Traverser les voies, c’est pas rien…

Une matinée en gare, il y a de cela une petite dizaine d’années. A cette période là, un gros chantier était en cours. Dès le dernier train de la pointe du matin parti, tout trafic était arrêté jusque vers 16h. Ce train venait justement de partir, laissant les quais vides. Il ne restait que moi, venu là dans l’espoir de ramener quelques photos de ces fameux travaux.

Toutes ces voies à traverser...

Toutes ces voies à traverser…

Je patientais donc sur le quai quand un premier gilet orange fit son apparition au loin. Sortant d’un poste d’aiguillage, le cheminot, agent de la voie, entreprit de traverser les quatre voies le séparant du bâtiment voyageur.

Une voie, deux voies et, en voulant monter sur le quai, le pied qui se prend dans le rail et une chute rattrapée en se tordant correctement la cheville. Le voila donc qui s’assoit sur le bord du quai et, certainement à cause de la douleur, qui perd connaissance et s’effondre en avant.

Il y a maintenant un homme inconscient allongé sur la voie.

L’histoire s’arrête là. L’agent du poste d’aiguillage a aussi vu la scène et descend déjà aider son collègue. Le dernier train avant des heures est passé, il n’y a donc aucun risque. Cette histoire ne restera qu’un accident du travail. Pas de drame ce jour là.

Pourquoi est ce que je vous raconte ça ? Parce qu’à chaque fois que l’on rattrape quelqu’un qui traverse les voies, il vous fait systématiquement la même remarque: »y avait pas de train ! ». Certes, mais c’est oublier qu’une voie ferrée n’est pas un beau trottoir bitumé et bien lisse.

Ballast qui se dérobe sous les pieds, traverses glissantes (et, croyez moi, quand il a plu, ce sont de vraies patinoires), rails, tirefonds, pédales, balises, tringlerie des aiguillages, … Sur une voie, il y a pleins de pièges qui peuvent vous envoyer au sol.

Moteurs d'aiguilles, tringlerie, câblage, traverses, tant de pièges.

Moteurs d’aiguilles, tringlerie, câblage, traverses, tant de pièges.

Ce cheminot, bien que formé et habitué à se déplacer sur les voies s’est fait piéger et s’est retrouvé, inconscient, allongé sur la voie. S’il avait été seul ? Si le dernier train n’était pas déjà parti ? Que ce serait il passé ? Le risque de la traversée des voies, est là, même quand aucun train n’est à l’horizon.

Je rappelle d’ailleurs au passage qu’on ne les entend plus venir ces saletés à force de voies neuves en rails soudés et de rames modernes et plus silencieuses. Juste pour voir, fait ce test: sur le quai de votre gare et tournez le dos au sens de circulation et retournez vous seulement quand vous entendez un train arriver. Vous verrez à quel point il est proche. Vous seriez dans la voie, vous n’auriez pas le temps de fuir.

Ces avertissements ne sont pas là pour rien.

Ces avertissements ne sont pas là pour rien.

Non, on n’a jamais le temps de traverser devant un train et, non, ce n’est pas parce qu’il n’y a pas de train que traverser les voies n’est pas dangereux. Traverser les voies, c’est pas rien…

Agent circulation à la SNCF, passionné de chemin de fer, de photo et de nouvelles technologies.

Publié dans L'humain sur les rails
8 commentaires sur “Traverser les voies, c’est pas rien…
  1. Clem dit :

    J’en entends beaucoup des histoires d’accidents de traversées de voies en ce moment. Et il faut toujours rappeler que ce n’est pas non plus parce qu’un cheminot les traverse que ce n’est pas dangereux de le suivre. Donc les voies c’est jamais jamais jamais hormis sur un passage balisé, feux éteints et toujours avec la plus extrême prudence (imaginez que les feux soient grillés !)

  2. Youpi dit :

    En résumé:
    -« y avait pas de train ! »
    -« Non, mais il arrive… »

    Dans les anecdote familiales, celle d’un oncle qui pendant son jogging franchissait une voie (années 60-70?). Jusqu’au jour où il a été accompagné d’un ami. Sauf que l’ami s’est arrêté net devant les rails. Cet ami a appris à mon oncle que les rails en question étaient électrifiés…

  3. Youpi dit :

    Vous auriez voulu le faire exprès, vous n’auriez pas réussi.
    Vu au Petit Journal de C+: une star de téléréalité US a eu la mauvaise idée de vouloir courir à coté d’un train pour une pub pour une boisson énergisante. Sauf que  » la dangereuse cascade a viré à la tragédie lorsque Plitt a chuté et n’est pas arrivé à se relever à temps pour éviter un train qui l’a percuté de plein fouet »
    http://www.purepeople.com/article/greg-plitt-tue-par-un-train-une-mort-tragique-des-details-troublants_a153813

    Apparemment ils n’avaient pas l’autorisation de tourner. Perso, je pense que ça vaut un Darwin Award…

  4. Thomas dit :

    Merci pour cet article ! J’en profite pour poser une petite question qui me trotte depuis quelque temps.

    Le mois dernier, je faisais une correspondance en gare de Montmélian et pour traverser les voies, Simone demande d’utiliser le passage balisé. Mais ce n’est pas le terme « balisé » qui est utilisé, mais un autre. Impossible de le retrouver… Quelque chose comme « passage penché », mais non ! Aidez-moi s’il vous plait 😉

    • Sylvain Bouard dit :

      Le passage planchéié peut être ?

      • Thomas dit :

        C’est ça ! Haha, merci 😉 Un passage à base de plancher, planchéié, logique finalement…

        Et merci pour ce site ! Continuez de nous faire découvrir l’envers du décor, à nous simples clients, mais un minimum passionnés pour avoir atterri ici…

  5. Youpi dit :

    Je viens d’entendre à la radio (France Info, 14h30 environ) que sur une course cycliste (Paris-Roubaix?) des coureurs avaient franchis un passage à niveau fermé (!!!).
    Sensibilisé comme je le suis par votre site, je me demande:
    1- comment ça se fait que des gens soient assez fou pour faire ça et si on va leur coller une grosse amende (et les pénaliser sur la course)?
    2- pourquoi ils n’ont pas collé 3-5gendarmes à ce passage à niveau, pour prévenir les dégâts. Car je suppose que ce ne devait pas être difficile d’obtenir les horaires de la part de la sncf…

    J’allais ajouter que je me demande comment il se fait que la sncf (au courant de la course) n’ai pas détourné les trains passant par ce passage à niveau, mais je réalise que ce n’était pas nécessairement possible. D’autant que si à chaque course cycliste on bloquait les trains en prévision des darwins awards qui comptent passer les barrières pour gagner une minute, les trains ne circuleraient plus en France…

    • Wallygatore dit :

      Concernant l étape du tour
      Apparemment le timing de l étape a été mal calculé et le peloton avait un point de passage horaire erroné ( temps estime en fonction vitesse moyenne et délai groupetto) puisque toutes les demandes avaient été faites au niveau rff

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*