne, et surtout pas ces incompétents de la SNCF (cf. ligne TER PACA).

          • Yann dit :

            Je crois que David parlait des deux démissions… À moins qu’elles aient fermé avant et que vous ayez démissionné après ? #LapinCompris

            PS: mettre tous les employés d’une entreprise dans le même sac, ça vous donne vraiment un air intelligent vous savez. « Ces incompétents de la SNCF » (et puis « Ces fainéants d’instituteurs » ? « Ces abrutis de taxis » ?)… Ne changez rien vous êtes parfait.

      • michel dit :

        bonjour
        autre chose.. concernant les nuisances dont nous sommes coupables selon vous…
        en 1995 lors de la grande greve contre le plan juppe j’etais etudiant et pion ds un college .. a 170 km de mon domicile dans une zep a revin (ardemmes )je n’avais pas le permis et je suivais mes etudes… a reims
        au debut j ai fait greve… (malgre que je m’assume seul sans aucune aide de mes parents car orphelin); j’ai GALERE… car il s’agissait de mon avenir…. de notre avenir a tous….puis au bout de trois semaine rappel du banquier… difficulte pour payer edf gdf loyer… j ai retravaille…. (surtout que bcp de profs avaient deja repris le travail ….sic…)
        je partais donc en voiture avec collegue le dimanche midi.. et revenais a mon domicile tard le mercredi… restait le jeudi et le vendredi pour suivre les cours et les tp a la fac….
        je n’en ai JAMAIS VOULU au grévistes cheminots qui nous ont defendus car JUSTEMENT EUX ONT DES Coui..LL…ES et un pouvoir de nuisance… sans ce pouvoir de nuisance une greve ne servirait a rien….
        car malgré ce que proclamait haut et fort un certain SARKO president « quand il y a une greve personne ne s’en rend compte » on constate au vu de l’emoi et des elans de haine provoques par ce mouvement social que ce « president visionnaire » avait bien tort non?
        Tout ca pour dire que pour avoir vecu les desagrements lies aux greves cheminotes je comprends ce que je fais subir aux usagers… mais pour autant je ne suis pas du genre a me faire tondre sans sourciller…

  106. Petit Voyageur dit :

    Bonjour, bravo pour votre blog qui explique très bien le contexte. Les médias ne font pas un travail d’information objectif c’est un fait.

    Je vous rejoins aussi sur votre analyse qui concerne la mise en concurrence des travailleurs pauvres. Cependant les actions qui en découlent dont votre grève me parait complètement erronée.

    Depuis les années 80, la part des dividendes payés dans le CAC 40 augmente, la redistribution des profits vers les employés diminue. Qui est responsable ? uniquement les syndicats, le seul vrai contre-pouvoir au patron qui est en échec total depuis 20 ans!

    Dans un pays ou un continent qui a grosso modo 10% de chômage, croyez vous décent de faire grève parce que l’organigramme change ?
    C’est une insulte effarante au 10% de travailleurs qui n’ont rien à faire toute la journée.
    Je pense que le syndicalisme français s’il veut sauver son modèle devrai comprendre son siècle. Personellement je me précipiterai pour soutenir un syndicat qui dirai: par solidarité pour nos collègue qui n’ont pas de boulot, nous mettons en veilleuses toute nos revendications et nous abandonnons 2 jours de vacances pour les 24 mois à venir car nous comprenons le rôle essentiel des transports pour développer notre économie. En échange de ce geste de solidarité, nous exigeons blablabla… Avant de crier relisez bien… 24 mois ce n’est pas l’éternité !!! Une négociation consiste à prendre et aussi à donner.
    Votre recul et votre bon sens montre que vous êtes certainement un avis très éclairé pour votre hiérarchie. Et vous qui tenez à l’humain croyez vous que votre manager saura comment échanger avec vous après cette grève ? Pensez vous que les relations HUMAINES que vous développez par cette action soit les meilleurs pour l’avenir du rail français ?

    Le syndicalisme français doit construire une stratégie mondiale pour faire face à la mondialisation. Les grandes organisations fonctionnent mieux par matrice et il y a plusieurs chefs (si une organisation militaire suffisait, ça fait longtemps qu’on l’aurait compris). Il faut s’y faire même si humainement ce n’est pas tjrs facile. Moi même j’ai du mal, j’espère seulement que nos enfants seront plus à l’aise dans ces organisations.

    Ce qui est sûr aussi c’est que votre blog est un exemple . Le minimum pour un syndicat responsable c’est de savoir s’adresser à… ses clients. C’est la seule manière d’honnêtement aimer son métier. Encore bravo !

  107. Roland dit :

    D’abord merci pour cet article. Ca fait du bien d’avoir des explications, vu qu’elles ne sont donnés ni par la SNCF (ce n’est pas son rôle) ni par la CGT ou SUD, plus embourbé dans des guerres fratricides entres syndicats que par les véritables enjeux de cette grève. Après être d’accord avec ce point de vue c’est autre chose.
    La création de RFF en 1997, c’était n’importe quoi, un projet fait dans la précipitation la plus totale, sur un coin de table, pour satisfaire à une exigence de l’Union Européenne (que je ne juge en aucun cas ici) dans l’objectif d’ouvrir à la concurrence l’exploitation du réseau ferré nationale. Soit. Sauf que RFF c’est retrouvé avec une mission d’importance, mais des moyens minables. En effet, la SNCF a conservé une partie du réseau (les gares par exemple, particulièrement lucrative) ainsi que les moyens matériels (elle effectue la maintenance et l’exploitation du réseau pour le compte de RFF…). Dans la logique, on aura du arrivé à la gare « RFF » de Paris Nord, pour emprunter un train SNCF à destination de la gare « RFF » de Lille. mais que nenni. Et on a eu l’audace de faire exactement la même chose pour EDF/RTE 3 ans plus tard. Bref.
    Aujourd’hui, après tout de même 17 ans de dysfonctionnement, on veut remettre à plat ce tas de boue, en proposant (enfin!) une refonte du système. Avoir une gouvernance unique du rail en France, donner les moyens à l’exploitant du réseau (le futur SNCF Réseau) d’entretenir, de moderniser et de développer son réseau, et avoir en parallèle un exploitant qui n’a pas d’autre préoccupation que d’exploiter les lignes qui lui sont accordés (pour l’instant toutes). Chacun est à sa place, et tant mieux. Vous dites que « la main droite ne s’est pas ce que fait la main gauche ». Et je dis heureusement! Ce n’est pas le rôle d’un conducteur de train de se préoccuper du réseau et inversement. Pensez-vous que les chauffeurs routiers de chez Norbert Dentressangle se mettent en grève lorsque Autoroute du Sud prend des décisions qui concernent son réseau? Non, non et non.

    Vous parlez ensuite de la problématique des accords d’entreprise et de vos conditions de travail. Ce à quoi je n’ai pas grand chose à dire, puisque ne travaillant pas à la SNCF, je n’ai aucune idée de ces conditions et du contenu des accords d’entreprise. Pourquoi ne feriez vous pas une liste ici? Nombre de jours travaillés? Gratuité des transports pour vous et votre famille élargie? CE? Mise à disposition de logements? Jours de grèves payés? Etc. Quitte à nous expliquer les choses, faites le en toute transparence.
    Je crois que vous devriez faire une différence majeur entre la course au « profit » et la course à la « rentabilité ». Dans le deuxième cas, il s’agit simplement de ne pas perdre d’argent. Le rôle de la SNCF n’est pas de faire de l’argent je suis d’accord. Elle a une mission de service publique. Mais elle doit le faire en en perdant le moins possible. Les salariés de la SNCF bloquent tous changement de leur côtés, résultat c’est moi et les autres usagers qui payont nos billets plein pot qui ramassons. Et je peux vous certifier que le prix d’un billet TGV ne va pas en diminuant.

    En bref, je peux comprendre que vous ayez des inquiétudes pour votre avenir, et la qualité du dialogue social entre la SNCF et son personnel laisse probablement à désirer. Mais difficile de voir à qui la faute, c’est un dialogue de sourd.

    Je terminerai par remercier le personnel non gréviste, qui a beaucoup de mérite de travailler dans des conditions pareils. J’étais à Gare de Lyon vendredi soir, et je peux vous dire que c’était spectaculaire.

    Quoi qu’il en soit, merci encore pour votre témoignage.

  108. Jean dit :

    Ce que j’aimerais comprendre, c’est pourquoi qu’est ce qui a fait que la grève ait commencée la semaine dernière étant donné que ce sujet semble être à l’étude depuis plusieurs mois ? Je ne veux pas aborder le sujet des privilèges, parce que c’est un problème structurel et historique et un débat sans fin.

    Je comprends que vous ressentiez le besoin de faire connaitre votre avis, c’est juste le mode opératoire de ces grèves que je trouve d’une lâcheté et d’un égoïsme incroyable. Les salariés grévistes séquestrent des utilisateurs qui payent leurs abonnements (donc qui devraient s’attendre à un service en contrepartie), des personnes qui n’ont pas d’autres choix que de prendre le train pour se rendre à leur travail. Des gens qui sont peut être sont en recherche active de boulot, qui loupent des entretiens, qui loupent des examens, … Un ami est auto-entrepreneur, il sort de 2 ans et demi de chomage, il a récemment ouvert son commerce et n’a pas été en mesure d’honorer plusieurs rendez vous la semaine dernière (500€ de manque à gagner dans un secteur concurrentielle, autant dire qu’il a perdu des clients).
    Tout ça pour quoi ? Par peur de perdre des avantages lors de la mise en place de futur conventions collectives… Le plus beau c’est que vous ne comprenez pas que votre statut est encore ménagé, qu’on fait attention a vous caresser dans le sens du poil pour que le changement ne soit pas trop violent (bien qu’inévitable). Et à votre avis, mon pote auto entrepreneur, elles en sont où ces conventions collectives ?

    Je passe sur votre discours largement orientés et assez succin pour que tout reste bien flou autour des heures de repos et du nombre de dimanches à travailler. Rien de factuel n’est avancé dans votre à ce propos. On ne sait pas de combien de dimanche il s’agit, on ne sait de combien d’heures sera réellement votre repos compensateurs. C’est logique, pourquoi ne pas faire grève pour quelque chose dont on a pas l’ensemble des informations.
    Je passe également sur les autres métiers du secteur public qui travaille 6 jours par semaine, 24 heures d’affilés. Je parle du secteur médical, vous savez ces personnes qui expriment leur mécontentement et font savoir qu’ils sont en grève en portant un brassard en exerçant leur travail et en défilant dans la rue sur leur jours de repos…

    Ce billet ne vous est pas directement dirigé, c’est à l’ensemble des salariés grévistes que je fais allusion quand j’utilises le « vous ». Je le répète, je comprends les doutes, les craintes, mais je ne comprends pas cette manière de l’exprimer.

    • arrad dit :

      Et vous connaissez quoi comme autre moyen d’action ? Je suis indépendant, à mon compte mais pas par choix… Juste parce que le salariat privé est aujourd’hui pire que de perdre ses droits de salariés ! Les cheminots sont les derniers à pouvoir mener des vrais actions syndicales alors soutenons les merde ! Votre discours est abject : « de toute façon vous allez perdre vos droits parce que c’est comme ça faut se la fermer ». J’ai envie de vous dire : honte à vous ! Vous êtes l’archétype du français franchouillard moyen, qui suit le mouvement de la démobilisation politique et qui croit qu’en restant bien sage dans son coin il pourra garder sa baraque, sa bagnole neuve

      • arrad dit :

        Et vous connaissez quoi comme autre moyen d’action ? Je suis indépendant, à mon compte mais pas par choix… Juste parce que le salariat privé est aujourd’hui pire que de perdre ses droits de salariés ! Le salariat c’est l’exploitation, le salariat c’est la dictature des patrons. Et dans mon cas, mon seul moyen de lutte est l’indépendance, d’avoir pu dire à mon patron d’aller se faire voir et d’être son concurrent direct aujourd’hui. Mais j’en suis là car je le peux : je n’ai pas besoin d’équipements pour travailler et je peux me permettre de perdre mes protections de salarié et de me contenter d’un petit salaire car je n’ai ni crédit sur le dos, ni gamins à charge.

        Que dire des autres salariés, ceux qui ne peuvent envoyer paître leur patron ? Seule la lutte sociale leur est accessible… Et les cheminots sont les derniers à pouvoir mener des vrais actions syndicales ! Alors soutenons les merde !
        De fait, votre discours est abject : « de toute façon vous allez perdre vos droits parce que c’est comme ça faut se la fermer ». J’ai envie de vous dire : honte à vous ! Vous êtes l’archétype du français franchouillard moyen, qui suit le mouvement de la démobilisation politique et qui croit qu’en restant bien sage dans son coin il pourra garder son affreux pavillon de banlieue, sa bagnole neuve et la dizaine de crédits qui les accompagne. Que la vie est belle cher môssieur ! C’est de votre faute si nous en sommes là. Parce que vous ne vous battez plus, parce que vous ne voyez que votre petit confort et avez oublié qu’en société, tôt ou tard, le malheur des autres sera le votre.

        Nous avons plus d’un siècle de lutte du peuple face aux puissants. Un siècle d’idéaux, de valeurs humanistes, pour un monde juste qui nous protégerait de l’exploitation des dominants sur les dominés. Tout le monde est menacé dans le monde dans lequel nous vivons. Nous sommes donc bien au-delà du sentiment de solidarité. Même les plus égoïstes doivent comprendre qu’un système tel que le notre est bien plus menaçant qu’un système humaniste et de justice sociale ! Le partage est notre bouclier contre le risque de finir sans boulot, croulant sous les dettes, sans famille, à la rue, avec un cancer en phase terminale.

        Alors j’appelle de toutes mes forces au retour massif des luttes sociales ! A la re-politisation de la société ! Au retour de la citoyenneté sur la place publique !

        Allez les filles et les gars des chemins de fer ! Continuez à foutre le bordel, à vous faire entendre ! Ne baissez pas les bras, bien au contraire, car la survie d’une société un tant soit peu humaniste ne tient plus qu’à vos luttes.

        • Jean dit :

          L’existence de ce billet est un autre moyen d’action. C’est plus équitable de rédiger un article en exposant des informations d’un autre angle de vue et de laisser des personnes d’avis divergents débattre.

          Quel a été la portée de votre action quand vous vous êtes mis à votre compte ? Vous avez réglé vos comptes avec votre ancien patron, c’est très bien pour vous. Est ce que vous avez bloqué des centaines de milliers de personnes pour ça ?

          Vous me prêtez des propos que je n’ai pas tenu et que je ne prônerais jamais. Je n’inviterais jamais personne a « fermer sa gueule » et se contenter de se reposer sur ce qu’il a sans rien faire pour améliorer son quotidien. Je pense juste qu’il y a d’autres manières de faire, certes plus complexes, plus difficiles et plus courageuses que de prendre à partie des gens qui n’ont rien à voir dans le combat qu’y est mené… Par exemple, ce que vous avez fait en vous mettant à votre compte.

          Je n’oublie pas le malheur des autres, je le côtoie tout les jours, mais pour moi, ce n’est pas de cette manière que je ferai entendre mon combat.

  109. pasq dit :

    pouvez vous nous fournir gens du privé un exemplaire de votre covention collective et une fiche de paie avec vos « avantages » qui à mon sens devraient déja avoir disparu.

    les cheminots CGT et Sud n’ont pas d’enfants qui passent des examens ?

    un peu ca va beaucoup c’est trop

  110. niahoo dit :

    Et ben, quand on voit le niveau de certains commentaires, ça fait peur.

    Bon courage.

  111. David dit :

    Bonjour Monsieur,
    Je vous remercie d’avoir pris la peine de décrire la situation. Je comprend mieux vos craintes et votre méfiance.
    Je suis même surpris que la grève ne soit pas plus suivie.

    Quand à ceux qui se plaignent des conséquences, ils doivent réfléchir à une chose et une seule:
    Est il fondé de refuser le droit de grève aux personnels de la SNCF ? au nom de quoi n’auraient il plus ce droit ?
    Cordialement.

    • Stephane dit :

      Le droit de grève, aucun problème. Le droit d’empêcher les gens de se rendre à leur travail, non. Au nom de quoi ?

      • David dit :

        Cher Stéphane,
        Une grève s’inscrit dans un rapport de force et elle doit forcement amener des nuisances « sur la production », sinon elle ne sert à rien.
        Nous ne sommes pas dans un monde de bisounours ou les dirigeants vont, sans aucune contrainte, se plier en 4 pour les salariés. J’aimerais bien vivre dans ce monde, mais ce n’est pas le monde réel.
        C’est pénible mais c’est ainsi.
        Le rapport de force est permanent, total et global.
        Donc il y a forcement des dégâts. Il faut accepter de payer ces dégâts, c’est le prix de la démocratie.
        Je vous souhaite une bonne journée, et j’espère sincèrement que vous n’aurez pas trop de difficultés à rentrer chez vous.

        • Stephane dit :

          J’ai des difficultés quotidiennes à rentrer chez moi grâce au TER PACA. Et votre conception de la démocratie, c’est de gêner la majorité pour le bien d’une minorité ? Bravo.

      • Yann dit :

        Cher Stéphane, ce que vous dites est un non-sens.

        Personne ne vous interdit de vous déplacer. Je suis sûr que vous êtes assez créatif pour trouver une dizaine d’autres moyens de transport que le train (allez, je vous aide: covoiturage, stop, vélo, bus, scooter, voiture, …)

        Par ailleurs, vous ne pouvez pas raisonnablement être pour le droit de grève et contre les nuisances qu’elles engendrent. Les nuisances font partie d’une grève, une grève sans gêne occasionnée n’a aucune chance d’aboutir. Vous imaginez des chômeurs (par exemple) se mettre en grève ? l’état se frotterait les mains, et on en ferait des gorges chaudes dans tout le pays…

  112. Selma T dit :

    Je voulais simplement dire merci pour ces informations qui ne font pas de mal à lire: effectivement, à la télé, on n’entend que les râlous et comment c’est difficile et comment c’est chiant… Bref. C’est agréable d’avoir une argumentation claire et construite qui permet de prendre conscience et de voir plus loin que le bout de son bac- euh, nez.

    Merci et bon courage!

  113. ethanfel dit :

    J’apprecie le nombre de commentaire a propos des lycéens qui passent leur exams.

    Seulement, posez-vous la simple question :

    Pourquoi le gouvernement a choisit de présenter une reforme aussi contesté, dont le sujet est une entreprise qui a des salariés prompt a entrer en grève ?

    Et vous réalisez, que vous, étudiants, êtes instrumentalisé par le gouvernement et les médias .

  114. ode dit :

    Bonjour

    Je suis triste de voir à quel point la France a perdu ce qui faisait sa force il y a si longtemps : la solidarité.
    La Grève est un droit pour lequel de nombreux peuples se battent.
    C’est la liberté fondamentale qui permet de ne pas accepter tout d’un superieur hiérarchique.
    Évidemment que faire grève a des conséquences. Et c’est bien là l’enjeu. Pourquoi ne pas reprocher aux gouvernement et patron de la sncf d’être à l’origine de la grève? Au final on condamne ceux qui réagissent, jamais ceux qui decident.
    Plus largement, economiste spécialisée dans les réseaux et leur régulation (ou deregulation, ouverture à la concurrence, re-regulation), je vois l’ampleur des degats commis ces 30 dernières annees dans l’énergie, la poste, la telephonie, la télé, le transport ferroviaire….
    Autant de secteurs qui etaient les fleurons de l’économie française.
    Ce post ne servira à rien au fond, juste à soutenir les grévistes dans leur combat.
    Jamais un salarié, privé/public, n’accepterait de travailler plus, dans de moins bonnes conditions, quitte à mettre en danger la vie d’autrui.
    Les français m’effraient par leur capacité à juger l’autre sans comprendre les fondements du debat.
    Enfin; j’ai passé de nombreux examens, subi de nombreuses grèves (95 notamment), je n-ai pour autant pas raté ma vie, je n’ai pas été licenciée, je me suis armée de patience, levée tôt, j’ai marché, bref, j’ai survecu!
    Nos bacheliers devraient également s’en remettre (d’ailleurs, le pire pour un bachelier, c’est l’annulation d’une épreuve, alors qu’il vient de rendre sa copie. ..comme je l’ai vecu en 95, bac eco).
    Bref, courage.
    Liberté, égalité, fraternité.

  115. Dadou dit :

    Soutien total pour votre grève. J’ai travaillé et (fait grève dans le privé). Les merdias chient sur les travailleurs en grève qu’ils soient du privé ou du public, leurs actionnaires n’en attendent pas moins. Un petit exemple pour mémoire :
    http://cgt-psa-aulnay.fr/video/jean-pierre-mercier-psa-aulnay-edouard-martin-arcelormittal-et-mickael-wamen-goodyear-amiens

  116. Hélène dit :

    Quand je lis certains commentaires pour vilipender cette grève,en oubliant ce qui leur arrivera demain quand les actionnaires auront tout écrasé pour leur profit, je ne peux m’empêcher de penser à ces mots de MARTIN NIEMÖLLER (envoyé au camp de concentration de Sachsenhausen puis transféré en 1941 au camp de concentration de Dachau) :

    « Quand ils sont venus chercher les communistes, je n’ai pas protesté parce que je ne suis pas communiste.
    Quand ils sont venus chercher les Juifs, je n’ai pas protesté parce que je ne suis pas Juif.
    Quand ils sont venus chercher les syndicalistes, je n’ai pas protesté parce que je ne suis pas syndicaliste.
    Quand ils sont venus chercher les catholiques, je n’ai pas protesté parce que je ne suis pas catholique.
    Et lorsqu’ils sont venus me chercher, il n’y avait plus personne pour protester. »

    • José dit :

      Non mais sérieux??! Vous comparez des personnes qui font grève pour défendre leurs intérêts à cette sombre page de l’Histoire??
      Pour infos au vu de certains commentaires ce n’est pas la grève qui est remise en cause mais la façon dont elle est menée. De plus certaines personnes sont également travailleurs salariés (public ou privé) voire même cheminots à la SNCF…

  117. Bravo pour ce billet clair, didactique et qui pallie l’offre d’information de nos média « neutres et indépendants ».

    Et surtout bravo de rester calme devant le torrent de boue des commentaires…

  118. Crumble dit :

    Ce qui est formidable à la lecture des réactions des gens, c’est qu’on se rend compte que la plupart des gens qui crachent sur la grève n’opposent que des arguments personnels (je vais rater mon bac/mon rendez-vous/ect …).
    Quand on fait grève, on est pas payé. J’aimerais bien vous voir avec un quart de votre salaire en moins. Donc, c’est que la raison est forcément valable. Et quand bien même, le droit de grève est inaliénable. Enfin, j’espère.
    Je lis « service public ». Alors déjà, la SNCF, ce n’est PLUS publique. Et ensuite, un fonctionnaire n’a pas le droit de faire grève ? HA HA HA !
    Les gens sont pour l’abolition des privilèges, et surtout des autres ! Les allègements fiscaux en leur faveur sont toujours normaux.
    Et quand je lis que même un instituteur pense que les anciens cheminots avaient des conditions de luxe …
    Le lavage de cerveau est général, France !
    Tes citoyens pensent qu’il faut réformer et qu’on doit faire des efforts, mais surtout les voisins.

    Arrêtez de vous laisser diviser nondidiou !
    Arrêtez de parler sans prendre de renseignements avant !
    Et surtout, surtout, arrêtez de penser que vous êtes plus intelligents que les autres, et que donc, les autres sont cons.
    Merci.

  119. Thomas dit :

    Bien que je loue le caractère informatif du blog, le simple fait que vous puissiez faire greve sans aucune repercussion (citez moi le nombre de greves ou le dernier point de negociation n’a pas ete le remboursement d’une partie ou de la totalite des jours passés en greve) est je trouve completement hallucinant.
    Je suis conscient d’etre extremiste, a mon sens le droit de greve dans son ensemble ne devrait plus etre protégé. Vous voulez faire greve? soit, ne vous attendez pas a retrouver votre poste le lendemain quand quelqu’un qui a besoin de nourrir sa famille le fera avec plaisir a votre place.
    Si vous n’aimez pas votre vie ou votre travail, changez de vie ou de travail, vous faites votre metier par choix, assumez en les consequences commes tous les autres francais que vous pretendez defendre, vous avez des jours de formation comme tout le monde, servez vous en.

  120. NATUROC dit :

    Ancien fonctionnaire de feue France Télécom, je suis donc bien placé pour comprendre les régressions que ce gouvernement de merde, pardon de « gauche », organise contre des salariés comme il l’a fait à FT. Les réactions très diverses précitées montrent que les ploutocrates (de « gauche » comme de droite) divisent pour régner en opposant les salariés SNCF aux autres personnes non SNCF. Je vous soutiens à fond dans votre combat contre la destruction de ce service public et de vos vies, comme cela a été fait à Orange tant sur la qualité des services qui ne sont plus rendus par cette entreprise comme par les autres Bouygue, Free, SFR, tous à la seule solde de vampires installateurs de misère chez les salariés. Et c’est ce que les mêmes ou synonymes voudraient installer à la SNCF, sans aucun doute, pour faire encore et encore du fric sur le dos de salariés en tirant toujours tous les droits sociaux vers le bas. Oui, c’est emmerdant de ne pas avoir de train et de galérer; mais c’est beaucoup plus emmerdant de ne plus avoir de train du tout, de voir des lignes disparaître, et la vie des usagers négligée. Vous ne me croyez pas? Demandez donc aux parents des victimes (morts et blessés)de Brétigny ce qu’il en pensent et s’ils ne préfèreraient pas que leurs parents aient été « pris en otage » par les cheminots plutôt que blessé ou DCD? On ne doit pas mettre sur la même balance les petites contraintes temporaires et mesquines des uns face aux objectifs bien supérieurs de défense d’un service public. Salariés de la SNCF, continuez courageusement votre combat, avec, en plus, l’objectif (secondaire certes) de faire la nique à ce gouvernement de traîtres.

  121. Flo dit :

    Face au nuage d’incompréhension des gens, on ne peut que rester ébahi. Je ne suis pas cheminot, mais souhaite exprimer mon soutien à leur grève. Il est facile de ne considérer que son petit confort égoïste, mais il faut garder à l’esprit que si personne ne se bat plus, c’est la mort de l’idéal social.

    Histoire d’appuyer un peu les réflexions sur le traitement des grèves par les médias : http://www.monde-diplomatique.fr/2003/09/BALBASTRE/10459
    Superbe travail de désinformation en effet, et toujours d’actualité, on le voit bien ces derniers temps.

    Courage, lâchez rien les gars. Y’a encore des gens derrière vous.

  122. Fred dit :

    Ca fait du bien de lire quelque chose de précis concernant vos revendications.
    Jusqu’à aujourd’hui, n’ayant pas creusé le sujet, je ne savais pas exactement sur quoi elles portaient, et j’étais intimement convaincu que « vous-même » au sens très large des employés de la SNCF, ne le saviez pas non plus.
    Et clairement, je faisais partie de ceux qui disent « En 97, vous étiez en grève contre la séparation et, 17 ans plus tard, vous êtes en grève contre la réunification ».
    Merci pour les précisions qu’a apporté cet article ainsi que celui sur le régime des retraites qui n’est plus celui qu’il a été.

    Mon père ayant été conducteur jusqu’à sa retraite à 50 ans en 2002, j’ai un avis mesuré par rapport aux autres usagers sur les mouvements de grève depuis toujours, puisque j’avais un son de cloche « interne » mais pourtant cette fois-ci … je les rejoins pour certains !

    Je reviens deux minutes sur mon père qui pour la petite histoire, est rentré en apprentissage à la SNCF à l’âge de 14 ans en 1966, il a commencé à cotiser très tôt, et a pu bénéficier de ce régime spécial très favorable … en date d’aujourd’hui. En effet, à l’époque il était perçu comme un dingue par les camarades de son âge d’aller dans le service public pour un si petit salaire par rapport au privé.
    Disons qu’il a eu le nez creux. Ou pas le courage d’affronter le privé et son travail non-garanti.
    Pourtant il s’en serait sacrément bien sorti, parce que c’était un bosseur consciencieux.
    Il partait une heure avant sa prise de service, pour s’assurer d’arriver à l’heure (crevaison sur le chemin), et de pouvoir faire la visite de son train lui-même, de tout contrôler. Il avait une conscience professionnelle, et ce bien qu’il ne fût que conducteur de fret, donc sans usagers à amener pile à l’heure.
    Il n’a jamais fait grève sauf les 3 semaines contre le plan Juppé qui ont foutu la France à genoux en 1995. Sa seule grève de toute sa carrière.

    A côté de ça, je l’ai toujours entendu râler (oui, le cheminot est avant tout un râleur ;-)) contre ces « connards de syndicalistes » qui déclenchaient des mouvements de grève pour tout et n’importe quoi et à tout bout de champ, donnant une très mauvaise image de l’entreprise au public qui n’a plus fait de distinction entre les grèves utiles, et les autres. Ces cheminots qui ne travaillaient jamais … il les haïssait.
    De la même manière, il était haït par ces derniers parce qu’il ne suivait pas le mouvement de grève contre l’augmentation du tarif du café dans les machines des dépôts. Non, il allait travailler lui.
    Malheureusement, ces cheminots là (parce qu’ils sont nombreux, on le sait tous), personne ne les voit jamais.
    Non, ceux qu’on voit, ce sont ces « connards de syndicalistes » et grévistes suiveurs syndiqués … majoritairement dépourvus de cerveaux.

    Le droit de grève est un DROIT, certes, et c’est souvent la seule possibilité de revendication pour un salarié (du public, parce que dans le privé … mais c’est un autre débat).
    Depuis la mise en place du service minimum sous Sarkozy et sur mes 4 dernières années de trajet quotidiens en train, vos grèves sont quasiment toutes passées inaperçues à mes yeux, en temps qu’usager.
    Le service minimum, ça marche. Ça vous permet de faire grève, et en même temps les voyageurs peuvent emprunter le train.
    Cette fois-ci la grève est plus suivie, puisque mon train du matin est supprimé. Mais cette annulation étant annoncée la veille, ça laisse le temps de s’organiser. Je prends le train une heure plus tôt puisque celui-ci roule, et zou … je vais au boulot.
    Ca a très bien marché Mercredi, Jeudi et Vendredi, mais ce matin … ouille.

    Habitant en zone frontalière je prends le TER pour me rendre à Luxembourg tous les jours, et ce matin des grévistes de la SNCF n’ont pas respecté leur contrat. Ils ont obligé le train que j’ai pris, conduit par un de leur collègue non-gréviste à s’arrêter, l’ont donc empêcher de travailler, et fait de même pour les 600-700 personnes de cette double-rame TER-2N-NG.
    Sur des chiffres de 2012, ce sont environ 11.5% des frontaliers français qui se rendent au Luxembourg en train. Ce nombre a sûrement encore augmenté, mais partons là-dessus.
    Donc 11.5% des 80.500 frontaliers en Mai 2014, ça fait plus de 9000 personnes qui ne peuvent se rendre à leur travail parce qu’ils sont bloqués par une 30aine de grévistes qui ne respectent le « droit de travailler » de ceux qui se sont arrangés pour qu’eux puisse jouir de leur droit de grève.
    Je trouve ça inadmissible, et l’image que Monsieur et Madame Tout-le-monde a du cheminot … c’est celle-ci !
    Celle du gréviste qui pose des pétards d’urgence sur les voies pour faire arrêter les trains, et qui allume des torches et les pose sur les voies pour les empêcher de repartir.

    30 imbéciles qui ont un impact sur la vie de milliers de personnes qui se sont déjà arrangés suite à la grève (et qui ne sont pas tous frontaliers, donc les chiffres doivent encore être plus important que ça).

    C’est inadmissible ! Juste inadmissible …

  123. Bonjour Sylvain, j’espère que tu as encore le courage de lire les commentaires même après toutes ces remarques plus ou moins constructives.

    Personnellement je ne prend presque plus le train, je suis dans cette tranche d’âge ou dès qu’on est plus de 1, on préfère prendre la voiture, surtout que ça donne un trajet beaucoup plus prévisible.

    Mais si je me permet de rajouter un commentaire, c’est pour sortir du sujet de fond, pour autre chose d’important. Globalement, c’est autour de la communication. Je suis toujours alarmé par le niveau d’information quasi nulle qu’on va trouver sur les raisons des grèves (et pas seulement cheminots pour le coup). Mais puisqu’on parle de la votre:

    Tu dis dans ton article au sujet de la communication de la SNCF:
    « Il est normal qu’elle ne le fasse pas. L’entreprise s’exprime en son nom. Elle n’a pas a être le porte parole de ses salariés ou des syndicats de cheminots. »
    ==> Raison de plus, elle devrait donc s’exprimer en son nom et expliquer pourquoi une majorité de syndicats est insatisfait. C’est un manque de professionnalisme accablant de laisser des voyageurs perdu, sans information, au motif que ce n’est pas a eux de s’exprimer. Puisque cela a des effets sur les voyageurs, ça devient de leur responsabilité d’informer les voyageurs.

    Ca c’est pour la SNCF, mais de votre coté, tu le reconnais toi même:
    « En résumé, l’information n’est pas aussi accessible que lorsqu’elle est diffusée par le service com d’une entreprise mais elle peut être trouvée. »
    ==> Des tracts, sérieusement? A l’heure de Twitter, Facebook et autres blogs perso, l’information est passé sous forme de tract (qui en plus s’adresse aux cheminots plutôt qu’aux usagers)? Et après on s’étonne que les gens ne soient pas informés, et on crie au « média corrompu qui nous lave le cerveau ». Je pense personnellement que les médias sont (malheureusement) le reflet du niveau moyen d’information de la population. Et d’ailleurs (là encore malheureusement), la plupart des médias s’alimentent entre autre via Twitter et autres blogs d’actualités.

    En conclusion, je ne suis ni pour ni contre votre grève, je respecte votre droit et essaye de comprendre vos problèmes. Mais honnêtement, il faut que vous fassiez un effort de pédagogie en terme de communication. Quelques articles de blogs et quelques compte Twitter peuvent déjà suffire à informer énormément de gens (il n’y a qu’à voir le Buzz que produit ton article).

    Je te félicite donc pour ton article, et espère que d’autres cheminots suivront ce modèle pour mieux expliquer leurs idées et leur position.

    Fait remonter le message si tu croises des responsables syndicaux 🙂

  124. Lioran dit :

    Bonjour,

    1) Je ne suis pas cheminot
    2) Je ne suis pas fonctionnaire

    Je pensais d’abord faire un post légèrement critique mais quand je vois les avis de tous ces gens lobotomisés par les médias, je ne peux que vous apporter mon soutien inconditionnel!

    L’un d’entre eux va même jusqu’à citer le Japon comme modèle!!!
    Heureux comme un japonais est en effet une maxime connue…

    Souhaitons qu’il y ait toujours des fonctionnaires pour faire grève et défendre un modèle de société un peu humain.

  125. Jean-Guy Milon dit :

    Oui je vois bien le sacrifice que les cheminots font pour que l’usager est un service public, hélas ça ne fonctionne pas.
    je ne vois qu’une solution passons de l’usager au client et du service public à la privatisation.

    • Gemini dit :

      Avez-vous réellement compris ce que veut dire la privatisation pour écrire cela ?

      Privatisation = on privatise les lignes rentables => le fric aux actionnaires

      Privatisation = on ferme toutes les autres lignes, ou alors, elles restent publiques ou financées sur fonds publics => les dépenses pour le contribuable

      Je résume bien sûr. Mais il n’y a rien de bon à en attendre. J’ai vécu celles d’Angleterre, j’ai eu des échos de celles des Pays-Bas. Et bien non, je n’en veux pour rien au monde.

      Je veux un service ferroviaire public, à prix raisonnable, sans compromis sur la qualité, et avec le meilleur maillage possible de notre territoire.

      Le privé ne peut rien apporter de cela.

  126. flambard dit :

    Sylvain,

    Mon grand père était cheminot, mon oncle était cheminot, et pourtant au fil des années l’image que j’ai de ce métier s’est délabré au fil des ans (pourquoi??? je t’explique ci dessous).

    Ta démarche est louable, par contre le message que vous véhiculez en faisant grève pendant les épreuves du bac ne passe pas. On ne peut pas se vouloir protecteur du service public et par ailleurs pénaliser les bacheliers (et les travailleurs en général) pour des motivations aussi obscures.

    De ce que je lis dans ton blog aucun point concret ne ressort, ce n’est que des suppositions de ce qui pourrait se passer. Je pense que le moment venu, si effectivement ce qu’on vous propose est une régression, vous aurez toujours les moyens de réagir.

    Concrètement quels points précis va changer cette réforme pour votre quotidien?? Et où est l’intérêt général puisque c’est ça qui est mis en avant?

    Le vrai sujet qui fâche au cœur de cette réforme ce sont les 50 milliards de dette à financer pour la sncf + RFF (+1.5 milliards par ans au rythme actuel). On sait bien que l’état ne peut pas éponger ce genre de dette actuellement (regarde les pbs de notre industrie en général: Alstom, PSA…).
    Si on prend le cas particulier d’Alstom. Cette entreprise vaut actuellement 11 milliards et vous fournis la plupart de vos trains (on pourrait parler de société sœur vu les interconnexions)…et on est sur le point de la brocarder définitivement. Ce serait pas mal de lâcher la bride (pour une fois), de laisser l’état s’occuper des cas urgents cad sauver notre industrie et les milliers d’emplois qui vont avec…et là je te parle de vrais chômeurs…pas de gens qui se plaignent de l’évolution potentielle de leurs conditions de travail ou de leur convention collective (c’est un cliché, mais c’est la réalité de la France où nous vivons).
    Là l’état demande une économie de 1.5 milliard par an à l’ensemble RFF (5.7 milliards de chiffre d’affaire) + SNCF (32.23 milliards de chiffre d’affaire)
    les chiffres:
    http://www.rff.fr/fr/investisseurs/nos-chiffres-cles
    http://www.sncf.com/fr/finance/chiffres-cles
    Au final c’est un effort de 4% sur le chiffre d’affaire, j’ai pas l’impression qu’on soit ici face à un mur infranchissable. Le résultat de ces économies ce serait une entreprise viable (ce qui n’est pas le cas actuellement avec une dette estimée en 2020 de 80 milliards d’euros).
    Je suis pour un service public ferroviaire mais pas à n’importe quel prix.

    Tu sais dans le conseil par exemple (secteur où je travaille), nous sommes en politique de rigueur depuis 6 ans. Les facturations n’ont fait que baisser (15 à 20% sur la période)…pas d’augmentation de salaire…donc 4% vous y arriverez.

    La vérité c’est qu’on est dans un cycle déflationniste car nous avons vécu pendant des années au dessus de nos moyens (trop de dette). Nous sommes en train de commencer à le payer…et ça va durer des années avant que la situation s’améliore. Et pour revenir à flot il faut passer par une phase douloureuse où chacun doit faire des efforts. Plus on mettra du temps à corriger nos excès, plus cette phase durera longtemps (je t’invite à regarder ce qui s’est passé au Japon de 1992 à 2003 http://www.alternatives-economiques.fr/les-lecons-de-la-deflation-japonaise_fr_art_801_40862.html).
    Je ne te souhaites pas que la SNCF de demain soit l’Alstom d’aujourd’hui qui était un des symboles de l’industrie fleurissante des 30 glorieuses…l’état ne sera pas en mesure de vous sauver…j’imagine que tu n’aimerai pas être racheté par deutsche bahn en 2020…

    • Jean-Guy Milon dit :

      C’est clair qu’avec une telle dette et un tel déficit n’importe quelle entreprise privé aurait déjà déposé le bilan. Et ses ouvriers ne seraient pas en gréve mais à l’ANPE.

  127. Jako731 dit :

    moi je comprends pas un truc. Vendredi vous etiez en grève, on l’a bien compris, c’était vraiment la misère. Mais pourquoi vos gentil collègues syndiqués ont bloqué la gare de Lyon dans les 2 sens à midi, c’était totalement stupide, je vois pas le but de la manoeuvre. Et moi du coup je me dis ben tiens là c’était vraiment pour se foutre de la gueule des usagers à ce moment là.

    je suis pas contre le fond, il y a des arguments, mais je comprends toujours pas que : grève sncf => je conduis pas mon train. Surtout que c’est pas rare de voir 2 mecs dans la cabine, un des deux pourrait descendre dans les wagons distribuer des tract et demander aux contrôleurs de ne pas demander les titres de transport, que ceux ci nous en informe discrètement 24h avant, là on serait un peu plus contents et compréhensifs.

    A priori votre travail est très dur, ça a l’air pire que partout ailleurs, pourtant personne ne semble vouloir changer de job, on n’y est peut être pas si mal finalement.

    • Sylvain Bouard dit :

      Personne ne dit que c’est pire qu’ailleurs. On dit juste que le truc des fainéants qui ne foutent rien, faut arrêter.

  128. adarr dit :

    Vous êtes les seuls derniers battants de ce pays ! Et je soutiens votre combat !

    Cependant, pourquoi ne pas faire grève des contrôles plutôt que grève des trains ? ça serait un vrai coup dur pour votre patron et l’état. Les trains roulent, il faut payer les salariés mais on annonce aux voyageurs qu’ils ne seront pas contrôlés car les contrôleurs sont en grève. Pourquoi vous n’avez jamais agi ainsi ? ça pose des problèmes légaux ? Vous avez des scrupules vis à vis de votre employeur ?
    Pourtant seules les grèves qui ont tapé dans le portefeuille des grands patrons ont permis des avancées réelles.

    Et comme ça vous mettriez la population dans votre poche, impossible pour les éditocrates nullissimes de vous accuser de prendre en otage les usagers. Ils seraient obligés de comprendre votre message et de le faire passer.

  129. Alain dit :

    Bonjour à tous,

    Merci Sylvain pour ce billet très clair. J’avoue que je n’avais pas compris les tenants et aboutissants de cette grève (et pour tout dire, la seule information que j’ai eue, passivement, est une intervention télévisée – du syndicat FO sur BFMTV – et elle était d’une clarté … discutable ;)). Et la raison à ça est simple, comme expliqué ci-après.

    J’ai aussi lu la majorité des commentaires ici et il y en a un que j’aimerais souligner (et qui n’a malheureusement reçu aucune réponse), de la part d’Eoshyn :

    http://blog.sylvainbouard.fr/pourquoi-je-suis-en-greve/#comment-2670

    Plus précisément, l’effet de dilution que les nombreuses grèves ont sur celle-ci (et les précédentes, et les suivantes).

    D’un point de vue d’un usager SNCF « lambda » il est vrai qu’on est maintenant habitué à « la grève annuelle » de la SNCF.
    C’est tellement systématique, *chaque année*, d’avoir une grève (souvent plusieurs) que l’effet sur l’opinion public est forcément négatif. On ne croit plus que c’est important, on pense que vous faites la grève pour faire la grève. Conséquence, on n’a même plus envie de savoir pourquoi, ça nous fait juste chier.

    Si on rajoute à ça qu’on sait que la grève ne concerne qu’une petite partie du personnel (j’ai entendu 16% pour cette fois-ci, mais j’avoue que je n’ai pas vérifié) on se demande si ce n’est pas juste un poignée de mécontents râleurs, ou les syndicats qui « foutent la merde ».

    Et donc voilà où, personnellement, j’en suis : entre les problèmes « quotidiens » (retards, manque de com’ etc.) et les grèves « annuelles », je n’aime pas la SNCF. Je ne lui fais pas confiance.

    Pour résumer, l’équation simple qui mène à ça :

    manque de communication
    +
    grève *systématique*, annuelle, depuis des années
    +
    à peine 1/6 du personnel en grève
    =
    Crédibilité ZÉRO

    Alors, je n’ai pas de solution miracle à proposer, mais je suis sûr d’une chose : la grève systématique ne fait que nuire à l’opinion que les gens ont de la SNCF. Et sans le soutien des usagers (cf. le commentaire d’Eoshyn), eh bien vous êtes seuls dans votre combat.

    Idée que j’ai lue plus haut : hier, dimanche, j’étais sur les quais de Gare de Lyon, plein de trains supprimés, une horde d’usagers cherchant une solution, à vouloir rentrer dans le seul train avant le soir etc. Du personnel SNCF non gréviste, présent, d’une patience inouïe (il en faut !), arrangeant, aidant.
    Où était le personnel en grève ? Où était le message ? Pas un tract, pas une personne à qui demander « pourquoi ». Peut-être que les grévistes devraient aller sur le terrain pour faire passer le message, peut-être même pour aider ! (« on fait grève mais on vous laisse pas dans la panade »)

    Ne voyez aucune agressivité dans mes propos, juste un point de vue honnête d’un usager « lambda », et des interrogations tout aussi honnêtes !

    • Sylvain Bouard dit :

      Je suis d’accord sur la « récurrence » de la grève. Les petites grèves de 24h pour compter les troupes, ça ne mène à rien sinon à perdre bêtement du salaire et emmerder le monde. Il vaudrait mieux avoir 5/10 jour tous les 5/6 ans et qu’on n’en parle plus.

  130. Paul dit :

    Quand on ne soutient pas « votre » grève, on n’est pas publié. Belle démonstration d’honnêteté !

    • Sylvain Bouard dit :

      Tout dépend du contenu du message. Le genre : »z’êtes de nantis, moi j’ai pas pu aller bosser mais vous vous en foutez », effectivement, ça n’apporte rien donc poubelle.

      Des messages critiques construits, par contre, il y en a déjà plein qui ont été publiés.

  131. Philippe dit :

    Merci pour cette explication. Il pourrait être intéressant de donner également des détails sur la convention collective des cheminots. Pour qu’on puisse se faire une opinion.

  132. Ju dit :

    Usager solidaire ! Ne lâchez rien !!!

  133. Anonyme dit :

    Abonné LGV depuis 20 ans, j’ai subi « quelques » grèves SNCF. Tout çà pour quoi?
    Quand je fais le bilan:
    – le prix de mon abonnement augmente d’année en année (620 Euros / mois)
    – tous les ans 1 ou 2 TGV supprimés sur la ligne que je pratique
    – retards de plus en plus fréquents
    Alors reprenez le travail, faites le correctement pour tenter de préserver ce qui subsiste et arrêtez de pénaliser les français.

  134. Theo dit :

    Le problème fondamental est résumé par la phrase: « J’en entends me dire qu’il est peut être un peu tôt pour partir en grève ». En effet, tout à fait, n’était-il pas temps de faire grève au moment où on tenterait de vous imposer un « accord » insatisfaisant? Même si vous vous « doutez » que l’accord ne sera pas satisfaisant, le fait de partir en grève contre des décisions virtuelles est, symboliquement, un véritable dévoiement du droit de grève. Donc, en partant en grève trop tôt, vous avez perdu toute crédibilité et le soutien de la grande majorité des français, y compris ceux d’habitude plutôt favorables aux mouvements sociaux. C’est un problème de timing et aussi, comme vous l’avez dit, de communication, mais ces aspects ont leur importance, et le résultat est ici calamiteux.

  135. Campaigner dit :

    Merci pour toutes ces explications.

    Est ce que vous (les personnes en grève) avez pensé à un mode de protestation qui permettrait de faire participer des usagers qui vous soutiennent? Il y a aujourd’hui des moyens d’organiser des pétitions en ligne (via Avaaz ou Change.org) qui permettraient de mettre en exergue les points de cette réforme qui ont un impact négatif sur le futur du transport ferroviaire et éviteraient que les médias réduisent le combat à une demande corporatiste.

    Par ailleurs, j’ai trouvé très intéressant de lire les commentaires et vos réponses. Un billet sur le mode « 10 idées reçues sur les agents SNCF » (particulièrement vos conditions de travail/départ à la retraite) pourrait être vraiment utile pour les médias qui dans l’ensemble sont très manichéens (sauf arrêt sur images via lequel je suis tombée sur votre blog).

    Comme beaucoup, je trouve dramatique ce nivellement par le bas.

    • Sylvain Bouard dit :

      Pas con. Je crois qu’il faudrait que les syndicats modernisent leur communication.

    • erikantoine dit :

      Bonjour,
      cette pétition existe déjà, elle est à signer ici :
      http://soutien-aux-cheminots.wesign.it/fr

      soutien à votre combat et à celui des intermittents, contre ce gouvernement de casse sociale, qui n’apportera pas le « redressement », ni le « retour de la croissance » (croître en quoi, où, plus d’objets, encore ?). Simplement la paupérisation d’une grande partie de la population. A quand la convergence des luttes, cheminots culture ?

      Et pour ceux qui croient que les professionnels concernés partent en grève de manière si déterminée pour de simples craintes et que les évolutions ne sont pas lisibles dans le projet, vous êtes vraiment naïfs. partir en grève quand les choses sont bouclées au niveau législatif, voire des décrets d’application, c’est beaucoup plus difficile, voire voué à l’échec. La libéralisation, la baisse de qualité du service publique qui la prépare, l’abandon des services non rentables, c’est la feuille de route du libéralisme depuis des décennies. Le résultats est connu : perte de la notion de biens communs, service qui ne peuvent bénéficier qu’à ceux qui peuvent payer un prix élevé, creusement des inégalités. l’augmentation des prix du train est déjà largement dû à une stratégie de ce type.

      Par ailleurs, la feuille de route du gouvernement est connue, ce n’est pas une élucubration des grévistes, c’est détaillé dans ce « Programme national de réforme », envoyé par le gouvernement français à bruxelles.
      pour l’ouverture des transport de passager à la concurrence, c’est p. 93, en bas.

      le gouvernement ne mène pas une politique économique « réaliste » elle envoie tout le monde dans le mur au profit d’une infime caste de glouton qui se gave sur notre dos.
      Renseignez-vous ailleurs que dans les médias dominants, ça devient urgent…

  136. Alain94350 dit :

    Bonjour Sylvain conducteur SNCF,

    J’ai lu avec beaucoup d’attention votre argumentation (je préfère le vouvoiement car c’est pour moi une forme de respect).

    Je partage parfaitement votre avis sur l’incongruité de vouloir reconstruire une entité SNCF avec un niveau hiérarchique supplémentaire qui effectivement ne fera que complexifier les choses (mais permettra de payer des salaires à certains qui ne mouilleront pas vraiment leur chemise).

    La seule chose qui me choque dans le mouvement de grève actuel, comme d’ailleurs dans tous ceux qui ont pu avoir lieu dans le passé, ce sont les abus de certains de vos collègues « ultra » qui finissent par se laisser aller à des actes excessifs tels que blocages de dépôts ou mise en place d’obstacles sur les voies, et je sais que ceci n’est pas une simple vue de l’esprit.

    J’ai hélas assisté pas mal de foi par la passé (je vais avoir soixante ans) à des défilés de grévistes, drapeaux en tête, au son des tambours, avec à l’arrivée la fumée des merguez cuisant sur un chaudron improvisé.

    Je pense aussi que c’est cet aspect de « foire » qui finit par rendre rapidement un mouvement de grève impopulaire.

    N’y aurait-il pas d’autres moyens d’agir pour l’intérêt de tous, conducteurs (et agents de la SNCF en général) et usagers ?

    Vous savez très bien, comme nous tous, que les grèves, sous leurs formes actuelles, n’ont aucun impact sur les véritables responsables des dysfonctionnements qui n’utilisent jamais le transport ferroviaire (même si notre président de la république actuel a voulu faire semblant !).

    Personnellement, j’aime le train, je le prend très souvent avec mon épouse, je trouve que c’est un excellent moyen de se déplacer en France sur de grandes distances alors que tant ne jurent que par l’avion qui est à mon sens une véritable hérésie pour des liaisons intérieures.

    Merci donc de continuer à nous transporter dans les meilleures conditions possibles.

    Souhaitons que le dialogue puisse s’instaurer de façon aussi sereine et constructive que possible.

    Cordialement.

    • Sylvain Bouard dit :

      Loupé, je ne suis pas conducteur. Sur les moyens d’action, je vous renvois à mes autres réponses dans les commentaires.

      • Alain94350 dit :

        Quelle est alors votre fonction à la SNCF ?

        Merci d’avance pour cette précision.

        • Sylvain Bouard dit :

          La réponse est pourtant sur le blog 🙂 Aller, c’est par là: http://blog.sylvainbouard.fr/agent-circulation/

          • Alain94350 dit :

            Ok je suis allé sur le lien du blog et j’ai pu comprendre en détail !

            Vous êtes donc un maillon indispensable à la bonne marche des trains.

            Un petit point de détail, par contre, lorsque situation de grève il y a, ce sont surtout vos collègues non grévistes et en particulier les chefs de bord ou superviseurs (IDTGV) qui risquent beaucoup plus de subir la grogne des usagers lorsque l’exaspération se fait sentir ,car ces usagers ne risquent pas trop de venir voir ce qui se passe dans vos locaux dont l’accès est par définition interdit au public.

            Votre fonction m’éclaire également un peu plus sur les répercussions d’un mouvement de grève à la SNCF, car vous êtes un noeud incontournable du système ayant le pouvoir de paralyser totalement la circulation des trains et vous le dites d’ailleurs vous-même :
            « Aller, je vais vous la faire claire : c’est l’emmerdeur qui a tous les pouvoirs pour arrêter votre train ! ».

            Question subsidiaire, même si votre ancienneté à la SNCF n’est pas si importante, puisque j’ai cru comprendre que vous aviez exercé un autre métier, vous est-il arrivé personnellement ou d’autres collègues exerçant la même fonction que vous, d’avoir à l’occasion d’un mouvement de grève une altercation avec par exemple des conducteurs non grévistes ?

            Je sais ma question est pernicieuse, et vous voyez très bien où je veux en venir, parce-qu’en fait vous avez le pouvoir d’empêcher un non gréviste de travailler et cela n’est peut-être pas très normal.

          • Sylvain Bouard dit :

            Il faudrait peut être ne pas avoir une vision réductrice des choses. Je ne suis pas tout le temps gréviste, loin de là. Je suis d’ailleurs persuadé de l’inutilité des mouvements de 24h comme il y en a régulièrement. Je ne les suis donc que très rarement. Je suis donc très souvent en situation de non gréviste. Je n’ai jamais eu de problème avec les grévistes qui connaissent ma positon et savent aussi que, comme je suis cohérent avec moi même, je suis là sur les conflits importants comme celui en cours. Après, ne nous voilons pas la face, des altercations entre grévistes et non-grévistes, ça arrive et à l’initiative des uns comme des autres. Les joies du débat… ou pas.

            Sinon, non, je ne suis pas en position d’empêcher les non-grévistes de bosser. Si je suis en grève, le poste est tenu par un non-gréviste qui y est apte. S’il n’y a personne, on ferme ma gare et on peut encore faire rouler une partie des trains qui y passent voir la totalité à la condition d’en faire passer une partie par un autre itinéraire.

            Le truc c’est que, bossant dans une petite gare, je travaille seul et, donc, en plus de mon métier de base, je fais la vente des billets et le départ des trains. Je suis donc au contact des voyageurs toute la journée. S’il y a problème ou récriminations, c’est pour ma pomme. Comme je l’ai dis, je suis assez souvent non gréviste et je n’ai jamais eu de problème avec les voyageurs ces jours là. Il faut dire aussi qu’on est à la campagne et que tout le monde est détendu. J’imagine qu’à Lyon Part Dieu, ça ne doit pas être la même.

          • Alain94350 dit :

            Je comprends mieux les choses.

            Vous êtes en province avec un rythme de vie incomparable à celui des grandes métropoles, qui est devenu totalement cauchemardesque, et de ce fait le mouvement de grève n’est peut-être pas non plus ressenti aussi durement.

            Vous savez d’ailleurs parfaitement comme moi que le mécontentement est maximal chez les usagers des grandes métropoles et plus particulièrement en Ile de France où j’ai toujours vécu mais que je quitterai sans regrets.

            Vivre en Ile de France et utiliser les transports même en dehors des jours de grève c’est courir le risque quotidien de voir son temps de trajet multiplié par trois ou plus (panne de matériel, défaut de signalisation, détérioration de la voie, avec en prime les actes d’incivilité, et comme on dit pudiquement « les accidents graves de voyageurs »).

            C’est usant, je vous l’assure, alors vous comprendrez sans aucun doute la lassitude, le raz-le-bol de tous les usagers qui ne supportent plus ces mouvements de grèves.

          • Sylvain Bouard dit :

            Sur la ligne, train le plus important est le premier du matin qui emmène les lycéens. Depuis Septembre, il a été supprimé une fois et en retard de plus de 10min 4 ou 5 fois. Il est évident que la grève n’est pas ressentie de la même façon par nos habitués.

            Malgré tout, ce n’est pas parce qu’il y a des problèmes qu’on est obligé de se dire qu’ils viennent des employés. En général, un salarié fait de son mieux avec les moyens que lui donnent son employeur.

          • Alain94350 dit :

            Justement je n’ai pas dit que les problèmes venaient nécessairement des employés.

            Hors mouvements de grèves il est évident qu’ils sont le fait de défauts de maintenance (baisse des coûts) ou d’actes de malveillance.

            Le gros problème en Ile de France est que justement nous souffrons déjà tellement de ces problèmes au quotidien que les grèves sont encore plus mal vécues qu’ailleurs.

  137. pier_yv dit :

    Bonjour,

    J’ai pu « gracieusement » profité du service offert par la SNCF en ce week-end de grève (seul week-end de l’année où j’ai « osé » partir me ressourcer en Bretagne, quel nantis je fais !).

    Malgré ce ton un peu cynique, je soutiens globalement les agents SNCF, mais pas forcément les raisons de cette grève.

    La construction/réunion de la SNCF et RFF ressemble étrangement à l’éclatement des ressources EDF/GDF par des filiales « thématiques (EDF SA pour la production/clients, RTE pour le transport, ERDF pour la distribution, GDF-SUEZ pour les achats/clients, Storengy pour le Stockage, GRT Gaz pour le transport, GrDF pour la distribution).
    Je travaille au sein de GrDF (oui, moi aussi, je suis un pseudo-privilégié, même si EDF-GDF n’a jamais véritablement été un service public à part entière, précisons-le), et à ce titre, un peu dans la même situation que RFF.
    C’est-à-dire beaucoup d’investissement pour la maintenance du réseau, des travaux, et beaucoup beaucoup moins de recettes. Ce qui explique un chiffre d’affaire plus que minable par rapport aux dépenses.
    On arrive à s’en sortir grâce à des renouvellements de réseau, eux, facturés aux clients.
    RFF n’a, semble-t-il pas cette chance.

    Alors, pourquoi ne pas essayer de « sauver » RFF grâce à ce rattachement à cette entité nouvelle, SNCF ?
    J’ai du mal à saisir le manque de solidarité dont fait preuve ici la CGT/Sud Rail envers leurs collègues de l’Infra… Outre l’incidence évidente sur les usagers, je déplore surtout cette défense de clocher forcenée en laissant crever leurs anciens collègues.
    N’y a-t-il eu aucune autre proposition autour de cette réforme ?
    (si oui, on n’en a pas entendu parlé)

    Qu’est-ce que souhaite la CGT/Sud Rail ?

    Qu’est-ce que c’est que ces histoires de « salaires plus bas que le SMIC » (le SMIC étant un salaire minimum encadré par la loi, je trouverais curieux qu’une entreprise de ce calibre brave aussi effrontément la législation en vigueur) ?

    J’ai l’exemple d’un système ferroviaire particulièrement efficace, celui du Japon. Avec une grande entreprise (Japan Railways) qui dessert tout le pays par la grande vitesse et des lignes moyennes et un réseau local géré par des entreprises privées et/ou par les régions. Un maillage très pratique au niveau de leur pays, je regrette vraiment que ce ne soit pas le cas en France. Surtout lorsqu’on voit l’ancienne carte du réseau ferroviaire français.

  138. Thierry dit :

    4ème jour de grève… Lundi donc. Mercredi, ça peut aller. Jeudi aussi. Vendredi, je n’ai pas réussi à monter dans un train a une heure normale. Je ne suis donc pas allé travaillé. Je suis à mon compte. C’est donc une perte sèche pour moi. Et pas un jour de congé pendant lequel j’aurais pu me reposer. Mais bref. Ce matin, levé une heure plus tôt. Je découvre en arrivant qu’il y a eut des problème vendredi. J’aurai pu les régler en 5 minutes si j’avais été présent. Et mon contrat ne sera pas reconduit évidement. Merci chers amis grévistes. C’était un plaisir.

  139. myst dit :

    Première réunion entre la direction et les deux syndicats grévistes CGT et SUD-rail, depuis le début de la grève pour évoquer la « politique sociale de l’entreprise ». Différents sujets ont été abordés, notamment les augmentations de salaires, le temps de travail, les embauches, mais pas la réforme ferroviaire, à l’origine du conflit qui dure depuis six jours, a précisé la direction dans un communiqué.

    La direction de la SNCF, « tout en prenant acte de ces différentes revendications », souligne « leur absence de relation avec le projet de loi sur la réforme ferroviaire, qui motive depuis 6 jours déjà les appels à la grève de la CGT et de SUD-Rail ».

  140. Chloé dit :

    Cet article est très bien, car je comprends enfin pourquoi vous êtes en grève et je pourrais même approuver.

    Mais comprenez vous notre exaspération ? Je prends le train tous les jours, et il ne se passe pas un jour sans problème. Je ne suis même plus agacée quand le train est en retard, tellement c’est devenu la norme. Je ne prends pas le train parce que c’est pratique, mais parce que j’en ai besoin.

    Toutefois, mon sort n’est pas à plaindre.
    Je travaille dans une agence d’intérim. Le train est vital pour mes intérimaires. Savez vous les trésors d’ingéniosité qu’il faut en période de grève pour que personne ne perde son boulot ? Je n’exagère pas : certains de mes employés ont déjà perdu leur boulot en temps de grève, parce que les intérimaires sont précaires et ce sont les premiers qui trinquent en cas de problème.

    Aujourd’hui, par exemple, j’ai du aller chercher un de mes intérimaires avec la voiture de mon entreprise à 20km pour qu’il arrive « seulement » avec 2h de retard (car les bus en renfort, c’est une belle blague dans ma région)
    Qu’attendez vous pour enfin trouver des actions qui vous rendraient plus populaires (parce qu’on est tous dans la même situation et pouvons même être solidaires à l’occasion) ?
    Je sais que vous ne pouvez pas permettre la gratuité des transports pour des raisons d’assurance.
    Mais pourquoi ne pas bloquer le moyen de transport de Guillaume Pépy ou de François Hollande ou de qui bon vous semble au lieu de nous empêcher d’aller travailler ?

    Qu’attendez vous pour réaliser que les gens que vous mettez dans l’embarras ne sont pas les pontes contre qui vous luttez mais nous, les travailleurs ?

    Vous faites des grèves depuis la nuit des temps, et rien ne change, rien ne s’améliore, et vous êtes, chaque jour de grève de plus, un peu plus détestés par les usagers.

  141. Mathilde dit :

    Merci pour ces explications claires, bravo de garder votre calme face à tant de ****, et ne lâchez-pas, svp. Je sais que c’est un gros manque à gagner une grève qui dure, et c’est sur ça qu’ils comptent entre autre, mais vous avez infiniment raison de vouloir des conditions de travail humaines. Vous avez absolument raison de ne pas vouloir vous aligner sur des conditions inférieures. C’est terrifiant de voir comme les gens ont accepté l’idée d’être traités comme du bétail, au motif de la compétitivité. Sans compter que pas un centime des millions qu’empocheront les actionnaires, grâce à cette soumission idiote, ne reviendra dans leur poche!!

  142. Sébastien K. dit :

    Bonjour,

    Étant usager du train, et donc de la SNCF, pour me rendre à mon travail, je tenais à vous faire part d’un commentaire que j’espère constructif.

    S’agissant de votre introduction sur le « Oui, y a grève et on sait même pas pourquoi ! », je dois avouer que j’en étais de ma brique à l’édifice ; lorsque l’on m’a interrogé sur les raisons de la grève j’ai fait une réponse quasi identique.
    J’attribue cette saillie au fait qu’en réalité je ne m’intéressai que peu au motif des grévistes mais bien plus à MON petit quotidien chamboulé.
    Cependant, je trouve que le terme de votre introduction : « En résumé, l’information n’est pas aussi accessible que lorsqu’elle est diffusée par le service com d’une entreprise mais elle peut être trouvée. »
    est tourné de façon trop fataliste, et j’aimerai vous faire comprendre mon point de vue par quelques questions sans-réponses :
    – Pourquoi notre service communication (CGT & Sud-Rail) n’arrive pas à faire passer une information aussi claire et compréhensible que celui de la SNCF ?
    – N’y aurait-il pas quelques soutiens possibles, salariés syndiqués, au sein même du service Com’ de la SNCF ?
    – Pourquoi notre référencement n’est pas visible ? (TEST: saisir « grève SNCF » sous Google ; j’ai parcouru toutes les pages et n’ai pas trouvé de lien pointant vers un site dédié au mouvement).
    Bref, pour moi il y a SURTOUT d’une part des usagers qui n’ont pas franchement envie d’entendre votre message (et j’en étais un avant de vous lire) et une communication des grévistes et/ou organisations syndicales les soutenant peu performante.

    Ensuite, sur votre paragraphe intitulé : « La réforme ferroviaire elle-même… ».
    Si la réforme est bien telle que votre schéma la décrit (et j’essaierai de me documenter 🙂 ), je vous soutiens complètement. Ce redécoupage n’apportera pas grand chose, si ce n’est comme le soutiennent certaines rumeurs, clarifier une situation pour de futur acheteurs d’enteprise…

    S’agissant du second point : « … et ce que l’on fait passer dans le même temps ».
    Tout d’abord un point sur lequel je vous rejoins est que la remise à plat des condtions de travail, par les temps qui courent, est rarement favorable aux salariés.
    Concernant vos conditions de travail, si j’ai bien compris votre énoncé, je fais les déductions suivantes :
    1 – Vous travaillez un certain nombre de dimanche par an, mais peut-être plus à l’avenir.
    2 – Vous bénéficiez de 104 jours (2*52) de repos hebdomadaires mais pas nécessairement samedi-dimanche, ce chiffre pourrait être revu à la baisse.
    3 – Vous effectuez des horaires décalés, i.e. travail nocturne récurrent (« j’ai fini le boulot à 4h30 »).
    De mon point de vue, pour avoir déjà travaillé de nuit et les dimanche, vos revendications sont légitimes. Je trouve qu’elles brouillent cependant le message du mouvement, qui serait le rejet du projet de loi.
    apportent un

    Enfin, je n’ai donc pas de récrimination à vous objecter, vous avez le droit de faire grève et vous le prenez, pour des motifs qui me semblent de plus légitimes.
    Alors vous me direz, « pourquoi contestez cette grève ? », parce que ce genre de mouvement ne correspond plus à notre époque, ne passione pas les foules et ne suscite que peu d’adhésions (combien d’autre commentaires vous soutenant ?).

    De mon point de vue, il serait plus profitable :
    – d’opposer à ce projet une contre-proposition argumentée et construite sur vos expériences d’hommes et femmes de terrain,
    – celle-ci soutenue par certains parlementaires,
    – associée à un lobbying actif à l’Assemblée et au Sénat afin d’en ralier un maximum ;
    – agrémenter le tout d’une communication forte et re-centrée sur le rejet du projet Gouvernement/SNCF.

    Je vous souhaite en tout cas d’obtenir : les moyens de bien faire votre travail dans le respect de votre santé et celui de votre famille.

    Syndicalement vôtre,
    Sébastien K.

    • DAvid dit :

      De mon point de vue, il serait plus profitable :
      – d’opposer à ce projet une contre-proposition argumentée et construite sur vos expériences d’hommes et femmes de terrain : C’est déjà fait depuis 2 ans.
      – celle-ci soutenue par certains parlementaires : certains oui mais pas du coté de la majorité et de la droite, c-a-d 90% du parlement.
      – associée à un lobbying actif à l’Assemblée et au Sénat afin d’en ralier un maximum : le lobbying européen et pro concurrence est beaucoup trop puissant.
      – agrémenter le tout d’une communication forte et re-centrée sur le rejet du projet Gouvernement/SNCF. La communication externe est très limité. On ne force pas les gens à aller sur un site internet pour se renseigner. Les médias mainstream ont déjà fait leur choix, ou on leur impose je sais pas.

  143. Bigoody dit :

    Au passage, puisque les posts sont à priori modérés… Comment pouvez vous laisser dire cela ?
    « Aujourd’hui ils qualifient les grévistes de preneurs d’otages il y a 75 ans ils dénonçaient leurs voisins. »

  144. fabio dit :

    Si je ne conteste pas le moyen de contestation, je conteste la façon dont c’est fait.

    Les manifestants des péages, laisse passer les usagers gratuitement.
    Les agriculteurs contre la grande distribution, distribue gratuitement ou a prix inférieurs les fruits et légumes.

    Les cheminots c’est toujours au détriment des usagers.
    Certain sont obligé de dépenser leur congé à cause de la grève. 5 semaines par an c’est déjà pas énorme pour un boulot pénible. D’autres partent à 5h00 de chez eux pour être sûr d’arriver à leur boulot et ne pas se faire virer.
    Tout cela rend les gens mécontents envers la SNCF et les syndicats ferroviaire et les grévstes.

    C’est alors facile et naturel lorsque l’on est en colère aprés une journée de galère dans les transport d’écouter plus attentivement ceux qui vous conforte dans votre opinion.

    Je ne suis pas apte à juger si cette grève est justifiée ou non. Pourquoi devrais je plus croire ce qui est écrit ici que ce qui est dit dans les média. Aujourd’hui tout le monde ment pour garder son prés carré. Donc je ne ferais pas de commentaire pour savoir si oui ou non il est logique de faire cette grève.

    Le seul point qui me navre, c’est que demain, aprés avoir dépensé 3 jours de congé, je devrais prendre un train à 5h00 car aucun des trains suivants ne va tourner et que c’est la seule manière pour moi d’arriver à l’heure à mon trvail et ne pas me faire virer. Et je risque de faire ca pendant encore quelques jours. Le pire c’est que malgrés tous ces problème je devrais payer ma place plein pot et encore si j’ai la chance d’être assis. Alors pour cette raison, je n’ai pas de sympathie pour les cheminots et pour leur mouvement.

    Les gens du gouvernement, ils ne prennent pas le train lorsqu’il y a grève. Alors en quoi ce mouvement les dérange ?
    Pourquoi devraient ils négocier quoi que ce soit ?
    Par contre, si l’ensemble des usagers usaient des transports gratuitement durant tout le temps de la grève je pense que la SNCF négocierait beuacoup plus vite avec vous et les usagers seraient plus favorables à votre cause.

    Pensez y …

    • DAvid dit :

      Vous avez été contrôlé pendant ces jours de grève ? Je pense que non.

    • David dit :

      « les manifestants des péages laissent passer gratuitement » sauf que ce ne sont pas les employés des péges, mais les gens qui manifestent sur les péages. pour les agriculteurs, ils ne font pas passer à la caisse des supermarchés les gens gratuitement. vraiment rien à voir, comparaison absurde.

    • DAvid dit :

      Le code du travail nous interdit de laisser passer ou de déclarer la gratuité. Par contre, rien nous oblige à faire du contrôle. Et je doute fort, mais alors très fort que vous soyez contrôlé pendant les grèves.

  145. emi dit :

    Merci pour ce travail pédagogique et éclairant.
    Merci de me donner les moyens de réfléchir et non de réagir sur cette grève.
    Merci pour l’information au public bien faite.
    Et surtout : bon courage pour la suite, citoyen.

  146. gheorghe dit :

    Si seulement il existait une vrai déontologie journalistique ça ferai du bien et surtout créerai un véritable 4 eme pouvoir pouvant faire pencher la balance face au politicien.
    Car les seuls vrai profiteurs, parasites, privilégiés non créateur de richesse pour la France se sont nos trés cher politiciens qui pourtant arrive à nous faire croire chaque année que c’est une nouvelle catégorie de travailleurs qui sont des privilégiés, une année les médecins, une année les cheminots, une année les routiers, une année les profs, une année les intermittents.
    Mais jamais les politiciens.

    • simon dit :

      A ceux ci il faudrait ajouter les syndicats.

      Car jamais aucune solution n’est venu d’eux , les syndicalistes professionnels ne sont payés qu’à faire parler d’eux. Ou va l’argent qu’on leur donne, qu’en font ils? Pourquoi donner un droit de représentation et des responsabilités à des gens qui ne savent même pas à quoi votre travail ressemble?

      Posez vous les bonnes questions!

      l’obstination va souvent de paire avec l’aveuglement, on en oublie de prendre du recul sur ce qu’on veut vraiment et comment l’obtenir.

      En bref, cherchez des moyens de faire, plutôt que des excuses pour ne pas faire.

      Des gens intelligents à la SNCF, j’en connais beaucoup, et je suis souvent étonné de voir les propagandes qu’on leur sert à tout bout de champs sur le capitalisme, le néo-libéralisme, etc… c’est ridicule, et le plus ridicule c’est le nombre de personnes qui y adhère.

      Le droit de grève existe et c’est très bien, mais exprimez vous concrètement, montez une véritable argumentation, soyez percutant et rendez des comptes. essayez de prendre en compte la situation globale plutôt que de vous concentrer sur vos petites personnes.

      on a rien sans rien, et juste dire « pas content » , ça ressemble plus à un caprice d’enfant qu’à celui d’un adulte responsable.

      Bonne soirée à vous

  147. Mario dit :

    Solidaire je suis, et ne suis pas la seule. Tenez bon, seul un mouvement de grande ampleur et dans la durée pourra faire plier ces faux socialistes valets de l’Europe, qui se comporte elle-même comme un larbin de la Finance. Un petit débrayage ponctuel ne sert à rien, ça les fait rigoler, faites-les pleurer comme nous pleurons aujourd’hui la Gauche et tous nos espoirs perdus, et une certaine idée de l’Europe et de la Société solidaire bafouées.
    Ce n’est pas quand tout sera signé qu’il faudra réagir, et chialer sur le Service Public aux oubliettes, vos enfants au chômage ou avec un salaire qui ne leur permet pas de vivre (vous les supporterez chez vous jusqu’à 40 ans ?)Pourquoi faudrait-il tout niveler vers le bas, ce qui est la norme aujourd’hui ? Le combat des cheminots pour leurs droits est celui de tous les travailleurs, n’oubliez pas que le dessein des gens qui nous gouvernent est de TOUT déréguler, et privatiser : santé, transports, éducation, culture.
    Alors, c’est vrai, c’est dur de poireauter dans les gares, d’attendre un train, mais ce n’est rien en comparaison avec la galère qui nous attend, enfin, surtout les générations futures, dans les 15 années à venir. Je ne voudrais pas être à leur place.

  148. Stephane dit :

    Bonjour,

    Interessant de voir toutes les réactions.
    certes, la plupart dictées par le sentiment d’injustice…….injustement dicté par les médias et incidents type gréve.
    Je pense qu’effectivement l’image n’est pas rose et la réalité forcément différente.
    Mais,car il y a un mais,
    Je suis trés proche d’un conducteur SNCF et j’ai une idée trés précise de son quotidien:
    Oui, les horaires changent, mais:
    cela passe par des arrangements entre eux, pour avoir un emploi du temps trés trés flexible (je prends ton lundi sur le Paris-Dijon, tu prends mon vendredi Paris-Reims).
    Au final, mon cher conducteur est disponible chaque instant qu’il juge important dans sa vie et comptabilise 2-3 jours de travail (certes des jours pouvant aller jusqu’à 10/11h d’absence de chez lui voir plus) pour 3/4 jours de repos par semaine (pas toujours Samedi Dimanche c’est vrai).

    Oui les horaires sont durs, mais:
    quand il travaille de nuit (comprenez, quand ca dépasse 21h ou quelque chose comme ca) combien de jours de repos derriere?
    C’est bien simple, en travaillant à plein temps, il a réussi à construire sa maison lui même en 2 ans!!

    Oui il faut se battre pour ces conditions de travail, mais:
    La plupart du temps, que font les grevistes pendant, la gréve: ils battent le parvis devant l’assenblée nationale me direz-vous!
    Bien non, ils restent chez eux, réalisent des projets personnels ou partent en petit week-end en milieux de semaine.
    les gréves, ce sont des congés (pas payer certes, enfin au début, car bien souvent la levée du piquet de greve est conditionné au paiement des jours de greve…CQFD)

    Oui la retraite n’est pas à 50 ans, mais
    Mais si…..elle sera bien à 50 ans pour lui (il la prépare déjà)

    Oui, les primes ne sont pas prise en compte dans la retraite, mais
    Mais la retraite sera calculée sur les 6 derniers mois d’activité, trés souvent largement supérieurs à la moyenne (une petite promo sur la fin de carriere….)

    Bon, je veux pas stigmatiser, mais l’écart est réel avec le reste du monde.
    Oui ce sont des acquis de haute lutte, mais aujourd’hui, sans pour autant niveler par le bas, il faut comprendre que certaines choses ne sont plus tenables.
    Les régimes spéciaux en font partis.
    Pour autant, je suis d’accord avec la nécessiter de combattre une sophistication managériale comme il est question ici, mais de grace, acceptez la remise à plat du modele avant que l’ensemble de la structure ne s’écroule, car un jour, il n’y aura plus d’argent pour tout ca.

    Amicalement

  149. cyril dit :

    Bonjour,

    J’aurais juste une petite question à poser, afin de mieux comprendre la situation que je subis.
    j’ai lu ce midi (sur le site de 20 minutes je crois) qu’il y aurait 14% d’agents SNCF participant à cette gréve. Or, le trafic, notamment sur ma ligne, est particulièrement perturbé (1 train sur 3). Comment peut il y avoir une conséquence si importante pour si peu de grévistes ? Les chiffres annoncés seraient tronqués ? Ou bien y aurait il une autre explication ?

    Merci.

    Cyril

    • Sylvain Bouard dit :

      On se pose tous la question sur la véracité des chiffres surtout que, dans le même temps, nous sommes de plus en plus nombreux en assemblée générale.

    • erikantoine dit :

      la réponse est dans la question je pense.
      Il faut arrêter de prendre pour de l' »information » les dires de la presse de caniveau (20 mintues, sac à pub), Dasssaut-UMP (Figaro), Le Monde (Niel-Pigasse-Bergé) etc.
      les éditocrates sont majoritairement contre les mouvements sociaux, ou relaient la com’ des patrons, je ne sais. La stratégie est la même à chaque fois : « la grève est peu suivie, d’ailleurs elle l’est de moins en moins », « les usagers sont pris en otage », « les revendications sont sans rapport avec le projet, les grévistes n’ont rien compris », « ils sont privilégiés et égoïstes, regardez toutes nuisances provoquées pour une réforme qui ne fera qu’améliorer les choses ».

      Ce n’est pas une analyse des motifs et des aspects d’un conflit à laquelle nous avons droit, c’est une rhétorique mécanique qui ressert à chaque mouvement social d’ampleur. à part ça, après tant de merveilleuses réformes (parce qu’elles passent quand même, si vous n’avez pas remarqué), vous trouvez que ça s’arrange ?

  150. Nat180 dit :

    Pardonnez moi mais vous dites « Quel est le seul droit qu’à un salarié pour contester une décision de son employeur ? La grève. »…

    Bizarrement, si moi je fais ça, je me fais virer, c’est fou non ?!

    Il y a une chose aussi, qui s’appelle les entretiens annuels et les entretiens tout court d’ailleurs dans le privé. C’est bizarre mais on entend par parler à tout bout de champs de la grève de la boîte Truc ou de la boîte Bidule.

    Sinon il y a aussi autre chose pas mal quand on est pas content de sa direction dans le privé : c’est changer de boîte.
    Je dis ça je dis rien.

    Mais bon, la grève au moment du bac et des départs en vacances, on a l’habitude maintenant ! Seulement arrêtez de vouloir séduire les usagers, c’est peine perdue !

    • Sylvain Bouard dit :

      J’ai fais grève en étant dans le privé et je ne me suis pas fait virer. Bizarre…

      • Nat180 dit :

        C’est bien, en plus vous êtes un fervent gréviste, ça me donne encore plus envie de (ne pas) vous soutenir !
        Vos boîtes sont sacrément cool soit dit en passant, on est pas tous traiter à la même enseigne ! (ou alors vous étiez au cars d’Orsay ?! 4 semaines de grève SANS LE MOINDRE service minimum !)

        • Sylvain Bouard dit :

          Fervent gréviste ? Non, seulement quand j’estime que la situation est assez grave. J’ai donc fait la grève contre la réforme des retraites fin 2010, une journée en 2013 pour la retraite également et celle en cours.

  151. RM dit :

    Merci Sylvain, pour cet éclairage vers lequel le site « arrêtsurimage » dirige (billet quotidien de Daniel Schneidermann).
    Je partage le propos à 100 %.
    Félicitations et merci à vous pour cet effort de défense de nos acquis sociaux, dont on profite collectivement.

  152. lionos dit :

    Merci pour cet article qui nous donne de vraies informations !

    Après, je vais vous donner une vue d’ensemble d’un point de vue usager (client) de la SNCF
    Merci de bien lire ceci entièrement comme j’ai bien lu votre article :

    Je suis usager du RER B branche Mitry…. Autant dire, depuis mercredi dernier, je prends la voiture (car j’ai la chance d’en avoir une).
    Ce que je ne comprends pas, c’est qu’on a l’impression en tant qu’usager (client) de la SNCF d’être pris pour des cons (je parle bien là de votre direction, non de vous et vos collègues)

    Comment accepter voir deux augmentations de tarifs par an pour l’abonnement Navigo déjà relativement cher quand on voit la qualité de service (toutefois amélioré sur ma ligne depuis Septembre 2013 et les trains plus fréquents et omnibus)

    – Les vieux RER B « rénovés »… des beaux autocollants tout neufs et des belles lumières qui clignottent, mais moins de places assises et disparissiont des strapontins ainsi que des rangements pour les valises (en haut) alors que cette ligne dessert les 2 aéroports…

    – Incidents trop fréquents (en moyenne 2 fois par semaine sur mon trajet)
    Je ne parle pas des certaines fois où l’on était bloqués plusieurs HEURES dans un train entre deux gares dans le froid sans chauffage ou au contraire en plein soleil et écrasés comme des sardines…

    – Le manque d’informations données aux usagers (et souvent aussi aux conducteurs) et actions lors d’incident
    Durée et nature de l’incident – moyens mis à dispositions des usagers – attestation de retard SNCF…

    Mais je suis aussi de temps en temps usager de trains grande lignes…
    – Comment accepter voir le tarif d’un voyage en train plus cher par passager qu’un trajet en avion ou qu’un trajet en voiture individuelle ?

    Exemple :

    passager :
    Paris –> Châteauroux = 1p 40€ (Corail THEOZ) + location pour se balader sur place…
    Paris –> Châteauroux = 1p 15-20€ (covoiturage) + location pour se balader sur place…

    Conducteur :
    Paris –> Châteauroux = 1p 50€ (autoroute péage 19€40 compris)
    Paris –> Châteauroux = 1p 30€ Nationale

    Donc à moins d’être seul dans la voiture et de prendre l’autoroute, les trajets en voiture sont plus avantageux… ce qui est un non sens en période écocitoyen…

    Je ne peux pas donner l’exemple de prix précis car je ne suis pas usager de cette ligne, mais Paris –> Toulouse est plus avantageux par avion que par train autant niveau tarif que niveau temps de trajet.

    – Les nouveaux modes de tarifications complètement incompréhensibles où l’on peut payer deux fois plus cher une place dans un même train quand on la prend en avance contrairement à quelqu’un qui la prend au dernier moment (complètement ilogique)…

    – Le fait de pouvoir se retrouver sans place assise sur un trajet de plusieurs heures après avoir payer un tarif normal…

    Bref tout ça pour dire qu’avec ma vision de passager j’ai l’impression que si votre direction voulait tuer le rail, elle ne s’y prendrait pas autrement.
    Personnelement, j’en ai été dégouté pour les grandes lignes et ne l’utilise que quand j’y suis obligé (alors que j’aimerais pouvoir utiliser les temps de trajets à me reposer plutôt qu’à conduire et me fatiguer)

    Après pour le mouvement sociale, je comprends vos inquiétudes et je les parage…raient si vous preniez aussi le temps de vous mettre à la place des millions de passagers impliqués contre leur volonté.

    Pensez-vous que l’on veuille se placer à vos côtés
    – Quand on vous fait voyager dans un trains blindé pire qu’une bétaillère
    – Quand des personnes font des malaises dans les wagons du fait de cet amassage de passager.
    – Quand on supprime vos trains et que vous devez prendre la voiture et les bouchons amplifiés (si on a la chance d’avoir une voiture).
    – Quand on doit avancer des frais (carburant / taxis / autolib’ ou autre…) en attendant un éventuel remboursement de la part de la SNCF pour ces journées de dysfonctionnement…
    – Quand on risque de perdre son emploie e à cause de retards répétés

    Voilà mon point de vue, donc OK il faut défendre le droit de grêve, mais là, le rapport entre le nombre de millions de « petits travailleurs » laisés plus ou moins gravement vous fait encore plus passer pour des privilégiers qu’autre choses (je parle d’image donnée aux gens, pas de ce que vous êtes réellement)

    Donc OUI faire grêve en faisant service gratuit est ILLEGAL, comme retenir son employeur dans son bureau pour le cas des CONTI.
    Mais quand on veut frapper fort, on prend les risques qui vont avec !

    Nous usagers seront plus tenter de vous défendre en cas de représaille dans ce cas là que si c’est nous qui sommes victimes de la grève comme aujourd’hui(faut pas abuser non plus, on est pas MASOs) !!!

  153. Jacques dit :

    Je ne comprends pas…
    J’ai fait 4 ans de Marine Nationale (pas le droit de faire greve donc), la vie de famille a été inexistante, mais… c’était mon choix ! Quand ça ne m’a plu convenu, je n’ai pas crâché dans la soupe, je suis parti. Alors du personnel roulant qui s’inquiète de ne pas être chez lui assez de dimanche, il devrait peut-être se demander s’il est à la bonne place.
    Quand bien même le droit de greve… Bloquer un pays… Ok, les bacheliers blablabla, et il y a tous les autres cas qui font moins jaser, ceux qui ratent un enterrement, un mariage, une embauche.
    Donc vos craintes là, qui ne respectent pas trop la libre circulation des personnes, (suis-je bête c’est à moi d’acheter une voiture, de réserver des cars qui n’existent pas… service public : snif…) , qu’elles soient alarmistes ou justifiées, enfin je sais pas, un service minimum, pour que ça roule, pour que les usagers ne se sentent pas pris en otage, ça parait tellement insensé ?
    J’ai vraiment du mal avec certains syndicats, mais bon… c’est sûrement parce que comme le reste de la populasse, je parle sans savoir.

    • Stéphane dit :

      Il y a bien un service minimum, en tout cas pour le TER PACA. Mais c’est vraiment le strict minimum, et beaucoup de gens sont restés à quai ce matin, avec le train suivant en fin d’après-midi…

  154. Ok, je comprends mieux les motifs du mécontentement des employés de la SNCF et donc des grèves.

    Mais : est-ce la grève est vraiment utile ? Actuellement, les seuls victimes dans l’histoire, ce sont les voyageurs et les clients. La société (les costard-cravates, j’entends) s’en foutent un peu et grève ou pas grève, les réformes qu’ils veulent faire passer passeront (comme les autres, dont la séparation RFF/SNCF en 97 dont vous parlez).
    Je ne dis pas qu’il faut se laisser faire, au contraire, mais franchement là, les grèves ne font vraiment chier que les voyageurs. Il faudrait trouver autre chose (après, on me dira que la grève est le dernier recours si tout le reste ne marche pas, mais de mes yeux je pense qu’à la SNCF, la grève est le premier recours, justement : vous battez quand même des records).

    • nico dit :

      Les grèves ont un réel impact économique vu que la journée ne récolte aucun argent, ce qui met la pression sur la société.
      Par contre, les autres solutions sont AMHA très très dangereuses. Par exemple, on entend parfois des gens proposer de ne pas faire payer les billets mais de quand même circuler. Mais j’imagine qu’il y a des lois qui condamnent le travail gratuit ou l’usage des outils de travail dans un contexte refusé par l’employeur. Du coup, si un gréviste fait ça, il risque d’être condamner à rembourser les pertes, soit un réel suicide pour le gréviste et sa famille.
      Les grèves telles qu’elles sont faites sont les meilleures idées qui existent.

      Le problème, c’est que le grand public victime des grèves s’énervent sur les grévistes et pas sur la société elle-même, faisant ainsi le jeu de la société elle-même. Au final, on risque d’avoir de plus en plus de grèves, vu que la société va de moins en moins se gêner pour prendre des décisions qui provoquent des grèves, vu que ça détruit l’image des grévistes.

  155. Jean-Guy Milon dit :

    Bonjour
    Quelqu’un pourrait-il m’expliquer pourquoi si je prends l’avion je suis un client de la compagnie aérienne, si je prends ma voiture, je suis client de la société d’autoroute, mais si je prends le train malgré que je paie mon billet, je deviens un simple usager.
    En gros quel est la différence? est-ce un privilège?

    • Sylvain Bouard dit :

      C’est du vocabulaire qui ne change pas grand chose et je ne comprends pas bien pourquoi tout le monde s’agace avec ça. Personnellement, je mets tout le monde d’accord et je parle de voyageurs.

      Sinon, pour vraiment faire du lexique, il semble qu’usager est lié à service public. Dans ce cas, on est usager dans un TER ou un RER et client dans un TGV. Bref, trop compliqué, je parlerai donc encore de voyageur.

      • Jean-Guy Milon dit :

        Si ça change si Air France fait gréve tu prends une autre compagnie. Si c’est la SNCF tu marches à pied.

  156. Je suis un privilégié! 🙂
    J’habite dans une petite commune, Bandol, je me déplace en scooter pour aller travailler, je ne prends jamais le train.
    Il m’arrive parfois de penser à ceux et celles qui doivent utiliser le rail tous les jours, matin et soir toute l’année et je ne peux pas de fait, me mettre à leur place lorsque ce moyen de locomotion est en panne!
    Ce doit être la galère!

  157. L. dit :

    Bonjour,

    En tant que « Libéral », j’ai apprécié votre article.

    Ayant travaillé dans une filiale de Fret, je rejoints dans une grande partie vos revendications,

    J’aimerai néanmoins réagir à votre dernière phrase qui insulte ceux qui se sentent Libéraux,

    Libéral n’est pas une insulte, Libéral ne veut pas dire que l’humain doit s’effacer devant l’argent. ce que vous décrivez, je l’appelle le capitalisme de connivence et les libéraux sont contre !

    Libéral, cela veut dire que nous remettons l’humain devant l’état, et à ce titre, nous pensons que les conflits de la SNCF devraient être réglés en interne de la SNCF, dans un contexte concurrentiel, car la compétition amène toujours un meilleur service au final (les monopoles d’état ou privés sont justement la plaie que les libéraux sur le plan économiques souhaitent combattre).

    La devise de la France, c’est Liberté, Egalité, Fraternité. Libéral n’est pas une insulte, la défense de la liberté n’est pas une insulte. (la plupart des grands penseurs libéraux français étant issus de la gauche, sachez que l’Egalité et la Fraternité sont des valeurs également partagées)

    • Sylvain Bouard dit :

      Il est vrai que j’ai utilisé le mot dans son sens le plus communément admis et non son sens premier.

    • erikantoine dit :

      « la compétition amène toujours un meilleur service au final »
      ???????? des exemples historiques concrets de ce « toujours » pour des biens d’usage communs nécessaires à une société complexe de plusieurs millions d’habitants sur un territoire un peu étendu pour illustrer cette fable libérale ? Corrélé avec l’évolution du prix du service et les conditions de travail des gens qui produisent ces biens et services bien sûr, sinon ce serait trop facile…

  158. Marie dit :

    Merci pour cet article éclairant.

    Je rejoins l’avis de certaines personnes ici. Votre combat est louable mais la désinformation fait son oeuvre. Si vous voulez avoir une légitimité auprès des usagers, il faut que vous trouviez des moyens d’inverser cette tendance sans faire gonfler le budget com. Internet est effectivement la solution idéale pour ça.

    En vous organisant pour avoir des présences sur les réseaux sociaux, voire pourquoi pas un site pour pallier au manque d’information de votre boîte sur les dates des grèves, des explications claires des revendications, des infos sur les circulations, une redirection sur des sites de covoiturage, etc …
    C’est une guerre d’information, et si vous vous démerdez bien vous pourriez regagner en popularité.

    Concernant cette histoire de grève des billets de train. Si les contrôleurs n’ont pas le droit de laisser les gens monter sans faire leur boulot, ne pourraient-ils pas être les seuls à faire grève ? Ils ne seraient ainsi pas sur leur lieu de travail. Avec l’information qui circule suffisamment longtemps à l’avance ça pourrait faire un vrai effet de com : « Grève des contrôleurs, tous les trains circuleront mais il n’y aura pas de contrôleur dedans » …
    Quoi que pour que ça fonctionne il faudrait que 100% des contrôleurs fassent grève, sinon les usagers risquent d’avoir des surprise. Ou alors il faudrait un affichage vraiment efficace.

    Bon courage en tout cas.

    @ Fred :
    Si vos conditions de travail sont mauvaises, vous avez bien tort de vous taire là-dessus. Surtout en tant qu’enseignant … vous n’avez pas envie que vos élèves aient accès à un enseignement de qualité qui leur donnerait leur chance dans la vie ?
    Il y a des personnes moins bien loties que vous ? Mais il y en aura toujours !! Il faut attendre quoi pour demander des conditions de travail décentes ? D’avoir à se prostituer pour boucler les fins de mois ?

    Tant qu’on restera soumis et qu’on fermera notre gueule ceux qui nous dirigent n’auront aucune raison d’améliorer nos conditions. Si ça passe, pourquoi se priver ?
    Si les cheminots ont gardé aussi longtemps leurs privilèges, c’est qu’ils ont eu le courage de se battre pour. Au lieu de les accuser de s’accrocher à leurs privilèges, vous utiliseriez mieux votre énergie à vous battre pour les vôtres. Il n’y a pas de sacrifices à faire. L’argent est là, mais il est mal réparti, et ça empire encore pendant que les petites gens sont occupées à se déchirer entre elles.

    Vive les grévistes !

  159. Sécotine dit :

    A l’heure où les hautes sphères dirigeantes ont pour ligne de conduite de diviser pour mieux régner, je suis rassurée de lire cet article qui nous donne un autre son de cloche, et… Un peu consternée de lire les commentaires.
    Apparemment le lavage de cerveau fonctionne, car beaucoup, ignorants des réalités du métier, parlent de « privilèges » et de « prise d’otages » (sympas pour les VRAIS otages…) sans s’interroger plus sur le pourquoi du comment.
    Bravo et merci pour cet article on ne peut plus clair, et félicitations pour votre self contrôle dans vos réponses !

  160. Kalaa dit :

    Je viens de lire votre article et l’ensemble des commentaires qui ont été fait.
    Je vous remercie tout d’abord des précisions que vous avez fait au sujet de cette grève et des explication claires que vous pouvez donner.
    Je suis surpris de voir certains commentaires…il faudrait demander au personnes qui critiquent votre mouvement ou votre système de retraite si ils ont postulé afin d’entrer dans la grande famille du rail.
    Personnellement je suis dans la métallurgie, nous avons une convention qui vaut ce qu’elle vaut…mais j’assume mes choix et je ne vais pas critiquer ou envier celle du voisin.

    Peut-être que si tous les salariés, plutôt que d’être individualistes, s’était réeellement battu pour sa convention ou le droit du travail…peut-être même que ceux qui critiquent n’ont même jamais fait grève, ne serait-ce que pour conserver des acquis durement obtenus par leurs prédécesseurs (a grand coup de grève qui sait^^).

    Personnellement, quand je suis dans un avion ou dans un train, je suis content de savoir que l’aiguilleur du ciel ne travaille que 2h30 d’affilé avant d’avoir une pause ou une coupure, ou que le machiniste a eu ses 12h de repos…cela même qui critiquent une nouvelle fois seront les premiers à aller porter plainte contre la sncf si cela n’avait pas été respecté lors d’un accident ou il seraient touchés (de près ou de loin).

    Maintenant faut pas se tromper de cible…quand tout le monde aura compris que c’est le gouvernement, quelque soit sa couleur depuis plusieures dizaine d’année d’ailleurs, qui tente de discréditer des mouvements ou des actions, qui tente ou font passer des lois qui nous ramène petit à petit en arrière nous aurons fait un grand progrès. Diviser pour mieux régner n’est pas forcément qu’une vue de l’esprit…

    Bonne soirée et bonne contiuation.

    Tenez bon

    K.

  161. Philippe dit :

    Avez-vous le droit de décréter « aucun contrôle sur les lignes » ? Est-ce que, par là, vous ne feriez pas mal à l’entreprise, tout en vous attirant la sympathie des voyageurs ? Ou une grève du zèle (mais pour ça, il faudrait déjà l’avoir pratiqué au moins une fois, le zèle) ? 🙂

    De plus, pourquoi aller à la table des négociations, si c’est pour envoyer tout balader quand vous n’obtenez pas ce que vous vouliez ? Autant envoyer une liste de revendications, et un calendrier des grèves prévues en cas de refus de ces revendication, non ? D’ailleurs, quid des non-grévistes (quelle proportion) ? J’m’en-foutistes ? Socio-traitres ? Ou peut-être ont-ils simplement une autre lecture et un autre avis ?

    Aussi, quelle est cette posture de vierge effarouchée quand on vous parle de « clients », terme auquel vous préférez celui d' »usagers » ? Ca fait longtemps que la SNCF n’est plus un service public; elle en a encore l’apparence du fait de son monopole, mais ni ses dirigeants, ni la plupart de ses employés, n’ont la vocation du service public chevillée au corps. La plupart des employés de la plupart des services publics n’y sont que pour bénéficier des (quelques) avantages, mais surement pas par vocation républicaine (ceux qui veulent vraiment défendre le service public, ils sont la portion congrue qu’on voit aux manifestations pendant que les autres restent au chaud chez eux). Voir ci-dessus le commentaire d’un cheminot qui précise bien n’être entré à la SNCF que pour la sécurité de l’emploi.

    Au final (et contrairement à ce qui est dit plus haut), si vous cherchiez un exemple de monopole dont le démantèlement a entrainé une baisse des prix, il y a France Telecom. Le prix des communications a tellement baissé qu’elles sont maintenant gratuites. France Telecom qui, pendant des années avant le dégroupage de la boucle locale, nous serinait qu’il pratiquait déjà les prix les plus serrés, a bien réussi à les faire encore baisser une fois que la concurrence des fournisseurs d’accès à Internet est entrée dans la danse.

    Bref, je ne vois pas vraiment en quoi votre discours est plus mesuré et plus objectif que celui d’un syndicaliste partisan.. Il devient même victimaire quand vous évoquez vos difficultés à vous faire entendre. Y a-t-il eu une lettre ouverte dans un quelconque journal national ? Un plan com’ dans les medias grand’public ? Vous voulez nous faire croire que la CGT ou SUD ne sait pas décrocher son téléphone et se faire inviter dans les journaux tv ou autres émissions d’interview (style Bourdin) ? N’est-ce pas plutôt votre radicalisme qui vous rend inaudible ? Certains syndicalistes ne sont-ils pas tout simplement des caricatures, très forts pour faire prendre aux cheminots des vessies pour des lanternes, mais très incapables dès qu’on les met en face de gens ayant un minimum de sens commun ?

  162. Stéphane dit :

    Bonjour, Je vous adresse tout mon soutien pour avoir le courage de défendre vos droits, malgré le système politico-médiatique qui accuse sans arrêt les syndicats. Comme vous le dites, le libéralisme est néfaste pour tous les salariés.

  163. LE CACHER dit :

    Bonjour
    Il est toujours intéressant de constater qu’il n’y a pas plus conservateur qu’un syndicaliste jusqu’au boutis-te.
    Les peuples, comme vous dites dans votre dernier commentaire, se sont débarrassés avec la plus grande vigueur et joie des soit disant régimes sensés savoir ce qui était bon pour leurs bonheurs, dès que la féroce répression a faibli à mesure que ses auteurs venant du peuple eux même ont mesuré la bêtise de ces régimes. ils tombés à cause de ce conservatisme stupide.
    les syndicats Français, depuis la chute de ces régimes iniques, ne sont plus que des organismes destinés à gérer, grâce à leur pouvoir de nuisance , des situations de monopole au profit d’une minorité de salariés , pas tous fonctionnaires d’ailleurs.
    votre argument qui consiste à mettre en exergue l’intérêt des usagers pour justifier votre « action » est pitoyable.
    Il n’y a pas pire, comme fournisseur, qu’un fournisseur étatique dont la grande majorité des salariés se f… royalement du client.
    I suffit de constater le changement réalisé il y a des année chez EDF, ex France telecom, GDF…., qui a pris en compte le client, et non l’usager, quel bonheur .
    La notion même de monopole de certains syndicats « représentatifs » aux élections dans les entreprises est scandaleuse.
    Les salariés de la sncf observent , lentement mais surement, comme les fameux peules européens, votre obsolescence en votant de moins en moins à chaque élection pour ces syndicats historiques.
    ils se réveilleront sans doute un jour pour, enfin, sortir définitivement ces syndicats ultra conservateurs et partisans, du réel jeu économique.

  164. laville dit :

    cassiopee dit : 11/06/2014 à 16:10 ….. tu as raison pour les pseudos privilèges.
    Un petit rappel pour les « ne sachant pas ».
    C’est par la convention du 31 août 1937 que l’état créa au 1er janvier 1938 la SNCF par suite de l’énorme déficit des réseaux privés. Ce même état qui continue la gestion du rail de manière empirique –par ex.: les milliards dépensés pour contourner les vignobles des cotes du rhone par la ligne TGV -.
    Rude fut la bataille du rail pour :
    -les cantonniers, bourrant les traverses par tous les temps,
    -les SUVT et CTR, un à chaque bout du train dans un fourgon chauffé au charbon –mais avec WC- faisant les manœuvres de desserte dans les gares
    -les conducteurs assurant un TEE + un MSG + coupure + messagerie puis repos
    -les intérimaires avec leur véhicule personnel -comme les gardes-barrière, qui ne pouvaient prendre le train puisqu’il- venait de passer
    – les gens dans les triages grassement payés au lance-pierres –aucun ministre ne s’est déplacé lorsqu’un auxiliaire espagnol se faisait couper un membre ou coincer entre deux tampons-.
    Etc, etc….
    Car il est vrai que ce dangereux métier n’attirait pas les foules d’où l’embauche de personnel étranger recruté en droit commun et le annonces alléchantes de la SNCF durant les sixties pour combler le manque créé par les classes creuses.
    C’est alors qu’une armada de méridionaux quitta sa province pour exercer une profession que les locaux désertaient –n’hésitant pas à démissionner- pour entrer dans le privé moins dangereux, mieux considéré et mieux rémunéré. Le seul gros avantage de ces déshérités consistait en un transport gratuit leur permettant de rejoindre leur famille après 7 jours de travail en trois fois huit heures (7 soirées , 7matinées, 7 nuits) plus –aussi- la sécurité de l’emploi et, pour les plus fortunés résidant dans un grand centre, d’avoir un lit dans un dortoir et une cantine.
    Prévus à l’origine pour dépasser les 400000, les cheminots, aujourd’hui, sont –environ 160000 de par la grâce d’un état qui s’est engagé à verser une soulte à la SNCF pour chaque emploi supprimé
    Ce qui nous amènera à avoir une société qui, petit à petit, ne disposera que d’un personnel d’excellence gestionnaire de travaux confiés à des sous-traitants.
    Doit-on, pour ceux là, parler de privilèges (comme dans toutes les professions ; en vrac : les journalistes qui déblatèrent à la télé(30% d’abattements fiscaux pour frais professionnels, les parlementaires qui médisent les uns des autres, les professions libérales, les magistrats de la cour des comptes…)
    Il est vrai que s’ils étaient moins payés, on aurait plus de personnel à la disposition des usagers –en France, un utilisateur du service public est un usager- ; mais c’est aussi les cas des militaires, gendarmes, policiers et autres fonctionnaires et assimilés.
    A présent, et comme déjà dit, rien n’interdit à quelqu’un d’entrer à la SNCF à paris, par exemple, où, pour entre 1300 et 1500€ , il pourra festoyer grassement avec les subsides qui lui resteront –peut-être.
    Pour ce qui est de la grève, c’est le seul moyen pour peser sur le désaccord employeur/patron, à ce niveau. Encore faudrait-il commenter le désaccord corporatiste syndical qui fait que seul deux organisations sur 7 ou 8 conteste le susdit projet. Car s’il y avait plus d’union, il serait plus facile d’entamer des clash actions sans bloquer les usagers. Mais, là, c’est une autre histoire. Eh oui, diviser pour régner…

  165. jo dit :

    bonjour,
    ah le débat continu de plus belle je suis également agent circulation à la sncf…embauché depuis 2000 j’ai déjà vu l’entreprise s’enfoncer…
    on nous parle d’une entreprise publique qui doit faire arrêter les trains qu’il y est 1 ou 150 personnes dans les gares..ça c’est fini maintenant le service publique s’est transformé en service économique!!!
    tout le monde ne voit que par le TGV le soit disant fleuron de la SNCF mais comme cité dans un commentaire plus haut bien plus cher et pour l’entreprise et pour le client!
    ce qu’il faut rappeler aux gens c’est que le train gratuit a été donné aux cheminots car en 1938 lors de la création de l’entité personne ne voulait travaillé pour l’état et encore moins pour une bouché de pain, ce droit a servi a attiré les ouvriers et accéléré tous les chantiers du réseau national!
    pour ma part ce droit je m’en sers simplement pour effectuer le stages et formations à laquelle l’entreprise me convie à tort ou à raison de ne pas jouir de ce droit mes bons on est nombreux dans ce cas là!
    par contre quand le boulanger mange sa baguette sans la payer, l’agriculteur ses pommes de terre, le banquier son 13,14,15 mois, le maçon monte sa maison sans payé de taxe sur son profit, l’agent edf qui paie 10% de sa facture,les profs qui sont en congés toutes les 6 semaines, j’ en passes tout ces privilèges n’ont que faire à mes yeux chaque travail à ses avantages et ses inconvénients…et bien évidemment quand on parle de la SNCF surtout dans les médias y a que les conducteurs qui existent et les 15000 autres métiers eux qui ne sont pas des plus glorieux se font cracher dessus au même titre.
    ma première paie en 2000 s’élevais a 950€ et bizarrement à ce prix là personne ne se battait pour faire se que je faisais:
    arracher des planchers de voiture à la baramine, gratter de la laine de verre sous un masque et une combinaison par 30°C piquer de l’amiante avec un marteau pneumatique pendant des heures alors qu’au bout de 10 min vous êtes déjà retounez par les vibrations!

    je cherche pas à faire pleurer bien au contraire mais ne jugez pas 150 000 personnes de la même façon alors qu’une toute petite population pointé du doigt par les médias gagne plus de 2500€/mois et est planqué dans les bureaux ou derrière une cabine de conduite.

    alors que les gens se plaignent dans le privé, qu’ils sont tous égoîstes…ils nous envies surtout car nous avons le pouvoir de nous plaindre tous ensemble et en même temps!!!
    ce droit de grêve, des gens sont morts pour qu’on l’obtienne, de même que le droit de vote!
    Et alors qu’on nous critique d’utilisé ce droit qui je le rappel nous faire perdre chaque jour plus de 50€ de salaire, de plus en période d’examen ou de vacances je leur réponds que si les lois n’étaient pas votées en juillet comme d’habitude pour que cela passe incognito on en serait peut être pas là!
    cette réunification avec RFF va réintégré près de 4500 cadres dans notre entreprise donc un peu plus qu’un étage au bâtiment, vous savez les non productifs ceux qui coûtent cher quoi!!!
    vous savez c’est également du personnel que l’on supprime sur les quais ou dans les gares pour pousser des fauteuils roulants ou renseigner les gens…
    Une réunification qui en 1997 devait permettre justement une gestion des voies ferrées par une entité extérieure pour l’ouverture à la conccurence pour ne pas être accusé de favoritisme sur les sillons les plus rentables bah oui parce que les conccurence bizarrement ne sont pas intéressés pour faire roulés des trains là ou seulement 10 personnes montent et descendent…
    enfin bref il y a tellement de chose que les ges ne savent pas et il ya tellement de choses qui n’interressent pas les médias car on préfère le s sujets qui fâchent c’est plus vendeurs!!!
    en tout cas j’aimerais pas être sur un quai en ce moment à renseigner les gens et me faire insulter par la faute des autres

    • Youpi dit :

      Je suis cadre dans le prive et abonne de travail au quotidien.
      J’aime beaucoup ce commentaire sur les cadres non productifs qui ne produisent rien.

      J’allais poster mon commentaire critique sur le sujet mais quand je lis ça, je comprends bien qu’il y a peu de place à un échange productif.
      Autant les discours anti-grévistes simplistes et haineux me hérissent, autant ce genre d’allusion me fait rire.
      Vous nous traitez d’égoïstes ramenant leur problématique quotidienne à leur petite personne, je vous retournerai que c’est quand même l’hôpital qui se fout de la charité.

      En attendant je vais continue mon trajet en train dans une ambiance de fournaise bien sympathique.

    • Youpi dit :

      Je suis cadre dans le prive et abonne de travail au quotidien.
      J’aime beaucoup ce commentaire sur les cadres non productifs qui coûtent chers.

      J’allais poster mon commentaire critique sur le sujet mais quand je lis ça, je comprends bien qu’il y a peu de place à un échange productif.
      Autant les discours anti-grévistes simplistes et haineux me hérissent, autant ce genre d’allusion me fait rire.
      Vous nous traitez d’égoïstes ramenant leur problématique quotidienne à leur petite personne, je vous retournerai que c’est quand même l’hôpital qui se fout de la charité.

      En attendant je vais continue mon trajet en train dans une ambiance de fournaise bien sympathique.

  166. B-RABARDEL dit :

    Laissez parler les détracteurs, ils n’ont jamais défendu le moindre progrès social et se contente des acquis des luttes passées. S’ils sont persuadés que la solution passe par les reculs sociaux, qu’ils offrent leurs congés payés leur sécurité sociale, leur école pour tous à leur patron.
    Quand on lit « il faut réformer », il faut comprendre « il faut plier » le capital ne souffrira aucun refus aucune concession.
    Nul doute qu’un jour le syndicat « réformateur » CFDT signera le retour de l’esclavagisme.
    Merci aux grévistes de défendre les services publics et leur outil de travail.
    Bruno RABARDEL

  167. Edouard dit :

    Salut,
    Je vais me permettre de te tutoyer, j’espère que tu n’y verras pas d’inconvénient. Je trouve ton article intéressant en ce qu’il explique les raisons d’une grève alors que jusqu’à présent tout cela était bien flou ou mal expliqué.
    Néanmoins, les raisons que tu avances restent en substance des conjectures. Une chaine hiérarchique réorganisée (probablement pour placer plus de fils à papa pas forcément compétents je te l’accorde) mais dont tu ne peux à priori pas prouver l’incompétence avant qu’elle soit effectivement en place. Une renégociation de vos statuts qui serait forcément un nivellement par le bas alors que tu en souhaiterais un vers le haut. Rien n’a été décidé et rien ne peux être prouvé mais vous criez avant d’avoir mal. Et c’est probablement ce que l’on vous reproche le plus.
    Je m’explique : si l’on devait vous retirer certains de vos acquis sociaux dans l’avenir et que vous décidiez de bloquer le pays à cause de cela, je vous soutiendrais à 200%. Mais là, que vous gueuliez avant même que quoi que ce soit ait été décidé, faut pas vous étonner que votre mouvement soit impopulaire.
    Maintenant, je te rejoins ainsi que tous ceux qui sont intervenus dans ce sens sur le fait que les français se trompent de cible. Il y a dans notre pays quelques centaines de familles qui détiennent 25% de notre richesse et qui voient enfler ce pourcentage un peu plus chaque année. Mais nous pauvres c… de français on décide de s’en prendre à vos pauvres acquis sociaux de merde (excuse le langage) comme si vous étiez des privilégiés. Ce qui, on est bien d’accord, est loin d’être le cas. Personnellement, je viens du privé et j’ai donc peu ou pas d’avantages en comparaison de vous. Mais je m’en fous, je suis même plutôt heureux que certains puissent bénéficier d’une pseudo justice sociale.
    Par contre, je prends le train régulièrement depuis plus de 25 ans et je dois te dire que non seulement le prix des billets devient carrément prohibitif mais que le service rendu et vos comportements vis à vis de votre clientèle
    deviennent carrément inadmissibles. Et c’est probablement ce qui vous rend encore plus impopulaires.
    La « sécurité de l’emploi » est quand même une sacrée vérité au sein de la SNCF car le manque d’efficacité et l’agressivité régulière envers la clientèle sont, dans le privé, synonymes de renvoi à court terme. Alors faudrait aussi penser à vous remettre aussi un peu en question.
    Voilà, tout ceci étant dit, mon message se veut amical. Même si je vous ai quant même maudits tout le week-end pour avoir fait grève… 😉
    Bonne journée à tous !

    • Sylvain Bouard dit :

      Pas de soucis pour le tutoiement, je le pratique moi même d’emblée.

      En l’occurrence, on nous enlève bien notre règlementation concernant le temps de travail. Elle est abrogée par l’article 14 de la loi. Donc, c’est bien maintenant que l’on a mal.

      Sur le comportement, des cons, y en a partout, certes, mais faudrait pas non plus généralisé.

  168. Arnaud dit :

    Je suis cadre. Sorti d’une école d’ingénieurs, études à l’etranger, sorti major de promo. Réussites dans mes stages. J’ai quitté Paris et ai trouvé un poste en ss2i en province.
    J’encadre personne fais un travail que j’aurais volontiers fait à 15ans. J’ai déjà des horaires biens éloignées des 35h, entre 40 et 45h/sem. Je touche 1800€/mois pour un travail bien moins passionnant que mes stages ou mes études(l’informatique quel beau secteur d’avenir !). Je passe les impôts en augmentation et 0 augmentation de salaire si ce n’est en changeant d’entreprise et réitérant 8 mois de période d’essai systématique.

    J’ai beaucoup de transport. Et votre grève a plusieurs consequences importantes sur ma vie.

    1/ je me lève à 5h et rentre à 20h
    2/ bien que je fasse le même trajet tous les jours depuis 4ans, mes clients potentiels craignent la SNCF, ses grèves, ses retards et justifient un refus de contrat parce qu’ils jugent que je ne serais pas fiable du fait des transports. C’est leur bêtise mais j’en paie le prix.
    3/ du coup en cours d’entretien, étant en position de faiblesse sur le sujet je n’ose pas évoquer la possibilité de travailler 1 ou 2 j/ sem de mon domicile. Un entretien échoue à cause d’une telle demande au client et mon patron m’echarperait.
    4/ du fait de vos grèves, j’ai du mal à tenir le coup. Je pense que cela se remarque. En tout cas ce ne sont plus des conditions agréables pour travailler.
    En bref vous menaces mon emploi et nourrissez perpétuellement l’idée que vos clients, les usagers, ne sont / seront pas fiables. Vous nous infligez régulièrement ce que vous avez peur de vivre au quotidien. Et, pourtant initialement fondamentalement pour un transport public détenu par l’État, je me surprens à me demander si une concurrence éventuelle ne m’apporterait pas moins de désagréments.

    Ce qui est dommage, c’est que bien que vous expliquiez vos raisons de faire grève, vous n’expliquez pas pourquoi vous la faites au seul détriment de vos clients, les usagers. Vous pourriez peut-être ne pas vous mettre à dos ceux qui initialement vous auraient soutenus…

    • Sylvain Bouard dit :

      La grève, c’est l’arrêt du travail. Désolé de ne pas sortir du cadre légal.

    • Youpi dit :

      Je plussoie totalement étant peu ou prou dans la même situation:

      Usager quotidien du train car abonné de travail, j’étais déjà bien conscient que qque chose n’allait pas dans le monde du rail Français.
      Même en temps de non-grève, les disfonctionnements émaillent régulièrement mes journées … je pourrais aussi écrire un blog comico-dépressif là dessus, en plus de supporter la raillerie de mes collègues et la désapprobation latente de ma hiérarchie (avec le fameux « mais ta femme pourrait pas trouver du boulot dans le coin ? »)

      Pour préciser, ce mode de transport n’est pas un choix mais une contrainte … que cela soit bien clair, je pourrai bosser à 5 min à pied de mon boulot, je le ferai.
      (D’ailleurs si je pouvais changer de boulot pour ne plus prendre le train, je signerai sur le champ).

      Pour en revenir à l’analyse du monsieur ci-dessus sur la réforme, je veux bien partager certains points.
      Multiplier les strates n’est pas un gage d’efficacité, pour le vivre dans le privé, je sais de quoi je parle.

      Sur le constat d’une couverture médiatique plus que partiale, j’veux bien le croire tout autant.

      Nous faire croire que vous allez travailler 12h intercallé de 9h de repos et ce de manière continue … je n’y crois déjà plus.
      C’est comme partout, il y a d’un côté les textes et de l’autre leur application.
      Si on s’en tien betement au texte, cela pourrait effectivement se produire mais si l’organisation n’est pas trop débile, elle essaiera d’éviter ces fonctionnements extremes, faut pas nous prendre pour des demeurés non plus.
      (je suis peut être naïvement persuadé qu’il existe encore des gens capables d’être un minimum intelligent).

      Ce que je vois quand même est qu’il y aura une autorité dirigeante tout en haut de l’organigramme capable je l’espère de trancher et d’arbitrer … Alors même si ce n’est pas parfait, je vois pas en quoi cela est pire.
      Utilisateur du TER … combien de fois j’ai entendu de la part de vos collègues controleurs : « c’est pas notre faute, c’est RFF » ou « c’est pas notre faute, c’est le conseil régional »… comme quoi il y avait quand même des avantages à l’organisation inefficace actuelle ^^.

      Pour en revenir aux commentaires, il y en a bien trop pour tous les lire en détails.
      Néamoins, quand les anti-grévistes primaires utilisent des noms d’oiseaux allant jusqu’à esperer des maladies incurables pour les grévistes, ça me herisse … la connerie me hérisse, je n’y peux rien et il n’y a pas à épiloguer la dessus.

      De la même manière quand les pro-grévistes objectent qu’ils n’ont que la grêve comme moyen légal et que du coup peu importe de faire chier ces égoistes d’usager … ça m’agace sévèrement aussi.
      Alors vous êtes préts à vous battre contre une réforme mais pas pour faire changer les moyens de pression sur votre direction/gouvernement ?
      Je dois être bien naïf en plus d’être égoïste …. mais comme évoqué ci-dessus la grève du zèle lors des controles, la greves de la vente de billet … ça touche directement au porte monnaie des dirigeants et/ou décideurs, c’est là que ça ferait le plus mal.

      Le mot de la fin sur vos collègues non-gréviste, merci d’assurer un service minimum, par contre, j’eviterai l’exces de zèle à la place des controleurs … c’est plus le moment de faire profil bas que de la ramener.

  169. philippe f. dit :

    Gagnons du temps et allons au plus simple: que l’on prenne les règles qui ont cours à la SNCF et que l’on applique ça à toute la profession.

    J adore !!!
    Sauf que vous êtes des privilégiés avec votre retraite a 50 ans. Et aucune entreprise ne peut tenir cette logique .. C est surtout pour ça qu’en vous voulez pas que vous touche . 😉
    Et nous on attend que ça que le monde bouscule votre service public qui n en est plus un depuis longtemps vu vos tarifs du simple ou quadruple suivant la periode de l année. Et qui plus est, et perfusé de subventions.

    Bonne semaine.

  170. Anise dit :

    Bonjour, tout ca est désolant… Ce pays est rempli de personnes qui se plaignent sans regarder plus loin que le bout de leur nez, de plus il empeche leur concitoyen de gagner leur propre vie et pire encore ils font perdre énormément d’argent à notre pays qui ne va déjà pas bien. Moi, je suis infirmière, je travaille la nuit en 12h un week sur 2, et si je suis en greve je travaille eh oui… Car jai le respect de mon travail et des autres !

    • Sylvain Bouard dit :

      Et tu trouve que c’est bon pour la sécurité des patients de faire des gardes de 12h ? Sinon, quand tu es en grève, tu travaille parce que tu es réquisitionnée.

      • Anise dit :

        Je ne vois pas le probleme, personnellement les patients sont en securité durant les 12h . Oui je suis requisitionnée pour linteret général et je trouve ca normal… Hormis le fait que certains métiers comme le mien ont des conditions de travail, des horaires et un salaire qui laisse à désirer… Mais bizarrement on est pas en permanence entrain de se plaindre ! Car les usagers ni sont pour rien !

  171. Garibaldi31 dit :

    A l’attention de Sylvain Bayard (pour la question, c’est à la fin de mon post).

    Ce que je découvre dans les commentaires me fait quand même vraiment peur sur l’état de la France. En gros quand on lit les arguments des anti-grève : c’est 80% (à la louche, j’ai pas tout lu non plus) de gens qui avancent des arguments soit imprécis, soit infondés depuis les diverses réformes retraites/sncf, ce que les médias entretiennent avec malfaisance; les 20% restants sont déjà plus pertinents en demandant que grève soit faites suite à des négociations qui n’auraient pas abouties.

    Je suis dans le privé depuis presque 10 ans, et je confirmes que quelque soit la renégociation, ce sera toujours avec un objectif de nivellement par le bas des avantages et acquis sociaux. Merci l’Europe et la mise en concurrence des travailleurs qui ne peut déboucher que sur ce résultat sans sortie possible par le haut.

    J’ai maintenant une question pour l’auteur de l’article :

    Ce weekend a eut lieu chez moi à Toulouse le festival Rio Loco qui fut en partie perturbé le mardi soir, puis Moudenc a envoyé les CRS pour virer les intermittents bloqueurs. Faut savoir que ce n’est pas ceux qui travaillent sur le festival qui bloquent (car ils en seraient les premières victimes), mais d’autres intermittents qui interviennent par solidarité.

    Finalement le samedi soir, le festival fut ouvert gratuitement, et a affiché complet. Depuis quelque jours, et l’intervention d’un auditeur à la radio ayant évoqué cette option pour les cheminots, je me pose sérieusement la question de faire évoluer les actions de grève, non pas en arrêtant le travail, mais en touchant les patrons et décideurs au portefeuille.

    J’y vois pleins d’avantages : service public maintenu, dans le cas de Rio Loco les commerçants ont pu continuer à faire leur beurre, et au final tout le monde est content (sauf ceux qui découvrent qu’ils auraient pu éviter de payer, mais ça peut leur servir de leçon pour la prochaine), et surtout c’est un moyen de pression qu’ils auront plus de mal à contourner par de la désinformation de masse dans les médias. Enfin, le débat public ne serait plus parasité par la gêne occasionnée aux usagers.

    En tout cas, il me semble que ce débat devrait être porté dans toutes les branches syndicale liées à un service public avant qu’on en ait plus.

    Merci de me tenir au courant de ton point de vue sur ce type d’action.

  172. Dominique dit :

    Il y a plusieurs points qui ne sont pas abordés, mais qui méritent d’être exposés :
    – 1. La « grève de la pince » (les trains gratuits !) : ce type de grève a existé, il y a pas mal d’années, mais la direction SNCF a tout mis en œuvre pour faire interdire et réprimer durement cette pratique ô combien dangereuse, puisque populaire auprès des usagers et ne péjorant que l’entreprise SNCF. Ensuite, le manque de solidarité entre cheminots a fait que seuls les contrôleurs auraient dû assumer les risques, alors que les conducteurs aux salaires globalement plus élevés, par exemple, auraient pu les aider financièrement avec des « caisses noires » en cas de sanctions financières. Ce système a pourtant longtemps existé dans les dépôts : Henri Vincenot en parle dans ses livres. En 1910, la grève était interdite, mais cela n’a pas empêché les cheminots de se mettre en grève, parfois au péril de leur vie !
    – 2. Le « Service Minimum » : là, il faut bien dire que la médiocrité abyssale des dirigeants SNCF montre ses pleins effets. Avec à peine 10 % de conducteurs et/ou contrôleurs grévistes, comment se fait-il qu’il y ait parfois plus de 50 % de trains de supprimés ? La réponse est simple : les COGC (Centre Opérationnel de Gestion des Circulations) ne cherchent pratiquement jamais à savoir quels trains ils pourraient réellement assurer avec les 90 % de conducteurs non-grévistes. Les cadres appliquent aveuglément les « plans d’urgence » concoctés par les sphères dirigeantes de la SNCF, où l’application pleine et entière de la PIPE (Pas d’Initiative, Pas d’Emmerdements) règne en reine absolue. Etant ancien conducteur TGV (retraité) sur l’axe Paris – Lyon – Marseille, combien de fois ai-je vu mon TGV supprimé en cas de grève sur ordre de la direction SNCF parisienne, alors que ma rame TGV était bien présente, le contrôleur avec moi, le steward du bar TGV aussi… et les clients sur le quai ! Mais cela, les médias n’en parlent jamais…
    – 3. Les effectifs de la SNCF : comment se fait-il que la proportion démesurée des cadres et maitrises ne choque personne dans les médias ? Les chiffres 2012 donnent ceci = a. Cadres : 18,3 % ; b. Maitrises : 29,8 % ; Exécution : 52 %. Ce qui veut dire que 48 % des effectifs de la SNCF sont des cadres et des maitrises ! Par contre, le discours des dirigeants SNCF n’a pas varié d’un iota depuis plus de trente ans : « le cheminot SNCF coute trop cher ! » Mais jamais les dirigeants SNCF ne se posent cette question : « serions-nous en surnombre ? » Seuls les discours culpabilisants envers les « exécutants » ont cours…
    – 4. Les surcouts de la SNCF. L’entretien du réseau ferré coute cher, de plus en plus cher, d’une part à cause du vieillissement du réseau classique, quelque peu délaissé depuis l’avènement de Sa Majesté TGV, dont ses voies sont très onéreuses à maintenir en état, et d’autre part de l’application de dogmes techniques 100 % SNCF, qui donne des leçons au Monde entier (plusieurs records du Monde de vitesse sur Rails, depuis 1954 jusqu’en 2007 !), mais n’a de leçons à recevoir de personne… C’est pourtant l’Ecole Polytechnique de Lausanne (Suisse) qui a été mandatée pour faire un état des lieux du réseau ferré (hors LGV). Ce rapport a montré l’état catastrophique du réseau, avec des voies à limite d’usure, pour cause « d’économies ». Je connais une ligne secondaire que la SNCF avait condamné, mais que RFF voulait sauver. Le devis fourni par la SNCF à RFF pour la remise en état de la ligne se montait à 17 000 000 €. Le retour sur investissement étant trop juste, RFF se préparait à la fermer, malgré un trafic potentiel estimé à 400 000 T par an. Des solutions plus économiques furent trouvées par une petite structure ferroviaire, totalement indépendante de la SNCF, et le devis descendit à… 5 000 000 € ! Mais avec des solutions s’écartant radicalement des dogmes techniques de la SNCF (respectant les normes de sécurité des voies à 100 %, mais avec des règles en vigueur ailleurs qu’à la SNCF).

    Je persiste à penser que le retour du réseau ferré français sous le contrôle exclusif de la SNCF est la pire chose qui puisse lui arriver…

    La SNCF a un peu trop la vénération de Sa Majesté TGV dans les veines de ses dirigeants, sans parler de l’amour de la route, via ses filiales Géodis, ID-Bus, etc.

  173. Huteau dit :

    Que de haine et d’abjecte jalousie.Au lieu de déverser vôtre fiel sur les fonctionaires, vous feriez mieux d’arrèter de collaborer avec la dictature libérale, qui est la seule responsable de l’etat de déliquescence sociale du monde.Je serais toujours solidaire avec quelqun qui ose dire non par la grève à la remise en cause de ses acquis, plutôt qu’avec une bande de renégats qui feraient mieux de regarder la poutre qu’ils ont dans l’oeil plutôt que de regarder la paille dans l’oeil du voisin.Je suis 100% avec toi et tes camarades, Sylvain. Continuez.

  174. taji dit :

    je vous soutiens dans cette grève et j’espère que ce gouvernement qui n’est qu’une caricature de la gauche pliera.NE LACHEZ SURTOUT PAS et toutes les critiques nauséabondes qui sont véhiculées ne doivent pas vous démoraliser.Ceux qui critiquent n’ont qu à y entrer a la SNCF, dans l’éduc nat ou passer les concours de la fonction publique, des postes de profs sont à pourvoir en grand nombre faute de candidats eux ont toutes les vacances scolaires encore un privilège qui leur est souvent reprochés.bon courage à tous les cheminots et ne lachez rien

  175. Claude dit :

    Merci pour toutes ces informations car comme vous l’ecrivez au début de votre article, en regardant les infos, je me suis dis : <>. Votre article m’a bien éclairé. Merci

  176. Charles dit :

    Bonjour Sylvain,

    Merci pour cet article informatif clair, simple et complet?

    J’ai une question quant a certains points de la nouvelle convention. S’il est prévu que les horaires soient plus denses, pourquoi ne pas augmenter le nombre de postes ?

  177. Stéphane dit :

    Bonsoir, j’ai laissé quelques commentaires critiques (et pas forcément les plus constructifs de cette page, je l’avoue). Cependant, je maintiens qu’empêcher les gens d’aller gagner leur vie est inadmissible. De quel droit décidez-vous de ça ?
    Par contre, oui les conditions de transport sont exécrables et indignes et ce ne sont pas les cheminots qui en portent la plus grande responsabilité. De même, je ne pense pas qu’ils soient responsables de la communication catastrophique de la SNCF (il me semble parfois que certains agents aient plus d’informations en utilisant leur portable privé que le réseau interne). Non, ils sont pas nantis, ni privilégiés. Enfin je ne trouve pas que ce faire insulter et dénigrer à longueur d’année est un privilège. Et ils ne prennent personne en otage, une des expressions les plus galvaudée de nos jours. Les vrais otages aimeraient probablement galérer pour aller au taf.
    Enfin, je rejoins Edouard (18h24), vous semblez faire grève plus sur des suppositions que sur des faits établis, et là, ça coince vraiment. Et je ne reviens pas sur le communiqué de la SNCF évoqué plus haut. Pour conclure, et éviter de me faire coller la mauvaise étiquette, je ne ferais jamais grève tant qu’il y aura des gens au chômage, même si ça sonne démago.

  178. Julien dit :

    Merci pour les infos et bon courage pour votre grève

  179. Stéphane dit :

    Mon commentaire s’est inséré au mauvais endroit, mes excuses :
    Bonsoir, j’ai laissé quelques commentaires critiques (et pas forcément les plus constructifs de cette page, je l’avoue). Cependant, je maintiens qu’empêcher les gens d’aller gagner leur vie est inadmissible. De quel droit décidez-vous de ça ?
    Par contre, oui les conditions de transport sont exécrables et indignes et ce ne sont pas les cheminots qui en portent la plus grande responsabilité. De même, je ne pense pas qu’ils soient responsables de la communication catastrophique de la SNCF (il me semble parfois que certains agents aient plus d’informations en utilisant leur portable privé que le réseau interne). Non, ils sont pas nantis, ni privilégiés. Enfin je ne trouve pas que ce faire insulter et dénigrer à longueur d’année est un privilège. Et ils ne prennent personne en otage, une des expressions les plus galvaudée de nos jours. Les vrais otages aimeraient probablement galérer pour aller au taf.
    Enfin, je rejoins Edouard (18h24), vous semblez faire grève plus sur des suppositions que sur des faits établis, et là, ça coince vraiment. Et je ne reviens pas sur le communiqué de la SNCF évoqué plus haut. Pour conclure, et éviter de me faire coller la mauvaise étiquette, je ne ferais jamais grève tant qu’il y aura des gens au chômage, même si ça sonne démago.

  180. Silex dit :

    Merci Sylvain.

    Je ne sais plus à quand remonte la dernière fois où j’ai vu des salariés du privé faire grève.

    Mais en fait je comprends maintenant.
    Ils n’ont pas le temps.

    _____________
    Ils sont trop occupés à taper dans les forums virtuels sur des « privilégiés » qui partent à 62 ans au SMiC après une vie de travail.
    _____________

    Z’ont toujours pas compris que se mettre en grève pour sauvegarder des conditions de taf, c’est faire le jeu de TOUS plutôt que de sa propre pomme (bouuuh, ma journée de salaire, bouh, que va dire le petit chef). Ouais.

    Pis mettez-vous en cheville avec les infirmières, les intermittents, les taxis (!), les sans-pap », tous ces coléreux qu’on montre du doigt tandis que les actionnaires s’engraissent.

    Bordel.
    Faisons-leur comprendre ce que c’est, une bonne fois pour toutes, que la CHIENLIT !

  181. DIEP Caroline dit :

    Bonjour,

    Je fais partie de ces usagers/clients de la sncf assez mécontente de vos grèves répétitives, que ce soit noël, un week end normal, tous les jours lorsque je vais au boulot.. mais bon, c’est mon choix de ne pas prendre la voiture..

    J’ai juste une dernière question vu que vous semblez assez honnête et que vous ne voulez pas que l’on fantasme sur vos soit-disant privilèges : Est ce que vous allez être payé alors que vous faites grève??

    • Sylvain Bouard dit :

      Oui bien entendu. On est même payés double. Bien entendu, je taquine. On n’est pas payé les jours de grève.

      • bich dit :

        Bonjour, pour info caroline : pour une journée de greve, le salarié perds plus qu’il n’aurait gagné a travailler. (on lui décompte toutes les charges).

  182. mary gerald dit :

    je m’apercois que malgré la mise en oeuvre d’explications telles que les votres, et merci de les exposer, beaucoup persistent à nous qualifier de nantis (oui je suis cheminot gréviste et… non syndiqué ).
    comme vous l’avez exposé le gouvernement et la direction voudraient d’une autre convention collective pour pouvoir oeuvrer à arme égale; aussi nous allons discuter de ce qui se passe dans le monde merveilleux du ferroviaire.
    http://www.miroirsocial.com/actualite/8726/fret-ferroviaire-euro-cargo-rail-et-son-president-condamnes-pour-infraction-au-droit-du-travail
    ca c pour le national et non vous revez pas il y a eu 200 pv d’infraction au code du travail !!!
    et si on elargissait le cadre la france n’est pas le centre du monde non plus !!!!
    http://www.communcommune.com/article-suede-les-cheminots-entament-leur-deuxieme-semaine-de-greve-contre-l-operateur-fran-ais-veolia-123893428.html
    http://economie.jeuneafrique.com/entreprises/entreprises/btp-a-infrastructures/11868-veolia-assigne-legypte-au-tribunal.html
    eh oui veolia ne fait que du train, ils font les poubelles aussi mais gare au gouvernement qui oserait imposer un smic dans son pays !!!!
    et pour sortir du cadre ferroviaire et entrer dans le monde fabuleux du privé, voici 1 bonne nouvelle:
    http://www.lexpress.fr/emploi/gestion-carriere/votre-patron-va-pouvoir-modifier-votre-contrat-de-travail_1550849.html
    je vous laisse donc profiter de la récréation que je viens de vous accorder dans le merveilleux monde du travail !!!
    tous cela pour vous dire qu’il faut parfois écouter ce qui ne disent rien car ils font beaucoup de choses.(pour ceux qui seraient quelque peu terre à terre,la derniere phrase reste une image je sais qu’on peut pas entendre ce qui n’est pas dit hein !!!)

  183. Vincent dit :

    Bonjour,

    Merci pour ce billet, très bien argumenté.
    On comprend pourquoi vous êtes personnellement en grève. La démarche que vous décrivez est respectable.

    En revanche, si on souhaite comprendre pourquoi des syndicats super minoritaires réussissent à bloquer autant de trains, on peut aussi se documenter par ici : http://www.sos-usagers.com/commu/index.php/2014/06/15/696-faire-voter-les-greves-sncf-a-bulletins-secrets-doute-serieux-sur-le-libre-arbitre-des-conducteurs-pressions-incidents-comme-a-saint-etienne-entre-grevistes-et-non-grevistes

    Des syndicats qui se décrivent comme « démocratiques ».

  184. Boarf' dit :

    « Concrètement, tous les personnels se déclareront en grève (et aucun ne sera payé, comme dans toutes les grèves) »
    – Ooops !?

    « Dans une grève par blocage du service, l’employeur perd aussi du chiffre d’affaires, sans toutefois le réaliser ­pleinement, puisque le service est arrêté. »
    – Et j’ajouterai que les usagers/clients ne demandent
    surement pas tous le remboursement des jours perdus
    sur les abonnements divers et variés…

    « Dans une grève par gratuité où le service fonctionne à plein, non ­seulement l’employeur réalise de visu combien il perd, ce qui est un facteur ­psychologique ­capital pour la négociation, mais en outre il supporte la totalité des charges d’exploitation (hors salaires) du service sans contrepartie financière : argument de poids ! »
    – Ah! ça c’est pertinent.
    Quand tu sais combien tu ne gagnes pas, c’est une chose,
    mais quand EN PLUS tu sais ce que ça te coute, s’en est une
    autre…

    Source : http://www.liberation.fr/tribune/2007/10/09/vive-la-greve-par-gratuite_103423

    Rédacteur : Franz Vasseur, avocat au barreau de Paris, spécialiste en droit de la propriété intellectuelle et en droit des affaires.

  185. DECAUX Jacques dit :

    Bonjour.
    Je trouve votre article très clair et particulièrement intéressant pour qui veut comprendre ce qui se passe.
    Oui, vous avez raison de dire qu’il ne faut pas niveler par le bas les accords sociaux (quand il existent).
    Oui aussi, le but non avoué de l’état est de casser votre statut déjà bien amoché, au profit d’une libéralisation déjà en vigueur chez nos voisins.
    L’état PS est comme le MEDEF, prêt a imposer le minimum social au salariat, au nom de la « nécessaire construction Européenne néo libérale ».
    La trahison du gouvernement socialiste est éclatante aussi bien à la SNCF, que pour l’intermittence et le travail précaire en général.
    Il faut revenir en arrière, oui aussi. Nous souvenir et enseigner aux plus jeunes, ce qui a permis vos statuts, comme ce qui a permis la sécurité sociale, la retraite par répartition, etc..
    Le C.N.R (Conseil National de la Résistance), qui pendant la France occupée par le Nazisme, a défini de nouvelles règles pour une vie meilleure, après la victoire sur le fascisme.
    Et pourtant, que ne voit-on revenir au coin du bois…
    Alors oui, il faut tout changer, donner le pouvoir à ceux qui créent les richesses, les travailleurs et ceux qui veulent le redevenir alors qu’on leur a volé leur raison d’être, et pour cela une seule évidence: VIVE LE SIXIÈME RÉPUBLIQUE.

  186. Zit dit :

    Félicitations, courage et merci.
    Voici les trois mots que je souhaitais vous transmettre.
    Sachez qu’il y a des gens qui vous soutiennent et trouvent votre grève juste.

  187. Richard dit :

    Vous ne voulez pas vous adapter au monde de la concurrence: « Cela se termine toujours par plus de souplesse pour les employeurs et moins de droits pour les employés. »
    Vous préférez le monde du monopole de l’état? Vous rêvez d’un monde sans concurrence? Vous voulez donc faire de tous les Français des fonctionnaires?
    Voilà le monde que vous proposez aux futurs bacheliers et que vous croyez pouvoir imposer aux Français: l’URSS.
    Et vous prétendez encore être du côté du progrès, contre la loi de l’argent: « Rentabilité avant tout, comme dans tant de boîtes… »?
    Votre monde de bien-pensants moralistes qui ne défendent que leurs intérêts et se moquent du bien public est une caricature pitoyable de l’idéal.
    Le service public pour vous et tous les grévistes c’est:
    le public est à notre service.

    • Sylvain Bouard dit :

      Où ai je écris que je ne voulais pas la concurrence ? Je dis juste qu’elle peut bien se faire en alignant les conditions de travail sur les accords les plus favorables aux salariés.

  188. POufilol dit :

    La question je pense est actullement la suivante.

    La SNCF est t’elle en déficit ou non (Bénéfice net )?
    http://www.challenges.fr/entreprise/20130218.CHA6378/la-sncf-triple-son-benefice-et-reduit-sa-dette.html

    http://www.lefigaro.fr/societes/2014/02/13/20005-20140213ARTFIG00179-le-tgv-fait-plonger-le-benefice-de-la-sncf.php

    Perso je sais pas.

    Et si oui ou non on pourrait jugé de la légitimité d’une réforme.

  189. Just Fontin dit :

    Plutôt que de faire des réformes on ferait mieux de faire BEAUCOUP plus simple.

    tout le monde au même statut, public comme privé et tout le monde en concurrence, comme ça à la limite il n’y aura plus personne pour réclamer des avantages où ce plaindre de ceux des autres (souvent financés en partie par ceux qui ce plaignent d’ailleurs par le biais des impôts et des monopoles). Plus de jalousie!

    Même chose pour la retraite tout le monde à la même enseigne.

    Vous pouvez vous révolter, si ça n’est pas fait un beau jour une équipe du FMI débarquera à Paris comme en Angleterre avant que Thatcher vienne au pouvoir et fera TOUTES les réformes qu’on a pas fait depuis des années, à ce stade faire la grève ne suffira plus…

    Bonne continuation

    • Sylvain Bouard dit :

      Pourquoi pas. Le seul problème c’est que ce genre de chose se fait toujours en alignant les conditions sur le pire. C’est d’ailleurs bien ce qu’on essaye de nous faire ici.

  190. Eric SanJuan dit :

    Vraiment excellent votre article, merci!

    En tant que « très grand usager » du rail, la grève actuelle ne m’étonne pas, à vrai dire je m’étonnais qu’elle ne soit pas survenue plus tôt tant on sentait la situation se dégrader. Reste à espérer que vous teniez bon et qu’il ne soit pas trop tard.

    Un espoir, nous sommes très nombreux à être très perturbés par cette grève, ce qui prouve que le rail existe toujours dans ce pays. A ce niveau de flux de voyageurs, la route ne peut pas être une alternative. Quand à la privatisation du rail et à son éclatement en multiples sociétés, j’ai aussi connu cela, c’est beaucoup plus cher pour l’usager et une galère à chaque correspondance ratée.

    Bref, la grève de la SNCF cela m’est très pénible mais je ne vois pas comment faire autrement pour préserver le rail et comme pour le moment elle me coûte quand même moins cher qu’à vous, je vous remercie … à charge de revanche 🙂

  191. géraud dit :

    Ca fait du bien de voir les travailleurs exprimer leur vision des choses en pareil cas et la réalité de leur quotidien, espérons qu’un jour ces blogs servent aux journalistes à devenir moins paresseux et serviles. A diffuser a toute l’équipe de France Inter, Apathie et bien d’autre…

    Toute mes félicitations Sylvain, continuez le combat.

  192. Kiloutou dit :

    Bonjour,

    Vos explications sont claires, vous avez vos raisons et elles sont tout à fait recevables.

    Personnellement je comprends que vous ne soyez pas toujours très en phase avec les décisions de vos supérieurs (je prends les grandes lignes).

    Une simple question : Comment pouvez-vous demander aux gens de ne pas s’énerver et de vous comprendre en se mettant à votre place alors que vous même avez l’air d’en avoir strictement rien à faire de ce qui peut arriver aux entreprises et aux salariés ?

    C’est ça surtout qui me fait doucement rire. Que vous ne soyez pas d’accord ? Ok sans revenir sur le fait que vous soyez à plaindre ou non. Mais honnêtement, le seul message que vous faites passer malheureusement c’est de l’égoïsme envers vos collègues et les autres Français qui payent une blinde pour les transports mais ça … C’est pas votre problème après tout, si ? 🙂

    Dommage, ce n’est certainement pas ce que vous voulez faire passer mais quand on ne veut pas comprendre les autres et qu’on regarde ses problèmes, les autres font pareil.

    Courage pour la suite, qu’à force de faire grève aussi souvent ce droit ne vous soit pas retirer :/ …

  193. GIAVARINI Laurence dit :

    Bonsoir, comment et à qui envoyer un soutien financier aux grévistes s’il vous plaît?
    Je vous remercie de votre post, très clair pour une « profane » (de la SNCF, sinon des « montages » bidons et autres empilements de structures), et une voyageuse (pour son travail surtout).
    Bien à vous

    • Vous etes totalement irresponsable !!!! Si vous saviez quels privilèges les cheminots ont, vous changeriez d’opinion de suite.

      • Gemini dit :

        Oh oui, je suis jaloux. Vite, au pilori. Les conditions de travail des salariés de la restauration pour tous !

        Au moins, eux, ils ferment leur gueule et ne se syndiquent pas. On le voit, leurs conditions de travail en ont fortement bénéficié.

        Effectivement, c’est irresponsable de soutenir des personnes ayant le culot de défendre leurs droits. Les conditions de travail se dégradent depuis déjà une grosse décennie, voir plus. Mais surtout, continuons. Laissons tout passer.

        Vous êtes un brave petit esclave. Votre maître vous donnera sûrement un petit sucre ou deux pour vous remercier. Mais ne demandez pas aux autres de faire les lavettes comme vous.

  194. bich dit :

    Merci pour tous ces infos et points de vues.
    Cheminot moi aussi, mais pas toujours bien informé, j’ai beaucoup de mal a expliquer les raisons cette gréve aux personnes qui nous entourent.
    Encore Merci et bonne continuation.

  195. Lelie dit :

    J’aurais envie de dire « il faut communiquer plus » en effet, ce que vous dites dans votre premier paragraphe est, je pense, une grosse partie du problème.
    Mais malheureusement, après un instant de réflexion, je ne suis pas sûre que cela servirait à grand-chose, car nous vivons mtnt dans une ambiance individualiste qui fait que les gens n’entendent rien du moment qu’ils sont dérangés dans leur confort. Je fais le parallèle avec une situation que je connais bien, celle des médecins hospitaliers. Là encore, un service auquel les gens sont habitués, qu’ils considèrent comme un acquis, pour lequel ils ne paient jamais la valeur réelle (et je sais que pour la SNCF, c’est pareil, le coût « réel » d’un billet de train est rarement celui payé par l’usager) et à propos duquel ils ne se posent jamais la question des conditions de travail de ceux qui l’assurent, surtout pas en « situation de crise ». Tout ce que voit le patient angoissé par une poussée de fièvre dans la salle des urgences, c’est qu’il y a 3 « médecins » qui « papotent » alors que lui attend. Il ne sait pas que sur les 3, il y a sans doute un étudiant (externe), un interne (qui n’a ni le dernier mot pour un diagnostique, ni la responsabilité pénale du soin) et dans le meilleur des cas, un chef. Et que si les trois discutent, c’est pour vérifier les diagnostiques en cours, sur des patients qui sont forcément dans un état plus grave que celui qui attend encore (parce que oui, les infirmières d’accueil des urgences savent classer les patients). Le patient qui attend se fout de savoir que les 3 « médecins » en question sont sans doute là depuis plus de 12h, que selon l’hôpital où il se trouve, ils n’auront peut-être pas de repos compensateur et qu’ils font tout ça pour une rémunération entre 200 (pour l’externe) et 2500€/mois (pour le chef, celui qui est thésé et a donc un bac +10). Tout ce qu’il voit, c’est qu’il attend. Et quand même l’Europe menace de sanctionner la France pour les conditions de travail des personnels hospitaliers, tout ce qu’on entend c’est « nan mais on va quand même pas plaindre les médecins??? » C’est pareil pour la SNCF, chacun ne voit que son petit quotidien chamboulé, ressassant les discours à la con de « ouais, mais les cheminots, c des fonctionnaires, ils peuvent pas se faire virer et ils ont une retraite assurée », sans se poser un instant la question des conditions de travail. J’ai bien peur que cela doive durer encore, mais merci pour cet article qui a le mérite de clarifier les raisons de la grève.
    Courage, cette grève va bien au-delà de la SNCF, comme vous l’expliquez si bien, elle est représentative d’un climat général de rentabilité aux dépens de l’humain contre lequel il ne faut jamais cesser de se battre 🙂

  196. Stéphane dit :

    Encore une fois au mauvais endroit, je répondais à Xaxa (20h42). Le site doit avoir une fréquentation élevée. C’est la rançon de la gloire.

  197. Elie dit :

    J’ai une question rapide. Vous craignez une renégociation des conventions collectives qui entraînerait une dégradation de vos conditions de travail etc … Avez-vous comparé vos conditions de travail et vos avantages/inconvénients comparativement, par exemple, aux conditions de travail des employés de la société privée Kéolis qui est présente notamment en Allemagne ?

    Vous dites, et je pense que vous avez raison, que vous n’êtes pas privilégié (sauf peut être les billets gratuits pour certain …) et qu’il y a beaucoup de préjugés et de rumeurs sur le statuts des cheminots mais en fin de compte votre statut n’est peut être pas si différent de ceux dans le privé présent dans les autres pays d’Europe.

  198. Trost dit :

    Merci pour vos explications ! Ca change !
    Ne baissez pas les bras ! Ce n’est pas parce que certains manquent de combativité et veulent niveler par le bas sous prétexte d’égalite que votre lutte doit s’essouffler ! Au contraire, il se peut qu’elle soit un exemple pour les autres secteurs.

    Bon courage.

  199. MlnBg dit :

    Beaucoup de haineux, c’est triste. D’autant plus en pleine période de crise où la population devrait s’unir et se soutenir. Vous, qui critiquez tant cette grève, serez-vous d’accord pour perdre tous vos droits et avantages difficilement négociés et acquis depuis plusieurs années ? Serez-vous prêt pour abandonner un métier que vous avez choisi pour en débuter un autre